L’université ou la vie ?

James Altucher pense qu’envoyer ses enfants à l’université est une mauvaise idée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’université ou la vie ?

Publié le 15 février 2011
- A +

Vous vous êtes sûrement déjà posé la question : est-ce que je perds mon temps (et mon argent) à l’université ?

James Altucher pense que oui. Cet auteur américain, gestionnaire de fonds chez Formula Capital, se fait lancer des tomates quand il répète qu’envoyer ses enfants à l’université est une mauvaise idée.

Son raisonnement : d’abord, l’université coûte trop cher. Aux États-Unis, le coût d’admission explose depuis quelques années. La dette moyenne d’un finissant a presque doublé depuis 1990, et atteint aujourd’hui $24.000. Même en tenant compte du meilleur salaire que procurera le diplôme, c’est plus payant, sur un horizon de 50 ans, de placer $100.000 — le coût moyen d’un diplôme — à un taux de 5% que d’aller à l’université, calcule Altucher.

(Surtout si on n’y apprend rien. Une récente étude affirme que 36% des étudiants américains n’apprennent « presque rien » après quatre ans d’université. Probablement parce que certains passent plus de temps à fêter qu’à étudier…)

Plus important encore : l’école de la vie enrichit et forme beaucoup mieux que l’université, dit Altucher. Sur son blog, il propose quelques « programmes » qui vous enseigneront ce que l’université ne pourra jamais. En voici cinq :

1— Démarrez une entreprise. Vous apprendrez à bâtir et exécuter une idée, et à « manger ce que vous chassez ».

2— Voyagez. Vous apprendrez que vous n’êtes pas le centre de l’univers.

3— Maîtrisez un art. (peinture, instrument de musique, etc.) Vous apprendrez que la créativité est un muscle qui ne grossit qu’avec une grande dose de discipline.

4— Devenez humoriste. Vous apprendrez à communiquer, à vous vendre, à gérer les insultes et les échecs quotidiens.

5— Travaillez pour un organisme de charité. Qu’est-ce qui vous servira le plus ? Suivre le cours Littérature française 101, ou servir des repas pendant un an à des personnes âgées atteintes d’Alzheimer?

Apportons un bémol au point de vue irrévérencieux d’Altucher. Aux États-Unis, le taux de chômage des détenteurs d’une formation universitaire est d’environ 4%, comparativement à 15% pour ceux qui n’en possèdent pas (bien que le lien de cause à effet ne soit pas si clair).

Un compromis possible : de 18 à 20 ans, faites autre chose, conseille Altucher. Ensuite, allez à l’université. Cela aura aussi l’avantage de vous éviter un regret ou deux quand vous serez étendu sur votre lit de mort.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Anne Hidalgo avait promis de ne pas augmenter les impôts à Paris. C’était pour rire.

Elle a décidé de taper les Parisiens au portefeuille par surprise au moment qui fait le plus mal. L’inflation galopante a déjà commencé à rogner leur pouvoir d’achat et leur épargne. Une récession dure pointe le bout de son nez. Joli contexte pour accroître brutalement la pression fiscale de 570 millions supplémentaires. Au groupe Changer Paris, nous avions prévenu les Parisiens qu’Anne Hidalgo entrainait la mairie sur une trajectoire financièrement in... Poursuivre la lecture

Liz Truss
3
Sauvegarder cet article

Le mois de Liz Truss en tant que Premier ministre britannique a été plutôt mouvementé, c'est le moins que l'on puisse dire. Après l'annonce par son gouvernement d'une série de réductions d'impôts et de plans de dépenses assez farfelus pour faire face à la crise énergétique, financés en grande partie par un endettement supplémentaire, la panique s'est emparée des marchés, les taux d'intérêt sur les obligations d'État britanniques à long terme ont fortement augmenté et même les fonds de pension ont été mis en danger et contraints de vendre des ... Poursuivre la lecture

Une doctorante dans le domaine des STEM (siences dures) de l'une des meilleures universités du monde m'a dit un jour :

"Je pense que tout le monde a raison."

Lorsque j'ai essayé d'argumenter que les faits et la vérité existent et que sa déclaration défie la définition de juste, elle m'a répondu : "nous pensons différemment, et c'est bien ainsi".

Une institution renommée ressemblait soudain à un jardin d'enfants.

Aujourd'hui, j'aime commencer un cours de philosophie en demandant aux étudiants s'ils peuvent dire que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles