Notre ennemi, l’État

Une institution antisociale et criminelle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Notre ennemi, l’État

Publié le 16 janvier 2011
- A +

Le caractère criminel de l’État n’a rien de neuf et n’est pas surprenant. Il est apparu quand, pour la première fois, des prédateurs se sont réunis et ont formé un État ; et cela continuera aussi longtemps que l’État existe. Car l’État est fondamentalement une institution antisociale et criminelle.

Albert Jay Nock (1870 – 1945), journaliste pamphlétaire, paléoconservateur et anarchisant, a exercé une très grande influence sur les libertariens. À l’encontre des théories présentant l’État comme le résultat d’un contrat social, Nock reprend au sociologue allemand Oppenheimer l’idée qu’il naît toujours à la suite d’un coup de force, d’un acte de conquête.

Le Mises Institute met librement à disposition le livre classique de Nock : Our Enemy, The State (PDF de 960 KB). Et pour les fans, l’institut met également en vente le T-shirt.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Aucune traduction française ne semble exister. Et pourtant, c’est en Europe, et particulièrement en France, que la conclusion de Nock (« l’Etat est fondamentalement une institution antisociale et criminelle ») est la plus pertinente…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La réforme des retraites est sur le devant de la scène. Élisabeth Borne a présenté le plan du gouvernement qui est un énième plan de sauvetage qui ne résoudra rien. Comme dans le cas de la Sécu.

 

La présomption fatale

Les politiciens se croient d’un autre limon que le commun des mortels. Le commun des mortels en est convaincu aussi et a abandonné la souveraineté sur sa vie pour se jeter pieds et poings liés entre les mains avides des politiciens.

Le gouvernement veut confondre « le gouvernement et la société ». Il p... Poursuivre la lecture

Les collapsologues ont tout à fait raison : nous vivons bien une période d’Apocalypse, à la nuance près que ce n’est pas la planète qui s’effondre, c’est l’État qui part en totale déconfiture.

En quarante ans de "néolibéralisme" (entendez par là en quarante ans de soviétisation menée par des fils à papa parisiens pourris gâtés) la France s’est propulsée avec vigueur et confiance dans une trajectoire menant tout droit dans le mur.

Le prétendument meilleur système de santé au monde est en fait un dispensaire qui ne tient que par m... Poursuivre la lecture

pass sanitaire Guerre en Ukraine individus
2
Sauvegarder cet article

Un des principes fondamentaux autour duquel se regroupent les libéraux est celui de la liberté individuelle.

Il serait donc logiquement en tête des arguments que porterait un candidat libéral à une élection. Ce serait pourtant une assez mauvaise idée.

 

Un principe assez difficile à expliquer et à défendre

On vous renverra souvent les objections suivantes.

Objection 1 : nous avons déjà la liberté individuelle. C'est vrai, si nous mettons de côté les confinements, contraintes administratives, codes et autres lo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles