Hommage à la Nouvelle Zélande

La Nouvelle Zélande, il n’y a pas de pays plus éloigné de nous en distance et plus proche de nous en caractère

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hommage à la Nouvelle Zélande

Publié le 26 décembre 2010
- A +

L’un des avantages d’avoir un blog, c’est qu’on peut écrire sur ce que bon nous semble. Je dédie donc ce billet à ma tata Betty à Auckland, qui fête son 88ème anniversaire.

Betty a grandi, comme moi, à Lima ; mais pas le Lima que je connais. L’ancien siège de la vice royauté espagnole ne s’est pas encore réconcilié avec son déclin. En effet, les années 20 ont vu une espèce de mini boom s’y produire, comme le monde développé avait une grande faim de matières premières. L’Amérique du Sud était devenue le cœur de ce que les contemporains de cette époque appelaient notre empire informel. Des milliers de britanniques s’installèrent au Pérou, supervisant ses lignes de chemin de fer, ses mines, ses terres agraires, ses industries textiles. Ma tante a été l’un des tous premiers élèves de San Silvestre, la nouvelle école anglaise de Lima.

Pour autant que je comprenne, la vie des expatriés anglais était assez confortable. Il y avait des cuisiniers et des bonnes et des chauffeurs et des jardiniers, des bals et des parties de bridge et des pique-niques. Et, au bout d’un certain temps, tata Betty a décidé qu’elle en avait assez. Peu après la quarantaine, avec son mari anglo-péruvien et ses trois fils agés de 7 à 14 ans, elle a émigré vers un endroit aussi différent que possible du Pérou de cette époque, un endroit où l’on considérait que quelque chose n’allait pas chez vous, si vous ne saviez pas dresser vos propres clôtures, poser vos propres planchers, tirer vos propres fils électriques.

La vie Nouvelle Zélande lui convient de toute évidence très bien. Elle irradie d’énergie, elle rayonne d’optimisme. Des lettres s’envolent vers le monde entier à partir d’Auckland chaque semaine, la reliant à ses amis des quatre coins de la terre. Il y a deux ans, elle a passé deux semaines avec nous en Angleterre dans le cadre d’un tour du monde qui incluait une visite sur la tombe de mon oncle au Canada. Ses trois fils, mes cousins, ont grandi jusqu’à être aussi grands et forts que les arbres kauri dans leur patrie d’adoption.

C’est un endroit extraordinaire, la Nouvelle Zélande. Son air pur fait son effet même sur le visiteur le plus occasionnel. Il n’y a pas de pays plus éloigné de nous en distance et plus proche de nous en caractère. C’est presque comme le contrôle dans une expérience scientifique : un modèle de ce à quoi ressemblerait la Grande Bretagne si elle n’avait pas pris la décision calamiteuse de rejoindre l’Union Européenne.

Feliz compleaños, querida tia, y que te vaya bien.

Repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph, avec son aimable autorisation.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Au passage, qui a obligé la GB à s'immiscer dans les affaires continentales ?
    Le Général De Gaulle avait bien raison : la GB n'a rien à faire dans l'Union européenne : elle ne veut qu'une zone de libre-échange, là où la plupart des autres européens veulent une union bien plus large (Espace Schengen, Euro…)

    • Veulent, veulent … Quand on leur pose ce genre de question par referendum, on viole ensuite la démocratie pour étouffer leur voix, tellement ils votent dans la direction désirée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles