USA : le Parti républicain devrait soutenir Gary Johnson

Publié Par Auteur invité, le dans Amérique du Nord

Par Josh Guckert.1

USA : le Parti républicain devrait soutenir Gary Johnson

Gary Johnson at the Rally for the Republic By: ronpaulrevolt2008CC BY 2.0

À la suite des révélations des « Trump Tapes » la semaine dernière, le candidat républicain est quasiment fini. De nombreuses personnalités du parti ont retiré leur soutien et pour la première fois, Donald Trump a dû présenter des excuses. Certains ont même suggéré qu’il devrait se retirer de l’élection présidentielle, mais avec seulement un mois de délai, ce n’est plus possible.

Cependant, le Parti Républicain a un autre plan d’urgence. Sur chacun des bulletins de novembre, un duo d’anciens gouverneurs Républicains sera présent. Il s’agit de la candidature libertarienne de Gary Johnson et William Weld. De plus, tous deux possèdent des bilans impeccables en matière fiscale qui rendraient fiers Barry Goldwater et Ronald Reagan.

Avec l’exode massif des soutiens temporaires de Trump et jusqu’au président du parti qui condamne les propos de Trump, le parti doit rapidement réparer ces dégâts si il souhaite conserver le Sénat et le Parlement. De plus, avec les révélations récentes concernant Hillary Clinton, gagner l’élection présidentielle reste possible si les Républicains présentent un candidat compétent et sérieux.

Des estimations ont suggéré que Johnson pourrait gagner l’État du Nouveau-Mexique (NdT : où il avait été gouverneur) et créer une égalité pour laquelle le Parlement devrait choisir le futur président. Cependant, si les Républicains agissent maintenant, ils peuvent s’éviter la honte d’être affiliés à Trump, sauver leurs postes de députés et sénateurs, et empêcher Clinton de gagner cette élection.

  • Traduction par Contrepoints.

Sur le web

  1. Rédacteur en chef de The Libertarian Republic.
  1. C’est lui quand on lui a demandé ce qu’il pensait d’Alep, il ne savait pas ce qu’était Alep ?

    1. Si c’est tout ce qu’on lui reproche… Vous préférez donc un psychopathe au pouvoir ?

        1. La folle sait déjà comment déverrouiller les missiles. Pour certains, c’est un gros avantage…

    2. Cette après si on compte les bourdes de tous les candidats je pense que Gary Johnson peut se rassurer.

      1. Pardon je voulais dire « certes »

    3. c’est quoi qavoir ce qu’est alep….alep est une ville… on peut à larigueur la situer géographiquement et ona fini le boulot de ce savoir ce qu’est alep..
      si vous voyez ce que je veux dire…
      En fait ce qui est effrayant est d’imaginer qu’un simple candidat sait TOUT sur TOUT…
      On a eu ce genre d’attaque contre des hommes politiques français, du genre connaissez vous le prix d’un ticket de métro…

      ça a un .avantage…si on sait ce que doit savoir uncandidat..plus besoin de voter on lui fait passer un test de connaissance: wikipedia président..
      Les présiendents franaçsi connaissent le taux de chômage mais visiblement ça ne les avance pas à grand chose pour le faire baisser sitant est que de faire baisser un taux est le moindre interet pour un chomeur donné.

    4. Même si l’on peut lui reprocher son manque de culture en la matière, celui-ci est politiquement plutôt isolationniste si l’on s’en réfère à ses idées sur le sujet (https://www.johnsonweld.com/foreign_policy_and_national_defense). Donc même si il ne connaît pas Aleppo, il reste perplexe quand à l’utilité de l’intervention militaire dans les pays étranger et s’oppose à cette domination militaire, monétaire et politique que les Etats-Unis exerce/ tente d’exercer depuis déjà la fin de la seconde guerre mondiale (et encore même avant). Donc même si il ne sait rien sur Aleppo, son refus de systématiquement intervenir militairement et politiquement dans le reste du monde et ses opinions assez libertarienne sur les libertés civiles reste plutôt positif, non? On sait très bien qu’il ne s’agit plus de trouver un candidat idéal que se soit aux Etats-Unis ou en France, ni même si un candidat tiendrait ses promesse cela ne reste que spéculations. Mais pour qui voteriez-vous en tant qu’Américain, Hillary Clinton, Donald Trump ou Gary Johnson?

  2. Le Dupont Aignan local, voiture balai de Clinton et du système.

  3. cela ne changerait pas grand chose au déchainement médiatique , on changerait la tête de turc et le punching ball d’hillary et de tous les médias US.le plus simple est de demander a hillary le candidat qu’elle souhaite ..comme en France un Juppé bis

    1. Pas faux ❗

  4. C’était bien joué la campagne sur les propos vulgaires de Trump (mais on savait déjà qu’il était vulgaire) au moment des révélations de Wikileaks sur les e-mails de Clinton (là on est sur le registre du pénal)…

  5. Je ne crois pas que Trump est fini, il y a une différence entre lire les grands médias a la solde des démocrates et lire les commentaires du peuple américain.

  6. Trump fini?
    Waouh, avec une analyse pareille, on se croyerait à Libé.

    En réalité on n’en sait rien du tout. Il peut se passer la même chose qu’en Angleterre avec le Brexit, ou en France avec le référendum.
    Les « petites gens », méprisées par les élites, n’ont pas dit leur dernier mots.

    La colère contre les politiciens est telle, qu’il est suiccidaire de faire un pronostic sur le vote des gens.

  7. Trump n’est peut-être pas fini car les sondages semblent sous-estimer le vote « non politiquement correct ». Je m’explique:

    Dans les années 1980/2000 en France, les sondages sous-estimaient largement le vote FN car il était mal vu de déclarer à un sondeur « je vote Le Pen » (le père, pas la fille). D’ailleurs plus tard les instituts ont appliqué des corrections sur les intentions de vote FN pour prendre en compte de phénomène. Je ne sais pas si c’est toujours le cas mais peu importe.
    Le même phénomène peut se reproduire avec Trump.

  8. Au risque de déplaire, je rappellerai qu’il y avait quinze candidats à la primaire républicaine, et que Trump en est sorti vainqueur. Peut-être qu’ils n’étaient pas tous géniaux mais on peut difficilement affirmer que Trump n’a pas de légitimité au sein du parti républicain.

    « … empêcher Clinton de gagner cette élection.. »

    Dans une élection aussi difficile que la présidentielle américaine, changer de poulain trois semaines avant le vote? alors que certains ont même déjà voté?

    Cet article est absurde. Si M. Johnson a tant de mérite, qu’il retente sa chance en 2020, en participant aux primaires républicaines, il y a de la place.

Les commentaires sont fermés.