Le mauvais patron

Ce patron avare indique maintenant que les contraintes budgétaires ne lui permettent pas de continuer à donner du travail

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mauvais patron

Publié le 20 septembre 2010
- A +

Une des questions les plus fréquentes lorsque l’on parle de Cuba est de savoir si l’on peut appliquer le qualificatif de « socialiste » à la réalité que nous vivons. Pour ma génération, élevée entre les livres sur le marxisme, les manuels de communisme scientifique, et les tomes entiers des textes de Lénine, il apparaît difficile d’identifier ce modèle avec celui présenté dans ces ouvrages. Quand quelqu’un m’interroge sur ce sujet je dis que nous vivons dans cette île sous un capitalisme d’Etat ou – si on peut l’exprimer ainsi – sur le grand domaine d’un parti… d’un clan familial.

Cette théorie me vient logiquement, parce que dans ces livres antiques que l’on m’obligeait à étudier, on retrouvait inévitablement cette condition nécessaire pour qualifier une société de socialiste : que les moyens de production soient entre les mains des travailleurs. Alors que ce que je perçois autour de moi c’est un Etat omni-propriétaire, patron des machines, des industries, de l’infrastructure d’une nation et de toutes les décisions qui se prennent en son nom. Un patron qui verse des salaires très bas et qui exige de ses employés les applaudissements et l’inconditionnalité idéologique.

Ce patron avare indique maintenant que les contraintes budgétaires ne lui permettent pas de continuer à donner du travail à plus d’un million de personnes. « Pour avancer dans le développement et l’actualisation du modèle économique » il nous dit que l’on doit réduire drastiquement les effectifs et en même temps il entrouvre à peine et contrôle les espaces dédiés à la libre entreprise. Même la Centrale des Travailleurs de Cuba – seul syndicat autorisé dans le pays – informe que les mises à pied interviendront bientôt et que nous devons les accepter dans la discipline. Triste rôle pour ceux à qui il appartient de représenter les droits de ses adhérents face au pouvoir et non de faire l’inverse.

Que fera le vieux patron qui a possédé cette Ile pendant cinq décennies quand ses chômeurs d’aujourd’hui se transformeront en opposants de demain ? Comment réagira-t-il quand l’autonomie sociale et économique des personnes travaillant à leur compte se convertira en autonomie idéologique ? Nous le verrons alors blasphémer et stigmatiser les plus prospères parce que les plus values –tout comme le siège présidentiel- ne peuvent appartenir qu’à lui.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique.

Notre gouvernement est adepte de cette méthode dans tous les domaines et pour lesquels nous avons droit à l'autosatisfaction de la majorité de ses acteurs.

 

Économie

À la tête d’un ministère très étendu Bruno Le Maire est le champion.

L’industrie

Pour lui, elle se relève grâce aux mesures que le gouvernement à engager durant ce quinquennat.

Il s'agit plutôt de mesure... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles