Récession et dévaluation au Venezuela

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Venezuela CC Andreas Lehner

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récession et dévaluation au Venezuela

Publié le 31 décembre 2010
- A +

Venezuela CC  Andreas LehnerLe Venezuela, seul pays d’Amérique du Sud en récession en 2010, va procéder à une dévaluation de fait en supprimant son double taux de change artificiel pour revenir à un taux unique, fixé à 4,30 bolivars pour un dollar, au risque de doper l’inflation.Le double taux de changes, censé favoriser les secteurs jugés prioritaires, avait vu le jour le 8 janvier 2010, lorsque Hugo Chávez avait annoncé une dévaluation du bolivar.

Le taux de change, fixé auparavant à 2,15 bolivars pour un dollar, était passé à 2,60 bolivars pour les importations des produits de base (santé, alimentation, équipements) et à 4,30 bolivars pour les autres (voitures, télécommunications, électronique, etc.) Mais le dollar atteint jusqu’à 8 ou 9 bolivars au marché noir, auquel ont recours les importateurs quand le marché officiel est saturé.

Dans un pays qui n’exporte quasiment que son pétrole et demeure largement importateur du reste, réduire la valeur du bolivar pour les importations de première nécessité va doper l’inflation, déjà la plus élevée d’Amérique latine en 2010 (26,9%). Cette dévaluation de 65% va avoir des conséquences importantes pour les plus pauvres car le taux de 2,60 bolivars concernait surtout les aliments et médicaments.

Par ailleurs, même si le régime chaviste table sur une reprise de 2% en 2011, la situation économique est morose. Le pays a connu en 2010 une deuxième année de récession d’affilée (-1,9% après -3,3% en 2009). Le Venezuela a souffert du recul de l’activité pétrolière (-2,2%), malgré une année de hausse des cours du brut ($70 le baril en moyenne en 2010). Mais le secteur non pétrolier a lui aussi ralenti (-1,8%). Le contrôle des changes en vigueur depuis 2003 et les nationalisations et expropriations décrétées par le gouvernement socialiste découragent les investissements et font chuter la consommation.

Le Venezuela tranche ainsi avec les autres pays d’Amérique latine qui ont fortement rebondi cette année après la crise financière de 2008-2009. Le Paraguay a ainsi annoncé une croissance record de 14,5% la semaine dernière et la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes prévoit d’autres chiffres élevés pour l’Uruguay (9%), le Pérou (8,6%), l’Argentine (8,4%), le Brésil (7,7%), le Mexique et le Chili (5,3%). La plupart tirent leur croissance de la forte demande de matières premières, minières ou agricoles, notamment celle de la Chine.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bonjour,

    Quelqu'un pourrait m'indiquer le principe d'un double taux de change svp ?

  • La dévaluation de la monnaie a pour effet de renchérir le coût des produits importés. Le taux de change artificiellement fort imposé pour les produits de première nécessité vise à limiter l'impact de la dévaluation sur le pouvoir d'achat des plus pauvres. Comme toujours dans les économies planifiées, cela échoue car il existe le troisième taux sur le marché noir, fluctuant celui-là (comme précisé dans l'article). Bien que lumineux, le sentier qui mène au socialisme est difficile à pratiquer.

  • Maintenant que vous me le dites je me demande pourquoi je n'avais pas compris. Le deuxième paragraphe est pourtant limpide ^^

    Merci beaucoup !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

L'habitude a été prise d'utiliser les deux expressions "hausse des prix" et "inflation" de  manière quasiment interchangeable. C'est une erreur.  

Les deux phénomènes se confondent lorsque la cause des hausses de prix observées est une inflation de la monnaie. Mais les hausses de prix que l'on observe peuvent ne rien  avoir avec la monnaie, et être liées à d'autres problèmes économiques de nature non  monétaire - comme par exemple l'emballement des matières premières en 1950 lors du  déclenchement de la guerre de Corée, une réduction s... Poursuivre la lecture

Par Jp Cortez. Un article de la Foundation of Economic Education

Les sombres photos et vidéos qui ont été diffusées en Afghanistan cette année ont poussé de nombreuses personnes à se demander si ce conflit de 20 ans en valait la peine.

Selon Associated Press, jusqu'en avril, plus de 172 000 personnes (américaines et autres) sont mortes au cours de la guerre en Afghanistan. Le montant estimé des coûts directs de la guerre en Afghanistan et en Irak, que les États-Unis ont financés par la dette, est estimé à plus de 2000 milliards ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles