« Nos gouvernants devraient faire preuve de plus de fermeté devant les marchés financiers »

Avec zéro déficit, De Gaulle pouvait se passer des banques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Banques argent finance (Crédit : 401(K) 2013/Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Nos gouvernants devraient faire preuve de plus de fermeté devant les marchés financiers »

Publié le 9 décembre 2010
- A +

En répétant toute la journée que le pouvoir politique est « à la botte » du pouvoir financier, les journalistes et les représentants de l’opposition se gargarisent d’une lotion certes sucrée, mais confondante de mauvaise foi (ou chez les plus simples, de sottise). En effet, comment donner des leçons de morale aux marchés le matin, et y faire la manche l’après midi ?

Par Renaud Dozoul.

Quand même à gauche, on cite le général De Gaulle (qui inspire aujourd’hui jusqu’à Arnaud Montebourg) comme modèle de défiance vis-à-vis des « pouvoirs financiers », on oublie un peu vite que le Général-Président pouvait se le permettre pour une raison très simple : zéro déficit.

Un État qui se finance tout seul peut effectivement gourmander les acteurs de la finance, mais comment imaginer faire les gros yeux au marché alors que nous en sommes structurellement dépendants depuis 35 ans ? Comment se sentir libre vis-à-vis de son créancier quand le remboursement des seuls intérêts de la dette est le premier budget de l’État, devant celui de l’éducation ?

Les discours volontaristes en la matière, sont du niveau de l’adolescent qui crie « indépendance ! » à ses parents, en leur demandant de l’argent pour s’acheter ses baskets.

Il faut faire un choix : emprunter la moitié du budget de l’État tous les ans aux conditions qui nous seront offertes et ne pas espérer un centimètre de marge de négociation, ou bien faire un énorme ménage dans la dépense publique, diminuer la taille de l’État de moitié, réduire le déficit à zéro, et retrouver l’indépendance, seule condition de la liberté de ton et d’action face au marché.

Il n’y a pas de troisième voie. Le reste n’est qu’incantation, et déni de réalité. Et comme on le sait depuis 1924, la réalité est décidément très têtue.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les citoyens payent des taxes et remboursent des prêts. Les entreprises payent des taxes et remboursent des prêts. Les Etats collectent les taxes et rembourse leurs dettes. Tout le monde doit donc rembourser les banques qui dans leur grande bonté accepte de nous faire confiance en créant l’argent (« tape 100 000 dans la case compte courant Robert, cas devrait lui suffire ») qu’ils nous prêtent. Le monde entier est doit donc taffer pour payer les banquiers (gasp), logique!
    Je crois que je vais me faire banquier 😉

  • Sigma, lorsqu’un banquier vous prête, la création monétaire qui s’en suit est le résultat d’un accord entre le banquier et vous-même. Dit autrement, vous êtes responsable de la création monétaire, tout autant que le banquier. Vous devez donc travailler pour détruire la création monétaire qui vous bénéficie directement, non pour payer le banquier.
    En revanche, si vous collectivisez la création monétaire (banque centrale qui crée de la monnaie pour financer les lubies étatistes), vous devrez travailler pour détruire la création monétaire qui a été faite sur votre dos. En conséquence, vous perdez votre liberté et la propriété des fruits de votre travail. Vous êtes relégué au rang d’un esclave !

    • C’est bien pire que ça : c’est l’emprunteur et lui seul qui est responsable de la création monétaire, pas le banquier. Le banquier ne fait que se porter caution, sur ses deniers : il vous a mis de l’argent à disposition en échange d’une créance et cet argent a été mis en circulation dans tout le système économique ; si la créance ne correspond pas, si vous ne remboursez pas, pour que le système reste à l’équilibre c’est le banquier qui paiera.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans son avis du 26 juillet dernier sur les prévisions économiques qui ont permis au gouvernement d’établir le projet de loi de finances aujourd’hui en discussion, le Haut Conseil des Finances Publiques relève que le déficit public restera « important » en 2023, à 5 % du PIB, avec un ajustement structurel nul et que l’objectif d’un retour sous la barre des 3 % en 2027 manque singulièrement d’ambition.

Tout aussi préoccupant, il note que l’inflexion visée de la trajectoire de dette (qui se stabiliserait à 112 % du PIB) « est limitée et ... Poursuivre la lecture

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

Par Thomas Renault

 

En 2015, un article publié par Les Échos intitulé « Comment Twitter est devenu la boule de cristal des marchés financiers » a fait un bon petit buzz sur les réseaux sociaux.

Réalisant ma thèse de doctorat sur ce sujet depuis maintenant près de trois ans, j'ai tendance à être assez psychorigide à propos de cette thématique, surtout que les mêmes mythes et les mêmes erreurs reviennent très souvent dans les articles de presse traitant de Twitter en tant qu'outil de First-Story Detection (détection d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles