Révolte sur la Lune

Révolte sur la lune (Crédits Folio SF, tous droits réservés)

The Moon is a Harsh Mistress, roman de Robert Heinlein, a obtenu le prix Hugo en 1967 et le prix Prometheus catégorie « Hall of Fame » en 1983

Révolte sur la Lune (The Moon is a Harsh Mistress) est un roman de Robert Heinlein (1965 en magazine, 1966 en livre). Ce roman a obtenu le prix Hugo en 1967 et le prix Prometheus catégorie « Hall of Fame » en 1983.

« Il faudrait un long article, que j’écrirai peut-être un jour, pour débattre de tout ce qu’il y a de bon dans ce livre. » David Friedman, Vers une société sans État, Editions Les Belles Lettres, 1991, page 368.

Nous sommes en 2075. Bien que la disette et la surpopulation y soient chroniques, la Terre est en paix sous l’égide des « Nations Fédérées » (une sorte d’ONU, en plus « musclée »). La Lune est habitée par plusieurs millions de personnes. Des bagnards et des déportés y ont fait souche et, pour des raisons physiologiques (car la gravité est plus faible sur la Lune et au bout d’un certain temps, le corps se modifie), ils ne peuvent revenir sur Terre. Leur principale occupation est la production de céréales dans de gigantesques galeries souterraines, céréales qui sont ensuite envoyées sur Terre. Comme son titre l’indique, ce roman raconte la révolte des habitants « lunatiques » qui veulent que leur indépendance soit reconnue par les nations terriennes. Après pas mal de péripéties, dont des bombardements de la Terre par des rochers catapultés de la Lune, et avec l’aide d’une intelligence artificielle, ils réussiront.

L’intérêt principal de ce livre est la description que fait Heinlein de la société sélénite qui s’est développée à peu près librement sans beaucoup d’interférences de la part des Terriens qui se désintéressent de son sort tant que les céréales continuent d’arriver. La Lune est dirigée par un « gouverneur » représentant l’administration terrienne. Son rôle est donc de veiller au départ régulier des « péniches » transportant les céréales. Vues les conditions initiales du peuplement de la Lune (des déportés et des bagnards), les femmes sont beaucoup moins nombreuses que les hommes. Ce point de départ, ajouté aux conditions d’existence très dures, explique certaines particularités de la société lunaire. Les femmes ont un rôle très important ; ce sont elles qui sont la base des familles et des clans qui se sont constitués au fil du temps et la polyandrie est courante. La « révolution » est le fait d’un petit groupe d’hommes et de femmes « éclairés », une conception visiblement inspirée du léninisme même si Heinlein rend des hommages appuyés à la guerre d’indépendance américaine. Sur la Lune, il n’y a pas d’institution étatique, pas d’impôts, pas de « services publics », c’est le règne du pragmatisme et de « l’auto-organisation ». Je ne détaille pas plus, j’ai mis quelques extraits significatifs à la suite de cette présentation.

Robert Heinlein (19071988) est un des plus importants écrivains de Science Fiction dans son pays d’origine : les États-Unis. L’influence de ses récits a été considérable et les qualités de ses textes sont la solidité de l’intrigue, l’intérêt pour le progrès scientifique et technique et l’optimisme dans l’avenir de l’humanité. Une grande importance est accordée au thème de la liberté qui revient dans de nombreux récits. Robert Heinlein a obtenu quatre prix Hugo, la plus haute récompense pour des œuvres de Science Fiction.

En France, la situation a été différente. Bien accueilli dans les années 50 (*), il a été ensuite étiqueté écrivain « de droite » (dans le meilleurs des cas), et ses textes ont été très souvent dévalorisés et méprisés en plus d’être incompris. Il faut dire que les critiques et les directeurs littéraires de collection de SF en France sont tous marqués bien à gauche et que cette tendance s’est nettement aggravée avec le temps… Le roman « Révolte sur la Lune » est donc logiquement passé quasiment inaperçu des critiques.

La dernière fois que l’on a parlé de Robert Heinlein a été la sortie du film « Starship Troopers » de Paul Verhoeven, car adapté de « Etoiles garde-à-vous ! », un autre roman du même auteur.

Dans « Révolte sur la Lune », Heinlein ne cache pas ses sympathies libertariennes (mais peut-être que le terme est anachronique pour un roman datant de 1965 ?). Ayn Rand est citée (sous le nom de « Randite », ch. 6) et sa doctrine est appelée « anarchisme rationnel ». John Galt est mentionné dans le chapitre 9. Par ailleurs, il rend de multiples hommages à Sherlock Holmes.

(*) La revue « Fiction » a ainsi publié trois romans de Robert Heinlein en 1957, 1958-59 et 1960-61.

Extraits

La famille : « Prenons mon propre cas. J’ai l’honneur d’être membre d’un des plus anciens ménages familiaux de Luna, un des meilleurs aussi à mon avis, mais je suis sans doute partial. Vous m’avez posé une question sur le divorce. Notre famille n’en a jamais connu et je parierai n’importe quoi qu’elle n’en connaîtra jamais. Un ménage familial trouve plus de stabilité d’année en année, acquiert de l’expérience dans les relations communes, si bien qu’il serait inconcevable qu’un de ses membres, n’importe lequel, pense seulement à le quitter. Il faudrait en outre le consentement unanime de toutes les femmes pour divorcer avec un mari… ce qui est impossible. » (ch. 18)

La démocratie : « Vous pourriez même envisager de déclarer élus les candidats qui obtiendraient le moins grand nombre de suffrages ; les hommes impopulaires sont peut-être justement ceux qui peuvent nous sauver d’une nouvelle tyrannie. (…) Tout au cours des siècles passés les gouvernements désignés par la ferveur populaire n’ont pas été meilleurs, ils ont même parfois été pires que les tyrannies déclarées. (…) Supposons qu’au lieu d’être désigné par l’élection, un député soit désigné par une pétition signée de quatre mille citoyens ; il représenterait réellement ces quatre mille électeurs et n’aurait pas de minorité contre lui puisque, s’il y avait eu une minorité dans sa circonscription électorale, les membres de cette minorité auraient parfaitement eu le droit soit de signer d’autres pétitions, soit de signer la sienne. » (ch. 22) Deux chambres ? : «C’est excellent : plus il y a d’obstacles au pouvoir législatif, mieux cela vaut. Pourtant, au lieu de suivre la tradition, je proposerais, moi, qu’il y ait une Chambre législative et que la deuxième Chambre ait pour seul devoir d’abroger les lois. Que les législateurs ne puissent adapter une loi qu’avec une majorité des deux tiers… tandis que ceux qui abrogeraient les lois puissent annuler n’importe quelle loi à la simple majorité d’un tiers. (…) Pensez-y encore une fois : si une loi est tellement discutée qu’elle ne peut convaincre les deux tiers d’entre vous, ne vous semble-t-il qu’une telle loi ne peut être que mauvaise ? Et, inversement, si une loi est discutée par au moins un tiers d’entre vous, ne vous semble-t-il pas, aussi, que vous auriez avantage à vous en passer ? » (ch. 22)

Les impôts : « … à moins, encore, que vous, Messieurs les députés, ne deviez être des contribuables volontaires et ne deviez payer pour nos besoins, quels qu’ils soient ; (…) En effet, si vous croyez réellement que vos voisins doivent, pour leur propre bien, subir des lois, pourquoi ne serait-ce pas à vous de payer pour ces lois ? Camarades, je vous en conjure, ne vous laissez pas aller aux impôts obligatoires. Il n’y a pas de pire tyrannie que celle qui oblige quelqu’un à payer pour ce qu’il ne veut pas, uniquement parce que vous pensez que c’est pour son bien. » (ch. 22) La monarchie : « Un roi peut seul protéger le peuple de la tyrannie… et surtout de la pire des tyrannies, la sienne. Prof conviendra parfaitement pour ce poste… justement parce qu’il ne désire pas cette charge. » (ch. 22)

La médecine : « (qu’est-ce que c’est un médecin diplômé ? Le guérisseur chez lequel je vais a sur sa porte une plaque où est inscrit « docteur artisan », et il a mis ses livres de côté, c’est d’ailleurs pourquoi je vais chez lui.) » (ch. 14)

L’école : « Les écoles publiques ? Nous avons des écoles dans tous les terriers et je n’ai jamais entendu dire qu’elles aient renvoyé des élèves, aussi il me semble qu’on peut dire qu’elles sont « publiques », mais elles sont payantes, elles aussi, et elles sont chères, parce que tous ceux qui, sur Luna, connaissent quelque chose d’utile et acceptent de l’enseigner, tous ceux-là demandent le maximum. » (ch. 17)

La justice : un procès est narré dans le chapitre 11. A ne pas rater…

Le gouvernement : « Les gouvernements sont l’inévitable maladie des êtres humains. »

Lire la page Wikibéral consacrée à ce livre. Acheter sur Amazon.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.