Les pirates ne seraient pas si coupables

Selon le discours officiel, la copie tuerait la musique et affamerait les musiciens

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pirates ne seraient pas si coupables

Publié le 21 février 2011
- A +

On connait le discours officiel justifiant la lutte contre la « piraterie musicale », la chasse aux téléchargements, aux plate-formes de partage Internet de fichiers musicaux, etc. : la copie tuerait la musique en faisant chuter de manière dramatique les chiffre d’affaires des principales majors musicales.

Au-delà de la réfutation légale et constitutionnelle des mesures de rétorsion que prennent divers gouvernements pour punir le téléchargement et le partage de fichiers musicaux et au-delà de l’argumentation qui explique que l’État n’a pas à protéger par la force – contre l’évolution naturelle des choses – un modèle économique de production musicale qui est complètement déphasé avec la technologie moderne et les mentalités du 21e siècle, on peut se demander si les « pirates » seraient réellement coupables de la dramatique situation de l’industrie du disque.

Le graphique ci-dessous est singulièrement éloquent (établi sur base des chiffres de la RIAA qui défend les intérêts de l’industrie du disque aux États-Unis – chiffres qui peuvent parfaitement être extrapolés au reste du monde) :

 

On peut voir qu’après l’explosion des ventes de CD entre 1980 et 2000, depuis dix ans celles-ci s’effondrent sans être compensées par les téléchargements digitaux. Certes, les téléchargements illégaux peuvent peut-être expliquer la différence. Mais sans certitude aucune.

Par contre, ce qui est vraiment intéressant dans ces données, ce n’est pas tant la chute des ventes durant la dernière décennie, mais bien la spectaculaire anomalie des années ’90. Pendant cette période, les maisons de disques ont triplé leurs ventes. Un phénomène proprement incroyable qui doit s’expliquer par le fait que le CD digital est un support musical infiniment supérieur aux anciens vinyles et cassettes et bien plus pratique et par le fait que le CD était vendu plus cher que le vinyle ou la cassette. On se rend bien compte que les maisons de disques connurent là un véritable Âge d’Or.

Reste à savoir maintenant si la chute du chiffre d’affaires des maisons de disques signifie également une diminution du volume de musique vendue. Ou si c’est seulement le prix moyen par chanson qui s’est effondré. Et de poser l’hypothèse selon laquelle les ventes des maisons de disques entre 1980 et 2000 constituèrent un bulle qui éclata il y a dix ans et que l’on reviendrait à une situation normale où ces maisons gagnent autant d’argent aujourd’hui qu’au début du lancement du CD. Très loin donc d’une description apocalyptique – qu’aiment nous faire les maisons de disques et les politiciens qui les relaient – d’un futur sans musique peuplé d’artistes miséreux.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Un peu à part, mais ce sujet me rappelle toujours l’étiquette que le très mélodieux groupe Venom avait apposée au centre d’un de ses disques :

    « Hometaping is killing music. So are Venom. »

  • C’aurait été même encore plus drôle de parler de la texe pour la copie privée, instaurée par l’Etat obéissant aux majors, sur l ‘ensemble des supports de stockages (disques, GPS, téléphones, tablettes mémoires d’appareils photos…), complètement inconstitutionnelle car ne nous attribuant en réalité aucun droit de copie privée.

    Mais bon, c’est vrai qu’il y a tellement de conneries à démonter dans les tentatives de régulations gouvernementales sur l’internet et le nouveau modèle économique numérique qu’un article seul ne suffirait pas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, la Commission européenne imposait une amende record de 497 millions d’euros à Microsoft et lui imposait de produire une version de Windows sans Internet Explorer et sans Windows Media Player.

Ceci mettait fin à des années de procédures antitrust et arrivait à contre-temps alors que la concurrence avait déjà amplement limité le monopole de Microsoft sur ces deux produits.

Quelle ironie que Microsoft ait récemment renoncé à mettre à jour Internet Explorer et ait choisi de le remplacer par Edg... Poursuivre la lecture

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Aujourd’hui, les données personnelles sont devenues de véritables ressources dans notre économie mondiale. Internet a fait tomber les frontières nationales dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Nous considérons souvent le commerce comme le transfert de biens entre des lieux ou des services, mais une grande partie du commerce mondial actuel est constituée de transferts de données moins tangibles, mais non moins réels, dans ce que l’on appelle les flux de données transfrontalie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles