Hillary Clinton remporte le premier débat présidentiel

Publié Par Daniel Girard, le dans Amérique du Nord

Par Daniel Girard, depuis Boston.

Contre toute attente, l’été dernier, le magnat de l’immobilier Donald Trump a défait les seize candidats qui s’opposaient à lui lors de la course à l’investiture républicaine, ne faisant qu’une bouchée des poids lourds Jeb Bush et Ted Cruz. C’était le bon temps, pour Donald Trump.

Hier, lors du premier des trois débats pour la présidence, l’ex-milliardaire a pu constater une chose : l’affrontement avec Hillary Clinton se passe sur un plan plus élevé ; un plan où il lui sera difficile de bénéficier des tactiques qui lui ont valu la victoire sur ses adversaires républicains. L’enjeu était de taille. Le débat, immensément attendu alors que le 8 novembre approche, a été suivi, selon une estimation, par plus de 100 millions d’Américains, ce qui serait un record.

Donald Trump avait bien commencé, en martelant avec aplomb que les États-Unis perdent trop d’emplois au Mexique et en Chine et en blâmant Hillary Clinton pour son soutien à l’entente de libre-échange USA/Canada/Mexique qu’il juge désastreuse.

Le milliardaire a poursuivi son offensive en reprochant à la candidate d’avoir commis davantage qu’une erreur en utilisant sa messagerie privée alors qu’elle était secrétaire d’État ; elle s’est couverte de honte, au détriment de son pays.

Mais c’est à ce moment du débat où Hillary Clinton a lancé une percutante contre-attaque. Elle a attaqué son adversaire sur son refus de révéler son rapport d’impôts. « Peut-être Donald Trump cache-t-il quelque chose », a-t-elle ironisé. « Peut-être n’est-il pas aussi riche qu’il le dit. Vous n’avez payé aucun impôt pendant plusieurs années », lui a-t-elle lancé, « vous n’avez donc contribué en rien à notre effort de défense militaire et au financement de nos écoles et de notre système de santé. » Donald Trump de rétorquer : « c’est la preuve que je suis intelligent. » Le magnat de l’immobilier a aussi répondu à sa rivale qu’il va publier son rapport d’impôts lorsqu’elle va rendre publics les 33000 emails manquants de sa messagerie privée, au rire de bien des spectateurs.

Attaques sur les origines du président

L’ex-première dame a reproché à son adversaire d’avoir propulsé sa carrière politique en propageant un mensonge raciste faisant planer un doute futile sur la nationalité américaine de Barack Obama. Le modérateur du débat, le journaliste Lester Holt, a insisté pour que le milliardaire explique pourquoi il a récemment fait volte-face sur ses insinuations sur l’origine américaine du président. Donald Trump s’est défendu en disant : « J’ai bien fait d’exiger le certificat de naissance du président. J’ai rendu service à ce pays. »

Constatant que son adversaire était sur la défensive, Hillary Clinton a lancé : « Donald me critique parce que je me suis préparée pour ce débat. Savez-vous pour quoi d’autre je me préparais ? Pour être présidente. »

Donald Trump a pu reprendre l’initiative lorsqu’il a abordé la menace de l’État islamique : il a reproché à l’ex-secrétaire d’État d’avoir combattu l’État islamique toute sa vie alors qu’elle aurait dû en empêcher la création qui a résulté du vacuum façonné par la sortie trop rapide de l’Irak.

Mais pour l’essentiel, Hillary Clinton a remporté le débat par son assurance, la maîtrise de ses dossiers, son expérience de plus d’une trentaine de débats politiques et une excellente préparation. Donald Trump, lui, ne ressemblait pas à la figure dominante qui a balayé ses adversaires républicains. Il n’était pas prêt pour les attaques pourtant prévisibles de sa rivale. Il n’a pas eu de contre-attaque efficace. La star de la télé-réalité n’a pu prévaloir contre la profondeur de la candidate Clinton.

Une issue encore très indécise

Des électeurs réunis par CNN pour le débat ont accordé la victoire à Hillary Clinton dans une proportion de 62% contre 27%. La plupart de ces électeurs se disaient démocrates, mais Clinton l’emportait aussi haut la main 54% à 33% chez les indépendants.

Mais Hillary Clinton ne pourra pas s’asseoir sur ses lauriers. Un sondage Quinnipac place les deux candidats nez-à-nez 44% Clinton et 43% Trump. L’ex-secrétaire d’État demeure handicapée par son caractère peu inspirant et les doutes des Américains sur son honnêteté.

Quant à Donald Trump, il a démontré, depuis ses débuts en politique, sa remarquable capacité à rebondir à la suite des impairs et des déroutes. Il faut s’attendre à de meilleures performances lors des deux autres débats présidentiels des 9 et 19 octobre.

  1. Les grands médias officiels feront ce qu’il faut pour persuader l’électeyr que Clinton est la meilleure, comme ici en France, ils tentent de nous enfermer dans un duel Juppé-Sarkozy. Pour comprendre les vrais enjeux de l’élection américaine, il faut regarder du côté de la Syrie…

  2. Le Diable probablement

    Où avez-vous lu que le sondage de CNN ne regroupait que des électeurs indécis ?

    « 26% of the respondents who participated in tonight’s survey
    identified themselves as Republicans, 41% identified
    themselves as Democrats, and 33% identified themselves as
    Independents. »

    Ceci explique peut-être cela.

    1. Daniel GirardDaniel Girard Auteur de l’article

      Commentaire très pertinent et j’ai nuancé le paragraphe en conséquence. Merci,
      .

    2. On aurait les chiffres de Fox News? Au point ou en est CNN, (c’est à dire l’équivalent passe plat de Fox mais pour les démocrates). Après peu importe ces sondages, ce qui compte, ce sont les résultats le jour J, comme l’a prouvé le Brexit. Et très honnêtement Hilary était mieux préparée en matière de comm’, là où Trump s’emmêlait parfois les pinceaux ou ne taclait pas intelligemment. Encore un effort et avec un bon entrainement et moins d’attaques personnelles de la part des deux camps, ça devrait donner des moments politiques marquants. (on a déjà deux candidats massivement détestés par la moitié du pays, c’est déjà cocasse)

      1. Je n’ai pas les chiffres de Fox News, mais j’ai regardé la jolie Dana Perino dire sur cette chaîne conservatrice que Clinton avait été meilleure que Trump. Je n’aimais pas trop Perino quand elle était attachée de presse ou porte-parole adjointe, puis promue porte-parole, de la Maison Blanche sous George W. Bush (elle ne répondait pratiquement jamais aux questions, notamment celles d’Helen Thomas, n’avait jamais entendu parler de la crise des missiles de Cuba, défendait l’intervention en Irak, etc.), mais en tant que journaliste et commentatrice, je l’aime bien car elle est objective (et a beaucoup gagné en maturité) comme sur cette vidéo :

        https://www.youtube.com/watch?v=Tn8OQabO5PU

        (En plus, elle vieillit bien.)

        Bref, il n’y a pas que les « grands médias officiels » qui ont trouvé Clinton meilleure que le bouffon raciste et sexiste Trump ou tentent de persuader les Américains que Clinton est meilleure. Je trouve qu’on attribue une trop grande influence aux médias. Durant le mois de septembre, Trump est passé devant Clinton dans les sondages nationaux. Est-ce que c’est sous l’impulsion des « médias officiels » ? Ou est-ce le résultat de fluctuations de l’opinion publique américaine ?

        Pour ce qui est de la préparation, je trouve que c’est un peu facile de dire que Clinton s’est préparée et Trump non (comme ce dernier l’a dit- mais bon, la parole de Trump….). Qui peut croire qu’il ne s’est pas préparé ? Ma théorie est la suivante : c’est pas qu’il ne s’est pas préparé, c’est plutôt qu’il ne PEUT pas se préparer car trop instable, trop agité, ne faisant pas preuve de sang-froid, incapable de se concentrer plus que quelques minutes, comme les gens qui ont travaillé avec lui le disent. Ceci donne un sens aux propos de Clinton « Donald me critique parce que je me suis préparée pour ce débat. Savez-vous pour quoi d’autre je me préparais ? Pour être présidente. » sans doute autre que celui que lui donnait Clinton : C’est parce que Trump est incapable de se préparer pour un débat qu’il est aussi incapable de diriger un pays comme les Etats-Unis.

        En plus d’être doté d’une personnalité instable, d’être sexiste et raciste, Trump est un ignare. Il n’y a pas un seul sujet qu’il maîtrise. Même sur un sujet comme la sécurité qui est un de ses chevaux de bataille, il est « clueless » comme disent les Anglo-saxons. Il est incapable de répondre aux questions d’Oreilly, pourtant sur Fox News :

        https://www.youtube.com/watch?v=2vfYrzNLc30

        Donc, il a rencontré deux types lors d’une visite à Chicago qui lui ont dit qu’ils pouvaient résoudre le problème de la criminalité dans cette ville en une semaine et il les a crus. C’est donc la solution….

  3. D’un point de vue libéral, Trump a été beaucoup plus pertinent que Clinton au tout début du débat, lorsqu’ils parlaient de création d’emplois. Trump veut moins d’impôts, moins de réglementation. Clinton se la joue « anti-riches », veut augmenter les impôts des « riches » et les dépenses publiques (éducation, écologie, bla bla bla…)

    Pour le reste du débat, c’était médiocre des deux côtés….Tout ce que je me souviens c’est que Clinton a l’air fatigué. C’est certes une évidence qu’elle souhaite plus que tout être présidente, mais ce n’est pas l’impression qu’elle donne… Ou alors peut-être qu’elle fait semblant d’être fatiguée / nonchalante.

    1. J’avoue être perplexe sur le sujet Trump. Il serait « libéral local » ce qui est plutôt cool, mais « protectionniste international » ce qui est stupide…

      Après les « National-Socialistes » au vingtième siècle, on va se taper des « National-Libéraux » aux vingt-et-unième ?

      Le problème étant que devant l’échec prévisible du concept, les gauchistes auront beau jeu de dénoncer encore une fois « l’échec du capitalisme »…

  4. il ne faut jamais se précipiter , plein d’autres sondages disent l’inverse..on n’est pas en France où l’unanimité est obligatoire et tous suivent la Pravda aveuglement pour recevoir la subvention et le pass officiel !

  5. Ce qui est consternant avec la théorie selon laquelle Obama ne serait pas américain est que la première personne qui a lancé la polémique en 2008 était…Hillary Clinton. Certes, elle a vite rétropédalé dès qu’elle s’est aperçue que les Républicains, McCain en tête, ne la suivaient pas sur ce terrain mais il est étrange que personne au GOP ne lui rafraîchisse la mémoire.

  6. On aurait attendu d’un site libéral un peu moins de naîveté face aux manipulations de l’information (pensez au réchauffement climatique). Un sondage a donné Clinton vainqueur, celui de CNN, réalisé sur … 500 personnes sur 100 millions de téléspectateurs. Tous les autres sondages, réalisés sur plusieurs milliers ou dizaines de milliers de personnes donnent Trump vainqueur. Certes, Hillary a été meilleure quant à la distribution des vacheries. Mais peut-être n’est ce pas ce qui intéresse les téléspectateurs-citoyens. Elle avait eu le même comportement contre Obama durant les primaires démocrates de 2008, et elle s’était faite étendre.

  7. Clinton aurait gagné selon CNN avec son panel préparé?

    Selon un sondage en ligne, sur Time magazine, Trump est à 55% (1.7 millions de votes)…
    http://time.com/4506217/presidential-debate-clinton-trump-survey/

    Idem avec le site Slate : Trump à 55%
    http://www.slate.com/articles/news_and_politics/politics/2016/09/first_presidential_debate_of_2016_who_won_vote_in_our_poll.html

    Il y a comme un problème, non ?

    1. Sur les sondages en ligne, le FN fait parfois des scores bien au-dessus de 30 %, internet, c’est le repère de pas mal de « trolls racistes » …

  8. Voila des chiffres que j’ai trouvé sur un blog qui a recensé la plupart des sondages, en lignes (avant 19 h00) à l’exception de CNN :

    Time magazine (1 340 992 votes) : Trump 52%, Clinton 48%.
    Drudge Report’s : 81.5 % Trump, Clinton 18.5 %.
    CBS : (83 171 votes) : Trump 49.70%, Clinton 33.41%.
    CNN* (521 votes) : Clinton 62%, Trump 27%.
    Washington Times : Trump 70%, Clinton 24%, aucun des deux 4%.
    ABC News (79 996 votes) : Trump 55%, Clinton 10% (derrière Jill Stein et Gary Jonhson)
    Breitbart (246 641 votes) : Trump 75.6%, Clinton 24.4%
    CNBC (710 920 votes) : Trump 65%, Clinton 35%
    Slate : Trump 54%, Clinton 45%
    Heavy, qui fait une analyse détaillée par sujet très intéressante (68 893 votes) : Trump 72%, Clinton 25%
    Fortune (445 835) : Trump 56%, Clinton 44%
    The Hill, site anti-Trump (114 810 votes) : Trump 58%, Clinton 36%
    Politopinion : Trump 77%, Clinton 23%
    TheTruthdivision (36634 votes) : Trump 84%, Clinton 16%
    The right Scoop (73 240 votes) : Trump 71%, Clinton 23%

    Un peu prématuré de titrer sur un nom précis pour le gain du premier débat, non ?

    1. Il s’agit de sondages en ligne, on ne peut pas vraiment en conclure grand chose non plus (avec des bots et une bonne mobilisation, /pol peut très bien fausser ce genre de sondage, comme ils l’ont déjà fait par le passé.)

  9. Lu sur le site de Fox News : The online surveys are not scientific and, in many cases, supporters of either candidate can cast multiple ballots.

    1. @Neel: il est peut être conservateur, mais absolument pas un soutien de Trump.
      Exemple de sa prose:
      « Krauthammer has not been a fan of Trump’s this entire campaign season, but he is now questioning his mental state due to his “shocking absence of elementary decency and of natural empathy” in how he handled his response to Khizr Khan. »

      Quant au sondage de CNN, que couvre exactement le terme « scientifique » ? L’application systématique de tous les biais psychologiques pour arriver à une opinion ? A-t-on été par exemple demander au panel de CNN si Clinton semblait dans une santé recouvrée ou boostée artificiellement pour l’émission ? Or il est évident que tout le monde se pose la question…

      Mais à par ça, oui, Clinton peut gagner aux points dans un exercice qu’elle pratique et use depuis si longtemps. De l’autre, contrairement aux prescriptions psychiatriques de Krauthammer, Trump n’a pas été vu à l’écran comme l’intempérant gosse de 11ans qu’il décrit depuis des mois. Cela peut compter bien plus…

      1. Pour te rassure encore plus, le sondage de la Pravda montre Trump à 99%. Tu peux dormir tranquille, il a déjà gagner les élections.

  10. Personnellement ce qui m’a frappé moi et laisser perplexe c’est l’apparent retour de la vigueur de Mme Clinton. Pétante de santé, revigorée on ne reconnaissait plus cette pauvre femme vieillie et affaiblie qui s’effondrait dans les bras de ses gardes du corps il y a quelques semaines. Je serais bien curieux de connaître le cocktail chimique qu’on lui a donné pour arriver à un un résultat aussi spectaculaire.

    1. je me dis la même chose.
      il va falloir faire des contrôles anti-dopage avant les débats 🙂

      1. Daniel GirardDaniel Girard Auteur de l’article

        mdr

  11. Le débat a volé très bas. Ce débat n’était pas un débat sur quelle politique est la meilleure (entre celle proposée par Clinton et celle proposée par Trump), c’était juste un condensé d’attaques personnelles. Clinton l’a peut être remportée mais ni Trump ni Clinton ne m’ont convaincu. Le niveau du débat est indigne (mais guère surprenant) d’un débat présidentiel. Si vous voulez convaincre quelqu’un que la démocratie est un mauvais système, il suffit de lui faire regarder ce débat.

  12. Les américains voteront Clinton, tout comme les anglais ont voté contre le Brexit. Qu’on se le dise !

  13. @ Daniel Girard
    Aucun rapport direct, si ce n’est qu’il s’agit des élections présidentielles US. Vous vous souvenez peut-être que je prédisais que Gary Johnson que je ne considère pas réellement libéral allait probablement souffrir des mêmes travers que les autres potentiels candidats libertariens qui faisaient décidément tout pour ne pas paraître crédibles.
    Il y eut le « moment Alep » qu’on pouvait excuser facilement. Il y a maintenant le « moment foreign leaders » quand Johnson fut incapable de nommer un seul dirigeant étranger…
    Un simple clin d’oeil donc. Et oui, pour l’instant vous aviez raison concernant la nomination de Trump malgré les coups tordus du GOP. Il semblerait même que certaines des forces de l’état profond se soient ralliés à lui, ou pl us exactement se méfie de Clinton et de sa possible explosion en vol.
    Très cordialement.

Les commentaires sont fermés.