Nos ancêtres : les Gaulois, les Romains, les Francs ?

Publié Par Gérard-Michel Thermeau, le dans Histoire, Pushmobile

Par Gérard-Michel Thermeau.

Le petit monde politique et médiatique qui ouvre rarement un livre, surtout d’histoire, est en émoi. Un ex-président de la République, fan d’Astérix, s’exprime sur nos ancêtres. Un défunt président de la République, fan de Pétain, sort de sa tombe pour lui répondre. Et tous deux disent de grosses bêtises bien sûr.

Nos ancêtres les Gaulois ?

Mais qui sont donc nos ancêtres ?

Pauvres Gaulois. Que reste-t-il d’eux ? Bien peu de choses, craignons-le. Moins de 200 mots gaulois dans la langue française. Et le breton, comme son nom l’indique, c’est du celte réimporté en Armorique par les cousins d’Outre-manche fuyant les brutes anglo-saxonnes envahissant la Bretagne (qui en devient Grande par la même occasion).

Ces Gaulois, on ne s’y est guère intéressé pendant longtemps. Au Moyen-Âge, seul Rome compte. Après tout nous devons, entre autres, aux Romains, les routes, l’emplacement de nombre de nos villes (ainsi que leur nom), la consommation du vin (remplaçant avantageusement la bière tiède) et notre belle langue française qui n’est jamais que du latin mal prononcé et déformé.

Pour Voltaire, les Gaulois avaient bien eu de la chance d’être vaincus par les Romains qui leur avaient apporté la civilisation. Michelet, exaltant le génie de César, sera le dernier représentant de cette ancienne tradition historique. Pour lui la Gaule était avant Rome un « chaos barbare et belliqueux ».

Nos ancêtres les Troyens ou les Francs ?

Et quitte à chercher des ancêtres antiques, on préférait suivre la piste troyenne. Nos ancêtres les Troyens — et toc ! enfoncés, les Romains. Vous avez Énée, eh ben, nous avons Francion ou Anténor, on ne sait pas trop. Le pape et l’Empereur romain germanique n’avaient désormais qu’à bien se tenir : le roi de France était leur égal. Mais le thème troyen était trop aristocratique et difficile à justifier pour être durable.

Les ancêtres des Français ne seraient-ils pas les Francs dont ils tirent leur nom ? Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’histoire de France commence avec Clovis, roi de la « première race » ayant régné sur le pays.

Sous la Révolution, tout bascule. Les Gaulois deviennent les ancêtres du Tiers État par opposition aux Francs (orthographiés Franks pour mieux souligner leur barbarie germanique), ancêtres de la noblesse exécrée. Comme le souligne Sieyès, renvoyons ces Franks dans leurs bois et marais de Germanie.

Les Gaulois : le retour !

À l’époque romantique, Augustin Thierry et Guizot créent le « mythe gaulois ». Les fouilles archéologiques se développent. La place des Gaulois dans les Histoire de France publiées enfle prodigieusement. La statue de Vercingétorix est inaugurée à Alésia en 1865 : le glorieux vaincu a les traits de Napoléon III qui devait bientôt connaître son Alésia à Sedan !

Sous la IIIe république, le mythe a pris sa forme définitive. Mais la conquête romaine est désormais vue comme un moindre mal ayant épargné à la Gaule la barbarie germanique. Les malheureuses provinces perdues (Alsace et Moselle) n’étaient-elles pas sous le joug de nouveaux barbares germains ?

Pour Camille Jullian, le grand historien de la Gaule au début du XXe siècle, Vercingétorix est le héros qui aurait pu rendre la Gaule « libre, unie et puissante ». Son interprétation de l’histoire est influencée par son patriotisme : « Si Domitien et César n’étaient point venus, une grande patrie aurait achevé de se former sur la terre. »

Mais les années 20 voient de nouveau l’effacement du mythe gaulois. Il faudra attendre Uderzo et Goscinny pour revivifier la légende gauloise.

Qui sont donc nos ancêtres ?

Ethniquement, la France est depuis extrêmement longtemps très mêlée avec ses Lorrains, ses Alpins, ses Méditerranéens, sans compter ces curieux Basques qui ne ressemblent à personne. Même à l’époque gauloise, les Grecs étaient installés sur le littoral, ainsi les Phocéens à Marseille.

Tout un tas de brachycéphales et de dolichocéphales, plus ou moins grands, ou trapus, blonds ou bruns occupaient donc l’espace national (ou du moins ses limites actuelles). La « race française », terme utilisé au XIXe siècle, était d’ailleurs entendue au sens de « peuple français » sans signification ethnique particulière.

Les migrations du XXe siècle ont rendu la chose encore plus complexe.

Bref, les ancêtres des Français ne sont pas plus les Gaulois que les Arabes…

Laisser un commentaire

  1. La totalité des commentateurs s’amuse donc à prouver que Sarko dit n’importe quoi et cherche quelque chose qui n’existe pas, Sarko ayant simplement voulu dire avec une phrase très imagée que les nouveaux arrivants doivent s’assimiler, au même titre que les Romains, les Germains, les normands et tous les autres.
    Cette exégèse forcenée et inutile illustre parfaitement le décalage entre la presse et le reste de la population qui a, je n’en doute pas, parfaitement compris le sens de l’illustration.
    Et Sarko gagne, vu le tapage fait autour de sa phrase.

    1. Les Romains, les Germains et les Normands se sont assimilés aux Gaulois ? Sachant par exemple qu’il ne reste rien des langues gauloises ?

      1. Ce qu’il reste des dialectes gaulois, comme du nom de leurs tribus, est dans un certain nombre de noms communs (lande, sillon, alouette, barrique, bec, chat, cheval, char, chemin, cloche, creux, losange, etc.) ainsi que dans les noms de nos villes ou de nos régions: Orléans, Sens, Bourgogne, Angevins, Champenois, etc.).

      2. Quand on veut s’intégrer, on fait mine de rendre réel un mythe. Qu’aller vous donc chercher à prouver scientifiquement ce qui par définition est faux ?

      3. Ou l’inverse si vous préférez, mais ça reste de la drosophilie de base de distinguer qui a assimilé qui. Votre remarque tient du comportement habituel qui s’attache à des détails oiseux pour éviter l’essentiel.
        Mais on peut rentrer dans les détails si vous y tenez.
        Avant même la conquête romaine, la Gaule était très influencée par le monde romains, mais il faudra m’expliquer comment un envahisseur supplante génétiquement la population locale au point qu’il ne reste rien. Les gaulois ont absorbé la langue et la culture romaine parce qu’elle était nettement plus avancée tant sur le plan oral qu’écrit, sans même parler de la proximité. Pour rappel, Le Latium, région d’origine des romains, est tout petit et l’Italie était peuplée au nord de population celtes plus proches des gaulois par la langue que des romains (Je signale aussi en passant les étrusques juste au nord de Rome piur éviter une autre remarque oiseuse) et le sud avait été colonisé depuis des siècles par les grecs. Les liens ont donc toujours été très forts.
        Les gaulois sont donc devenus des gallo-romains, puis les Francs, envahisseurs germaniques, ont été absorbés par la population gallo-romaine (la population qui se trouvait sur le territoire actuel de la France n’était pas composé de romains, mais de gaulois romanisés, ou si vous n’aimez pas le mot gaulois, de celtes romanisés). Vous remarquerez qu’il ne reste plus grand chose non plus du germanique en français, en dehors du vocabulaire militaire (guerre) et quelques termes. Mais la langue romane est restée.
        Idem pour les Normands qui ont été été absorbés culturellement en moins de deux siècles puisque dès la conquête britannique les anciens vikings renommés normands, hommes du nord, parlaient le français et non pas une langue scandinave.
        Il ne reste pas grand chose de la langue gauloise, qui n’était qu’une langue celte sans tradition écrite, parce qu’elle a été totalement absorbée par le latin, dont elle est par ailleurs très proche, puisqu’on parle en général du groupe de langue romano-celtique. On retouve le gaulois/celte dans les noms de lieux et en cherchant bien dans le vocabulaire français actuel (je vous laisse étudier l’origine du mot budget).

      4. Je pense que meuhnon voulait juste dire qu on en avait rien à foutre.

        Et je suis bien d accord. Votre commentaire participe à recentrer lz débat sur des détails historiques pour replacer le gaulois.
        C est complètement hors sujet. Le gaulois dans le propos (clair et plus long que la petite phrase) de Nicolas Sarkozy est l identité nationale face au communautarisme. Le gaulois est une référence à tintin (et la polémique d il y a 15 ans). C est une image pas une discussion d historien.

        La question n est pas ou edt le gaulois mais quand on devient francais (ou qu on est francais) on hérité de l histoire de france.

        Le débat c est d accord avec cette afirmation ou pas !

        Et pas la taille de ma moustache de vercingitorix.

        1. « …quand on devient Français (ou qu’on est Français) on hérite de l’histoire de France… »

          Que peut bien vouloir dire cette phrase ? Quelles seraient les conséquences concrètes pour les personnes habitant en France ?

          1. une chose est certaine c’est que l’héritage historique a conduit à un système politique et administratif très lourd à supporter, même pour un français « de souche »

          2. Aucune conséquence 🙂 Vous n’êtes même pas obligé d’apprendre l’histoire de France.
            Je vais faire simple pour vous 🙂
            Si vous étiez immigrant aux US, ça signifierait que vous adopteriez les mythes fondateurs américains, la guerre d’indépendance, la guerre civile, etc et vous prendriez partie pour ou contre comme tout américain, même arrivé longtemps après les évènements. Vous diriez: « quand on s’est révolté contre les anglais » et non pas « quand les américains se sont révoltés ». Dans le premier cas, vous êtes intégré, dans le deuxième cas vous êtes juste de passage, un étranger quoi.
            Transposez en France, vous aurez votre réponse.

            1. OK. Sarkozy parle donc pour rien dire. Ou des lapalissades.

              1. Les autres se sont tous ensemble « singularisés » en disant de grosses conneries!!!

              2. Pas vraiment. Il dit que selon lui on devrait attacher la nationalité juridique (passeports, droits à, etc. etc. dans nos systèmes socialisants et sur-étatisés) à la « nationalité de cœur » et que pour avoir les droits des Français il faut se sentir Français, qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, les aides sociales, le droit de vote, et tous le système Français mais la culture et l’identité syrienne.

                1. OK. Sarkozy dit vraiment des conneries alors.

    2. @Meuh non: Je suis tout à fait de votre avis.
      Et on peut s’étonner du tapage fait par des gens se pensant supérieur, à vouloir démontrer scientifiquement … que 2+2=5 est forcément faux.

      1. Si on regarde bien, c’est juste une stratégie de communication politique assez maladroite renforcée par le besoin pour la presse de remplir des colonnes. Stratégie que Sarko retourne très facilement à son avantage (de même que Trump aux US).
        La base est la volonté de la gauche de ne rien laisser passer à Sarko considéré comme l’adversaire à abattre. Donc que Sarko dise blanc ou noir, la réponse doit être inverse et décrédibilisée. Quand Sarko dit blanc, on trouve des arguments pour dire à quel point c’est absurde et qu’il fallait dire noir, et vice versa. Cela nécessite quelques contorsions. Ca plait au peuple de gauche qui ne peut pas sentir Sarko et l’objectif est d’essayer de neutraliser Sarko.
        Le plus amusant est que ça ne marche pas du tout, encore mieux ça renforce discrètement Sarko. Plus on lui tape du sucre sur le dos, plus les gens entendent parler de lui, les arguments contraires étant souvent stupides, déformés, de mauvaise foi ou autres, ça pousse les hésitants à aller vers lui, mais à surtout ne plus le dire. Ce qui biaise totalement les sondages. Comme ça le faisait à une époque pour le FN.
        Sarko, qui n’est pas idiot, sait instinctivement quoi dire pour susciter les réactions journalistiques. Dans le cas présent, la notion de « nos ancêtres les gaulois » est un chiffon rouge parfait pour exciter la presse et les bien-pensant. La presse est donc partie à fond de train. Et les voilà en train de nous expliquer à quel point c’est incorrect, stupide, etc, permettant de diffuser le message de Sarko (intégration et assimilation) même dans les coins les plus reculés de France. Il gagne des points et les autres sont toujours plus nus et nuls.

    3. « Sarko ayant simplement voulu dire avec une phrase très imagée que les nouveaux arrivants doivent s’assimiler… »

      Justement non, les personnes qui arrivent en France ne doivent pas s’assimiler. Ils doivent juste respecter les lois du pays et les droits des gens qui y habitent.

      1. Vous ne pouvez faire la différence que dans un cadre de nationalité généalogique, comme celui en vigueur en Allemagne ou en suisse, mais pas France : en France (principe explicité par Renan), ce qui constitue une nation, ce n’est pas parler la langue ou l’ethnie, c’est « avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore ». Dans ce cadre français, il n’y a justement aucune différence entre « s’assimiler » et « respecter les lois du pays et les droits des gens qui y habitent. » !

        1. Si on commence à torturer le sens des mots de la langue française…

      2. On ne peut pas juste respecter les lois et les droits. Dans les faits, les immigrés assimilent aussi la culture et les habitudes et perdent au fil des années et des génération leur culture d’origine. C’est juste plus facile pour tout le monde si le fraîchement arrivé adopte la culture du pays d’accueil que s’il garde la sienne sans se mélanger (ce qui ne fait que reculer l’inéluctable et crée des dissensions inutiles). S’assimiler est un choix, mais le refus de s’assimiler ne peut que créer des problèmes.
        Vous pouvez mettre en avant votre nom ibérique, dans les faits espagnols et portugais s’assimilent et ceux qui ne veulent pas repartent ou sont repartis (J’avais des amis portugais dont une fille a préféré retourner au portugal, tandis que l’autre est restée). Combien en France ont des noms ibériques et ne conservent que cela de leurs origines. D’autant plus facilement que la culture est proche. De même que les français émigrés s’assimilent dans leur pays de destination tout en gardant des noms français. Exemple Oskar Lafontaine ou Joachim Marseille en Allemagne qui sont strictement allemands avec des origines françaises et je ne parle pas des Langlais, Langlois, Lallemand qui rappellent l’origine d’une famille.

        1. « On ne peut pas juste respecter les lois et les droits. »

          Si. C’est exactement tout ce qui est demandé aux personnes dans une société libérale.
          Quel problème pourrait apparaître si quelqu’un continue de manger les plats traditionnels du pays de ses parents, si quelqu’un refuse de boire de l’alcool, si quelqu’un conserve la religion de ses parents, si quelqu’un se convertit au bouddhisme, etc. ?
          Certes, dans les faits, les migrants, à terme, assimilent, volontairement, tout ou partie de la culture du pays d’accueil. En conservant tout ou partie de la culture d’origine de leurs parents. Mais en aucun cas un migrant n’a d’obligation de « s’assimiler ».

          1. Si. C’est exactement tout ce qui est demandé aux personnes dans une société libérale.

            Et notre droit est grandement sous influence… romaine. 😀

          2. Bien sûr. Mais il faudrait être dans une société pleinement libérale.
            Soyons sérieux trois secondes, si on applique les principes libéraux sur un point de-ci, de-là, dans un contexte général anti-libéral/socialiste, on aura plus souvent des catastrophes qu’autre chose. Par ce que les « droits et libertés » ne sont pas divisibles et que donner la liberté de circulation à l’algérien qui arrive sans laisser le droit de refuser de l’embaucher, de lui louer un appart ou de lui vendre des choses c’est faire passer la liberté de cet algérien devant celle des « déjà là », ce qui est non seulement pas franchement libéral, mais en plus pas vraiment démocratique puisque le pouvoir qui fait cela tire sa « légitimité » du « peuple » « déjà là ».

            1. Mon Dieu… ! Encore cette argumentation pathétique : on ne pourrait pas réclamer le respect des principes libéraux fondamentaux parce que nous ne vivons pas dans une société 100% libérale.

            2. Ah, ah ! Chacun pourra apprécier la finesse de votre propos !
              Puisqu’on n’est pas dans une société pleinement libérale, il ne faut surtout pas réclamer plus de libertés !!… Mais bien sûr…
              La ficelle est un peu grosse… et cache mal vos obsessions xénophobes.

      3. C’est ce qu’on appelle s’assimiler.
        Maintenant vous avez raison qu’ils ont le droit de garder leur identité de sang, de cœur et éventuellement leurs rites à titre privé, s’ils ne rentrent pas en conflit avec les lois du pays d’accueil.

        1. Même réponse à ce commentaire que celle donnée plus haut : Si on commence à torturer le sens des mots de la langue française…
          Sérieusement… le Sarko, avec sa sortie ridicule, vous croyez vraiment qu’il voulait seulement dire que les personnes qui arrivent en France doivent respecter les lois du pays et les droits de ses habitants ?

      4. Il n’y a pas que les lois et les droits des individus à respecter quand vous arrivez quelque part il y a aussi les us et coutumes et c’est valable aussi bien pour les nationaux que les étrangers.

        Les rurbains pour être accepter se doivent de respecter les us et coutumes de la campagne, sinon leur vie peut vite devenir un enfer.

        1. Quels « us et coutumes » ? Coller trois bises à son collègue de bureau ? C’est d’origine gauloise, ça ?

          1. Je n’ai jamais de coutume gauloise je vous dis juste que ou que vous alliez même dans votre propre pays il vous faut aussi respecter les us et coutumes.

            Aller faire un tour dans les villages reculés de ce peuple non gaulois que sont les basques vous comprendrez.

            1. Encore une fois quels us et coutumes ? Qu’est-ce qu’il faut respecter dans un village basque comme us et coutumes ? Jouer au fronton ?

            2. les basques (français) sont des gaulois comme tous : rappelons que César parle des Gaules (Belgique, celtique et aquitaine)
              le mot aquitaine est sûrement liée au nom des Ausques (peuple principal du sud de la Garonne : aujourd’hui auscitains d’Auch)
              les Basques n’existaient pas à l’époque de César

              1. Si, les « Vasques » existaient et étaient connus à l’époque de César, Cf. wikipedia.
                Et ils NE font PAS partie de la Gaule, ne sont pas gaulois, et n’ont eu aucune part au conflit dont César était à la fois partie et chroniqueur (partial).

      5. C’est un choix politique, pas une loi divine décidée par José Lopez-Martinez or il se trouve que Sarko est un homme politique et qu’il propose des choix.

        1. Le choix politique des libéraux est très simple : tout ce que l’État peut réclamer d’un individu, c’est qu’il respecte les lois du pays, les droits naturels et les libertés fondamentales de ses habitants.
          Quel est le choix politique de Sarkozy, avec ses « Gaulois » ?

          1. Euh..Prendre le contrôle psychique d une partie de la population.

          2. Le choix politique des libéraux ? Excellente question.
            Il n’est simple quand dans très peu de matière, (fiscalité, nationalisation versus privatisation, …), en général, on a le choix entre la peste et le choléra.
            L’état n’est qu’un instrument de maintien de « l’ordre » (avec des guillemets à cause du sens tellement flou de la notion), il n’a pas de volonté propre et ne réclame rien d’un individu. Il réclamera ce que le groupe au pouvoir réclamera. Ce groupe est en fait une coalition qui peut inclure les gaulois ou les anti-gaulois ; les gens qui n’en ont RAF de la notion seront peut-être dans la coalition, à un autre titre, mais ceux qui refusent absolument de se compromettre avec la notion n’y seront pas et leur avis ne vaut strictement rien.
            Le choix des libéraux est donc : s’aligner avec les gaulois, avec les anti-gaulois, ou faire l’autruche en comptant les points pour pester contre le vainqueur qui sera de toute façon un très très méchant anti-libéral, bouh l’affreux ?

            S’insurger contre le Choléra n’avance à rien. Il faut choisir entre lui et la Peste. Ce qui est évidemment impossible en soi ; mais, il se trouve que le choléra vient aussi avec l’eau courante et l’électricité alors que la peste vient avec les sauterelles écolo-conscientes et les pédagogols révisionnistes qui transforment la France en terre d’immigrés au point que finalement le mot « français » ça ne veut rien dire et que le mot même, disparait avec la langue dont il faisait partie.
            Ça facilite le choix…

            Parce qu’il ne faut pas oublier : si ce thème est sorti avec autant de force c’est d’abord et surtout parce que les « anti-gaulois » s’en sont donné à cœur joie ces derniers temps, dans le « vivensemble », le « padamalgam » (3000 mg effervescent) et le constructivisme social.

            Très concrètement, tu as le choix comme ministre de l’éducation : Boutin ou Najat. Oui je sais, tu aurais préférer choisir toi même ce que tes enfants apprendront et comment … dans tes rêves. Reviens sur terre, STP.
            C’est Boutin ou Najat.
            D’un coté Le B-A-BA et la dictée « Nos ancêtres les gaulois » à la plume sergent-major sous l’autorité du prof, avec la liste des rois de France depuis Clovis et leurs dates. Poisson le vendredi et catéchisme (facultatif) le mercredi.
            De l’autre l’assemblée générale des enfants réinventant –enfin, ceux qui ont digérer la méthode globale — l’écriture « Naud zan en cèdre, les demi-Grans  » avec l’animateur pédagogiste qui leur fera également faire des exposé sur l’abolition de l’esclavage par Karl Marx et l’invention de la machine à vapeur en Al andalous. cantine bio local hallal « gratuite » (c’est toi qui paye).

            Tu répondras comme tu veux.

            1. Bonjour P

              Tellement vrai.

  2. que de mauvaise foi dans cette affaire gauloise !
    les gaulois ne sont pas nos ancêtres directs et pourtant nous sommes les héritiers de leur culture . d’ailleurs , à l’époque , il n’y avait pas de passeport , se déclarait gaulois qui pensait comme un gaulois et était accepté comme tel …les romains ne sont pas tous nés d’une louve comme les français d’aujourd’hui sont originaire de partout mais ont adopté une même culture . une culture méli mélo de mille autres cultures et entre autre un peu de culture gauloise !
    reste a savoir pourquoi l’intelligentsia ( de gauche) refuse d’être des descendants des gaulois…on s’embrasse encore au nouvel an sous le gui !

    1. Les Gaulois eux-même ne se considéraient pas « Gaulois », le mot n’ayant aucun sens pour eux 😉

  3. La conclusion de cet article est fausse : la Gaule, à la conquête romaine, était peuplée de huit à dix millions de gaulois, et les conquérants n’étaient pas cent mille, tout comme les Germains du Veme siècle

  4. 80% des français actuels descendent des Gaulois du 1er siècle avant J-C. Mais culturellement, nous sommes plutôt Romains.

    1. Merci

    2. Bien vu @Justinien. Parle-t-on de notre héritage génétique ou culturel ?
      Nos ancêtres les Gaulois…. pas faux mais très incomplet… ou une vision biaisée de l’histoire des français qui serait un peuple « pur et unique ».
      Nous sommes Romains, chrétiens, sans parler de l’influence hellénique et de l’apport d’un libéralisme du 18e siècle débordant les frontières européennes….j’oublie les influences mineures ou qu’impactant certaines régions françaises.

    3. Culturellement nous ne sommes pas Romain mais Gallo-Romain. Là est la différence.

    4. « 80% des français actuels descendent des Gaulois du 1er siècle avant J-C »

      Merci d indiquer d ou vient ce chiffre.

      1. Génétique, marqueur mitochondrial. Branche proto-celtique majeure R1b-U152, divisée en sous-clade. Gaulois et Romains partageaient cette branche U152 mais les Français (sous clade gauloise) se sont (étonnamment) et relativement peu mélangés avec les envahisseurs pourtant nombreux. ( Viking, Huns, Goths, Ostrogoths, etc.)

        Le nombre de nos ancêtres double à chaque génération, mathématiquement ça fait seize mille milliards d’ancêtres contemporains de Charlemagne (théorique)
        donc quasi tous les Indo-européens partagent des ancêtres communs et environs 9 français sur 10 ont de grandes chances d’avoir de l’ADN de Charlemagne.

        En principe si vous allez au lycée vous devriez étudier un peu de génétique.

        1. De 80%, on passe a 90% – La genetique en une ligne et a deux balles du pilier de bar FN.

          Même Sarkozy n était pas allé jusque la 🙂

          1. Tu devrais laisser un peu de place pour une seconde idée fixe dans ta vie, ça te reposerait.
            La génétique, c’est intéressant et apolitique, il est possible que tu aies par exemple des ancêtres pharaon voir même aussi de l’ADN de Charlemagne suivant tes origines, c’est mathématique, on descend tous d’un tout petit groupe d’humain composé d’environ 2000 individus voici 70’000 ans.

            « L’humanité aurait frôlé l’extinction il y a 70 000 ans »
            «Cette étude illustre l’extraordinaire capacité de la génétique à révéler des aspects de certains des épisodes clés de l’histoire de notre espèce», souligne dans un communiqué Spencer Wells, directeur du Genographic Project, lancé en 2005 pour étudier l’anthropologie à l’aide de la génétique.
            «De minuscules groupes d’hommes primitifs, séparés par des conditions environnementales difficiles, revenant du bord du gouffre pour se retrouver et peupler le monde. Un drame épique inscrit dans notre ADN», résume le chercheur, membre de la National Geographic Society.

            http://www.bladi.info/threads/lhumanite-aurait-frole-lextinction-70.145369/

            Chacun peut tester son groupe, clade, sous clade avec un simple test génétique:
            http://www.dnasolutions.fr/test-d-ancetres.html

            1. L’origine récente unique de l’homme moderne en Afrique orientale est actuellement la position presque consensuelle adoptée au sein de la communauté scientifique1.

              Toutefois un nombre croissant de chercheurs suppose également que l’origine de l’homme moderne n’est pas en Afrique de l’Est ou du Sud mais en Afrique du Nord2,3,4. – Wikipedia.

              L auteur de l article a donc bien raison: « Bref, les ancêtres des Français ne sont pas plus les Gaulois que les Arabes… » 🙂

        2. environs 9 français sur 10 ont de grandes chances d’avoir de l’ADN de Charlemagne

          Admettons cette proposition, bien qu’elle soit fortement discutable, mais le problème est que je ne vois pas en quoi elle confirme la thèse que vous vouliez soutenir. Charlemagne n’était ni gaulois, ni gallo-romains, mais francs; et les francs étaient un peuple germanique et non celte. Si les français (lesquels ? à partir de quelle époque ?) constituent une sous-clade gauloise qui s’est peu mélangée avec les envahisseurs (ce qu’étaient les francs), comment 90% des français ont-ils de grandes chances d’avoir de l’ADN de Charlemagne ?

          1. Ma réponse est collée tout en bas…

  5. Nos programmes scolaires n’ont jamais enseigné que les Français descendissent des Gaulois. Tous ces politiciens ont plus écouté Henri Salvador et les brèves de comptoir (« sans la gaule paternelle, nous n’aurions pas été enfantés ») qu’analysé les programmes scolaires qui faisaient descendre notre culture des civilisations grecques et romaines, elles-mêmes construites sur l’assimilation entre vainqueurs et vaincus ainsi que marchands et clients, dans un principe darwinien de survie du plus adapté et d’écrasement des poches de résistance.
    Le principe gaulois duquel descend notre civilisation d’après les manuels d’histoire s’énonça ironiquement en latin : Vae victis !

    1. Désolé de vous contredire, mais un manuel d’Histoire de France pour le primaire dans les années 1950 indiquait « Nos ancêtres s’appelaient les Gaulois ».

      1. Morceau de phrase probablement sorti de son contexte. Quand j’étais en primaire ( en Normandie) dans les années 50, nous savions bien que nos ancêtres étaient généralement venus du Nord sur des drakkars si jolis à colorier, tandis que les Gaulois avaient disparu dans le triomphe de César… En revanche, nous nous amusions du fait que les Gaulois auraient eu peur que le ciel leur tombe sur la tête et de rien d’autre. Les instituteurs d’alors avaient à peu près le niveau bac + 10 d’aujourd’hui en culture, et un niveau en sens pratique devenu pièce de musée.

  6. À l’arrivée des Celtes vers l’an 1000 av. JC, les populations gauloises comptaient environ 5 millions d’individus. Mais, si j’ai bien compris, les Français n’auraient d’autre origine qu’étrangère, et ces « Gaulois » n’auraient aucune descendance. Disparus, volatilisés, exterminés? Avons-nous des traces d’un tel génocide?… Je souscris entièrement au commentaire d’Yves.

    1. De tout temps, le territoire français a été particulièrement habité avec effectivement 5 millions de personnes avant l’arrivée des Celtes (peuples proto-celtes voire « vascons », ancêtres des peuples « aquitains » (d’après la terminologie de César) et basques, dont l’aire géographique et les racines linguistiques sont retrouvées du Maroc jusqu’en Norvège, en Russie, en Grèce (http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-le-vascon-premiere-langue-d-europe-24854.php). A la conquête romaine avec environ 15 millions (même si les Romains massacrent environ 1 à 2 millions d’hommes et que les romains d’Italie sont seulement 6-7 millions).
      On notera la très rapide adaptation des Gaulois au mode de vie gallo-romain avec un temps très court pour que les nobles gaulois entrent au Sénat romain.

  7. L’auteur nous fait un cours d’histoire. Mais franchement, qui peut croire un mythe au premier degré ?
    Sarkozy a bien évidemment fait référence au mythe et non pas à une descendance magique des Français à une peuplade antique.

    Qu’on puisse vouloir contester l’interprétation du mythe, est une chose.
    Mais vouloir démontrer exactement l’inverse, comme le fait toute cette bien-pensance, à savoir qu’il est impossible d’avoir une descendance gauloise pour un immigré de fraîche date, est une parfaite stupidité. Ou plus précisément l’exacte démonstration du piège d’une dissonance cognitive.

    Démonstration:
    – Sarkozy est bête. La bienpensance est supérieurement sachante et plus savante que Sarkozy
    – Sarkozy dit une phrase intelligente. La bienpensance ne peut l’accepter et tombe dans le piège
    – La bienpensance s’évertue à démontrer l’inverse de la phrase, ce qui est fondamentalement inutile et au contraire un risque de se retourner contre elle.

    De manière générale, cette sur réaction est bien plus clivante que le propos initial.

  8. « Ces Gaulois, on ne s’y est guère intéressé pendant longtemps. Au Moyen-Âge, seul Rome compte. Après tout nous devons, entre autres, aux Romains, les routes, l’emplacement de nombre de nos villes (ainsi que leur nom), la consommation du vin (remplaçant avantageusement la bière tiède) et notre belle langue française qui n’est jamais que du latin mal prononcé et déformé. »

    Alors en ce qui concerne la consommation de vin, je vous signalerais que les gaulois en consommaient, et qu’ils le consommaient d’ailleurs à notre façon, c’est à dire non couper à l’eau, au contraire des romains. Qui plus est, ce sont eux qui ont inventés les tonneaux.

    1. Les 1er gaulois buvaient du vin étrusque (et grec) et le consommaient à l’etrusque (dans des coupelles comme marque de prestige)…et les étrusques sont les prédécesseurs des romains qui planteront les vignes en Gaule….par contre les gaulois ont bien inventé le tonneau.

      1. Le vin grec (quantités décrites par les Grecs comme collossales et effectivement non coupé d’eau) contre l’étain de « Bretagne » et des iles britanniques, la première « mondialisation » entre les Grecs et les « Gaulois ». Création de la première ville en Gaule avec Phocée (Marseille aux 6-7èmes siècles avant JC). Il semble que les Etrusques aient suivis ensuite les Grecs dans ce commerce. Les lois Romaines au début ont interdit la plantation de vignes aux Gaulois pour se garder ce commerce.

        1. Massilia n’était pas en « Gaule » puisqu’au VII° siècle les celtes de la civilisation du Hallstatt (en Autriche) n’occupaient en France que le tiers nord du territoire dont la Bourgogne. Les marins phocéens ont traité avec les indigènes locaux, des « ligures » qui ne sont qu’un nom. En fait on ne sait pratiquement rien de la population indigène française et européenne avant l’arrivée des grandes civilisations (Grèce, Etrurie, puis Rome (fondée en -753, nous sommes aujourd’hui en 2769 « ab urbe condita » selon le calendrier romain) , Carthage également mais en Espagne et une partie de la Sicile appelée à l’époque Grande Grèce.

          C’est au V° siècle que, pour des raisons inconnues, sans doute un changement climatique qui a entrainé un mouvement des peuples eurasiatiques un peu comme au V° siècle après JC, que les celtes ont bougé tous azimuts tandis que la civilisation princière du Hallstatt s’effondrait.

          A partir du V° siècle on passe dans une autre époque de l’histoire celtique dite de « La Tène » (en Suisse) que certains appellent également le « second âge du fer », le Hallstatt étant le premier https://fr.wikipedia.org/wiki/Âge_du_fer

          Une branche a conquis le reste de la France, soumettant les indigènes au servage, une autre a été en Espagne (Galice, celtibères ..) une autre est passée en Italie où Rome a été prise et mise à sac (-390) – c’est à ce moment que les romains les appellent « gaulois » – et s’est installée en Gaule cisalpine, une autre enfin est passée dans les Balkans et en Grèce qui a été ravagée avant de s’installer en Asie mineure (actuelle Turquie) autour de ce qui sera Ankara, ce sont les Galates.

          « Les lois Romaines au début ont interdit la plantation de vignes aux Gaulois pour se garder ce commerce. »

          Les gaulois aimaient le vin mais l’importaient, ce qui fit la richesse des grands domaines des patriciens romains.
          Les gallo-romains se mirent à planter la vigne très tôt d’abord en Provincia Romana (narbonnaise). Elle diffuse rapidement dans le bordelais et plus haut dans le nord de la Gaule.
          La production menace directement la viticulture italienne et l’empereur Domitien (3° et dernier empereur des Flaviens avant l’arrivée des Antonins, l’apogée de l’empire romain) ordonne en 92 l’arrachage de la vigne en Narbonnaise qui est supprimé à 50%, il s’agit du vignoble méditerranéen qui va de Nikaïa (Nice) à Centurioni (Le Perthus). Le bordelais et les vignobles du nord ne semblent pas avoir été touchés.
          En 276, l’empereur Probus https://fr.wikipedia.org/wiki/Probus_(empereur) abroge le decret de Domitien et la Gaule peut désormais produire du vin à sa guise.
          nota: Probus est un des neuf empereurs « illyriens » de la période immédiatement postérieure à celle dite de « l’anarchie militaire » ou encore des Trente Tyrans »qui commença en 235 et se termina en 268; ces neuf empereurs régnèrent entre 268 et 284. Même si leur espérance de vie était très faible, ces généraux illyriens rétablirent l’empire.

  9. En majeur partie les noms de grande villes française viennent du nom des peuples qui occupaient la région
    http://www.lexilogos.com/gaulois_peuples_lieux.htm

  10. Certes, vous avez raison de citer l’histoire plurielle de nos racines. Mais ce que veux dire Sarko, à ce que je comprends, est que nos racines ne sont pas celles de ceux qui arrivent chez-nous aujourd’hui et que ces racines là, les leurs en propre, doivent être abandonnées pour celles qui sont les nôtres. Le Gaulois ici n’est qu’une image qui nous représente symboliquement. En effet comme Astérix, le Coq et les gauloiseries bien françaises, Il est vain de vouloir analyser nos racines pour ouvrir le débat sur ce que rappelle Sarkozy : les Français ont le droit de refuser les valeurs et cultures qui ne leur conviennent pas et c’est aux arrivants à faire ce qu’il faut pour devenir Français. Ce n’est évidemment pas en se prosternant vers La Mecque cinq fois par jour, rue Myrha, qu’ils y parviendront.

  11. Il a des années, un ami a fait exactement la même remarque que Sarkozy. Exactement la même. Il affirmait fièrement qu’il était français et que les gaulois étaient ses ancêtres, tout en racontant tous aussi fièrement que sa famille est venue, sans rien, de Sardaigne et d’Italie il y a deux générations, et que les nouveaux étrangers devaient faire comme lui et sa famille : reconnaitre que les gaulois sont leurs ancêtres.
    Il n’y a que les « savants » qui n’ont pas compris, ou font semblant de ne pas comprendre, que les gaulois qui sont nos ancêtres à nous autres français natifs de Bretagne, de Sardaigne, de Catalogne ou de Hongrie, sont totalement mythiques. Ils sont un esprit, « gaulois », rabelaisien, français quoi, et pas une race.
    Ils ont peut-être un rapport avec les gaulois historiques, mais on s’en fout, à la limite.
    Ils sont Astérix, Obélix, Ocatarinetabellatchitchix et les autres, tels que décrits dans les albums de ces authentiques français, descendants de gaulois : René Goscinny (fils de Stanislas Goscinny, Polonais, et Anna Beresniak, d’Ukraine) élevé en Argentine (en passant par le lycée français !) et Alberto Aleandro Uderzo (famille italienne, naturalisé en 1934).

    Sarko a fait le buzz, ces meilleurs ennemis exultent de pouvoir le mettre en avant parce qu’il reste la meilleure chance de la gauche.
    Il n’y a que la France et les français qui perdent. Quelle importance hein ? …

    1. « Il n’y a que les « savants » qui n’ont pas compris, ou font semblant de ne pas comprendre, que les gaulois qui sont nos ancêtres à nous autres français natifs de Bretagne, de Sardaigne, de Catalogne ou de Hongrie, sont totalement mythiques. »

      Vous me permettrez quand même de m’assimiler à des racines autrement plus sophistiqués que cet « esprit gaulois » réducteur…

      1. Je n’ai aucune légitimité pour vous interdire (et donc vous permettre) quoi que ce soit à propos de vos racines : choisissez vos mythes fondateurs à votre guise. Soyez français avec des racines gauloises (éventuellement plus sophistiquées que ce que vous avez cru lire dans mon commentaire, pas de problème pour moi), ou pas français avec des racine non gauloises, c’est votre affaire.

  12. En remontant suffisamment de générations dans le temps, nous sommes tous cousins. Tout dépend où l’on met le curseur dans le temps.

    Qu’a donc dit Sarko pour faire le buzz et prendre des voix au FN le temps de la primaire : « dès que vous devenez français, vos ancêtres sont Gaulois ».

    Phrase tactique à double lecture comme souvent chez lui, nos « ancêtres les Gaulois » raviront les franchouillards.
    Une fois la primaire passé Sarko, si le ciel ne lui est pas tombé sur la tête, passera à la 2è lecture, plus consensuelle et sans mots qui fâchent : ceux qui deviennent Français doivent s’approprier notre histoire.

  13. Les gaulois sont des celtes, le nom de gaulois leur a été donné par les romains depuis l’époque où un de leurs raids s’empara de Rome et mis la ville à sac (-390) et qu’ils durent payer tribut aux vainqueurs (Vae victis ! dit alors leur « bren (chef – d’où le nom de Brennus que lui donc l’histoire romaine – en rajoutant son épée sur le plateau de la balance pesant l’or du tribut).

    Les historiens distinguent deux périodes dans la civilisation celte.

    La première est appelée le « Hallstatt » (en Autriche) ou encore « époque princière ». Les celtes apparaissent, inventent le fer (premier âge du fer), sont de bons agriculteurs, construisent de grands tumulus pour enterrer leurs chefs, et commercent avec les peuples antiques dont les grecs. https://fr.wikipedia.org/wiki/Civilisation_de_Hallstatt.
    En France, les celtes occupent le territoire correspondant à un bon tiers nord de l’hexagone dont la Bourgogne importante car c’est un noeud de communications. C’est en Bourgogne que se trouve la ligne de partage des eaux (une goutte d’eau qui tombe d’un côté ou de l’autre du bassin versant ira fatalement soit vers l’Atlantique, la Manche ou la mer du nord, soit vers la Méditerranée.
    Un de leurs peuples en Bourgogne contrôle la route de l’étain (jusqu’en Cornouailles britannique) permettant de fondre le bronze et les commerçants le comblent de cadeaux. C’est dans le « tombeau de la dame de Vix » (reine ? grande prêtresse ?) que l’on a retrouvé le plus grand cratère grec en bronze connu, ce qui montre l’importance de ce peuple pour les méditerranéens antiques grecs et étrusques http://terresdhistoire.blogspot.fr/2006/11/la-dame-de-vix-environ-500-av-jc.html

    Pour une raison inconnue, sans doute un changement climatique entraînant un grand mouvement des peuples, la civilisation du Hallstatt se désintègre au V° siècle et les celtes partent tout azimut en conquérants. On parle alors de civilisation de la Tène (Suisse) ou « second âge du fer »
    Une branche passe en Italie, conquiert Rome sans la détruire et s’installe en Italie du nord (Gaule cisalpine). Une autre conquiert la France en totalité sauf les colonies grecques massaliotes et des territoire aquitains – ce sont nos « gaulois ». Une autre branche passe en Bretagne où elle trouve des proto-celtes anciens qu’elle repousse vers le nord de l’île et qui sont les ancêtres des écossais. Il y a également une poussée en Espagne (Gallice). Enfin, une branche celte passe en Grèce qu’elle ravage avant de s’installer en asie mineure. Ce sont les Galates https://fr.wikipedia.org/wiki/Galates

    Le territoire français est sous domination gauloise depuis dont le début de La Tène. Les peuples indigènes dont on ne sait rien sont leurs serfs, sauf quelques uns réfugiés dans les montagnes (les basques). C’est la situation quand les romains arrivent.
    Dans un premier temps, conséquence des guerres contre Carthage et l’Espagne carthaginoise où règnent les Barca, Amilcar le père puis son fils Hannibal, elle occupe la Gaule transalpine -125 qui devient ‘Provincia Romana » (d’où le nom tardif de Provence), l’arc méditerranéen entre l’Italie et l’Hispanie
    Dans un second temps, Rome se retrouve impliquée dans les luttes entre les puissantes fédération gauloises dont celles des Arvernes et des Edens, alliés de Rome (« amis et frères du peuple romain ») Ce sont les guerres menées par Caesar et la conquête définitive de la Gaule du nord (Lyonnaise, belgique ..)

    Bref, quand l’empire romain d’Occident s’écroule en 476, les gaulois du sud sont romains depuis six siècles, ceux du nord depuis 5 siècles. Ce ne sont plus des gaulois qui ont oublié rapidement leur langue pour le « latin populaire » mais des gallo-romains et c’est une autre Histoire.
    Les français sont des celtes parlant une langue latine tout en ayant conservé des sonorités celtiques, je pense ici par exemple au U dur commun avec les germains (leur Ü)

    Plus tard, ils ont assimilés les peuples venus chez eux à savoir les francs « saliens » (qui étaient déjà là quand l’empire romain était encore puissant, et qui furent installés comme alliés) puis les normands qui firent passer la langue française en Grande Bretagne quand leur duc conquit l’Angleterre viking en 1066

    1. Quand je lis la guerre des Gaules, le hasard fait que Monsieur Sarkozy emploie la métaphore que nous savons (de massilia) que d’aucun on cru devoir (Par stupidité ou duplicité) prendre au premier degré malgré le caractère métaphorique explicite (Ce qui est atterrant).
      Votre note répond au question que suscitait ma lecture de César.
      Merci de cette éclairage

  14. @ l Auteur – Bien joué!

  15. Nos ancetres les gaulois ? Oui , mais pas que les gaulois . Nicolas Sarkozy , un personnage décadant , spécialiste de l’échec veut faire glisser le débat sur l’identitaire et de courir derrière le FN à défaut d’avoir des propositions sérieuses sur la dette , l’emploi , la compétitivité , le mille feuille territorial , la défense , l’école , la formation , etc etc … Nicloas Sarkozy , un mec nul et débile .

  16. Le problème n’est pas dans les origines ethniques, qui sont très diverses comme vous le soulignez tous, mais dans la culture qui s’est établie.
    Et cette culture, avant tout, est basée sur les valeurs chrétiennes. Même la « laïcité » est issue des valeurs chrétiennes (« tu rendras à César… »)
    D’où les problèmes actuels, puisque de nouveaux arrivants refusent ces valeurs avec ostentation.

    1. le mot « valeurs » a pris aujourd’hui un sens plutôt mercantile. Il y a les vertus chrétiennes, la morale chrétienne, cela suffit largement sans vouloir y rajouter un mot devenu trop ambigu voire comique quand il est utilisé par nos Trissotin modernes.
      Notre civilisation est greco-latine et de morale chrétienne depuis le début du IV° siècle, c’est je pense une bonne définition.

      1. Valeur = prix qu’on attache à une chose intellectuelle, morale (Littré).

        1. Mais ça c’était avant 🙂 Littré est mort en 1881 !

  17. Si, les Gaulois sont nos Ancêtres, même s’il s’est passé beaucoup de choses depuis. Par exemple, je suis breton et quand je dis « Chetu er louarn », j’utilise le même mot pour « renard » que les Gaulois, 2000 ans plus tard. Et, M. Thermeau, quand vous dites « Paris »,vous utilisez un mot gaulois comme « Reims », »Périgord » ou « Auvergne », « Rennes », « Besançon » ou « Lyon ». Car s’il y a au moins 800 mots d’origine gauloise dans notre vocabulaire « français »( mot d’origine germanique, 2000 ans plus tard aussi), vous oubliez les milliers-milliers, oui- de toponymes g’origine gauloise qui marquent notre territoire et notre mémoire.
    Mais il faut avoir une bonne culture historique, et ce n’est pas l’actuelle « Ecole de la République » qui le permettrait.
    Je ne me fatiguerai pas dans un exposé qui rappellerait les origines celto-gauloises en citant la Bible:« ne jetez pas de perles aux pourceaux » Evangile selon saint Matthieu, chapitre 7, verset 6.) , mais l’on nous a dit que les origines chrétiennes de l’Europe,c’était faux aussi.
    « La Gaule pour les Français est pareille à une enfance très ancienne qu’ils laissent à distance et même pour la plupart renient, bien qu’elle puisse les attendrir », »Merde à César »,Ed. de la Différence,2000.Jean-Paul Savignac.
    Ce qui, en gaulois, se proclame « Cecos ac Caesar! ».
    Kenavo d’en oll!

    1. Les gaulois sont nos ancêtres….oui mais pas qu’eux et si l’on prend l’histoire depuis le début il est injuste d’oublier les basques, aquitains ligures qui ont précédé les celtes

      1. D’ailleurs les celtes proprement dits (c’est-à-dire génétiquement) ne devaient être qu’une minorité dominante de la population….au même titre que plus tard les romains et les francs…
        Ils se sont donc dilués dans la génétique des « autochtones »…
        Nous sommes donc leurs héritiers culturels comme ceux des romains et des francs mais pas génétique au sens stricte.

        1. La dilution fait mélanger les gènes des conquérants avec ceux des conquises, et la génétique dominant/récessif et l’adaptation au milieu font le reste. Sauf que la loi anti-tabac a plombé les Gauloises…

      2. Ces peuples qui sont vraisemblablement les descendants des peuples préhistoriques ayant peuplél’Europe après la fin de la glaciation du Würm (-12.000 ans) n’ont pas d’Histoire avant l’arrivée des gaulois de la Tène au milieu du V° siècle avant JC. Ils ont été soumis sauf ceux qui se sont réfugiés dans les montagnes (les basques).
        Comme ils n’ont pas d’histoire, ils n’existent pas, mais nous avons certainement de leurs gènes dans notre ADN.

        Les gaulois, qui n’ont jamais taillé le moindre dolmen ou menhir; existent parce qu’ils ont laissé des traces assez nombreuses et qu’ils se sont fait bien connaître des peuples avoisinant leurs territoires lors de leurs migrations du V° siècle qui a amené certains groupes jusqu’en Turquie (les Galates).
        Par ailleurs ils étaient certainement plus « civilisés » que l’historiographie « troisième république » ne les imaginaient.

        Ils faisaient partie de ces « barbares » suffisamment intelligents pour reconnaître quand ils avaient affaire à une civilisation supérieure et dès la fin de la guerre, ils se sont assimilés à la civilisation greco-latine très rapidement – je dirai aussi rapidement que les normands de Normandie qui en deux ou trois générations ont oublié leur langue, le noroît, et se sont comportés comme les francs dont ils avaient adopté la religion et la langue.
        Pour en revenir aux gaulois devenus rapidement des gallo-romains, ils constituèrent des légions solides à l’image de la V° légion Alaudae créée par Caesar avec des gaulois transalpins (Narbonnaise) à l’emblème de l’éléphant qui disparut à la fin du 1er siècle lors des guerres civiles marquant la fin des Julio-Claudiens.

        Il est intéressant de savoir ce que devinrent les dieux gaulois: http://lettres.ac-rouen.fr/latin/gallo_ro/dieux.html

        N’oublions pas enfin que la Gaule à l’agriculture riche était le territoire le plus peuplé d’Europe et qu’elle l’est restée lorsqu’elle devint « Francie Occidentale » (partage de Verdun 843) et cela jusqu’au milieu du XIX° siècle.

        Bref: nos ancêtres sont les gaulois parce qu’ils sont les premiers habitants qui ont donné laissé leur nom dans l’Histoire écrite, la seule qui compte; ceux qui les ont précédé et qu’ils ont dominé n’ont pas d’histoire et n’ont que les noms que nous leur avons donné par commodité.

        1. Les ligures et les aquitains étaient bien décrits par les grecs et les romains désolé

          -Ligurie : region d’Italie romaine
          -Aquitaine : province romaine de gaules transalpine. …..

          Et les ligures étaient décrits comme l’un des principaux peuples « barbares » par les grecs classiques

          Reste que les celtes sont bien la première grande culture à marquer le territoire…ça c’est vrai. …culture…pas génétique

  18. « et notre belle langue française qui n’est jamais que du latin mal prononcé et déformé. »

    Et ce qui est admirable, c’est que l’espagnol, le portugais, l’italien … sont aussi du latin mal prononcé et déformé.
    Culturellement, c’est pas l’influence gauloise qui nous différencie.

    Du point de vue génétique, les différentes invasions « barbares » au cours des siècles (des flèches dans tous les sens sur les cartes) ont cré un tel mélange qu’il faudrait des analyses génétiques poussées pour déterminer dans quel pourcentage on est statistiquement ou individuellement gaulois, xxxgoth, viking ou une bonne centaine d’autres tribus elles mêmes au sang mêlé.

    Donc je dirais qu’on est tous Romains (par la culture). Sinon même les Italiens sont un peu Gaulois par les gênes. (Et tous les blonds de ces pays sont forcément des bâtards de Viking)

  19. Turing: je ne vois pas en quoi elle confirme la thèse que vous vouliez soutenir.

    Je ne soutiens aucune « thèse », c’est de la génétique, de la science.

    Turing: Charlemagne n’était ni gaulois, ni gallo-romains, mais francs; et les francs étaient un peuple germanique et non celte.

    Certains spécialistes estiment que l’ancêtre commun le plus récent à tous les humains actuels vivait il y a seulement 3.500 ans (et les ancêtres communs à tous les Européens il y a moins de 1.000 ans). En d’autres termes, la grande majorité d’entre nous a des ancêtres vikings et romains et descend à des degrés divers de Gengis Khan ou de Charlemagne.

    Encore une fois, c’est de la science, il n’y a absolument rien à revendiquer là dessus ni culturellement ni politiquement.

    Comme on dit en généalogie « Nous descendons tous d’un roi et d’un pendu », celui qui veut revendiquer son ascendance avec « un roi » ou « une grande civilisation » n’a strictement rien compris à la génétique.