Les pirates ne seraient pas si coupables

Selon le discours officiel, la copie tuerait la musique et affamerait les musiciens

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pirates ne seraient pas si coupables

Publié le 21 février 2011
- A +

On connait le discours officiel justifiant la lutte contre la « piraterie musicale », la chasse aux téléchargements, aux plate-formes de partage Internet de fichiers musicaux, etc. : la copie tuerait la musique en faisant chuter de manière dramatique les chiffre d’affaires des principales majors musicales.

Au-delà de la réfutation légale et constitutionnelle des mesures de rétorsion que prennent divers gouvernements pour punir le téléchargement et le partage de fichiers musicaux et au-delà de l’argumentation qui explique que l’État n’a pas à protéger par la force – contre l’évolution naturelle des choses – un modèle économique de production musicale qui est complètement déphasé avec la technologie moderne et les mentalités du 21e siècle, on peut se demander si les « pirates » seraient réellement coupables de la dramatique situation de l’industrie du disque.

Le graphique ci-dessous est singulièrement éloquent (établi sur base des chiffres de la RIAA qui défend les intérêts de l’industrie du disque aux États-Unis – chiffres qui peuvent parfaitement être extrapolés au reste du monde) :

 

On peut voir qu’après l’explosion des ventes de CD entre 1980 et 2000, depuis dix ans celles-ci s’effondrent sans être compensées par les téléchargements digitaux. Certes, les téléchargements illégaux peuvent peut-être expliquer la différence. Mais sans certitude aucune.

Par contre, ce qui est vraiment intéressant dans ces données, ce n’est pas tant la chute des ventes durant la dernière décennie, mais bien la spectaculaire anomalie des années ’90. Pendant cette période, les maisons de disques ont triplé leurs ventes. Un phénomène proprement incroyable qui doit s’expliquer par le fait que le CD digital est un support musical infiniment supérieur aux anciens vinyles et cassettes et bien plus pratique et par le fait que le CD était vendu plus cher que le vinyle ou la cassette. On se rend bien compte que les maisons de disques connurent là un véritable Âge d’Or.

Reste à savoir maintenant si la chute du chiffre d’affaires des maisons de disques signifie également une diminution du volume de musique vendue. Ou si c’est seulement le prix moyen par chanson qui s’est effondré. Et de poser l’hypothèse selon laquelle les ventes des maisons de disques entre 1980 et 2000 constituèrent un bulle qui éclata il y a dix ans et que l’on reviendrait à une situation normale où ces maisons gagnent autant d’argent aujourd’hui qu’au début du lancement du CD. Très loin donc d’une description apocalyptique – qu’aiment nous faire les maisons de disques et les politiciens qui les relaient – d’un futur sans musique peuplé d’artistes miséreux.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Un peu à part, mais ce sujet me rappelle toujours l’étiquette que le très mélodieux groupe Venom avait apposée au centre d’un de ses disques :

    « Hometaping is killing music. So are Venom. »

  • C’aurait été même encore plus drôle de parler de la texe pour la copie privée, instaurée par l’Etat obéissant aux majors, sur l ‘ensemble des supports de stockages (disques, GPS, téléphones, tablettes mémoires d’appareils photos…), complètement inconstitutionnelle car ne nous attribuant en réalité aucun droit de copie privée.

    Mais bon, c’est vrai qu’il y a tellement de conneries à démonter dans les tentatives de régulations gouvernementales sur l’internet et le nouveau modèle économique numérique qu’un article seul ne suffirait pas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en vidéo ici.

Qu'est-il arrivé à Téléperformance ?

L’entreprise Téléperformance était connue pour sa santé de fer et ses performances boursières. Son cours a été multiplié par 10 000 % depuis son introduction en bourse, au point de la faire entrer au CAC40 en 2020.

L'entreprise emploie 420 000 personnes à travers le monde pour sous-traiter des services consommateurs distants, comme les centres d’appels pour le SAV ou la vente, ou encore le contrôle d’identité lors de l’inscription à une néobanque en ligne.

... Poursuivre la lecture
Vienne musique
1
Sauvegarder cet article

Un article de Human Progress.

 

Notre vingtième Centre du progrès est Vienne, surnommée la "Ville de la musique". De la fin du XVIIIe siècle à la majeure partie du XIXe siècle, la ville a révolutionné la musique et produit certaines des plus grandes œuvres des époques classique et romantique. Le parrainage de la dynastie des Habsbourg, alors puissante, et des aristocrates de la cour impériale de Vienne a créé un environnement lucratif pour les musiciens, attirant ces derniers dans la ville. Certains des plus grands composit... Poursuivre la lecture

Le message que les agences de communications distribuent à prix d’or à tous les politiciens, de quelque bord qu’ils soient, est à peu de choses près le suivant :

« Il faut vous rapprocher des gens, faire plus humain, plus près de leurs préoccupations ».

Il faut dire qu’il n’y a pas grand-chose de plus dévastateur qu’un prétendant au pouvoir incapable de donner le prix d’une baguette de pain ou d’un ticket de métro. Ce genre de méconnaissance peut en quelques secondes fusiller votre carrière, ou tout du moins vous obliger à passe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles