M. Charest, appelez Chris Christie

609-292-6000. Demandez le gouverneur du New Jersey

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

M. Charest, appelez Chris Christie

Publié le 29 janvier 2011
- A +

609-292-6000. Demandez le gouverneur du New Jersey.

Il reste deux ans à votre mandat, M. Charest. Avant de les entreprendre, j’aimerais que vous donniez ce coup de fil.

M. Christie peut vous aider à corriger l’état de nos finances publiques. À tenir tête aux syndicats et groupes d’intérêt qui nous entrainent tranquillement vers la faillite. Et à vous transformer en quelqu’un de plus franc, plus transparent.

Au bord de la faillite

Au New Jersey, les gens perdent leurs maisons et leurs emplois. L’État est dans le trou. Le gouvernement coupe partout, incluant écoles, matériel scolaire et professeurs. Chris Christie :

« Nous sommes le troisième État le plus endetté des États-Unis. Ce serait irresponsable de nous endetter davantage. Nous devons, et allons, réduire la taille du gouvernement. Nous allons vivre selon nos moyens. »

(Je paraphrase ses propos, tirés d’entrevues et de discours.)

Chris Christie s’est récemment brouillé avec les syndicats d’enseignants du New Jersey:

« J’ai demandé aux enseignants du New Jersey et à leurs syndicats — qui ont profité d’augmentations de 4,9 % par année — d’accepter un gel de salaire pendant un an. Et de prendre 1,5 % de leur salaire pour aider à payer leurs généreux avantages sociaux (payés par les contribuables du New Jersey). Le syndicat a répondu : oubliez ça !

Ils n’ont que faire des enseignants qui se font licencier, ou des enfants qui reçoivent moins de services. Ils me disent : haussez les taxes, gouverneur, pour payer nos augmentations. Non ! Je ne vais pas hausser les taxes des gens du New Jersey, qui sont en train de perdre leurs maisons. »

Ce n’est pas une bataille avec les enseignants, précise Christie, mais avec les syndicats. Ici, quel politicien ose remettre en question le pouvoir des centrales syndicales ? Aucun. Christie, encore :

« Les syndicats d’enseignants perçoivent $130 millions en cotisations syndicales chaque année. Vous refusez qu’on utilise 1,5% du salaire pour payer les avantages sociaux des enseignants. Pourquoi alors ne réduisez-vous pas vos cotisations syndicales du même montant ? Afin que les enseignants ne voient aucune différence sur leur chèque de paye. Non. Les gens du syndicat préfèrent dire : laissons les autres faire des sacrifices, moi je veux garder mes privilèges. »

À un journaliste qui critique son « ton belliqueux » :

« Que vous aimiez cela ou non, je vais dire les choses directement. Quand vous allez me poser une question, je vais y répondre de façon directe et franche. Personne au New Jersey n’aura à se poser la question : où se situe Chris Christie dans ce dossier ? »

Les Pères Noël, c’est fini

Chris Christie n’est pas parfait. On peut diverger d’opinion avec lui. Mais sa candeur est rafraîchissante. Ça change du double langage des politiciens.

Depuis des années, les politiciens jouent au Père Noël en donnant des bonbons. Et refilent la facture à la génération suivante. Ce temps est révolu. Les États doivent se serrer la ceinture. Le politicien du futur, c’est celui qui va oser dire non. Qui va écouter le peuple au lieu de satisfaire les caprices de groupes bien connectés politiquement — des banquiers millionnaires aux syndicats.

Surveillez bien Chris Christie. Si les républicains veulent reprendre le pouvoir en 2012, c’est d’un type comme lui qu’ils ont besoin.

Nous aussi, d’ailleurs. Et le plus tôt sera le mieux. M. Charest : 609-292-6000.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Les élections législatives ne sont pas seulement un enjeu politique pour les partis, elles ont aussi un aspect financier crucial. La facture atteint 65,9 millions de financement public annuel.

La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques – la CNCCFP pour les intimes – veille scrupuleusement au respect des lois en matière de financement des campagnes électorales. Financement qui, pour les élections législatives, obéit à des règles précises (Art. L52-11 du Code électoral).

 

Combien coûte... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles