L’enfer des centres de jeunesse de la RDA

Le journal allemand Tagesspiegel révèle les abus sexuels pratiqués dans les centres pour mineurs de la RDA. Pour l’instant seuls quelques cas sont apparus à la lumière, pointe de l’iceberg d’une affaire étouffée durant des années.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enfer des centres de jeunesse de la RDA

Publié le 7 avril 2010
- A +

La semaine dernière, le journal berlinois Der Tagesspiegel révélait comment les abus sexuels et les mauvais traitements physiques se produisaient à l’encontre de mineurs – de manière systématique dans certains cas – dans les différents centres d’accueil de la jeunesse dans l’ancienne République démocratique allemande. Dans l’ancienne Allemagne socialiste fonctionnaient quelques 474 centres d’État d’accueil pour la jeunesse, parmi lesquels 70 travaillaient comme foyers spéciaux et centre fermés pour enfant et adolescents « difficiles », où les maltraitances auraient été les plus nombreuses.

Gabriele Beyler, directrice du mémorial de l’ancien centre de jeunesse de Torgau, a expliqué au journal que jusqu’à présent ce sont déjà 25 anciens pensionnaires de ces centres – pointe de l’iceberg – qui se sont adressés à elle, dénonçant des agressions sexuelles massives de la part des éducateurs alors qu’ils étaient âgés entre 6 et 17 ans. D’autres victimes ont également pris contact avec d’anciens dignitaires de l’ancien régime communiste ou avec l’actuel député de la région de Torgau, Manfred Kolbe. Tous parlent de dizaines voire même de centaines de victimes de pédophilie et de violence physique occultés par la honte.

Pour le quotidien allemand, personne ne s’étonnera du fait qu’il y ait eu aussi des abus sexuels à l’encontre de jeunes au sein de centres d’État de l’ancienne RDA, une dictature totalitaire où le pire était toujours possible et pourquoi pas la perversité, la pédérastie ou l’abus d’autorité, dans une société de commandement où l’individu et l’enfant en premier était soumis au service de l’État et de son idéologie.

Le 23 avril prochain sera inauguré une table ronde pour traiter des abus sexuels en Allemagne. Créée à l’initiative des ministres de la justice, de l’éducation et de la famille, elle tentera de chercher la manière d’aider les victimes d’abus sexuels de la par de religieux. Gabriele Beyeler veut y participer et a demandé au gouvernement que soient également traités les cas d’abus commis dans l’ancienne République démocratique allemande jusqu’à la chute du Mur de Berlin et l’effondrement de la dictature socialiste : « Il n’y a pas de victimes de première ou de seconde classe », dénonce-t-elle. Alors même que les abus sexuels commis par des religieux ne concernent qu’une infime minorité des cas recensés en Allemagne.

Ainsi, le 9 mars dernier, le doyen des spécialistes italiens du Vatican, Luigi Accattoli – journaliste d’expérience ayant collaboré avec la Repubblica ou le Corriere Della Sera – rappelait dans un article paru dans le journal italien Liberal que, depuis 1995, 210.000 cas d’abus sexuels avaient été recensés et que seulement 94 (moins de 0,05% des cas) concernaient des personnes ou des institutions liées à l’Église catholique.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Yves Naudet.

La récente polémique sur le secret de la confession et l’affirmation de la classe politique suivant laquelle il n’y a rien au-dessus des lois de la République méritent une réflexion sur ce grave sujet, d’autant plus que le problème a été soulevé à propos des crimes de pédophilie dénoncés par la commission Sauvé.

Il convient de distinguer le débat général (n’y a-t-il rien au-dessus des lois de la République) du cas particulier du secret de la confession.

Antigone face à Créon

Dire qu’il n’y a rien au-... Poursuivre la lecture

Par PA Berryer.

La dernière chronique de H16, « L’humour subversif est il mort en France ? », propose un développement très intéressant sur les capacités contorsionnistes de nos humoristes prompts à célébrer l’esprit libre penseur de Charlie Hebdo tout en étant à la pointe de la censure la plus triviale. Il faut reconnaître que le moralisme de nos présentes élites, humoristes officiels inclus, n’a rien à envier au petit bourgeois du XIXe siècle, moralisme dont elles sont les premières à s’affranchir, luxe qu’elles refusent aux autres. ... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Jeffrey Epstein est ce genre de personnage que l’on croit sorti tout droit de Suits, The Good Fight, Gossip Girl ou de Scandal. Juif de Brooklyn issu d’une famille modeste, enfant prodige ayant appris à jouer au piano à l’âge de 5 ans et ayant sauté plusieurs classes dans sa scolarité, il est « découvert » par Alan Greenberg alors qu’il est le professeur de math et de physique des enfants de celui-ci. Entré comme trader junior chez Bear Stearns en 1976, il se retrouve douze ans plus tard à la tête de sa pro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles