L’Espagne privatise son contrôle aérien

L’Espagne, pour des raisons économiques et stratégiques, décide de privatiser son contrôle aérien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Espagne privatise son contrôle aérien

Publié le 29 décembre 2010
- A +

C’est quand on est pied du mur qu’on prend les décisions les plus radicales. L’Espagne vient d’illustrer parfaitement ce dicton en privatisant le secteur pour 13 aéroports (avant de faire de même pour d’autres) alors que le royaume subissait une grève sauvage des contrôleurs aériens.

Il est piquant de constater que c’est cette profession qui ouvre le bal des mesures fermes d’un retour à un état plus centré sur ses fonctions régaliennes alors que les finances du pays sont les plus tendues. On se rappellera en effet que ces mêmes contrôleurs aériens avaient déjà été fort vocaux, tant en France qu’en Espagne, en plein mois de vacances et de grands déplacements, parce que, comprenez-vous, si on ne se bat pas pour ses Zacquis Szociaux, on va retomber dans la misère, la mine et le charbon.

Bon, là, il semble qu’ils aient défendu leurs super-zacquis une fois de trop. On ne peut pas gagner à tous les coups.

Je me demande combien de personnes pleureront sur le nouveau sort, privé, de ces contrôleurs, alors que, petit à petit, l’information sur la nature précise de leurs privilèges s’étend dans la population des contribuables.

Quoiqu’il en soit, j’entends déjà les gémissements des socialistes, le cœur sur la main et le portefeuille des autres contribuables dans leur poche, expliquer qu’avec une telle mesure, les avions, dépourvus de tout contrôle de qualité suffisante, vont s’écraser au sol comme des mouches et provoquer catastrophes sur catastrophes. On ne change pas une méthode lacrymogène qui marche si bien…

Au fait, Zapatero, le chef de ce chantier, est un socialiste, pur jus.

Ce serait vraiment très méchant de dresser un parallèle avec la prochaine élection française qui a de bonne chance de voir arriver un ou une socialiste au pouvoir, au moment même où les finances du pays l’obligeront à faire … exactement comme José-Luis.

A tout hasard, préparez la vaseline.
—-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La situation était devenue vraiment sympa pour les contrôleurs:
    Selon son ministère, il y a en Espagne 2300 contrôleurs aériens, dont 135 gagnaient alors plus de 600 000 euros par an et 713 entre 360 000 et 540 000 euros, bien plus que leurs collègues européens, grâce à un système avantageux d'heures supplémentaires.
    Vendredi, le gouvernement a encore baissé le plafond d'heures et mis fin à leur départ en pré-retraite à 52 ans, dans le cadre de la privatisation partielle de l'organisme de gestion aéroportuaire Aena.
    Au final, les contrôleurs sont passés d'un salaire annuel moyen de 334 000 euros à 200 000 euros.
    La ficelle a fini par casser….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles