Chaplinesques

La plupart des activités désormais autorisées étaient déjà pratiquées ; la seule chose qui va changer est qu’elles vont être assujetties à l’impôt

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chaplinesques

Publié le 5 octobre 2010
- A +

L’homme en costume râpé, chapeau melon et énormes chaussures portait aussi une vitre sur le dos. Son acolyte, un garçon de cinq ans à peine, cassait les vitrines des magasins ou les fenêtres des maisons, à coups de pierre, pour que le vitrier puisse vendre ses services aux clients désespérés. Ensemble ils formaient un duo de survie, une équipe de travail « émergeante » dont la production suffisait à peine à faire bouillir la marmite. L’histoire décrite dans le film Le kid (1921) de Charlie Chaplin m’est revenue en mémoire en faisant la liste des activités indépendantes autorisées publiée par le journal Granma. Tel un répertoire de la misère et de la dépendance, cette énumération de métiers privés semble davantage concerner un village féodal qu’un pays du 21ème siècle.

À première lecture – et tout dégoût refoulé – il saute aux yeux que dans la liste ne figurent pratiquement pas d’occupations ayant un lien direct avec la production. Les entrepreneurs indépendants ne pourront pas non plus compter sur un marché de gros pour s’approvisionner en matières premières et la possibilité d’accès au crédit bancaire a seulement été mentionnée sans préciser le niveau des taux d’intérêt. Sans parler de l’impossibilité pour eux d’importer directement de l’étranger les marchandises puisque ceci demeure un monopole exclusif de l’État. Parmi les 178 activités acceptées, la plupart étaient déjà pratiquées sans autorisation et la seule chose qui va changer, en les incluant dans cette liste, est qu’elles vont être désormais assujetties à l’impôt. Il n’est donc pas surprenant que le scepticisme domine après cette annonce selon laquelle ces « flexibilités » à l’initiative privée allaient contribuer à résoudre les graves problèmes de notre économie.

Cette lenteur dans la mise en place des changements nécessaires aura comme conséquence que les citoyens vont continuer à alimenter les longues queues devant les consulats en vue de quitter le pays, ou se mettre en totale illégalité et détourner les ressources du pays. Si nos gouvernants croient que les transformations au compte-gouttes éviteront que le système se délite entre leurs mains pendant qu’ils essaient de le modifier, ils sous-estiment le sentiment d’urgence qui parcourt le pays. Une telle frilosité dans la mise en place des ouvertures inévitables fragilise la situation sociale et personne ne peut prévoir comment réagiront les « kids » frustrés, les victimes des licenciements massifs et le manque de perspectives. Pourvu qu’ils ne finissent pas par briser les vitrines !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ségolène Royal est inhabituellement silencieuse.

À ce jour, pas un seul petit tweet sur les manifestations monstres qui ont secoué Cuba comme jamais le dimanche 11 juillet dernier. Elle qui, dépêchée par François Hollande aux obsèques de Fidel Castro en décembre 2016, voyait en ce dernier « un monument de l’histoire » qui avait permis aux Cubains de récupérer « leur territoire, leur vie, leur destin », n’a-t-elle rien à dire aux manifestants qui sont descendus par milliers dans les rues aux cris de « Liber... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles