Gouvernance économique européenne, deux sondages

La task force de Hermann Van Rompuy a clairement un sacré boulot devant soi si elle veut arriver à convaincre les gens du besoin d’une plus grande gouvernance économique Européenne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gouvernance économique européenne, deux sondages

Publié le 18 septembre 2010
- A +

Un nouveau sondage publié hier par le Fond Marshall Allemand des Etats-Unis, fournit une lecture intéressante. A quelques exceptions près, la majorité des pays de l’Eurozone ont dit que l’Euro a été une mauvaise chose pour leurs économies, y compris la France (60%°, l’Allemagne (53%), mais aussi l’Espagne et le Portugal (52%). Les Italiens sont divisés sur les avantages de l’Euro, avec 47% qui pensent qu’il a été une bonne chose et 48% que ça a été mauvais pour leur économie. Seuls les Hollandais (52%) et les Slovaques (64%) ont une majorité qui dit que l’Euro a été une bonne chose.

Sans surprise, c’est un gros 83% du Royaume Uni qui pense que l’Euro serait une mauvaise chose pour son économie.

Mais ce qui est peut-être tout aussi intéressant, c’est qu’il y a une pluralité des personnes interrogées dans l’UE (46%) qui croit que, pour s’occuper de la crise économique actuelle, les gouvernements de chaque pays devraient avoir la responsabilité principale. A peu près deux personnes interrogées sur cinq (39%) dit que c’est l’Union Européenne qui devrait avoir la responsabilité principale.

Il n’y a qu’en Allemagne qu’une majorité (54%) pense que l’UE devrait jouer le rôle du chef dans la prise de décision économique. Les Français sont divisés sur cette question, avec 47% qui disent que c’est leur gouvernement et 43% qui disent que c’est l’UE qui devrait avoir la responsabilité principale.

Ceci donne, pour sûr, une comparaison intéressante avec l’affirmation récente de la commission selon laquelle « 75% des citoyens de l’UE veulent plus de gouvernance économique Européenne », sur la base d’une interprétation plutôt créative de son étude « Eurobaromètre », que nous avons déjà discréditée récemment. EU Observer relève que les résultats « contredisent de façon tranchante » l’interprétation de la Commission.

On avait seulement demandé aux personnes interrogées si, oui ou non, « une coordination plus forte des politiques économiques et financières entre tous les pays de l’UE » serait efficace pour combattre la crise actuelle. La question ne mentionait même pas le rôle de l’UE ou le terme « gouvernance économique européenne ». La Commission a obtenu son chiffre de 75% en additionnant les réponses de ceux qui pensait qu’une plus forte coordination serait « très efficace » (26%) et de ceux qui pensaient seulement qu’elle serait « assez efficace » (49%).

La task force de Hermann Van Rompuy a clairement un sacré boulot devant soi si elle veut arriver à convaincre les gens du besoin d’une plus grande gouvernance économique Européenne.

Sur le web

Sondage du German Marshall Fund en pdf

Sondage Eurobarometer en pdf

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

eurobonds anti-russe Union européenne nucléaire La politique énergétique européenne Vaccination obligatoire
4
Sauvegarder cet article

Prétendre fonder des alliances politiques entre États uniquement sur des ressorts moraux n’est ni très honnête, ni très réaliste, ni très intelligent. Nier que derrière les discours émouvants et la propagande se jouent des rapports de force et des tensions entre puissances relève de la naïveté la plus éthérée.

À écouter le discours sur l’état de l’Union d’Ursula Van Der Leyen, c’est essentiellement sur un fondement moral que toute l’Union s’engage aux côtés de l’Ukraine pour contrer l’invasion russe. Il est moralement impossible de voi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles