Ma vie d’expat’ à Eindhoven aux Pays-Bas

Publié Par Thomas Palermo, le dans International

Une interview par la rédaction de Contrepoints.

S'expatrier aux Pays-Bas à Eindhoven

Vestedatoren – Eindhoven by: Maciek LulkoCC BY 2.0

 

Une petite présentation ?

J’ai 35 ans, je vis et travaille à Eindhoven aux Pays-Bas. J’ai la particularité d’avoir trois nationalités : ma mère française a reçu la double nationalité en épousant mon père italien, qui s’est lui-même ensuite fait naturaliser belge. Je suis donc né d’un père italo/belge et d’une mère franco/italienne, sur le sol belge.

J’ai grandi à Mons, en Belgique, une ville médiévale située en bordure du Borinage, une zone au riche passé minier, puis métallurgique qui est aujourd’hui économiquement sinistrée. Après un court passage à Dublin où j’ai rencontré mon copain, nous nous sommes installés à Eindhoven où nous vivons depuis 5 ans.

Quel est votre parcours professionnel ?

Après l’équivalent belge d’un bac littéraire, j’ai étudié la communication puis les sciences politiques mais je n’ai pas validé mon diplôme. Je me suis lancé dans une carrière de commercial, pour ensuite me spécialiser dans le support technique, ce que je fais encore aujourd’hui dans une entreprise de télématique.

Pourquoi être parti ?

À 29 ans, j’étais très insatisfait, je ne me sentais à ma place nulle part, mon amour propre était proche de zéro et je sentais autour de moi une forte pression négative qui me tirait vers le bas.

Constater que les rares entrepreneurs du coin dépensent plus de ressources à réseauter avec des fonctionnaires qu’à innover, sentir l’atmosphère générale morose et résignée de ma région où les visages ne s’illuminaient plus qu’à l’odeur du houblon, de la graisse à frites ou à l’espoir d’un nouveau subside, voir des amis ayant réussi brillamment leurs études renoncer à leurs ambitions pour se « planquer dans un ministère », tout cela m’indiquait qu’avoir réussi mes études n’aurait finalement pas changé grand-chose en termes de satisfaction.

Le décès de mon père a été un déclic pour changer d’air. Je suis parti avec la ferme intention de ne jamais revenir.

Pourquoi ce pays ?

J’ai cherché un endroit dynamique, plus libéral et surtout avec une mentalité différente.

Malgré la crise et un anglais très approximatif, j’ai trouvé un travail dans un helpdesk à Dublin en moins de 2 semaines. La crise était bien présente, mais j’étais entouré de personnes à l’attitude positive et après quelques mois, j’étais devenu l’employé de référence sur un projet pour lequel j’ai très vite obtenu de la reconnaissance.

Les loyers prohibitifs, la mauvaise qualité du logement et la trop grande proportion d’expatriés qui arrivent et repartent sans arrêt  – ce qui rend difficile la création de liens – m’ont donné envie de chercher un endroit similaire dans l’esprit, mais plus confortable.

J’ai eu une opportunité à Eindhoven aux Pays-Bas, le hasard a voulu que ce soit à ce moment-là que mon histoire d’amour avec mon copain devienne sérieuse et nous avons déménagé ensemble.

Eindhoven est la cité où a été fondé Philips, qui y est toujours présent. On y trouve un pôle technologique tiré par l’Université Technique d’Eindhoven, la société ASML, ainsi que par le High Tech Campus et ses 8000 employés entièrement dévoués aux R&D.

Eindhoven est située au sud du pays, dans la partie historiquement catholique où les gens sont plus festifs et décontractés que leurs compatriotes plus au nord.

Emmasingel - Eindhoven - Pays-Bas

Le Blob et l’immeuble de Lichtoren – ancienne usine Philips by: Andrew BlackCC BY 2.0

 

Hormis la nourriture, la météo et la langue, qui sont loin d’être les plus grands atouts du pays, je n’ai trouvé que du positif : des habitants honnêtes et serviables, un niveau de sécurité très élevé qui rend possible une insouciance absolument providentielle. Des logements certes chers, mais d’une qualité de construction et d’un niveau d’entretien remarquable, un système de transports performant, du personnel souriant et agréable dans les commerces…

Une caractéristique très marquée dans la culture hollandaise est la franchise. Ce qui est considéré comme poli à peu près partout ailleurs est ici vu comme de l’hypocrisie ou de la malhonnêteté. Il est par exemple très facile de refuser une invitation sans avoir besoin d’inventer une excuse, ou de dire à quelqu’un qu’il vous dérange. Pareil au travail, vous pouvez dire très franchement à un directeur que vous désapprouvez une stratégie ou une décision, même si vous êtes tout en bas de l’échelle. Vos remarques ne seront pas nécessairement suivies, mais bien considérées. Idem dans l’autre sens, si vous prenez trop de gants pour dire à un employé qu’il a une grosse lacune ou a commis une faute, il va croire que ce n’est pas grave, les gens apprécieront que vous soyez franc et direct, ils sont globalement ouverts aux critiques et pas rancuniers. Évidemment, en contrepartie, un manager est plus souvent amené à expliquer ses choix à son équipe au risque d’être confronté à des problèmes d’insubordination. Le travail en équipe est très valorisé, l’autoritarisme beaucoup moins.

Les Hollandais accordent une grande importance à leur qualité de vie. Le travail à temps partiel est répandu et pas seulement pour les femmes. Ils sont très efficaces pour s’organiser de façon à faire peu d’heures supplémentaires et quand cela s’avère nécessaire, ils vont préférer rentrer chez eux pour passer du temps avec leurs enfants ou faire du sport et se remettre au boulot en télétravail dans la soirée.

Avez-vous eu des doutes, et comment les avez-vous gérés ?

Avant de partir, aucun, j’étais une tête brûlée, j’ai juste foncé.

Une fois sur place, ça commence toujours par une période où vous ne voyez que ce qu’il y a de mieux par rapport à l’endroit d’où vous venez, puis une période plus ou moins longue où, à l’inverse, votre attention n’est portée que sur ce qui vous manque. Tous les expatriés passent par là. Le tout est de se concentrer sur le positif et de se construire une vie sociale forte, mais ce n’est pas toujours facile. Notre vie de couple nous a beaucoup aidés pendant ces moments.

Les doutes qui restent aujourd’hui sont notre capacité à apprendre la langue convenablement pour vraiment nous intégrer. Quasiment tout le monde ayant un excellent niveau d’anglais et aimant le parler, nous avons très peu d’occasion de pratiquer la langue : après 5 ans, mon niveau de néerlandais est toujours très bas.

Il reste aussi des doutes sur le choix de l’endroit où nous passerons nos vieux jours.

Racontez-nous votre quotidien.

Nous vivons dans le centre-ville, à 10 minutes à vélo du High Tech Campus où je travaille. Tout est ici pensé pour le vélo, c’est très pratique. La dernière trouvaille est un système qui fait passer les feux de circulation plus rapidement au vert pour les vélos quand il pleut.

Bak fiets - Pays-Bas

Bakfiets – Steven VanceCC BY 2.0

 

Je travaille sur un open floor, j’ai autant de collègues expatriés que néerlandais, ce qui rend le quotidien enrichissant. Je ne fais presque jamais d’heures supplémentaires.

Je fréquente une salle de fitness plusieurs fois par semaine où je profite aussi du sauna, parfois même le matin avant de commencer ma journée de travail.

Les magasins étant ouverts le dimanche et les périodes de soldes n’étant pas réglementées, cela rend le shopping très agréable le week-end, même si les boutiques ferment à 17 heures (18 heures en semaine) !

Eindhoven est bien placée géographiquement, nous sommes à moins de 2 heures de route d’une dizaine de grandes villes : Amsterdam, Cologne, Bruxelles, Anvers, Rotterdam, La Haye, Utrecht, Aix-la-Chapelle…  et avec l’aéroport local, même Londres est finalement très proche.

Il y a plusieurs salles de concert en ville, un théâtre, pas mal de musées et beaucoup d’événements culturels sont organisés, tels que la Dutch Design Week ou le Glow et des festivals en tous genres. On n’a pas le temps de s’ennuyer.

Niveau sport, il y a l’équipe de foot locale, le PSV, qui a remporté cette année le championnat de première division pour la 23ème fois. Le deuxième sport national étant le patinage de vitesse et le troisième le hockey sur gazon.

La santé aux Pays-Bas : ça surprend mais ça marche !

L’Assurance santé est privée (minimum 70 euros par adulte et par mois), mais obligatoire et hyper réglementée.

Vous n’avez pas besoin de certificat médical pour un congé maladie. il suffit de prévenir, et en cas de doute votre employeur peut envoyer un médecin de contrôle, mais cela arrive rarement et au final j’observe moins d’abus qu’en France ou en Belgique avec les certificats de complaisance.

Les Hollandais ne vont chez le médecin que pour les problèmes sérieux. Quand j’ai vu mon médecin pour une grippe, sa réponse a été « Qu’attendez-vous de moi exactement ? Vous vous croyez spécial ? La moitié du pays est dans votre état ! » Sa prescription a été lit + paracétamol + patience. Et quand j’en ai parlé avec les collègues : « Mais enfin, tu n’as pas besoin de voir un médecin pour si peu à ton âge ! ». Si la fièvre dure plus de 4 jours il prescrira un bilan sanguin et des antibiotiques si et seulement si c’est bactérien.

Les Pays-Bas restent depuis plusieurs années le numéro un en Europe sur l’indice de satisfaction des patients. Ça m’a surpris parce que j’entends tous les expatriés s’en plaindre, mais je dois reconnaître que c’est bien mieux que ce j’ai pu observer en Irlande ou en Italie.

Pas un paradis fiscal

L’Impôt sur le revenu est progressif, fusionné avec la CSG, prélevé à la source, applicable dès le 1er euro et globalement plus élevé qu’en France.

Il existe un impôt sur le patrimoine de 1,2% au-dessus de 21 000 euros de patrimoine par personne après déduction du logement principal et de ce qui est investi dans le « bisou compatible ».

La TVA s’élève à 21%.

Pour la voiture, le carburant est cher. Il y a une vignette qui s’élève à plus de 1000 euros/an plus une taxe de mise en circulation de +/- 9% de la valeur du véhicule.1 On se réjouit que les autoroutes soient sans péage (ouf !) et qu’elles soient vraiment impeccablement entretenues au point que les feuilles mortes sont ramassées sur les bords des routes de campagne parce que c’est dangereux pour les vélos !

On paie donc plus d’impôts aux Pays-Bas qu’en France ?

En fait, non, au contraire. Malgré ces taux élevés, 36,3% du PIB passent entre les mains de l’État aux Pays-Bas contre 45,2% en France. Cela s’explique notamment par les nombreuses possibilités de déductions, mais surtout par moins de taxes annexes, moins d’impôts locaux, moins de droits de succession et un impôt des sociétés un tiers plus faible qu’en France.

Les Pays-Bas sont les champions d’Europe du logement social

Le HLM représente 34% du parc immobilier néerlandais. Il s’agit principalement de petites maisons très bien entretenues qui n’ont généralement pas du tout l’air de logements sociaux. 41% des Néerlandais sont éligibles pour en bénéficier. Du coup, il faut compter en moyenne 10 ans d’attente pour en obtenir un.

Seulement 7% des logements en location ne sont pas des HLM ! Le locataire y est très protégé, tout passe par un juge même en cas de non-paiement, de dégradation ou de problème comportemental, même en cas de vente du bien, même si le propriétaire souhaite récupérer le bien pour se loger lui-même. Si on veut investir dans l’immobilier ici, il vaut mieux viser les bureaux ou les chambres d’étudiant.

Eindhoven - Pays-Bas

Vonderkwartier – Eindhoven – Pays-Bas by: Hans PorocheltCC BY 2.0

 

Il est fiscalement très intéressant d’investir dans l’achat de son propre logement, les frais de transaction sont bas – moins de 10%, frais d’agence inclus – et 100% des intérêts du prêt hypothécaire sont déductibles, sans plafond. En outre, les banques ne demandent pas d’apport. Cette politique n’a absolument pas rendu le logement plus abordable, au contraire. Elle a juste fortement augmenté les prix et incité les Hollandais à se surendetter.

Un bilan aujourd’hui : que vous a apporté l’expatriation ?

Du développement personnel. L’éloignement m’a permis de m’émanciper, mais sur ce point précis, le résultat aurait pu être le même en restant dans le même pays.

L’expatriation en tant que telle m’a permis de retrouver mon amour propre, de me réaliser professionnellement, de m’enrichir culturellement et de m’entourer de personnes plus positives. Elle m’a aussi permis de rencontrer la personne que j’aime.

À côté de ça, améliorer ma connaissance de l’anglais m’a ouvert un gigantesque pan de la culture qui n’est pas traduit en français.

De quelle nationalité vous sentez-vous finalement le plus proche ?

Comme je l’ai dit, j’ai la particularité d’avoir trois nationalités : française, belge et italienne. Ce qui ne m’a apporté que des ennuis administratifs, comme d’avoir un moment été déclaré déserteur de l’armée italienne pour ne pas m’être dégagé à temps de mes obligations de service militaire.

Je ne me suis jamais senti Français, ni Belge, ni Italien.

J’ai beau avoir passé 29 ans en Belgique, aucun membre de ma famille n’est né belge, je n’ai jamais vécu en Italie et je n’en maîtrise la langue que moyennement et je n’ai finalement que peu d’attaches en France.

Je trouve ce concept de nationalité culturelle totalement artificiel et surfait et je n’identifie d’ailleurs aucun membre de mon entourage à travers le prisme de sa nationalité.

L’endroit où j’ai grandi m’a évidemment impacté, mais mes nationalités ne définissent en rien l’individu que je suis, ni aucun autre individu. Ce qui nous définit c’est ce qui nous a été transmis, ce que l’on a absorbé des personnes que nous avons rencontrées et du monde qui nous entoure et surtout ce que l’on a réalisé, indépendamment de nos passeports.

Autre chose à ajouter ?

À propos de l’éthique, les Hollandais sont souvent vus comme très progressistes ; or ce n’est pas nécessairement le cas. Ils sont plutôt adeptes du libre choix. En matière de valeurs, la mentalité est de respecter les choix de chacun car personne ici ne souhaiterait se voir imposer les valeurs de son voisin.

Il y a d’ailleurs ici ce qu’on appelle une « bible belt » et ça se passe très bien ; et je ne crois pas me tromper en affirmant qu’autant les couples gays mariés avec enfant que les chrétiens pratiquants très conservateurs sont plus respectés ici qu’ils ne le sont en France.

Vous souhaitez participer à la série ? Vous êtes jeune ou moins jeune, actif ou retraité, contactez-nous à redaction@contrepoints.org !

  1. Pour un diesel de taille moyenne, le taux dépendant du type de carburant et du poids du véhicule.
  1. « Une émigration française existe donc bel et bien, et doit être appréhendée par les pouvoirs publics dans sa globalité, en tant que phénomène recouvrant divers profils ». Pour en apprendre davantage sur les raisons et sur les coûts de l’émigration des français, la Fondation pour l’innovation politique vous invite à lire la note de Julien Gonzalez « Trop d’émigrés ? Regard sur ceux qui partent » ( http://goo.gl/KEO3xp )

    1. « Une émigration française existe donc bel et bien, et doit être appréhendée par les pouvoirs publics dans sa globalité… »

      Non.

  2. « Je ne me suis jamais senti Français, ni Belge, ni Italien. »

    Sagesse ou inconscience.

    1. Sagesse.
      What else?

  3. C’est tellement mieux ailleurs !
    c’est une petite musique propre aux « expat » ou l’on ressent tout ce bonheur d’avoir coupe le cordon ombilical avec la mere patrie
    De declamer que l’herbe est plus verte et qu’on s’en rejouie .

    1. Votre commentaire est il volontairement méchant? A quoi sert-il?
      C’est un expat lucide qui vous pose la question. Un expat dégoûté de ne plus avoir sa place en France.

Les commentaires sont fermés.