A-t-on besoin d’un dictateur ?

Quand c’est rendu qu’un dictateur vieillissant nous fait la leçon…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

A-t-on besoin d’un dictateur ?

Publié le 24 septembre 2010
- A +

C’est mon plus beau souvenir d’université : mon professeur socialiste commence à vanter aux étudiants le modèle cubain en le comparant au méchant système américain. Prenant mon courage à deux mains, je demande la parole et pose la question qui tue : « Mais… dans quelle direction vont les radeaux ? »

Les barques de fortune – faites de vieux pneus et de planches usées – qui foncent dans les eaux dangereuses séparant Cuba de la Floride, vont dans une seule direction : le Nord. Jamais l’inverse. Depuis que Fidel Castro a pris le pouvoir, plus d’un million de Cubains ont abandonné leur famille et risqué leur vie, s’épuisant à ramer pendant 20 jours sur ces minuscules embarcations, pour fuir le régime communiste. Des milliers d’hommes et femmes ont péri, engloutis par l’océan.

Je n’ai pas souvenir de la réponse de mon professeur, mais depuis une semaine, le débat est officiellement clos. Le « modèle cubain ne marche même plus pour nous », a confié Castro lui-même à un journaliste. Le régime va congédier 500.000 employés du gouvernement d’ici le mois de mars. Cuba veut dégraisser l’État pour stimuler la productivité anémique dans ce pays où la bureaucratie sévit partout. On veut plus d’initiative individuelle, et plus d’entrepreneurs.

Pendant longtemps, Cuba a profité du soutien financier de l’Union soviétique – environ 5 G$ par année. Mais quand l’URSS s’est effondrée au début des années 1990, les Cubains ont vite constaté les ratés du système communiste. Castro préférait blâmer les États-Unis, qui interdisent à ses citoyens de commercer avec Cuba. Mais l’impact de l’embargo est minime. Après tout, Castro est libre de transiger avec tous les autres pays du monde.

Quel lien avec le Québec ? Cette affirmation : « Le gouvernement doit cesser de maintenir des entreprises, des services et des secteurs de l’économie qui perdent de l’argent tout en versant des salaires démesurés. » Qui a dit ça ? L’Institut économique de Montréal ? Non. Le syndicat des travailleurs cubains !

Belle ironie. Pendant qu’au Québec notre gouvernement s’enfonce dans les dettes, augmente chaque année le nombre de bureaucrates et subventionne tout ce qui bouge, Cuba la communiste dégraisse sa fonction publique et exige plus de productivité.

Fidel Castro a lancé la révolution cubaine en 1959. Aujourd’hui, devant les ratés du système, « el Comandante » possède assez de lucidité, et de poigne, pour remettre en cause le modèle cubain. Des politiciens québécois ont lancé la révolution bureaucratique (pardon, tranquille) un an après Castro, en 1960. Chez nous, quel politicien a le courage de remettre en cause le modèle québécois, qui nous entraîne aussi, tranquillement, vers le mur ?

Quand c’est rendu qu’un dictateur vieillissant nous fait la leçon…

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On entend beaucoup d’intervenants de la vie politique se désoler de l’abstentionnisme et du désintérêt des électeurs. Avec 54 %, l’abstention est le plus grand parti de France, nous répète-t-on. De la même façon que les subventions aux syndicats ont détourné les gens de ces instances qui ne finissent plus par ne représenter qu’elles-mêmes, les subventions aux partis politiques ne sont-elles pas nuisibles ?

Nous, contribuables, payons 66 millions d’euros par an pour financer les partis politiques. L’argent est distribué au prorata des r... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles