Se syndiquer ou pas ?

Au-delà des promesses syndicales, il existe une réalité : rien n’est gratuit en ce bas monde

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Se syndiquer ou pas ?

Publié le 2 février 2011
- A +

Avez-vous lu l’histoire de la poissonnerie Cowie, à Granby ? Le syndicat essaie en ce moment de pénétrer cette PME de 99 employés — en majorité des étudiants qui gagnent le salaire minimum. Les représentants syndicaux promettent des hausses de salaire, des primes et plus de congés. Au grand désarroi du propriétaire, Jacques Martin.

Les employés devraient-ils accepter de se syndiquer ? C’est à eux de décider. Mais rappelons qu’au-delà des promesses syndicales, il existe une réalité à laquelle toute PME doit faire face : rien n’est gratuit en ce bas monde.

Pour mieux comprendre le point de vue du boss, je vous invite à lire des passages d’une lettre qu’A.G., patron d’une PME en Caroline du Nord, a envoyée à ses 25 employés il y a près d’un an. Suite à une hausse du salaire minimum dans cet État*.

J’avais écrit une chronique à l’époque sur le salaire minimum, me basant sur cette lettre. Mais pour une PME, une hausse de salaire des employés — qu’elle soit due à une hausse du salaire minimum ou à une syndicalisation — revient au même : si les revenus de l’entreprise ne changent pas, le boss doit couper ailleurs.

À tous les membres de l’équipe :

J’ai publié l’horaire pour la semaine prochaine. Vous remarquerez que j’ai réduit le nombre d’heures de chacun de vous. Je tiens à vous expliquer pourquoi, car personne n’a fait quoi que ce soit de mal pour mériter ça.

D’abord, nos ventes diminuent pendant cette période de l’année. Mais aussi, les politiciens viennent de hausser encore une fois le salaire minimum.

J’aimerais donner à chaque employé toutes les heures qu’il désire. Nous produirions plus chaque jour, nos clients seraient heureux, l’entreprise grandirait et je pourrais embaucher davantage. Mais comme toute PME, nous fonctionnons sur un budget serré. Pour survivre, nous devons faire un profit. Pour y arriver, le coût de notre main-d’œuvre (le total de vos salaires) ne peut dépasser un certain pourcentage de nos ventes. Sinon, nous ferons faillite.

Les politiciens ont haussé le salaire minimum d’environ 30% depuis 2006. Cela paraît une excellente nouvelle – plus d’argent pour tout le monde ! Malheureusement, ça ne fonctionne pas ainsi. Si je dois vous payer tous 30% de plus, je ne peux pas vous donner autant d’heures. Car nos ventes, elles, n’ont pas grimpé de 30%. En conséquence : je dois réduire vos heures.

Vous pouvez remercier nos politiciens pour cette situation.

Si vous avez des questions au sujet de la présente, s.v.p. n’hésitez pas à venir me voir. Ma porte est toujours ouverte. 

Remplacez les termes « politiciens » et « salaire minimum » par « syndicat » et « demandes salariales du syndicat », et vous avez une situation qui pourrait ressembler à celle de la poissonnerie Cowie d’ici peu.

Nos lois du travail au Québec empêchent le patron de la poissonnerie de communiquer ce point de vue à ses employés pendant la campagne de syndicalisation. S’il le fait, on lui colle une amende.

Mais peut-être que certains des employés lisent le Journal

Note :

* La lettre originale a été envoyée à Donald Boudreaux, professeur à George Mason University et blogueur à Cafe Hayek.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans cet article publié par Contrepoints au mois d'avril, j’expliquais pourquoi, à mon avis, il conviendrait de supprimer le salaire minimum qui est imposé à tous les producteurs et dont le montant est décidé par le pouvoir politique.

Or, dans un article publié très récemment, il est indiqué qu’il est souhaitable d’augmenter le montant du salaire minimum pour que les salariés en bénéficiant puissent acheter par crédits un bien immobilier. Certes le salaire minimum a été un peu augmenté au cours des années, mais dans une moindre proport... Poursuivre la lecture

richesses salaire minimum
1
Sauvegarder cet article

Il a été décidé récemment en France d’augmenter le salaire minimum. Après avoir connu une augmentation de 0,9 % début 2022, le Smic est désormais porté à hauteur de 1603,12 euros brut par mois, contre 1589,47 euros brut en 2021. Ce que l’on appelle un salaire minimum est évidemment le montant minimum de salaire imposé par les gouvernants à toutes les entreprises.

On considère en général cette mesure comme souhaitable car on estime que les entrepreneurs auraient tendance à imposer des salaires trop faibles, ce qui génèrerait évidemment ... Poursuivre la lecture

Comme l’écrit à juste titre le professeur Pascal Salin, le communisme a laissé des traces en France. Celles-ci se retrouvent aujourd’hui dans la limitation de la liberté des décisions des entreprises en grande partie à cause des actions étatiques. Ainsi en est-il de la dernière décision du gouvernement d’Emmanuel Macron concernant la gestion de la pandémie.

Le 27 décembre 2021, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les Français dont la profession le permet doivent s'attendre, au cours des semaines à venir, à renouer avec le tél... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles