Notre ennemi, l’État

Une institution antisociale et criminelle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre ennemi, l’État

Publié le 16 janvier 2011
- A +

Le caractère criminel de l’État n’a rien de neuf et n’est pas surprenant. Il est apparu quand, pour la première fois, des prédateurs se sont réunis et ont formé un État ; et cela continuera aussi longtemps que l’État existe. Car l’État est fondamentalement une institution antisociale et criminelle.

Albert Jay Nock (1870 – 1945), journaliste pamphlétaire, paléoconservateur et anarchisant, a exercé une très grande influence sur les libertariens. À l’encontre des théories présentant l’État comme le résultat d’un contrat social, Nock reprend au sociologue allemand Oppenheimer l’idée qu’il naît toujours à la suite d’un coup de force, d’un acte de conquête.

Le Mises Institute met librement à disposition le livre classique de Nock : Our Enemy, The State (PDF de 960 KB). Et pour les fans, l’institut met également en vente le T-shirt.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Aucune traduction française ne semble exister. Et pourtant, c’est en Europe, et particulièrement en France, que la conclusion de Nock (« l’Etat est fondamentalement une institution antisociale et criminelle ») est la plus pertinente…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’amour rousseauiste de l’État nation rejette, par définition, l’idée même d’un système politique constitué en factions ou groupes d’intérêt. Sous la révolution, les jacobins considéraient le centralisme comme gage d’unité et de stabilité face aux régionalismes et communautarismes. Cela n’a pourtant pas fait obstacle aux changements incessants de régime, ni permis de pacifier les relations entre identités régionales et État central.

 

Un système à bout de souffle

Aujourd’hui, nos institutions démocratiques sont à bout de so... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

culture libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Les activistes de gauche, notamment d’ultra ou d’extrême gauche, ainsi que certains sociologues, qualifient souvent Hayek de chantre de « l’ultra-libéralisme », partisan d'un État minimal relégué à la simple garantie des droits de propriété.

Cependant, une lecture attentive de ses ouvrages leur montrerait qu’il n’en est rien. Chez Hayek, la place de l’État est importante, et c’est ce qu’il convient d’expliquer dans cet article.

 

Le refus chez Hayek de l’État minimal

Contrairement à une idée répandue, Hayek n’est ni ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles