La France malade de ses ports

Comment la CGT, en devenant une mafia, provoque la ruine des ports français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France malade de ses ports

Publié le 7 février 2011
- A +

Pendant que la presse est toute focalisée sur les déplacements d’une ministre pendant ses vacances, les jours de grèves se suivent et se ressemblent dans ce pays qui naguère fut une puissance mondiale. Et si cette grève arrive à déclencher un intérêt journalistique lorsqu’il s’agit de la magistrature, il est difficile de réprimer un bâillement lorsqu’on écoute les derniers gémissements plaintifs des dockers de Marseille. L’aspect routinier de la chose, sans doute …

En effet, vous ne le savez peut-être pas, mais les dockers sont encore en grève. Ou si vous le savez, c’est soit parce que vous êtes vous même docker (et vous lisez ce blog pendant vos longues journées à glander sur l’internet), soit parce que vous êtes directement impacté par l’inaction douillette d’une certaine catégorie de prébendiers.

Cela fait en effet plusieurs semaines que le conflit s’éternise entre les dockers et les directions des différents ports, dont celui de Marseille, fer de lance de l’inaction syndicalisée. Le motif ? Oscillant comme d’habitude entre le spécieux et le futile, mâtiné d’une bonne dose de scandale lamentable, nos aimables professionnels du tourisme de déchargement portuaire réclament qu’on tienne compte de la pénibilité de leur non-travail pour leur permettre de partir en retraite à 58 ans au lieu de 62. Povtichous fatigués…

Et c’est vrai que leur non-travail est pénible puisqu’il coûte, tous les jours, des sommes importantes à tous les armateurs dont les bateaux sont stationnés, inertes, en rade en attendant des jours meilleurs où, enfin, une vague dépense calorique sera effectuée par les fiers joueurs de pipeau de la CGT Ports & Docks. Le montant total s’élèverait, actuellement à pas loin de 800 millions d’euros. Et ça tombe bien : l’Etat français, les ports de commerce du littoral et les communes concernés baignent actuellement dans des piscines de pognon.

Port de Marseille en 2012 : merci la CGT

À tel point d’ailleurs que la Cour des Comptes, dans son récent rapport, encourage nos joyeux branle-musards à continuer sur la même pente. Rien de tel en effet qu’une bonne grève pour améliorer le bilan des ports français et favoriser l’émergence de comportements dignes et respectables : tout semble en effet indiquer que — stupeur et consternation — la CGT soit une fois encore plus proche de la mafia sicilienne que d’une organisation syndicale respectable.

Oh, tout de suite, j’en vois déjà certains, l’œil torve, l’haleine chargée de vapeurs éthyliques et la lippe pendante, brailler que ce rapprochement du groupement syndical avec la pieuvre calabraise est honteux ou caricatural et présage d’une velléité de censurer l’action ouvrière dans une prémisse d’heures les plus sombres de notre histoire, que c’est vilain pas beau et qu’il faut au contraire écouter un peu ce que les fiers artisans gréviculteurs ont à nous dire.

J’arrête tout de suite ces lourdauds avinés : non, il n’est plus temps. Même au sein des autres organisations syndicales, d’habitude solidaires, on ne peut empêcher de laisser poindre une gêne.

François Chérèque a ainsi admis que le système syndical en place dans les ports français n’est « pas tout à fait démocratique« , ce qui est un délicat euphémisme lorsqu’on sait qu’un docker qui aurait l’idée aussi sotte que grenue de ne pas se syndiquer ou de ne pas faire grève aurait tôt fait de retrouver ses rotules pétées par un petit matin frais de février…

Si l’on y ajoute les conditions de « travail » proprement stupéfiantes dont nos amis dockers et grutiers bénéficient, on comprend que le principe du Plus C’est Gros Plus Ça Passe s’applique avec constance et ferveur dans ce « milieu » qu’on va devoir écrire avec une majuscule, en baissant la voix et en regardant par dessus son épaule, des fois que …


On pourrait lister ici les billets de ce modeste blog dans lesquels je relate les différentes poussées d’urticaire de ces malheureux pauvrets maltraités par un non-travail ingrat et pénible, ça donnerait une longue liste évoquant du sang, de la sueur, du naufrage et de la bonne grosse magouille des familles.

On pourrait aussi parler longuement des frères d’armes locaux de nos nervis encartés qui, à l’instar des non-travailleurs du dock, ne sévissent actuellement pas à bord des bateaux de la SNCM ; un roman n’y suffirait pas, mais là encore, on trouverait les mêmes pratiques de vol, d’extorsion, de violences, de chantage, ou de prise d’otages dont tout fait furieusement penser qu’elles sont pourtant l’apanage d’autres sociétés peu reluisantes.

En fait, tout montre que la CGT Ports & Docks et le Syndicat du Livre CGT se comportent de la même façon et pour les mêmes raisons : les deux branches du syndicat ont établi de véritables fiefs dans leurs domaines respectifs, et ce d’autant plus facilement que la République les aura abandonnés en rase campagne, pour des raisons de connivences idéologiques au départ, de compromission électorale ensuite et enfin pour simplement éviter des problèmes plus graves.

De fil en aiguille s’est constitué une véritable coterie de brigands sûrs de leur force qui n’hésitent absolument pas à mener des actions de plus en plus audacieuses et illégales, et ce d’autant que plus personne n’ose admettre l’évidence : on n’est plus, et loin s’en faut, dans l’action syndicale visant à protéger des salariés, mais bel et bien dans la lutte entre deux modèles, l’un républicain et vaguement assis sur l’état de droit, l’autre clairement basé sur la force, parfois brutale, et l’utilisation régulière de procédés illégaux pudiquement oubliés par une justice commodément aveugle.

Mais ce qui est absolument certains, c’est l’issue, à long terme, des efforts permanents que ces syndicalistes ont fait pour rendre pénible l’accostage dans les ports français : ces derniers périclitent déjà, et avec eux, les emplois dont se nourrissent ces parasites. De la même façon que les imprimeurs de presse disparaissent et avec eux, les fiers abrutis syndicalisés qui s’y attachent, les ports français vont, progressivement, se débarrasser de leur vermine … en faisant faillite.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Heu ce qui est écrit dans la photo …. C’est vrai ?????????????

    Je veux devenir docker, ca gagne visiblement mieux que chef d’entreprise !!!!!

  • J’hallucine, l’info du tract est Vrai !!! Cf p. 49 de ce document de la cour des comptes :

    http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/RapportPortsFrancais.pdf

    qui dit ceci :
    « Ces coûts tiennent également aux rémunérations versées par ces
    sociétés. Selon les éléments recueillis par le port autonome dans le cadre
    du comité de suivi du plan de performance, le salaire mensuel brut moyen
    d’un ouvrier mensualisé s’établissait en effet en 2003 à 4 600 € sur le
    bassin de Fos, et à 3 800 € sur celui de Marseille, soit des montants
    supérieurs au salaire moyen de la branche selon les données
    communiquées par l’UNIM16 »

  • a celui qui a écrit ce torchon de frustré mégalo envieux et sectaire je réponds …… VA TE FAIRE ENC ..Lé . tu te cache derriere une affiche et des propos que tu as recueuilli sans doute derrire ton petit cervelé mongolite . avec tout le pognon que vous dépensé pour recruter des adherants a votre collectif de p’tites bites , vous avez qu’a venir nous rendre visite sur le port bande de tarlouzes et on verra combien de temps vous resisterer . on verra bien si tes propos de tapette assexuée comme quoi nous sommes des mafieux vont tenir en tete a tete . tu vois , a toi il ta fallu 2500 caracteres pour dire la meme chose que ce que je viens de te dire , mais moi je ne me cache pas derriere des mots enjolivés . t’es une merde et c’est tout .

    • Ce commentaire, injurieux, mal articulé, contenant des menaces et bourré de fautes diverses, sera laissé pour montrer la façon dont pensent les exploiteurs de la CGT et autres syndicalistes qui vivent sur le dos des salariés qui n’ont d’autres choix que de payer pour leurs exactions et leur incurie.

      Ces cancrelats ne méritent qu’une chose : le mépris et, bien sûr, le nécessaire passage par la prison que mérite tout mafieux.

  • bla bla bla . va faire vroum vroum au lieu de jouer avec des choses qui te dépasse ,merdeux.si je lis ton article , je trouve quand mème que tu es gonflé d’affirmé de telle insanités . pour moi ça c’est des insultes diffamatoires , alors ,ne te plains pas . quand on sait pas de quoi on parle , on a au moins la descence de se renseigner correctement , petit merdeux va . t’as des couilles que derriere ton ecran toi mais si je te mets un sac de ciment sur le dos tu t’effondre comme une merde , alors ,fait attention a tes propos et surtout a leurs velléités si tu veux pas te retrouver avec un procès aux cul …

    • Invectives, menaces. On continue.

      Trollichou ridicule : tu t’enfonces en montrant exactement ton vrai visage de petite frappe sans envergure. Minable.

  • puis surtout ,le masque a gaz que tu portes doit surement provenir d’une vente aux enchères , t’as certainement pas le profil d’un dur de la révolte populaire toi . c’est un masque de cochon qui te faudrait . je pense que la seule chose que tu connaisses d’un bateaux ,c’est surement le kayak quand t’étais petit . et après tu t’es tourné vers de longues études studieuses a souhait ou tu t’es dis que puisque je suis un branleur , je vais faire chier mon monde . je suis mème quasiment sur que t’as pas fait ton service militaire toi , encore une petite fiote planqué chez papa ,maman … .tu devrai aller voir ton pote véron et vous pourrez ensuite marcher main dans la main vers le soleil couchant . et puis si je l’ai écris ce petit mot doux en ton encontre plus haut ,c’est bien que je veuille qu’il reste , comme ça je vais rameter tous mes potes dockers et portiqueurs et tu vas te prendre une déferlantes de poèmes . a plus mon pote ….

  • mais bien sur , nous sommes idiots et fier de l’etre , mais lis bien l’article sur le haut du pavé et comprends bien toutes les phrases qui y sont écrites et en toute objectivité dis moi qui a déclenché les hostilités . maintenant , que j’insulte cette petite merde , ce n’est pas vraiment un problème, c’est une habitude, chez nous on marche comme ça, à l’insulte, car a seulement croire que les dockers touchent des sommes d’argents illégalement en plus de nos salaires démontre a priori un niveau de sérieux dans ces petites enquètes journalistiques. maintenant si ce petit morveux maigrichon de quoi 65 kg a tout cassé s’amuse a proférer des allégations non fondées sur les abrutis , dixit la cour des comptes , car bien entendu tout le monde sait que la cour des comptes n’a rien affiché sur la reproduction des escargots par temps de pluie car nous sommes une entreprise privé et que de ce fait , elle n’ a aucune autorité donc il faut que je te dise que dédé, l’autre soir, il m’a raconté des trucs t’y crois pas et et lorsque ce petit trou du cul fera son travail correctement tu comprends ginette ne voulais pas sortir avec alors j’y ai dis, à dédé, de laisser tomber , nous lui donnerons du crédit et là j’ai repris trois fois des nouilles . en attendant il devrait continuer a ecrire sur des biographies qu’il maitrise comme l’histoire passionnante de steevi boulay et d’ailleurs ruquier c’est vraiment qu’une grosse pédale . et toi mon gars , t’es tout de même salement pas français alors retourne donc faire un petit tour t’amuser sur ta croisière .

    • Oh. Je sens poindre une petite frustration. Il te faut plus de sexe, mon brave, tu es tout crispé, là, très manifestement.

  • quoi, tu es aussi sexotherapeute ?
    t’inquiete pas pour moi mon p’tit gars .ma sexualité se porte comme un charme , mais notre difference a tout les deux ,c’est que moi j’enfourne avec mon chibre de 15 m et une circonférence monumentale grâce à mes petites pilules SuperZgeg tandis que ton mercantilisme me fait plutot penser que tu as un trou du cul aussi gros que la capsule de ton masque a gaz, non ?
    ah ! mais en plus je t’ai pas raconté comment en réalité c’est avec moi que ginette sort et pas avec dédé . tien c’est comme ça que l’on fait de la propagande . mais je vais aller faire un tour sur un autre journal . t’inquiete ,après je reviendrai te dire lequel aller voir. Je sais. Je suis passionnant.

  • et il est tréés beau ton costumagaz.

  • Waouw ! Il nous offre une belle contribution en commentaires le chien fou.
    C’est ce qu’on appelle un gros don de cocker ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Cent milliards d’euros à distribuer d’ici 2030 à des villes européennes pour devenir « neutres pour le climat » ! Et allons donc !

La foire aux subventions tous azimuts pour les villes neutres en carbone

La foire aux subventions juteuses continue. Les milliards d’euros européens qui semblent tombés du ciel mais qui sont directement prélevés dans la poche des contribuables continuent d’abreuver le marché honteux des malins qui se pressent pour récupérer cette manne issue des impôts et taxes prélevés sur tous les citoyens.

Soyons... Poursuivre la lecture

À la suite de la décision du gouvernement de remonter de 20 TWh l’Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique au profit de ses concurrents directs, l’État privera EDF de 8 milliards de recettes qui viennent s'ajouter aux 14 milliards qu'il a déjà mis sur la table depuis septembre pour rendre presqu’indolore l’accroissement des prix de l’énergie devenus fous depuis l’été 2021. Générosité envers les plus démunis affirmeront les uns, câlinerie électorale à trois mois de la présidentielle chuchoteront les autres. Le « quoi qu’il en coûte » ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles