Civisme et bon sens : bloquons des raffineries

Publié Par h16, le dans Édito

Situation intéressante que celle qui se développe actuellement en parallèle de la progression de la Loi Travail à l’Assemblée nationale : la CGT pétrole a mis en place un blocage des raffineries françaises en vue d’obtenir le retrait de cette réforme du Code du travail. De son côté, le chef de l’État n’y voit pas un signe de grogne suffisant et, avec toute la diplomatie dont il est capable, persiste donc à laisser se poursuivre le parcours institutionnel pourtant fort chaotique de la loi.

parcours institutionnel en République du BisounourslandOn a bien du mal, à l’heure actuelle, à deviner ce que pourra devenir cette Loi Travail, tant elle a déjà subi d’amendements et d’ajustements de plus en plus substantiels, et tant la situation dans le pays semble se crisper.

Même si, à l’évidence, on constate un essoufflement dans les manifestations saupoudrées tout le long de la semaine dernière et dans celles qu’on pourra sûrement retrouver cette semaine encore, même si, là encore de façon évidente, le Français lambda semble se lasser des débats sur cette loi qui ne risque plus, en l’état actuel, de changer réellement son contrat de travail, on ne peut que constater une certaine radicalisation des syndicats, à commencer par la CGT. Radicalisation visible dans le choix délibéré de bloquer ces raffineries et donner encore un bon coup de fouet à l’économie et à la compétitivité du pays qui en avaient bien besoin.

Il faut dire que ce syndicat, en perte de vitesse et d’adhérents, doit montrer tout son pouvoir de nuisance pour arrêter l’hémorragie d’encartés et celle des fonds qui y sont associés. Les actions violentes sont donc à redouter. Mais en les attendant, ces opérations de blocage fournissent à une presse léthargique l’occasion de bien nous bidonner. Il suffit de se reporter aux déclarations d’Emmanuel Lépine, de la CGT Pétrole, qui explique sans rire que, je cite :

« Le but n’est pas de créer la pénurie, mais d’obtenir le retrait de la loi travail »

la cgt dialogueAh, nous voilà donc rassurés, et tout s’éclaire : il ne s’agit pas d’un blocage mais d’un happening géant, il n’est pas question de pénurie mais d’un déplacement temporel des nécessités et d’une remise à plus tard des déplacements prévus. Ouf. De loin, on aurait vraiment dit que des automobilistes ne pouvaient plus s’approvisionner, et que d’honnêtes citoyens allaient devoir se débrouiller sans véhicule dans les prochains jours. En fait, que nenni : ces individus seront simplement des participants actifs involontaires (mais, gageons-le, heureux) à ce happening géant pour une procédure législative alternative où ce sont ceux qui gueulent le plus fort en faisant des clefs de bras aux autres qui font ou non passer les lois de leur choix. Rappelons qu’au contraire des turbo-libéraux, les syndicalistes pas libéraux du tout méprisent la loi du plus fort et favorisent, eux, le dialogue social à coup de clef à molette et la démocratie très participative du « Si t’es pas content on va te péter les genoux ».

La démocratie à la française, cela vous a vraiment un fumet délicieux, non ?

Rassurez-vous : les petites tensions causées par ce genre de comportements n’ont pas échappé aux autorités françaises aux frontispices desquelles on peut toujours lire, entre deux prises de coke massives pour aider, « Liberté Égalité Fraternité ». Dès lors, dans plusieurs préfectures à commencer par celle du Calvados, voyant les files de voitures s’allonger et les réserves diminuer, le préfet a décidé d’interdire la vente de carburant en jerricans « afin d’éviter le surstockage » et appelé chacun à « faire preuve de civisme et de bon sens ».

Méchant surstockage de ces travailleurs égoïstes qui cherchent bêtement à aller travailler au lieu de rester en panne au milieu de la cambrousse ! Méchant anti-civisme de ces automobilistes qui vont acheter de l’essence en toute impunité, au vu et au su de tous, bafouant les bonnes mœurs !

Nous sommes en France, que diable, ce pays magique où, quand les licornes ne rotent pas un revenu universel, elles bougent avec leurs queues chamarrées tous les curseurs de la normalité pour transformer le bon sens en un flot continu de n’importe quoi vibrant. Et dans ce pays magique où les syndicalistes grignotent de l’arc-en-ciel sur base pluriquotidienne et les journalistes du Tranxene moulé à la louche, il est parfaitement normal de lire dans un article sérieux (pas Gorafi inside, donc) qu’un préfet peut choisir d’interdire les jerricans pour les particuliers mais pas interdire les blocages de raffineries qui menacent pourtant l’ordre public (ainsi que l’économie d’un pays au demeurant dans le fossé).

tout ceci est parfaitement normal

Dans ce même pays magique, on peut ainsi appeler à « faire preuve de civisme » en tombant courageusement en rade d’essence (en hommage au Venezuela, je suppose – ♩♪ Chavez, avec nous, tu nous a montré la voie ♬ Maduro, rejoins-nous, nous avons besoin de toaaaahlléluhia ♫♬) plutôt qu’aller naturellement faire quelques réserves en attendant que le gouvernement fasse libérer les raffineries ou, alternativement, se carpétise un peu plus et cède aux demandes des excités. En somme, faire preuve de civisme, c’est ne surtout pas aller péter la bobine d’un abruti de syndicaliste décidé à pourrir la vie de milliers d’automobilistes. Quant au civisme du syndicaliste, lui, il n’est pas ouvert à débat. On pourrait croire à un privilège du syndicalisme, mais il n’en est rien. Il s’agit simplement de « bon sens », évidemment.

Maintenant, lorsque dans ce pays, certains iront régler physiquement leurs comptes avec d’autres, le but ne sera pas de créer une révolution, mais simplement d’obtenir enfin un peu de liberté de se déplacer et d’égalité de traitement devant la loi, et tout ira bien.

Dans la dynamique qui secoue actuellement le pays, Hollande et Valls devront faire preuve de beaucoup de doigté pour se ménager une porte de sortie avec les syndicats et conserver la face lorsqu’il s’agira soit d’abandonner le projet, soit de le vider encore un peu plus de sa substance, comme prévu.

L’exercice promet d’être intéressant pour l’observateur extérieur, goguenard et alimenté sans problème en essence. Il pourrait être plus douloureux pour les Français, otages de cette situation ridicule. Il sera épuisant pour l’Exécutif français, laminé par des mois de gesticulations grotesques.

Mais indépendamment du résultat, lorsqu’on voit la réaction des autorités devant des exactions manifestes, on n’arrive qu’à une unique conclusion : ce pays est foutu.

blocage des raffineries
—-
Sur le web

  1. Quelqu’un pour lancer un fond en crowdfunding permettant de créer une milice pour aller débloquer les situations où les policiers/ gendarmes/ militaires et autres corps publics ne peuvent pas intervenir ? Vu la grogne des français, on pourrait récupérer quelques milliers d’euros permettant de financer troupes et équipements, non ?

    1. Dans un même ordre d’idées : rouler au mazout de chauffage, qui est parfaitement similaire au diesel routier, à l’exception du colorant permettant de pincer les fraudeurs. Les cuves de mazout de chauffage des particuliers sont encore bien approvisionnées en ce printemps pluvieux. Face à l’inaction de l’Etat, il suffira de plaider « l’état de nécessité » qui absout de toute infraction ceux qui n’ont pas pu faire autrement. On verra si « là, cépapareil, l’Etat aura perdu des taxes ».

    2. ce serait top mais là nos politiques réagiraient !!!
      Surtout ne pas les réveiller et laisser couler le pays

  2. je ne suis qu’une lambda comme les autres ; mais ce blocage des raffineries , je l’ai vu arriver gros comme une maison ; c’était courru parce qu’à chaque fois c’est le même scénario ; nos zélés zélus n’ont donc rien vu venir ? ou alors ont ils décidé de laisser faire pour dieu sait quelles raisons ?  » gouverner c’est prévoir  » ai je toujours entendu dire ; alors quoi ! à ce jour , la cgt emmerde les travailleurs et les chefs d’entreprise qui ont besoin de rouler pour gagner leur croute , ce qui apparement n’est pas le cas pour les ceusses qui ont décidé de bloquer le pays ; j’enrage !

    1. Les choses sont même été annoncées une semaine à l’avance, au moins, par les syndicalistes routiers, faisant référence à leur précédent « mouvement social » (expression délicieuse, manifestant que l’adjectif « social » corrompt et transforme en son opposé tout ce à quoi il est adjoint) qui était accompagné d’un blocage des raffineries et dépots

      1. Annonce que les médias aux ordres se son bien gardés d’ébruiter… Par contre, ils sont tout contents ce matin de nous annoncer que Valls affirme sûil n’y a pas de pénurie (à Tel Aviv!)…

        1. il y aurait actuellement plus de 1 700 stations service à sec, soit 15 % en moyenne. le problème, c’est la répartition de la pénurie. dans certaines régions, c’est 2 ou 3 % de stations fermées, dans d’autres régions, c’est 20 à 30 %… le phénomène du report sur celles qui sont encore ouvertes peut être très violent : dans une semaine, ce peut être 5 % de stations fermées ici ou là et 50 ou 70 % de stations fermées ailleurs…

          1. d’ailleurs, sur la carte en temps réel, http://penurie.mon-essence.fr/w/ c’est actuellement au rythme de 40 stations de plus à l’heure en situation de pénurie…
            ça peut se terminer très vite très mal cette histoire là…

            1. Et encore, le site n’est pas à jour. 5 stations service dans un rayon de 10km autour de chez moi. Toutes vides ou ne délivrant du carburant qu’aux taxis et aux ambulances. Deux seulement indiqués sur la carte.

          2. en fait, c’est beaucoup plus rapide que ça : moins d’un jour après, c’est plus de 25 % des stations qui sont fermées.

  3. Ce que deviendra cette loi ? A coups d’amendements et d’abandons elle sera totalement vidée de son contenu, tout le monde criera victoire. Début 2017, Hollande dans sa campagne électorale en parlera comme d’une grande avancée de son quinquennat

    1. Et le code du travail fera 500 grammes de plus…

  4. il ne faut pas rigoler avec le droit de blocage de la France par des minorités agissantes , elles ont au moins le courage d’agir alors que nos députés ,autre minorité, s’en foutent royalement de tout ce bazar qu’ils ont créé tout en sirotant une camomille a la buvette de l’assemblée

    1. Camomille ? au Sénat, peut-être. Mais à l’assemblée, ils fument la moquette ou carburent à plein tonneau (de grand cru classé, faut pas déconné quand même , hein…)

  5. Le gros du problème c’est qu’Hollande a été élu pour un projet qu’il n’a pas ou peu mis en place. J’avais beaucoup aimé le coup des 60 propositions (je ne sais plus le chiffre exacte) qui détaillées clairement le projet du candidat. ça aurait été encore mieux avec le calendrier et le montant mais bon.
    De ce fait les syndicats peuvent se poser en victime d’une non-démocratie et en sauveur du peuple qui-ne-le-sait-pas-encore.

    1. Hollande a été élu sur un projet qui devait écarter les socialistes du pouvoir pour une génération. Ca n’est pas de sa faute si ça ne réussit pas, quand même !

    2. Hollande a été élu sur un programme totalement irréaliste et démagogique. La seule chose qui m’étonnes c’est qu’il y ait des gens pour penser qu’il allait tenir ses promesses. De toute facon, ses promesses étaient pour beaucoup irréalistes, alors, on ne peut pas s’en prendre à Hollande pour ne pas les avoir tenu. les gens n’avaient qu’à ne pas être naifs

      1. Les gens ne sont pas naïfs. C’est juste qu’ils estiment qu’il ont le droit de tenir grief au mec au pouvoir du hiatus entre son discours électoral et la réalité de son action. Ont-ils tort ?

      2. Je suis bien d’accord. Simplement, il ne peut pas faire passer des mesures à l’opposé du socialisme français sans l’avoir clairement énoncé. c’est du pain béni pour les syndicats.

      3. P.L.jesuisunhommelibre

        Mais il a tenu ses promesses : Il a dit qu’il n’aimait pas les riches. Vous en voyez encore beaucoup de riches, en France ? Je parle bien sûr des riches qui se sont enrichi grâce à leur travail, à leur idée, à leur prise de risque. Je ne parle pas de ceux qui le sont par copinage, par rente de situation, par collusion, par connivence. Ceux-là sont encore bien là, mais ce sont des camarades de promo. C’est pas pareil.

  6. « un préfet peut choisir d’interdire les jerricans pour les particuliers mais pas interdire les blocages de raffineries qui menacent pourtant l’ordre public (ainsi que l’économie d’un pays au demeurant dans le fossé). »

    Vu de l’extérieur c’est effectivement digne du Gorafi. Dans mon nouveau pays, l’opposition, quelqu’en soit la couleur et l’orientation, mettrait l’exécutif sous pression constante. Le préfet serait couvert de ridicule, medias officiels et sociaux. En France, c’est juste le train train quotidien normal, cela fait partie du paysage, et l’opposition, au service minimum, fait preuve de « bon sens », de « civisme ». Ce serait malvenu de jeter de l’huile sur le feu, voyez vous. Laissons cette basse fosse a notre amie pyromane, Marine. Elle ne passera jamais le front républicain du 2eme tour, n’est ce pas?
    Il suffit d’être 2eme en 2017 et d’être le moins répulsif.
    Magique. Un tel niveau d’abdication, de lâcheté, de cynisme, c’est magique et c’est en France, en 2016.

    Et en parlant de trains, ceux ci ne seront-ils pas également au service minimum ces prochains jours?

    Merci pour l’article.

    1. Puisque vous parlez de Mme Marine, je la trouve bien peu présente dans cette affaire de blocage des raffineries, ne trouvez-vous pas ?

      1. Normal, moins elle parle, plus elle monte dans les sondages… et au moins elle est sûre de ne pas sortir une conn3rie

      2. D’accord avec SamPlayer, en l’état, elle n’a besoin de rien faire.
        Si cela devait dégénérer, comptez sur elle pour rafler la mise, son sens du timing est redoutable.

  7. Ce serait intéressant de savoir ce que ces têtus du gouvernement vont nous coûter pour un bien maigre changement. Les paris sont à prendre entre 1968, 1995, 2005, 2006 et 2016.

  8. Marre marre marre marre d’être pris en otage par la CGT qui entrave notre liberté de circuler en nous empêchant d’acheter du carburant.
    Le gouvernement n’est même pas crédible lorsqu’il annonce qu’il va libérer les accès aux raffineries en utilisant les forces de l’ordre.
    Holllande doit dissoudre l’Assemblée Nationale ,ça ne opeut plus durer ! !

  9. La solution est très simple pour régler le problème: envoi des forces de l’ordre (et le cas échéant, de l’armée) pour débloquer les sites bloqués. Toute persone ayant participé au blocage (à commencer par la cgt) doit être poursuivie. Licenciement immédiat de tout travailleur ayant participé au blocage.

    1. Bien plus simple, et moins risqué pour nos policiers : faire payer aux bloqueurs les frais de réfection des voies d’accès aux dépôts, et permettre les class actions des automobilistes contre les syndicats ayant appelé au blocage. Il faut mettre la CGT et ses cadres en faillite, et c’est légal et facile.

    2. Les sites ne sont pas bloqués, c’est juste les travailleurs qui refusent de travailler. Envoyer les CRS ne servirait à rien car on ne remplace pas facilement des gens qui savent raffiner. Ce site est complètement démagogique en faisant croire qu’il suffit d’envoyer les CRS et tout serait régle. On voit bien que vous n’avez jamais travaillé dans une raffinerie

      1. on voit bien que vous n’avez jamais franchi un piquet de grève pour aller travailler…

      2. Les aiguilleurs du ciel du temps de Reagan croyaient aussi qu’ils étaient indispensables… il les avait tous licenciés.
        Visiblement vous ne savez pas ce qu’est un piquet de grève et les mesures de rétorsion du syndicat vis-a-vis des salariés non grévistes.
        Sinon une raffinerie y a rien de plus bête comme fonctionnement : parlez -en à Daesh.
        Les dépôts de carburant sont bloqués aussi… quelques CRS et vous allez voir que les portes vont s’ouvrir et les litres couler à flot

      3. Les dépôts bloqués le sont-ils bien tous par leurs salariés, oui ou non ? Les salariés des raffineurs sont-ils libres de travailler ou doivent-ils obéir à des syndicats physiquement menaçants ? A quoi servent les pneus enflammés, à cuire des merguez et à polluer autant qu’un million d’automobiles ou à interdire les accès ?

        1. Seules deux des raffineries « bloquées » le seraient par leur salariés et encore les bloqueurs sont ils majoritaires ou simplement accompagnés de battes de baseball (sport pourtant peu pratiqué en France). Dans tous les autres cas il s’agit de racaille CGTistes notamment de la SNCF qui bloquent les accès des raffineries et dépôts.

  10. Ce pays est vraiment foutu. J’espère sincèrement que les grèves vont s’aggraver et qu’une énorme crise arrive, parcque c’est préférable a cette mort lente.
    Il est temps de tirer la chasse.

    1. Robert le Bruccio

      tout à fait d’accord

      1. Oui le pays est à l’agonie. Outre le risque de pénurie de carburant pour les automobilistes, la CGT-RATP vient de lancer, ce jour à 15 heures, un préavis de grève illimitée à compter du 2 juin. C’est une déclaration de guerre, pas seulement contre le gouvernement mais contre tous ceux qui ont proposé des programmes politiques incluant des réformes du Code du travail pour les prochaines présidentielles et législatives de 2017.
        Les syndicats fascistes .du Front de Gauche ultra-minoritaires dans le pays imposent leurs exigences à toute une population rackettée de partout.

      2. Révisez votre histoire : il n’y a que dans vos rêves qu’une aggravation de la crise permet de « tirer la chasse » et de repartir du bon pied. La politique du pire ne produit effectivement que ça : toujours encore pire que ce que croyiez déjà le plus bas possible

        1. Pour votre information « P », je ne m’attends pas a vivre un rêve, mais un cauchemar. Et l’histoire de France , je connais merci. De longues période de paix ou ou jamais rien ne change entrecoupé de catastrophes ou les réformes nécessaires sont faites.

          Je suis parfaitement d’accord qu’il vaut mieux gérer à la Suédoise , mais le drame c’est qu’il faut être Suédois pour cela.

          Si le bon sens et l’intelligence suffisait a reformer la France, on ne serait pas en déclin depuis 30 ans.

          1. Malheureusement, lucide

  11. Les bien-pensants veillent, à défaut de passer la nuit debout, contre des lois étiquetés libérales, qui méritent bien un blocage du pays.
    Même au festival de cannes, à peine récompensé, les déclarations du césarisé sont pour l’ultra-turbo-néo-libéralisme qui menace .

    1. @gc
      Le vainqueur de la Palme d’Or de Cannes n’est pas « césarisé » (il ne reçoit pas un César) mais il est juste …..récompensé.
      Ceci étant, le « vainqueur » , l’Anglais Ken Loach est bien connu pour être un sympathisant communiste depuis les années ’70.
      Par chance il a été au chomage et réduit au silence pendant quelques années durant la gouvernance de Margaret Thatcher qui avait coupé toute subvention à la culture destinée à renflouer les productions déficitaires. Il s’est alors victimisé dans la presse de gauche et maintenant, à la faveur de politiques socialistes , il est revenu pour montrer des films piteux et distiller des discours alter-mondialistes lors des remises de prix.

      1. Au bal des hypocrites, c’est un excellent valseur. Mon rêve: lui et Sean Penn en tournage documentaire au paradis des socialistes, le Venezuela. Eux qui avaient preuve d’une telle éloquence, d’envolées lyriques aussi mystiques que romantiques, en faveur de ce petit père des peuples des années 2000..
        Bref, Ken Loach, contorsionniste inepte, prostituée artiste, éternelle brêlante victimaire.

  12. Les gendarmes peuvent débloquer les accès aux dépôts et raffineries mais n’ont pas les compétences pour faire tourner une raffinerie (et le mazout de chauffage sort aussi des raffineries). Donc compter sur la force n’est pas réaliste. Les travailleurs qui se retrouvent sans carburant sont aussi des syndiqués, c’est à eux de dire « stop aux conneries » à leurs syndicats

    1. Ce ne sont pas leurs syndicats, ce sont ceux de l’Etat.

    2. Les dépôts de carburant sont pleins. il suffit de remplir les camions.
      Je croyais de plus, que la France importait du diesel et exportait de l’essence.
      Des raffineries, y en a de moins en moins.

      1. Exact, les dépôts sont remplis. Le problème, c’est le blocage des accès par les encartés syndicaux.

  13. L’abus de droit de grève est bien défini dans le Code, confirmé clairement par la Cour de Cassation. Tous ces nuisibles peuvent d’ores et déjà êtres licenciés pour faute lourde : les grèves politiques sont illicites en France.
    Hélas, cet aspect du Code du Travail n’est jamais appliqué : il serait temps, pourtant, de mettre au pied ces nuisibles.
    Bloquer le pays pour obtenir le retrait d’une loi est une interférence sur la constitutionnalité du pays : ces nuisibles de la CGT ne sont pas des élus, ils n’ont aucun droit d’interférer dans la promulgation ou le retrait d’une Loi. S’ils le font, ils sont passibles de poursuites, et doivent être licenciés. Les politiques, les préfets, les patrons des raffineries ont tout l’arsenal pour faire cesser ces prises d’otage.
    La négociation avec une arme sur la tempe est de l’extorsion, c’est un comportement voyou. À quand les poursuites judiciaires en ce sens ?

    1. Je pense qu’il se prépare, en toute discrétion, un déblocage des réserves de carburant et des raffineries soit mardi soit mercredi matin à l’aube.
      Après, il faudra empêcher ceux qui ont été délogés de chercher à nuire par des actes de malveillance.
      Si Valls et Cazeneuve parviennent à débloquer, leur cote de popularité risque de grimper fort.

      1. D’abord, ce serait étonnant que maintenant ils parviennent à débloquer simplement par la force, avec les autres grèves et manifs qui s’annoncent. Mais surtout ce sera déjà trop tard : le déni de ces dernières 72 heures ajouté au « ça va mieux » restera ravageur. Enfin, si j’ai bien compris, Hollande et Valls seront aux matinales des radios demain, à quoi bon ne débloquer que 24 heures après ?
        Enfin s’il suffisait à un ministre de débloquer pour voir sa cote de popularité monter, j’en connais quelques unes qui seraient au zénith…

      2. Si Valls et Cazeneuve parviennent à débloquer, leur cote de popularité risque de grimper fort.

        Aucun risque : ce seront les CRS qui se mettront en grève, et ils l’auront comme il faut au bon endroit ❗

      3. S’ils débloquent ça ne changera en rien de ce qu’on pense du gouvernement …. Puis on connaît le français … Il a la mémoire courte !
        En tout cas moi ca ne me fera en rien changer à dire que le gouvernement est pourri !

  14. Rappelons qu’au contraire des turbo-libéraux, les syndicalistes pas libéraux du tout méprisent la loi du plus fort et favorisent, eux, le dialogue social à coup de clef à molette et la démocratie très participative du « Si t’es pas content on va te péter les genoux ».

    Exactement cela. Comme ce jeune français, bourré de testostérone, attaquant courageusement par derrière la journaliste de de RToday, coincée entre le marteau et l’enclume (on se demande qui est le marteau et qui est l’enclume dans cette affaire), une femme ce n’est pas trop grand donc le poing est à hauteur de l’oreille. Peut être qu’à force de se branler, le jeune manifestant courageux n’a-t-il pas entendu que c’était une femme ❓

    Je suis fier d’être frouze :mrgreen: Et vous ❓

  15. Y a-t-il un juriste dans la salle pour m’expliquer quelle est la définition d’une association de malfaiteurs, et en quoi elle ne s’applique pas à la CGT?

    1. Cette définition ne peut pas s’appliquer à la CGT : en Droit, il ne suffit pas d’avoir raison, il faut que quelqu’un (un juge) vous donne raison. Et là, ce n’est pas gagné avec les juges que nous avons…

  16. Hollande a dit que la France était le pays le plus socialiste au monde après le Venezuela de Maduro. Les pénuries d’essence sont donc normales.

  17. L’objectif du gouvernement est de faire croire que le pays n’est pas réformable et que c’est à cause du peuple.En fait, ce sont eux qui s’accrochent au système car ils en bénéficient eux et leurs amis. Ils font donc tous leurs efforts pour que toute réforme échoue ( manque de pédagogie volontaire, encouragement des gauchistes et des syndicats type cgt etc….).
    ils veulent pouvoir dire: voyez on a essayé mais cela n’a pas été possible et on a su écouter ce que disaient  » les Francais « .Nous ne sommes pas responsables.
    La réalité est bien différente : une majorité de Francais souhaite que les réformes de fond soient faites.
    L’état ne fait plus le job sciemment. La police a des ordres et elle ne protège plus les biens et les personnes ( on peut se faire squatter son logement si on part en vacances, les rues sont occupées illégalement,les manifestants détruisent des biens publics et privés etc…).
    Ce jeu est dangereux car les citoyens risquent de ne plus voter pour les grands partis puisqu’ils apparaissent impuissants et incompétents.

  18. Bon le gouvernement est content de cette pènurie car en 3 jours ils ont amassés ce qu’ils amassent en 1 mois voir + ! Pffff … Les français sont égoïstes . On tombe à chaque fois dans le panneau ! 1 grève et hop on fait le plein ou LES pleins lol !
    Et on rends service au porte feuille de l’état ! Pendant que les routiers croient les emmerder !
    Le gouvernement pourra attendre quelques temps car ils n’ont rien perdu dans tout cela !
    Aujourd’hui à carrefour il y a eu 55000€ d’essence vendu ! Du jamais vu en 1 seule journée !! Donc la taxe qui l’a encaissé là ?

    Pauvre France va ….. Une époque on faisait grève pour bloquer l’état ! Maintenant il y a des grèves pour enrichir l’état et emmerder les citoyens …

    👎

  19. Nous avons vraiment les moyens de nous payer ce genre de crise …
    Gouverner à la hussarde visiblement ça ne marche pas …
    Mais « ON » continue, « ON » persiste, « ON » signe …
    Jusqu’à quand, jusqu’où ???????

  20. vous ne comprenez rien aux explications gouvernementales;il ne manque pas de carburant: on a le stocks , c’est juste un problème de livraison et d’incivisme de français…m’enfin les syndicats depuis 39/45 ont le droit de prendre en otage les français , la grève politique est un droit acquis .Par contre utiliser le droit de réquisition c’est ce « salaud » de sarkozy qui l’avait fait , le gouvernement ne va pas l’imiter quand même
    Maggy ou es tu?

  21. marre du corporatisme, la CGT ne défend pas les travailleurs mais ses propres intérêts !! bloquer tout un pays pour des intérêts personnels qu’attendons nous pour nous liguer contre ces gens là ?

    1. Exact !! Car nous si demain on ne peut aller bosser on ne sera pas payer !!! Eux ils ont leur caisse donc ils s’en foutent !! C’est à nous qu’ils emmerdent ! Pas l’état !
      La grève emmerde le travailleur ! Pas le gouvernement !
      Ca n’a rien à voir avec les grèves d’antan ! Ceux qui souhaitais les congés ! Ou nos mineurs ! Ca c’était des grèves ! Des vrais !
      Mais là C chacun pour soi ! Regarder aux pompes ces bougres ! Le français est égoïste …. En tout cas le gouvernement se frotte les mains avec le fric qu’ils ont gagné grâce aux grévistes !
      Le jour où le peuple s’unira et fera grève , là on pourra bloquer l’économie ! Car pour l’instant on bloque pas l’économie mais nos revenu si on ne peut aller bosser !

  22. Pour confirmer: l’information arrive parmi les premiers sujets des global networks. Verdict unanime: le gouvernement va plier.
    La BBC recommande de ne plus voyager en France. Les billets en revente pour l’Euro affluent.
    Ce pays est va mieux. Sa démocratie va mieux. Et le Roy Faineant parle de sa place dans les livres d’histoire.
    Vivement 1789.

  23. Au risque de me faire conspuer ou censurer, je me lance.

    D’abord sur un premier point de sémantique. Il ne s’agit pas d’actions de blocage, mais de grèves. La raison pour laquelle les raffineries ne livrent plus de carburant ce n’est pas que des zouaves bloquent les livraisons, empêchent les travailleurs et travailleuses de faire leur boulot, d’aller sur leur lieu de travail ou de livrer les productions. La raison pour laquelle les raffineries ne livrent plus, c’est qu’elles ne peuvent plus produire car les ouvrier-e-s exercent leur droit de grève.

    La C.G.T. n’est qu’un des acteurs de ces grèves, qui sont décidées par l’ensemble des travailleurs et travailleuses des diverses entreprises en grève, qu’ils et elles soient syndiqué-e-s ou non, à la C.G.T., à F.O. ou ailleurs, et cela en assemblée générale, dans le respect donc d’un processus démocratique interne. Il se trouve que c’est la C.G.T. qui a été mise en avant par les médias, et je m’étonne que les lecteurs et lectrices de ce site tombent aussi rapidement dans le piège grossier des raccourcis faciles de nos pseudo-journalistes. Encore une fois, et histoire de bien démythifier les choses ce n’est pas la C.G.T. qui décide les grèves, mais les travailleurs et travailleuses des entreprises concernées, parmi lesquel-le-s certain-e-s sont syndiqué-e-s, parfois à la C.G.T.

    Je m’étonne aussi de l’illustration choisie, étant donné que les matraques sont actuellement bien plus l’apanage des forces de l’ordre que des représentant-e-s syndica-ux-les. D’autant plus que ces dernier-e-s ont toujours dénoncé les actions violentes des militant-e-s autonomes – non syndiqué-e-s, ni encarté-e-s. Est-il nécessaire de le préciser, la violence est d’abord du côté des forces de l’ordre, que ce soit à Fosse sur Mer ce matin ou au cours des manifestations qui ont émaillé ce mouvement depuis son commencement – je m’étonne là encore qu’un site d’information alternatif ne soit pas plus prolixe en articles relayant les violences policières si peu représentées dans les médias traditionnels. La référence au Vénézuela aurait pourtant été l’occasion d’un rapprochement, étant donné que ce pays est actuellement le théâtre d’une autre lutte de citoyens contre un gouvernement qui refuse tout dialogue social. Cependant l’ampleur de la répression gouvernementale prend dans ce pays des proportions bien plus dramatiques qu’en France, étant donné qu’une quinzaine de manifestants a déjà trouvé la mort sous les balles des gardien-ne-s de la paix.

    Concernant la liberté de circulation, elle n’est en rien entravée par le mouvement actuel qui obéit – le plus souvent, mais il est vrai pas toujours – aux législations en vigueur, annonce et respecte les parcours des manifestations ou les lieux de rassemblement. Je comprends les difficultés que peuvent rencontrer certain-e-s à organiser leurs transports avec le cumul de la pénurie d’essence et des grèves des transports en commun. Pour autant chacun-e reste libre de se rendre d’un point A à un point B pour peu qu’il ou elle s’en donne les moyens – quoi de plus libéral ?

    Enfin je suis tout à fait surpris du peu de cas que fait cet article du vide démocratique à l’origine du durcissement de ce mouvement social – et donc des grèves qui n’en sont qu’une émanation. Quel dommage de pester contre des formes de mobilisation, certes handicapantes, sans se soucier d’éclaircir les causes premières de leur mise en œuvre. Pourtant le ton n’est pas à la louange lorsqu’il est question du gouvernement actuel, alors pourquoi ce silence ? Pourquoi là encore s’en tenir à des critiques superficielles ? Je peux comprendre que la loi Travail puisse séduire parmi les (néo) libéraux et capitalistes, mais je m’étonne que les méthodes employées pour l’imposer ne choquent pas plus – en tout cas qu’elles ne fassent l’objet d’aucune critique sérieuse.

    Cela dit je vous rejoins sur la conclusion : ce pays est foutu, pourri jusqu’à la moelle.

    Tachons donc de comprendre finement pourquoi, et d’œuvrer tous ensemble pour y remédier.

  24. « En fait, que nenni : ces individus seront simplement des participants actifs involontaires (mais, gageons-le, heureux) à ce happening géant pour une procédure législative alternative où ce sont ceux qui gueulent le plus fort en faisant des clefs de bras aux autres qui font ou non passer les lois de leur choix. »

    Vous parlez de l’usage abusif et répété du 49.3 là???

    Je suis pas franchement toujours fan des procédés de la CGT, mais là vous déconnez ferme les auteurs de cet article…

  25. Bravo pour cet article on ne peut dire mieux,

    Patron de société avec 30 salariés (non grévistes) . . . j’en ai marre de ce pays.
    Mes prochaines créations de Sté se feront à l’étranger et en plus (le comble) subventionnées par la BPI.
    La France ou comment être « con » jusqu’au bout
    Signé : un salaud de patron qui craque

Les commentaires sont fermés.