Nucléaire : entretenir la détestation

Publié Par Michel Gay, le dans Énergie et matières premières

Par Michel Gay et Gérard Petit1.

Nucléaire : entretenir la détestation

Nucléaire : entretenir la détestation By: Christo MICHECC BY 2.0

 

L’exemple récent du Brexit a montré, comme avec le nucléaire, l’efficacité du conditionnement d’une opinion en orchestrant une détestation au lieu d’une critique constructive. Les conséquences seraient bien plus désastreuses en cas de sortie du nucléaire.

Il aura suffi de mouvements conjugués attaquant les fondements du système européen en Angleterre pour que, malgré un bilan plus qu’honorable, ce dernier soit rejeté par un vote sous la vindicte populaire.

De même, depuis la mine d’uranium jusqu’au stockage géologique des déchets, il n’est pas un maillon de la chaîne de production d’électricité nucléaire qui ne subisse les assauts répétés des opposants à cette source d’énergie.

Le nucléaire n’a-t-il donc aucune vertu ?

Ce déferlement orchestré est digne de Panurge. Effrayer les moutons pour obtenir un mouvement d’ensemble donne l’assurance trompeuse d’avoir raison dans un sentiment majoritaire démocratique. Comment ne pas voir dans le nucléaire un outil maléfique conçu et manœuvré par un lobby cynique voulant préserver sa créature contre l’intérêt vital de tous ? Pourquoi donc attendre plus longtemps son démantèlement, alors que l’absurdité technique, économique, écologique serait avérée ? Les solutions de remplacement idylliques, les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, seraient bridées par l’argent investi dans le nucléaire.

Le nucléaire existant, pourvoyeur fiable et économique de notre système électrique depuis des décennies n’aurait donc été qu’un leurre et sa performance un artifice ? Mais l’heure de vérité a enfin sonné. Des citoyens lucides regroupés en organisations indépendantes auraient réussi à lever un coin du voile. Les vertus du nucléaire se sont alors envolées ne laissant subsister que des tares. Cet accès de clairvoyance est le fruit d’une conjonction de quelques politiciens et de l’activisme intense du puissant lobby des énergies renouvelables.

Au moment où se décident la prolongation d’exploitation et le renouvellement des centrales nucléaires, le soleil et le vent offriraient soudain un bilan particulièrement positif et une perspective porteuse d’espoirs pour les emplois.

Bien préparé par un débat sur la  « transition énergétique », faux nez d’une virulente campagne destinée à supprimer l’électronucléaire, l’épisode législatif est venu parachever le travail de sape.

Pourtant, le caractère irréaliste des objectifs affichés aurait dû instiller le doute sur la crédibilité des solutions idylliques proposées. Devant les difficultés à les mettre en œuvre et les réalités physiques, l’Exécutif invoque la résistance des opposants pour masquer sa pusillanimité.

Des problèmes financiers qui sont une aubaine pour les opposants

« Hollande doit tenir ses promesses » tient lieu de mantra aux antinucléaires qui s’exonèrent ainsi de toute analyse de fond. Ils sont confortés dans leurs certitudes par les contre-vérités et les outrances répandues par des ténors écologistes antinucléaires qui en ont fait leur fonds de commerce. Face à un tel déferlement, il est difficile de s’afficher à contre-courant. Même l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) se sent tenue de donner des gages à l’opinion. Elle contribue à l’inquiéter en affichant une attitude ostensiblement suspicieuse vis-à-vis du nucléaire. Des réacteurs sont maintenus à l’arrêt pendant de longs mois dans l’attente d’une autorisation de redémarrage, au mépris de la performance économique du système. Est-ce un moyen de pression ? C’est en tout cas une aubaine pour les opposants qui peuvent ainsi pointer opportunément la vulnérabilité du mastodonte.

Les acteurs industriels majeurs de l’électronucléaire national sont des organismes publics transparents.Tout écart ou incident est mis sur la place publique et immédiatement porté à son débit. Mais l’aigre vigilance des contempteurs transforme ces informations en « preuve » de la dangerosité du système, ce qui est déloyal. Retirés de leur contexte, tous les incidents techniques peuvent être interprétés de manière tendancieuse.

« Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage », mais « l’art est difficile et la critique est aisée »  et son usage immodéré dévastateur. Or, le monde de l’électronucléaire, bridé par ses tutelles, s’exprime peu. Il abandonne le champ médiatique à des agitateurs professionnels de catastrophes. Ces derniers sont bienvenus dans les médias car ils sont une manne pour l’audience et les ventes.

Qui croit aux vertus bienfaitrices d’un électronucléaire bien conduit (par ses exploitants et ses régulateurs) doit faire preuve de calme et de patience face à ce déferlement coordonné d’informations biaisées, de mensonges et de syllogismes dont les médias, et mêmes certains organismes d’état (l’ADEME2 par exemple), abreuvent l’opinion publique.

  1. Gérard Petit est retraité du domaine de l’énergie.
  2. ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.
  1. Mon premier fustige le nucléaire et se dit écolo
    Mon deuxième urine et défèque chaque jour dans l’eau potable et se dit écolo
    Mon troisième consomme 75% de son électricité issue du nucléaire et se dit écolo
    Mon tout, comme pour se donner bonne conscience, se ressuie le derrière avec du PQ Bio
    Qui est-il ? Qui sont-ils ? Les bobos, les bobos

    1. Mon quatrième veut sauver la planète mais à fait 3 enfants qui se reproduiront à l’infini dans le temps et consommeront et pollueront ce qui lui fait un bilan carbone infini…. celle là c’est ma préféré

    2. Je n’étais moi même pas opposé au nucléaire mais depuis 3miles island, Tchernobyl, Fukushima, les pannes à répétition dans les centrales belges et l’opacité qui les entoure j’ai changé d’avis. Tiens combien a déjà coûté le projet ITER aux contribuables français ? Sans rappeler le Phénix de sinistre mémoire ? Dans votre article vous n’évoquez aucun des sujets qui posent problème on croirait lire une brochure d’AREVA … Pour rappel l’essentiel des réserves d’uranium se trouve dans des zones pas sûres du tout comme le Mali et la république (très) démocratique du Congo. Les commentaires (très puérils) laissés par ailleurs ne répondent non plus à aucune question.

  2. C’est tellement vrai, que les marges des producteurs sont presque nulles en Europe, que bientot il ne nous restera que le reniuvelable: faudra esperer qu il pleuve beaucoup (pour nos barrages), qu’ il vente constamment (au moins la nuit), et que le soleil soit au rendez vous. On devra consommer uniquement quand il y aura de la production. Sinon, comble de la supercherie du renouvelable, on brulera nos forets, puisque c’est de la biomasse reouvelable.
    Le temps est venu de laisser ces sujets aux professionnels de l energie et non aux politiques

    1. Brûler nos forêts oui à condition qu’il y ait encore du pétrole.

      1. Et pourquoi donc ? Le bois d’arbre brûle tout seul, sans pétrole. On peut le couper avec des scies manuelles, ou le découper avec des scieries hydraulique, on peut même le transporter avec de multiples moyens (pas forcément efficaces) qui n’utilisent pas de moteur à explosion.
        Exploiter des forêts sans pétrole est peut-être difficile, mais c’est très largement envisageable…

        1. Oui vous avez raison, tout est possible, mais quel retour en arrière !

        2. Petit détail : une forêt exploitée met 30 ans à se renouveler. Je vous laisse calculer la surface nécessaire pour assurer 30 ans durant les besoins énergétiques de la France.

        3. Il y a plusieurs siècles nous avons presque entièrement détruit les forêts françaises et d’Europe en faisant cela. Les besoins en énergie étaient pourtant bien plus faibles qu’aujourd’hui.

  3. Pour la gouverne de tous à chaqu’un on peu se passer du nucléaire aussi bien que du charbon, du gaz, du voltaïque que de l’éolien..!!
    Et oui, ces bien le vouloirs des gouvernement et des lobbys de l’électricité telle que EDF ou bien Hydro-Québec et Général-Electric etc.. Donc ils n’y aurai de ligne d’alimentation dont pas de perte de puissance et plus d’encombrement de ligne électrique, plus de pylônes qui pollues nos paysages..!!! On élimerait des coûts infrastructure pour transmettre sans risque l’énergie…
    Pour ceux qui ne connais pas Mr Nikola Tesla, (1856 – 1943) cette homme à voué sa vie a imaginé que des technologie propre alimenterait des maison et des véhicule électrique à moteur électrique à induction, courant alternatif (AC), (alimenté par une antenne de 1,80) y compris des avions circulaires propulser par des moteurs non conventionnelle (mais était propulsé par une énergie électromagnétique)..! pouvant ce déplacé à des vitesses peu imaginables encore maintenant..? Cette homme n’aient pas référencé dans les livre scolaire..!! Pourquoi..? Car aujourd’hui ces brevets sont de l’ordre d’environ plus de 600 de tous types sembles sans fin.! que cela soit du téléphone portable et sur logues distance, ou sans fils, la télévision, l’ordinateur, la radio, sous-marin télécommandé par onde radio.! voir sur la fin de sa vie il inventa le rayon de la mort, pouvant détruire sa cibles à plus de 400 cent kilomètre..!
    De plus ces Mr Tesla qui trouva le courant polyphasé (AC) et prouva à Edison que le courant continu (DC), n’étant pas fiable..! Antre autre il existe deux turbine (fabrication Westinghouse) qui produits encore de l’électricité aux chute Niagara, invention de Mr Tesla.
    De plus pour votre information, le programme en hommage à Mr Tesla a été lancé.. Un travail de diffusion internationale de l’inventeur James Robitaille porte ses fruits. La première unité Tesla a été finalisée par Robitaille en janvier 2014. A Taïwan, la premier unité asiatique est sortie en avril2014, pour le Maroc en mai 2014, en juin pour la Grande Bretagne.
    Selon le site Fix World 32 ateliers civils de fabrication se sont monté un peu partout dans le monde… La liste suivante concerne des équipes en phase de préparation ou en phase de fabrication de Générateur électrique Tesla: Hollande, Australie, Belgique, Belize, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine, Colombie, Tchéquie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Onde, Italie, Japon, Malaisie, îles Maurice, pays-Bas, Norvège, Pérou, Pologne, Afrique du Sud, Suède, Suisse, Turquie et USA. etc…
    pour allez sur le site, http://www.morphéus. fr.  » Hommage à Tesla « . Et, Presssegalatique.org.

    1. Oui et alors que voulez-vous prouver par là ?

    2. L’énergie du vide? Rien que ça…

    3. lehamstersortidesaroue

      Ce n’est pas parce que Tesla à déposé plus de 600 brevets qu’il a découvert l’ »énergie libre » ou « du vide ».
      on en parle, on en parle mais on n’a jamais vu de réalisation concrète à se sujet qui produit quoi que se soit
      Pour l’instant ça reste un mythe et une légende.

      QEG ne fonctionne pas.
      2014 et on est en 2016 , où sont les watts ? toujours de belles paroles et rien de concret.
      c’est fou ce qu’il y a comme doux rêveur et incompétent sur le net, sur ces sujets.
      Montrez moi des mesures fiables et je serais le premier à applaudir.

Les commentaires sont fermés.