Journalistes et magistrats sous surveillance

Une affaire d’État peut en cacher une autre

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Journalistes et magistrats sous surveillance

Publié le 24 octobre 2010
- A +

Par Aurélien Véron.

L’affaire Woerth Bettencourt menace sérieusement les fondements de la présidence de la république. Dommage collatéral d’une banale affaire familiale, Nicolas Sarkozy est explicitement visé par les témoignages de financements illicites de sa campagne présidentielle de 2007. La réaction du pouvoir est compréhensible, mais son ampleur et les moyens déployés constituent une deuxième affaire d’Etat aussi grave que la première qu’ils tentent de dissimuler.

Si Nicolas Sarkozy n’est pas directement responsable des graves dérives auxquelles nous assistons, ce que j’espère, son entourage proche l’implique naturellement dans ces histoires. Depuis l’origine, le procureur Courroye bataille avec la juge Prévost-Desprez pour lui retirer l’enquête. Lui dépend du Parquet, c’est à dire du Garde des Sceaux… et assez vite de la présidence de la république qui a tendance à contrôler ces sujets sensibles. Elle, en revanche, ne dépend de personne et peut avancer avec une réelle immunité. En principe seulement.

Pour ne pas permettre aux témoins de dévoiler les aspects de ce qui prend la forme d’une grave affaire d’Etat, le juge Courroye joue contre la montre pour bloquer les investigations non seulement de la presse, mais aussi de la magistrate. Sans être un expert en droit (je compte sur Me Eolas pour nous éclairer), les procédés du procureur me paraissent profondément choquants. Nous ne sommes pas en présence d’une affaire de terrorisme qui mettrait des vies en jeu, ni de grand banditisme exploitant des réseaux de mineures. Dans le cas qui nous préoccupe, il s’agit de fraude, de corruption politique. Un procureur soumis à l’autorité politique peut-il user de tous les moyens pour tacler ceux qui cherchent la vérité dans une affaire bien sombre ?

Evidemment non. Déstabiliser la présidence n’est pas un motif suffisant pour permettre de telles intrusions dans le travail de journalistes ou de magistrats. C’est pourtant ce qui est en train de se passer. La juge Prévost-Desprez risque de perdre l’enquête au profit du procureur qui veut en reprendre le contrôle. Dans un tel contexte, les électeurs qui ont un minimum d’exigence éthique vont avoir de plus en plus de mal à défendre la candidature d’un homme qui a trahi ses engagements, n’a pas réformé le pays dans le bon sens en faisant exploser les impôts et la dette, sans assouplir le marché de l’emploi, sans faire reculer la bureaucratie qui bride la vie et le développement de nos PME.

Enfin, lorsque l’affaire de Karachi prendra de l’ampleur, de quelles nouvelles limites le chateau devra-t-il s’affranchir pour protéger le président ?

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • vous semblez oublié l’affaire des armes sig sauer en 2001, brevet d’invention volé par umps, complicités de A Marie H Morin, G Collard et president de la cour d’appel de Paris et proc général du TGI de paris.
    Fouillez vers une sté de gestion de fonds du dt 42 proche du sous traitant voleur.
    Les victimes ruinées par l’injustice de la république bananière, une vie foutue à l’aube de la retraite. Les inventeurs salariés en France sont considérés comme des proies par le pôuvoir et les grandes entreprises, mais malgré tout ces gens la sont des sous merdes pour trouver une exploitation propre du gaz de schiste alors que …
    De même pour d’autres innovations qui resteront dans les cartons ( baisé une fois mais pas deux). Comme le disait G Brassens  » quandd on est con on est con « .
    Ne faites pas comme les merdias enquêtez là-dessus, sinon vous aussi perdrez votre crédibilité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

 

Une séparation des pouvoirs limitée, entachée, voire bannie. La réforme de départementalisation de la police suscite de grandes inquiétudes, si ce n’est une opposition quasi unanime des principaux acteurs du monde judiciaire – magistrats, policiers et avocats. Un fait rare dans cette institution.

Prévue en 2023, la réforme vise à créer des directions départementales regroupant les quatre grands métiers de la police : sécurité publique, police judiciaire, renseignement territorial et pol... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles