Le moment du « double merci »

Deux personnes échangent parce que chacune d’elle veut ce que possède l’autre plus que ce qu’elle possède déjà

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le moment du « double merci »

Publié le 1 février 2011
- A +

Deux personnes échangent parce que chacune d’elle veut ce que possède l’autre plus que ce qu’elle possède déjà.

Entendu dans le métro récemment : « Quand deux personnes échangent biens et argent, l’une gagne et l’autre perd. Sinon, il n’y aurait pas de profit. »

Ce raisonnement est plus populaire qu’on le croit. Et justifie parfois l’hostilité envers le commerce ou le libre-échange. Seul problème : il est faux.

Combien de fois ça vous arrive de payer $1 pour un café et, quand la caissière vous dit « merci » en vous remettant le café, de lui répondre « merci » ? Ce curieux moment du « double merci » est plus qu’un échange de politesse. C’est une leçon d’économie, dit le journaliste John Stossel.

Pourquoi ces « mercis » ? Parce que vous désirez le café plus que le dollar. Et que le commerce désire votre dollar plus que le café. Vous gagnez tous les deux.

Deux personnes échangent parce que chacune d’elle veut ce que possède l’autre plus que ce qu’elle possède déjà (rappelez-vous vos échanges de cartes de hockey). Si l’une d’entre elles gagnait et l’autre perdait, le perdant n’échangerait pas.

Nous vivons ce moment du « double merci » chaque fois que nous payons à la caisse dans une boutique de vêtements ou que nous souhaitons bonne journée à la serveuse en quittant un restaurant, explique le journaliste John Stossel dans une de ses chroniques.

La même chose se produit quand vous achetez quelque chose d’un étranger. On appelle ces échanges « exportations » et « importations » juste parce que des frontières existent. Mais les frontières sont des accidents de l’histoire. Le résultat d’une décision arbitraire d’un politicien. Savez-vous si Montréal « souffre » d’un déficit commercial avec Drummondville ? Non. Parce qu’on s’en fout.

En réalité, il n’existe pas d’importation, ni d’exportation. Il y a ce que vous produisez et ce que tous les autres produisent. Les échanges sont mutuellement bénéfiques. Le protectionnisme – l’imposition de taxes à l’entrée de produits étrangers – est l’outil qu’utilisent les politiciens pour protéger leurs amis chefs d’entreprise en nous empêchant d’échanger avec quelqu’un (un étranger) qui nous offre un meilleur deal.

Dans le commerce comme ailleurs, deux mots embrument notre jugement : « nous » et « eux ». Nous n’échangeons pas avec eux. Le Canada n’échange pas avec la Chine, ou avec les États-Unis, ou tout autre groupe. J’échange avec toi. Tu échanges avec moi. Tremblay échange avec Nguyen. Des individus échangent avec des individus.

Si l’économie continue de s’enliser, les gouvernements de la planète seront tentés d’imposer des taxes et autres barrières aux produits étrangers. Ce serait une erreur.

Lorsqu’ils sont libres, les gens échangent à travers les frontières naturellement. Les acheteurs, autant que les vendeurs, en profitent, dit Stossel.

« Merci. – Merci. »

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Personnellement, je n’ai jamais mis les pieds dans un Starbuck. J’aimais eu l’occasion (faudra que j’essaie un jour), mais je paye toujours mon café environ 1$ dans la plupart des établissements.
    Si le café est à 5$ chez Starbuck, il doit certainement y avoir une bonne raison.
    Surtout que j’y vois, quand je passe devant, toujours beaucoup de monde. Et tous volontaire, pas amené au fusil.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett.

Notre quatrième centre de progrès est Nan Madol, une ville qui témoigne de la portée des premiers navigateurs. La Micronésie, où Nan Madol a finalement été construite, a commencé à être colonisée par les anciens Austronésiens il y a plus de quatre mille ans. Ce sont eux qui sont considérés comme les premiers humains à avoir inventé des navires.

Cette invention leur a permis d'explorer et de peupler une grande partie de la région indo-pacifique au cours de l'expansion austronésienne. L'expansion a atteint son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles