Mon héros trotskiste

Joe Higgins du parti socialiste irlandais

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mon héros trotskiste

Publié le 4 décembre 2010
- A +

Je vous présente mon eurodéputé préféré : Joe Higgins du parti socialiste irlandais. Je pousserais le bouchon un peu loin si je l’appelais un ami. En fait, il refuse de m’adresser la parole, ou à tout autre « néolibéral ». Pour autant que je puisse dire, il éprouve pour moi un mépris particulier, même parmi les néolibéraux. C’est parce que, manque de chance, il s’est trouvé dans l’hémisphère à quelque reprises récemment, à des moments où, d’après lui, je défendais les banquiers et les ploutocrates.

En fait, bien entendu, je n’ai jamais rien fait de tel. Vous ne trouverez personne qui s’est opposé au sauvetage des banques et grandes entreprises plus tôt et avec plus de colère que moi. Loin de défendre les banquiers et les ploutocrates, j’ai élevé ma voix solitaire contre la prise de contrôle par l’UE des services financiers, précisément parce que ça les transformerait en un racket. Il y a une différence cruciale entre être pour les entreprises existantes et pour le libre marché, mais c’est une différence qui, d’expérience, échappe à la gauche. Certainement Joe n’a pas l’air trouver cette distinction intéressante : à ses yeux je suis ne simplement qu’un sale tory de plus.

Alors pourquoi donc l’admiré-je tant? En partie parce que, d’un point de vue personnel, il est honnête. En tant qu’eurodéputé, et aussi lors de son mandat précédent, il n’a gardé pour lui que la portion de son salaire qui est équivalente au salaire moyen d’un travailleur manuel, et a donné le reste à son parti. Plus important encore, il est l’un des rares politiciens irlandais qui, dans la crise actuelle, a pris parti pour les gens et non pas pour l’euro-élite. Virtuellement tous les eurodéputé et parlementaires irlandais ont apporté leur soutien au paquet de sauvetage qui va pénaliser les contribuables irlandais pour récompenser les banquiers et les eurocrates. Qu’il est rafraichissant de trouver une homme qui est prêt à affronter le consensus.

Et plus important encore, les évènements ont donné raison à Joe Higgins. Voici comment tous les partis de gouvernement ont fait campagne por le référendum de l’an dernier. Voici le message de Joe. Qui avait raison?

Repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph avec l’aimable autorisation de son auteur.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par James Murphy. Un article du Mises Institute

Ce qui suit est un exemple concret (et malheureusement pas une parabole) de ce qui se passe lorsque les périls de la théorie monétaire moderne et du contrôle des prix sont tous deux ignorés.

David McWilliams, écrivain économique irlandais, est un grand fan de la théorie monétaire moderne et confond souvent épargne et impression de monnaie. Dans un article récent, il s'est exprimé sur le marché immobilier irlandais, l'augmentation des coûts de construction et la nécessité d'augmente... Poursuivre la lecture

Depuis les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en date du 10 avril 2022, des critiques, émanant de grands juristes et constitutionnalistes (Dominique Rousseau, Olivier Beaud, Xavier Magnon), visent le projet de Marine Le Pen d’inscrire dans la Constitution la priorité nationale, notamment par l’utilisation de l'article 11 de la Constitution du 4 octobre 1958.

Cet article aura pour objet de montrer comment la révision de la Constitution s’effectue et montrera ensuite l’importance du contrôle juridictionnel dans la pro... Poursuivre la lecture

Par Philippe Lacoude.

Selon Bruno Le Maire, le G7 était, en mai dernier « à un millimètre d’un accord historique » sur une réforme de la fiscalité internationale.

Cinq mois plus tard, sous l’énorme pression des pays les plus dépensiers, l’Irlande aurait enfin capitulé et accepterait de relever son impôt sur les sociétés pour rejoindre l’accord mondial rêvé par les étatistes de tous les partis.

Depuis quatre ans, je me bats pour mettre en œuvre une taxation internationale d’au moins 15% pour les entrep... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles