Macron démissionne. La brochette de prétendants s’agrandit.

Publié Par h16, le dans Édito

C’est donc bien la rentrée, avec ses petits écoliers bien peignés qui vont pleurer aux grilles des écoles devant des mères émotionnellement pas trop solides. C’est la rentrée, avec ses nouveaux ouvrages littéraires ou presque, par centaines, amassés sur les rayonnages de librairies de plus en plus désertées par les consommateurs. C’est la rentrée, avec son cortège de politiciens en mal de petites phrases. Mais avec l’élection présidentielle de 2017 en ligne de mire, c’est une rentrée qui prend des proportions comiques.

Il faut dire que les derniers arrivés sont les plus médiatiques.

macron droiteEmmanuel Macron a d’ailleurs tout fait pour, en distillant à la presse toute la journée de mardi des petites nouvelles sur l’avancement de sa démission, comment il allait voir le patron, de quoi ils allaient discuter et les dernières tendances sur le marché de l’emploi présidentiel.

Eh oui : après deux ans de stage Field Office Manager à Gouvernement SARL où il aura essentiellement apporté le café et des polycopiés baveux aux vieux éléphants socialistes et régulièrement ruiné la communication des caciques par quelques sorties faussement choquantes sur l’entreprise, les profits et sa façon de faire les choses, notre freluquet de la politique s’est senti assez fort pour se lancer à son tour dans la course au Mickey élyséen.

Oh, pour le moment, il n’a pas encore officiellement présenté sa candidature à la présidentielle ou, plus modestement, sa candidature à la candidature, dans le cadre des primaires du Parti des Paléo-Débris de Gauche ou même des primaires du Parti des Vieux Schnoques de Droite auquel il pourrait presque prétendre. Non. Pour le moment, Manu Macron se contente de montrer qu’il va rameuter du monde chez lui, à sa surboum branchouille qu’il a intitulée En Marche (probablement parce qu’ « Au trot » ça aurait été un peu too much). L’intérêt évident est qu’en faisant mine de rassembler des gens de toutes obédiences, il deviendra un obstacle potentiel au candidat officiel qui se dégagera des primaires socialistes et qu’il pourra alors négocier avec lui un dodu portefeuille le cas échéant.

macron the magnificient

Ou peut-être Manu s’y croit vraiment, veut réellement tenter la présidentielle, et imagine qu’il va décrocher la timbale avec son positionnement si habilement inclassable, le cul entre deux chaises dont tous les analystes politiques s’accordent à dire qu’elles s’écartent. Notez qu’il a peut-être un réservoir de voix au centre, dans ce no politic’s land du milieu boueux où l’on doit à la fois concilier les plus énormes idioties de la gauche avec les plus grosses âneries de la droite, où Juppé trempe régulièrement une botte (tout en y restant droit), et où, il y a quelques années, s’est noyé Bayrou dans un petit « blub » triste.

Bref, ce ne sera pas facile pour notre frétillant nouveau candidat, pour au moins deux raisons.

D’une part, il a amplement montré de quoi il était capable pendant ces deux dernières années à la tête du Ministère de l’Économie. Le moins qu’on puisse dire est qu’il n’a pas cassé des briques. Ses tentatives de réformes, soigneusement rabotées autant par la droite que par la gauche de l’hémicycle, aboutissent à la création tonitruante de quelques lignes de bus pour 1300 emplois, et permettront à quelques magasins, dans des zones minutieusement limitées, d’ouvrir quelques dimanches par-ci, par-là. Au départ, ça devait cogner du chaton ; à la fin, les chatons n’ont rien vu et sont déjà repartis. Tout ceci ressemble à une grosse baudruche d’air chaud soufflé par quelques médias avides de sensations bling-bling.

macron - 1300 emplois

D’autre part, la multiplication des candidats de tous les côtés ne lui rendra pas la tâche plus facile, d’autant que tous s’entendent pour lui cogner dessus, le seul autre personnage politique lui aussi sujet de toutes les critiques étant Hollande auprès duquel il s’est définitivement grillé et qui ne lui facilitera pas plus la tâche. En outre, sa popularité n’est basée que sur le fait qu’il représente une voix discordante dans le tombereau de niaiseries et d’imbécillité que le gouvernement nous inflige quotidiennement ; une fois démissionné, il devient celui qui a quand même entériné l’action du gouvernement et hérite donc de ses faiblesses, de ses compromis foireux et de ses trahisons, à l’instar d’un Fillon auquel il sera toujours reproché d’avoir finalement gobé toutes les couleuvres présidentielles pendant le quinquennat Sarkozy.

Et puis surtout, le bougre devra batailler contre d’autres politiciens bien plus aguerris.

À commencer par Nicolas Sarkozy, qui vient de présenter ses « propositions » dans un « livre » que quelques dizaines de milliers de Français, aux orifices déjà cicatrisés du cuisant épisode 2007-2012, se sont déjà procurés goulûment.

Apparemment, tout y passe, ou presque : l’ISF, il le supprimera. Les charges sociales, pas de souci, il en fait son affaire et les baissera. De 34 milliards (au moins !). La durée du travail ? Même pas mal, on enlèvera la barrière des 35 heures et on relancera les heures supplémentaires défiscalisées (qui disparaîtront puisque le temps de travail augmentera).

Quant aux impôts, ils baisseront, pif, de 10% sur chaque tranche. Et puis demain, paf, il rasera gratis, parce qu’hier, président, il n’avait pas eu le temps. En attendant, pouf, il précise son équipe de campagne à base de Rachida Dati, Brice Hortefeux ou David Douillet. Pif, paf, pouf, pas de doute : 2012 est de retour et nous amène un candidat strictement identique mais lavé plus blanc que blanc par cinq années d’hollandisme consternant. Les Français, soyons en sûrs, vont a-do-rer.

On le comprend : devant de telles promesses, Emmanuel Macron aura bien du mal à se faire entendre, et ce d’autant qu’il lui faudra aussi compter sur une aile gauche toute aussi frétillante. Il ne manque plus au tableau que l’inévitable Marine et un président sortant qui voudra certainement y retourner, et la petite troupe de guignols sera au complet.

L’élection présidentielle en 2017 s’annonce d’ores et déjà aussi ridicule qu’inutile. La France a, littéralement, perdu cinq ans. Avec une telle pléthore de cuistres et de parasites, elle s’apprête à en perdre cinq de plus.
—-
Sur le web

  1. si la place n’était pas aussi bonne la brochette serait plus courte…..ce qui ne veut pas dire que la qualité serait au rendez vous….

  2. Bah, plus on est de fous …

    On a pas fini de rire 🙂

  3. Je prépare mes pop corn pour suivre l’élection de 2017.

    1. Moi, j’ai déjà mis mes boules quiès et je demande juste à devenir sourd et aveugle, désapprendre à lire, oublier le français, me désintoxiquer de la lecture. Je sens que les dix mois à venir vont être lourdingues au possible.
      On a l’antitrumpmania en surcouche jusqu’en novembre, puis l’anti(Sarko|Juppé|bayrou|Marine|autres nains)mania jusqu’en mai. Le tout sera agrémenté des discours affligeant de Vallss, des sourires désespérant de Savamieux, de la langue d’ébène de Nagette, des komri de Cambasansdélices.
      OMG

  4. « Pléthore de cuistres et de parasites ». Quand même !
    Arlette me manque.

  5. cette election va faire un gros flop d’audience , je serais sponsor je commencerais a m’inquiéter . tous plus ridicules les uns que les autres, à gauche , normal mais a droite c’est pire , quand je lis quelques brides de leur ‘programme’ y a de quoi avoir peur ,c’est du café du commerce ,un poivrot dis et les autres disent encore pire,la derniére , supprimer l’ENA, ha ha ha, c’est un énarque qui le dit évidement…aujourd’hui on use d’une promotion vielle de 30 ans il en reste 30 a se fader..Le Maire pour ne pas le citer voit trés loin…..et connait les priorités pour la France et les Français !

  6. L’election 2017 n’aura aucune incidence, et le mieux est d’imiter Meuh Non. Boules quiet
    Celle plus tard cette année aux US, en revanche, est un game changer.
    Entre la croisade anti US (Uber, Amazon, Google, etc) lancée en toute illégitimité par l’UE, les étranges arrangements avec la Russie de cette meme UE, les promesses de Trump de cesser le financement de l’OTAN, et Vlad, ca risque de tanguer. Mais bon. Profitons encore des derniers instants de fete.
    La classe dirigeante Française n’est pas la seule a être indigne des enjeux et des responsabilités, mais il n’en demeure pas moins vraie qu’elle surpasse tous les voisins dans la démesure imbécile.
    Je vous laisse, citoyens, viens de voir un burkini sur la plage, vite, mon appli « alerte attentats ».

    1. Fausse alerte : c’était une femme-grenouille 🙂

  7. Marchais reviens !

    Au moins, on se marrait bien…

    Là le discours creux de Macron, applaudi par BFM qui à quand même trouvé à dire que c’était osé, je reste vraiment sur ma faim. «La France en marche» arrière, ce n’est décidément pas mon truc.

  8. Il ne faut pas oublier que la course est différentes des éditions précédentes. Tout le monde a intégré que Marine Le Pen gagnerait le 1er tout avec +/- 30% des voix. Donc il en reste 70 à partager entre, disons 30% à gauche, 30% à droite et 10% d’indécis. Dans ce genre de paysage avec une dizaine de candidats déclarés ou pressentis à gauche et autant à droite, il suffirait de rassembler sur son nom 10 à 10% pour être le king et décrocher le sésame absolu…la ….deuxième place qualificative. Ensuite, au second tour on sonne le tocsin et le branle-bas républicain et on compte sur un effet « tout sauf Marine » comme Chirac en 2002. Et voilà comment on vole une élection..70% de suffrages favorables alors qu’on n’en représente réellement que le 5ème. A ce jeu, Macron, Mélanchon, ou Guaino peuvent tirer leur épingle du jeu. Surtout que la justice plane au-dessus de certains poids lourds de la politique.
    Au fait, qui a dit « Élection, piège à cons » ?

  9. Bon bah voila beurk ca vient de commencer les cafards se jettent sur la confiture, c’est a qui aura la phrase la plus débile pour faire le buzz.
    Pour l’instant personne n’aura mon vote.
    Il y a 5 ans j’avais prédit 10 à 20 d’élections débile avant que la dette soit tellement énorme pour que les rats quittent le navire.
    tristesse c’est le mot qui me vient à l’esprit.

  10. Les commentaires affligeants qui émaillent votre article, et pas seulement le vôtre dès qu’il s’agit de politique, sont tout à fait dans le ton de cette nouvelle campagne électorale qui s’annonce, et confirment si besoin que chaque nation a les hommes politiques qu’elle mérite.
    Les changements radicaux, qui doivent être mis en oeuvre pour voir éclore une société nouvelle, ne sont pas prêts de voir le jour, tant l’immaturité demeure une constante inébranlable. Une immaturité qui fait le jeu de ceux qui accèdent au pouvoir, bien conscients de l’indigence intellectuelle de leur électorat.
    A quand une mire définitive sur ces écrans ineptes, qui permettrait sans doute une autre évolution ?

    1. « …pour voir éclore une société nouvelle…

      Ah un constructiviste qui veut un homme nouveau comme Mao : ça commence par une purge et ça finit par 60 millions de morts.

    2. MacArthur Wheeler strikes again

Les commentaires sont fermés.