Et l’HADOPI pompait

Une député propose d’augmenter la dotation à la HADOPI de 2 millions d’euros. Pas de sa poche, évidemment.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Internet ordinateur (Crédits photosteve101, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Et l’HADOPI pompait

Publié le 15 octobre 2010
- A +

C’est la crise, la rigueur et tout ça. Frimas de l’hiver, dureté des temps, tristesse et désolation. Mais ne vous inquiétez pas : pour la HADOPI, on trouvera toujours un petit billet pour pousser l’autre. Ou 2 millions d’autres.

On apprend en effet que, grâce au travail de moines bénédictins des élus du peuple qui souffre en ces temps de crise, la Haute Autorité pour l’Observation des Petits Internautes pourrait bénéficier, pour mener à bien sa gentille mission, d’une rallonge de deux millions d’euros, soit – pour rappel – le salaire, charges incluses, d’un SMIC pendant 83 ans.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautes

Gentille mission d’ailleurs décrite par le menu par la député, auteur de l’amendement réclamant à petits cris plaintifs qu’on aille donc voler dans les poches des contribuables quelques millions de plus. Si le contribuable a le malheur d’être aussi internaute, il sera donc volé puis épié puis sanctionné.

Examinons attentivement les borborygmes arguments proposés sur son blog par Mme Marland-Militello, dont le nom fait penser à Minitello et n’explique qu’en partie son amour foudroyant pour une idée rance et dépassée. Dès les premières phrases, on comprend que la valise remplie de billet n’est pas lancée innocemment :

Grâce à notre Président de la République, Nicolas SARKOZY, le piratage n’est plus une fatalité.

Eh oui : pour Minitello, le petit Nicolas est un haxxor de première bourre, qui suce le TCP/IP à même le RJ45, et il a déjà commencé à repousser l’hydre du piratage hors des frontières du pays avec ses codes (de loi) malicieux.

L’affirmation, étayée par une analyse affûtée comme du beurre chaud, permet tout de suite de comprendre qu’en réalité, notre élue utilise une technique un peu voyante de name-dropping dans l’espoir, maline qu’elle est, de faire monter le ranking de son blog avec Google.

Ou, plus simplement, elle fait un peu de lèche.

Ce qui n’est pas étonnant si l’on se rappelle les petites larmichettes versées par NicØl4s S4rκØzγ – le l33t haxxor, suivez un peu – qui concernaient HADOPI et le peu de soutient qu’il ressentait dans sa démarche. Et cette impression de cirage de pompes (ou de pompage bruyant dans une f… inflation galopante) continue avec la répétition presque obscène du nom du guru de la ligne de code (pénal) dans tout le billet.

Et la raison intrinsèque de cette rallonge, elle est où ? Coincée entre deux gros bisous humides à Devinez Qui, on peut lire qu’il faut absolument claquer deux millions supplémentaires pour la HADOPI pour qu’elle puisse, je cite :

dès le début, mettre le paquet sur le développement de l’offre légale, dans l’intérêt des internautes et des créateurs. Ces deux millions d’euros seront un investissement essentiel pour la démocratisation culturelle permettant de mettre à profit les formidables possibilités ouvertes par l’Internet, dans le respect des droits et libertés de chacun, public comme créateurs.

On admirera la prose (elle aussi) léchée de la député : ‘faut mettre le paxon, kwâ, et on appellera ça « investissement pour la démocratisation culturelle ».

Véritable mitrailleuse lourde du foutage de gueule, notre député veut donc nous faire croire que les millions dépensés à payer les FAI pour connaître les correspondances IP / internautes, les millions cramés pour envoyer des mails et des recommandés, les millions bousillés en salaires honteux pour des hauts-fonctionnaires totalement à la ramasse techniquement parlant, tous ces millions vont être un investissement.

Mieux : cela va aider la démocratisation culturelle. HADOPI va-t-elle distribuer des opuscules enluminés (sur le bord des autoroutes, par exemple) ? HADOPI va-t-elle se lancer dans la création de films culturels (avec des super-héros au slip trop serré) ? En tout cas, ce sera cul-tu-rel nous apprend la député, sans honte.

Le pire, c’est que cet amendement pour accroître le budget déjà démentiel de cette engeance putride a été rédigé par quelqu’un que vous payez déjà de vos impôts, que vous rétribuez donc, de fait, pour encenser libidineusement le chef de l’état.

Il y a réellement des claques qui se perdent.
—-
Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les collapsologues ont tout à fait raison : nous vivons bien une période d’Apocalypse, à la nuance près que ce n’est pas la planète qui s’effondre, c’est l’État qui part en totale déconfiture.

En quarante ans de "néolibéralisme" (entendez par là en quarante ans de soviétisation menée par des fils à papa parisiens pourris gâtés) la France s’est propulsée avec vigueur et confiance dans une trajectoire menant tout droit dans le mur.

Le prétendument meilleur système de santé au monde est en fait un dispensaire qui ne tient que par m... Poursuivre la lecture

Mi-novembre, la conférence interministérielle des pays membres de l’ESA a discuté et approuvé son nouveau budget. Il est en forte hausse : 17 % soit 16,9 milliards d’euros pour 3 ans (contre 24,4 milliards de dollars pour la seule année 2022 pour la NASA). Les ministres ont « confirmé la nécessité absolue pour l’Europe de disposer d’un accès indépendant à l’espace ». Mais aussitôt cette forte déclaration faite, il est précisé que son objet est de « continuer à bénéficier des retombées du spatial sur Terre ». Là, on retombe effectivement bel e... Poursuivre la lecture

corruption ukraine
3
Sauvegarder cet article

Le budget de la France est en déficit depuis maintenant quarante ans.

Chaque année, l’État est dans l’impossibilité d’équilibrer ses comptes.

Cette situation est très préoccupante car la dette extérieure ne cesse de croître et a maintenant atteint des limites à ne pas dépasser.

Le premier déficit budgétaire est apparu en 1975 avec la relance Chirac. Et depuis, les comptes nationaux sont chaque année en déséquilibre. Le pays est donc incapable de respecter la règle de Maastricht qui voudrait que le déficit budgétaire des p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles