Gouvernance économique européenne, deux sondages

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gouvernance économique européenne, deux sondages

Publié le 18 septembre 2010
- A +

Un nouveau sondage publié hier par le Fond Marshall Allemand des Etats-Unis, fournit une lecture intéressante. A quelques exceptions près, la majorité des pays de l’Eurozone ont dit que l’Euro a été une mauvaise chose pour leurs économies, y compris la France (60%°, l’Allemagne (53%), mais aussi l’Espagne et le Portugal (52%). Les Italiens sont divisés sur les avantages de l’Euro, avec 47% qui pensent qu’il a été une bonne chose et 48% que ça a été mauvais pour leur économie. Seuls les Hollandais (52%) et les Slovaques (64%) ont une majorité qui dit que l’Euro a été une bonne chose.

Sans surprise, c’est un gros 83% du Royaume Uni qui pense que l’Euro serait une mauvaise chose pour son économie.

Mais ce qui est peut-être tout aussi intéressant, c’est qu’il y a une pluralité des personnes interrogées dans l’UE (46%) qui croit que, pour s’occuper de la crise économique actuelle, les gouvernements de chaque pays devraient avoir la responsabilité principale. A peu près deux personnes interrogées sur cinq (39%) dit que c’est l’Union Européenne qui devrait avoir la responsabilité principale.

Il n’y a qu’en Allemagne qu’une majorité (54%) pense que l’UE devrait jouer le rôle du chef dans la prise de décision économique. Les Français sont divisés sur cette question, avec 47% qui disent que c’est leur gouvernement et 43% qui disent que c’est l’UE qui devrait avoir la responsabilité principale.

Ceci donne, pour sûr, une comparaison intéressante avec l’affirmation récente de la commission selon laquelle « 75% des citoyens de l’UE veulent plus de gouvernance économique Européenne », sur la base d’une interprétation plutôt créative de son étude « Eurobaromètre », que nous avons déjà discréditée récemment. EU Observer relève que les résultats « contredisent de façon tranchante » l’interprétation de la Commission.

On avait seulement demandé aux personnes interrogées si, oui ou non, « une coordination plus forte des politiques économiques et financières entre tous les pays de l’UE » serait efficace pour combattre la crise actuelle. La question ne mentionait même pas le rôle de l’UE ou le terme « gouvernance économique européenne ». La Commission a obtenu son chiffre de 75% en additionnant les réponses de ceux qui pensait qu’une plus forte coordination serait « très efficace » (26%) et de ceux qui pensaient seulement qu’elle serait « assez efficace » (49%).

La task force de Hermann Van Rompuy a clairement un sacré boulot devant soi si elle veut arriver à convaincre les gens du besoin d’une plus grande gouvernance économique Européenne.

Sur le web

Sondage du German Marshall Fund en pdf

Sondage Eurobarometer en pdf

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles