HADOPI, ton univers pitoyable, saison 3 épisode 75

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo Hadopi (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

HADOPI, ton univers pitoyable, saison 3 épisode 75

Publié le 5 novembre 2010
- A +

Enfin des résultats palpables ! Il était temps ! Selon un sondage BVA – La Tribune ciselé dans des questions pertinentes et une analyse au microscope électronique à balayage, HADOPI ferait reculer le piratage ! Ouf, nous voilà rassurés : avec tout l’argent englouti dans ces gesticulations technoïdes, il eut été dommage qu’encore une fois, cela se traduise par un gaspillage inutile !

Bon. Les chafouins pourront cependant noter qu’on voit mal un journal titrer « HADOPI : tout le monde s’en fiche« , même si une analyse honnête du sondage effectué semble bel et bien pointer dans cette direction.

En effet, dans une magnifique Pignouferie de Presse comme les sondeurs en sont capables, on apprend que « 53% des adeptes du téléchargement illégal ont diminué ou cessé cette pratique depuis le vote de la loi de lutte contre le piratage (dite Hadopi) il y a un an« , ce qui permet à certains journaleux de titrer sans sourciller « Plus de la moitié des internautes se plient à la Hadopi », avec une belle confusion entre internautes, pirates et sondés, pas du tout étonnante quand on connaît la qualité générale de la presse franchouille.

À cette lecture, on ne peut que pouffer.

Méthodologiquement d’abord, on peut se demander quelle crédibilité peut avoir un sondage qui sonde … les Français en général, dont un tiers n’a pas internet. Encore une fois, Papy Roger s’est pris la tête avec une dame au téléphone pour savoir s’il qu’il était connexté sur ternet, ‘crédiou.

Papy Roger décharge de la ziq comme un ouf sur ternet.

En outre, ceux qui sont effectivement connectés ne vont pas, a priori, se déclarer fraudeur au premier sondeur qui débarque. Et dans nos 17% de petits fraudeurs, nous aurions donc 53% qui auraient diminué ou cessé cette pratique, soit, si on sait compter, 9% de baisse sur l’ensemble. Là encore, quelle est la probabilité qu’un sondé explique clairement que non, il n’a pas diminué, qu’il s’en fiche et que même, il a remis le couvert deux fois avec un VPN ? Et puis après tout, puisque Thierry Lhermitte le fait, pourquoi pas moi ?

Ce sondage montre surtout l’absolue nécessité, tant pour la HADOPI que le gouvernement et les majors, de justifier les dépenses engagées. On comprend alors la publicité qui en est faite. Car en pratique, HADOPI est devenu un foutware sans nom : chaque péripétie ajoute au rocambolesque de la série à tel point qu’à côté, Dallas est à peine plus nerveux que Derrick.

Par exemple, dernièrement, on apprenait que les emails de l’Autorité sont envoyés par des fournisseurs tierce, sans signature électronique ; il va être assez difficile de faire valoir qu’ils sont bel et bien reçus, et bel et bien partis depuis la HADOPI (principe d’assurance de délivrance et de non répudiation). Et tant que l’institution continue de reposer sur ces fournisseurs pour envoyer ses injures au lieu de le faire elle-même, la signature électronique n’est pas au programme.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautes

Si l’on y ajoute les précédentes embûches et demandes humides de rallonges financières, on ne peut aboutir qu’à une conclusion évidente : les responsables de l’ensemble de ce bazar sont des clowns à roulette qui ne comprennent absolument rien à l’internet.

J’en veux pour preuve la nonchalance assez consternante de l’appareil d’état – ici, le Conseil d’Etat – à imposer, par exemple, la création d’un procédé d’email recommandé en six mois par le gouvernement… Je propose Borloo aux manettes, le résultat promet de fouetter violemment.

Borloo ne perd pas l'objectif de vue.

Soyons sérieux deux minutes : quand on lit, par exemple, que nos frétillantes élites — technologiquement très contrariées — se lancent dans des projets de fusions hasardeux entre l’ARCEP, le CSA et la HADOPI , cela n’a en réalité qu’assez peu à voir avec une logique de liberté ou d’efficacité, et beaucoup avec une logique de contrôle et de lobbying.

On ne peut que se facepalmer vigoureusement le front à chaque nouvelle péripétie du grand feuilleton « l’Etat se mêle d’Internet« , et des pathétiques tentatives de nos gouvernants pour acquérir un vague vernis technologique. Le niveau de FAIL est maintenant si haut qu’une purification par les flammes ou un hacking massif n’en viendrait pas à bout : la HADOPI en arrive même à distribuer de rigolos petits questionnaires aux députés pour tenter de rattraper l’image désastreuse qu’elle émet pourtant énergiquement.

C’est pourquoi, dans son immense mansuétude, la société Demaerd Inc. propose donc sa propre version du questionnaire, bien plus en phase avec les besoins réels de la Haute Autorité, et qui lui permettra de récolter des infos sur l’interweb, les lolcats et 4Chan qui est, dit-on, la vraie source des vraies informations importantes du réseau.

Page de couverture du Questionnaire HADOPI

Questionnaire HADOPI, p1


Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frédéric Mas.

Un sondage Harris Interactive publié hier après-midi donnerait Éric Zemmour à 10 % dans les intentions de vote à la présidentielle.

Quelque chose se passe. #Zemmour2022 pic.twitter.com/ONCZedksvc

— Stanislas Rigault (@stanislasrig) September 14, 2021

Le polémiste et presque candidat Éric Zemmour a dû quitter CNews après la décision du CSA du 9 septembre dernier visant à décompter son temps de parole lorsque celui-ci porte sur le « débat politique national ».

La ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

En 2018 et suite à une enquête totalement neutre et ficelée avec un art consommé de la recommandation musclée, nos parlementaires se penchaient (ENFIN !) sur l'impérieuse question des addictions des jeunes et comment (ENFIN !) les en écarter : alcool, drogue, cigarette, et même pornographie, il était (ENFIN !) temps d'agir.

En juin de cette année, le projet est présenté et la loi votée : alors que la plupart des Français se déconfinent gentiment en tentant d'oublier les douloureuses amendes pour oubli de cerfa autosigné,... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Dix ans déjà ! C'est formidable, comme le temps passe vite ! Eh oui, il y a 10 ans, était instaurée la Haute Autorité Destinée à Observer les Petits Internautes, HADOPI pour faire court, qui, outre une consternation compacte chez tous les acteurs d'Internet un tant soit peu compétents, déclenchait immédiatement la mise en place de toute une série d'intéressantes mesures dont on peut maintenant mesurer les effets réels.

Ah, 2009 ! Rappelez-vous, c'était la fin des années disco tecktonik et Internet était encore, dans l'e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles