Un nouveau matin en Amérique

La cause l’Amérique est dans une grande mesure la cause de toute l’humanité

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thomas Jefferson (Image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Un nouveau matin en Amérique

Publié le 6 novembre 2010
- A +

« La cause l’Amérique », a écrit mon compatriote Thomas Paine, « est dans une grande mesure la cause de toute l’humanité ». Cette affirmation a désormais revêtu une verité pratique et financière que Paine n’aurait pas pu imaginer en 1776. Les Etats-Unis sont la première économie du monde, et le Dollar sa monnaie de réserve. La prospérité Américaine est particulièrement critique pour la Grande Bretagne, premier investisseur étranger aux USA.

Voilà, en tout premier lieu, la raison pour laquelle les Britanniques devraient éprouver de la satisfaction à voir le retour de candidats engagés à ramener un budget fédéral ordonné et sain. Virtuellement la première chose qu’a dite John Boehner, le nouveau président de la chambre des représentants, dans son discours d’intronisation, était que le congrès aller couper dans les dépenses de l’Etat. Et ce n’est pas trop tôt. Sous Barack Obama, la dette US est passée de 40% du PIB à 62% et, d’après la commission du budget du congrès, elle était partie pour atteindre 87% en 2020, 109% en 2025, et 185% en 2035.

Mardi, les électeurs américains ont rappelé aux politiciens qu’ils sont leurs serviteurs, pas leurs dirigeants : que les représentants élus sont là pour appliquer la volonté d’un peuple qui, comme le démontre l’expérience à travers les âges, est généralement plus sage que ses gouvernants. Les Américains comprennent que les gouvernements, comme les individus, doivent vivre selon leurs moyens.

Les pères fondateurs savaient ce qu’ils faisaient quand ils ont mis le congrès dans l’article premier de la constitution, devant la présidence. La chambre des représentants est supposée contrôler la dépense : son échec à proprement prendre en charge ce devoir est ce qui a mis les Etats-Unis dans ce pétrin. Il y a deux ans, ce blog même a prédit que les électeurs allaient punir les députés qui apporteraient leurs soutiens aux sauvetages de banques et grandes entreprises. Dont acte.

Les Etats-Unis sont enfin en train de revenir aux principes sublimes sur lequels ils ont été fondés : principes, comme je ne me lasse jamais de le répéter, hérités du Royaume Uni. Je laisse le dernier mot à Thomas Jefferson, dont le buste me fixe du regard depuis mon bureau alors même que je rédige ceci :

Je place le sens des économies parmi les premières et les plus importantes vertus républicaines, et la dette publique comme le plus grands de tous les dangers à craindre.

Un article repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph, avec l’aimable autorisation de son auteur.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • J'ai lu pourtant qu'il était favorable, précisément en vu d'une certaine conception de la liberté, à l'instauration d'un revenu minimum et d'un systéme d'éducation gratuite.

    • Ca partait d'un bon sentiment, et on n'avait pas encore, en ce temps, fait l'expérience de l'aléa moral ainsi créé, ni du risque de prise contrôle d'un monopole de l'instruction par des syndicats aussi politisés que déplorables.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le libéralisme français s'est longtemps identifié au parlementarisme, comme le souligne un article de Nicolas Roussellier intitulé « Libéralisme et institutions ».

Je rappelais dans un article combien Benjamin Constant était indifférent à la forme apparente du pouvoir (monarchie ou république) pourvu qu'il s'agisse d'un régime  représentatif. Défini simplement, le parlementarisme implique en effet le contrôle du pouvoir exécutif par des assemblées représentant les gouvernés.

 

Le parlementarisme, un modèle anglais

Né... Poursuivre la lecture

La revue The Economist a publié le 22 février 2024, un intéressant article sur le Pérou comme modèle économique, que pourrait suivre l’Argentine. Cet article a étonné de nombreux Péruviens. Comment, avec la classe politique aussi minable que nous avons, pouvons-nous être un modèle ? (contrairement à l’élite française, l'élite péruvienne ne se prend pas au sérieux). Eh bien, The Economist a parfaitement raison, le Pérou est un pays bien géré sur le plan macroéconomique, grâce à une équipe basée à la Banque centrale du Pérou et au ministère des... Poursuivre la lecture

La dérive du budget de l’État français en 2024 est l’aboutissement d’une évolution historique : l’immixtion de la puissance publique dans tous les domaines de la vie. Le politique est partout, conformément à la formule simpliste de la gauche radicale depuis environ un siècle : « tout est politique ».

La liberté individuelle ne peut que s’amenuiser si le pouvoir politique réglemente toute action sociale. Le risque ultime est donc la disparition de la démocratie libérale, caractérisée par la place importante qu’elle accorde aux initiativ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles