La Chine soutient l’euro, pour mieux s’en débarasser ?

Le désir bizarre de l’UE de vendre des armes à la Chine semble avoir du sens

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mur des 9 dragons dans la Cité Interdite à Pékin, Chine (Crédits Gilad Rom, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Chine soutient l’euro, pour mieux s’en débarasser ?

Publié le 14 janvier 2011
- A +

Tout d’un coup, le désir bizarre de l’UE de vendre des armes à la Chine semble avoir du sens. Les Chinois sont entrés dans la mêlée pour acheter de la dette portugaise, en dépensant €1,1 milliards en achats directs de bons du trésor, et peut-être plus en transactions secondaires.

Les eurocrates en sont pris de vertige, tant ils sont soulagés. Herman Van Rompuy salue la transaction en disant que la Chine « a confiance en l’économie de la zone euro ». Et l’euro s’est dument raffermi un peu.

Et pourtant, les choses pourraient bien ne pas être si simples. Zero Hedge publie un fascinant rapport selon lequel la Chine est en fait en train d’échanger les euros qu’elle détient pour des dollars. Si tel est le cas, son soutien pour l’euro, loin d’être le signe de confiance qu’y voit M.Van Rompuy, est simplement une façon de faire monter un peu le taux de change pour obtenir le meilleur prix possible pour ses avoirs en euros. Pour un investissement de €1,1 milliards, qui est, de toutes façons, garanti par la banque centrale européenne, la Chine a fait monter la valeur à court terme de ses réserves en euros de €11 milliards, juste au moment ou elle prévoit de s’en décharger.

Si Zero Hedge a raison, l’intervention chinoise sur les marchés n’est pas un signe d’optimisme sur l’économie de l’Europe, mais bien son contraire exact : un prélude à une grande vente d’euros.

Il faut leur reconnaitre ça, aux Chinois. En une transaction, ils vont avoir gonflé le contenu de leurs coffres, gardé leur taux de change au niveau qu’ils voulaient et obtenu des bons points politiques en Europe, bons points dont ils pourront faire bon usage sur des questions comme l’embargo sur les ventes d’armes, le système de satellites Galileo et l’isolation de Taiwan. Les aspirants mandarins de Bruxelles se sont fait surclasser par les vrais.

Repris du blog de Daniel Hannan, hébergé par le Telegraph, avec son aimable autorisation.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • en fait la chine a acheté le port du piré en grece, importé une main d'œuvre low-cost en toute impunité, proposé de racheter les trains, les rails et les aéroports
    (sans doute les transactions secondaires en question ?)

    vous pensez vraiment que la chine a bon fond ??? ou même confiance dans un bloc surendetté? à un tel point qu'on aura plus vite fait de tout leur vendre pour payer les intérêts de celle ci

    ou qu'ils ont mis un pied en Europe pour finir la travail que les produits pas chers fabriqué par des gamins sous payés on déjà contribué à affaiblir

    heureusement que le déclin du pétrole va tuer tout ces projets par ricochet

    bob l'éponge

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans un long article paru dans Le Figaro, Jérôme Fourquet passe une douche froide à 30 ans de politique économique française. En expliquant les fondements du système qu’il appelle « stato-consumériste », il montre à quel point la France est étouffée par une administration inflationniste que les politiques n’ont ni la force ni l’envie de dégonfler. Contrepoints vous en fait un résumé.

Jérôme Fourquet identifie deux piliers au système stato-consumériste :

L’extension de la dépense et de la sphère publique Le primat de la consommati... Poursuivre la lecture
7
Sauvegarder cet article

Notre nouveau et brillant Premier ministre se trouve propulsé à la tête d’un gouvernement chargé de gérer un pays qui s’est habitué à vivre au-dessus de ses moyens. Depuis une quarantaine d’années notre économie est à la peine et elle ne produit pas suffisamment de richesses pour satisfaire les besoins de la population : le pays, en conséquence, vit à crédit. Aussi, notre dette extérieure ne cesse-t-elle de croître et elle atteint maintenant un niveau qui inquiète les agences de notation. La tâche de notre Premier ministre est donc loin d’êtr... Poursuivre la lecture

7
Sauvegarder cet article

Les milieux financiers découvrent tardivement les faiblesses du modèle chinois, pourtant perceptibles depuis une décennie. C’était prévisible pour tout observateur de la démographie, des mécanismes de développement et du communisme.

On peut penser notamment aux dettes souscrites en contrepartie de faux actifs, par exemple pour la construction de logements, alors qu’il y a de moins en moins de jeunes pour les occuper ou d’infrastructures redondantes, faisant momentanément la joie des bâtisseurs. Je me doutais bien que ces dettes sortira... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles