New York étend l’interdiction de fumer aux parcs et aux plages

L’interdiction de fumer à New York sera étendue aux jardins et aux plages de la ville, a annoncé mercredi son maire, Michael Bloomberg.

L’interdiction de fumer à New York sera étendue aux jardins et aux plages de la ville, a annoncé mercredi son maire, Michael Bloomberg. L’interdiction est déjà en vigueur dans les bars et les restaurants de la métropole américaine.

« La science est claire à ce sujet: une exposition passive prolongée à la fumée de cigarette, que l’on soit à l’intérieur ou dehors, nuit à la santé. Aujourd’hui, nous agissons à ce sujet », a déclaré M. Bloomberg pour expliquer sa décision. L’interdiction de fumer doit encore être approuvée par le conseil municipal, ce qui ne devrait être qu’une formalité.

« Quand cette loi sera adoptée, tous les New-Yorkais pourront profiter d’une promenade au parc ou d’une journée à la plage sans avoir à respirer la fumée des autres », a souligné une membre du conseil municipal, Christine Quinn, pour qui « cette loi va sauver des vies et faire de New York un endroit plus sain ».

La ville de New York englobe 22,5 km de plages et plus de 1700 parcs et aires de jeux, dont le célèbre Central Park. Michael Bloomberg, un ancien fumeur devenu adversaire acharné de la cigarette, s’était heurté à une forte opposition en 2003 lorsqu’il avait interdit de fumer dans les bars et les restaurants.

La nouvelle interdiction de fumer s’appliquera dans certains endroits touristiques, comme Times Square, zone devenue piétonne depuis que le même Michael Bloomberg y a définitivement interdit la circulation automobile en février.

Les contrevenants s’exposeront à des amendes s’élevant à 250 dollars. Les fumeurs de New York, qui déboursent déjà entre 11 et 15 dollars pour un paquet de cigarettes, enragent. « Tout repose sur une idéologie du ‘tu ne fumeras point' », commente Audrey Silk, fondatrice de NYC C.L.A.S.H., un groupe défendant les droits des fumeurs.