L’État veut encore réguler internet ; FAIL et LOL au programme.

Publié Par h16, le dans Édito

Internet, c’est, en substance, une histoire de tubes, des petits tubes, des gros tubes, des tubes lents, des tubes rapides, mais surtout des tubes. Mais pour l’internaute français, vu les efforts désespérés de l’État, ces tubes pourraient devenir de vaseline .

Question « efforts désespérés », il n’y a guère besoin de chercher très loin pour en trouver. Je pourrais revenir sur l’actuelle tentative de réguler l’eSport qui va vraisemblablement se retourner aussi bien contre les internautes et pratiquants de jeux vidéo que contre l’État lui-même, tant son historique en matière de gestion du numérique est jonché de cadavres oubliés et d’entreprises momifiées.

Mais si, concernant l’eSport, on peut encore (dans un grand mouvement de mansuétude) accorder un peu d’espoir à l’actuel gouvernement, il en va tout autrement dès qu’il s’agit des monnaies numériques en général et de Bitcoin en particulier. Rien, absolument rien ne nous sera épargné lorsqu’on touchera à ce délicat sujet. Il faut dire que ces monnaies sont aussi complexes à comprendre que nouvelles pour le législateur, et qu’en plus de ça, ce dernier est composé pour un bon tiers de vieux débris dépassés, d’un autre tiers d’imbéciles arrogants et d’une proportion non négligeable de suiveurs hydrocéphales (en quantité suffisante pour compléter les deux chambres).

bitcoin logoOn apprend ainsi que le Sénat va ouvrir le débat sur la régulation de ces monnaies, Bitcoin en tête, au travers d’un amendement déposé par un de nos vaillants scribouillards dont le nom ne mérite même pas de figurer ici.

Comme de bien entendu, l’impérieuse envie de réguler ce petit morceau d’internet est justifié par les habituelles foutaises de gabarit cyclopéen à la mode du moment : des monnaies numériques auraient été utilisées pour financer du terrorisme et des trafics mafieux, donc il faut réguler tout ça.

Comme pour le monstre du Loch Ness, les dégâts des OGM, les fantômes ou l’humour dévastateur de François Hollande, le conditionnel est obligatoire : il n’y a bien sûr aucune espèce de preuve des allégations vagues portées pour justifier la législorrhée correspondante. Mais ce n’est pas ce qui peut durablement retenir la main d’un député ou d’un sénateur, surtout s’il sent l’odeur de la taxe, s’il entrevoit une possibilité pour l’État de fourrer son nez dans des affaires qui pourraient lui échapper ou s’il sent la menace d’une fuite de richesses ou de potentialités lucratives.

gifa flute pipeau surprise

C’est donc sans hésiter qu’on voudra imposer tout l’attirail législatif bancaire aux plateformes permettant d’acheter ou de vendre des bitcoins (ou toute autre monnaie numérique), afin – par exemple – d’obliger ces plateformes à déclarer à Tracfin tout mouvement suspect.

Et comme d’habitude, la méconnaissance crasse du sujet par le législateur rend immédiatement risible cette énième tentative : se plaçant dans un cadre franco-français, il ne lui apparaît pas possible que les internautes, lucides et renseignés, se placent rapidement sur les plateformes étrangères non soumises à ce genre d’aléas policiers et fiscaux. De même que n’apparaît pas au législateur aveugle l’évidente nuisance d’une telle proposition de loi qui éradiquera durablement toute velléité de la part d’entrepreneurs français de créer une telle plateforme en France (et les emplois correspondants).

gifa dog fail faceplant

Non, décidément, les pauvrets – qu’un peuple mal conseillé aura placés là pour débiter de la loi comme d’autres des saucisses – sont vraiment à la ramasse dès qu’on aborde le numérique, et à plus forte raison lorsqu’il s’agit de technologies nouvelles et complexes, comme Bitcoin.

Heureusement, malgré l’amoncellement toujours important de stupidités étatistes et de nuages sombres sur l’horizon d’internet, quelques liserés argentés apparaissent à leurs bords et laissent une bonne dose d’espoir.

Outre la nature fortement décentralisée de Bitcoin et des monnaies numériques qui les met à l’abri des tentatives stupides de ces interventionnistes, l’ampleur mondiale d’Internet et l’interconnexion de plus en plus forte des technologies entre elles aboutissent fréquemment à envoyer ces velléités régulatrices dans la corbeille à papier. C’est ce qui s’est fort heureusement passé avec la réforme de la « gouvernance » d’Internet, ou plus exactement de celle chargée des noms de domaine.

Actuellement dirigée par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), organisation de droit californien, l’attribution de ces noms de domaine va progressivement mieux tenir compte des desiderata gouvernementaux en intégrant le GAC (gouvernement advisory committee). Heureusement, le lobbying actif des principaux acteurs d’internet (grands opérateurs et, bien évidemment, les grandes entreprises du Net comme Google, Amazon, Apple et Facebook) aura permis de limiter autant que possible l’influence de ces gouvernements sur le fonctionnement général de l’ensemble, en introduisant notamment le principe de décision du GAC à l’unanimité…

Ce qui a eu le don d’irriter le gouvernement français, qui comprend bien que « l’obligation de consensus ne produit que de l’eau tiède ». Et l’eau tiède, ça le gêne, lui qui entendait bien refroidir les ardeurs de certains…

Or, à bien y regarder, le fait que rouspète un gouvernement, socialiste en diable, qui tente par tous les moyens d’intervenir encore et encore partout où il le peut dans la vie de ses citoyens, à commencer par leurs communications privées ou non, ne peut en soi être vu que comme la marque d’une vraie victoire pour les internautes. L’ICANN, bien qu’à but non lucratif, continuera vraisemblablement d’attribuer les noms de domaines dans la logique bêtement commerciale qui prévaut jusqu’à présent et qui a amplement prouvé son efficacité, puisqu’en près de 20 ans, on n’a manqué ni de noms de domaines, ni d’extensions, ni même de quoi que ce soit d’autres en matière d’internet. Au contraire même.

gifa jon hamm yes

Enfin, mentionnons la très récente ouverture intellectuelle de Bercy qui propose une expérimentation avec la blockchain, la technologie sous-jacente à Bitcoin et qui permet à tous les participants d’un réseau de partager de façon sûre (infalsifiable) un ensemble de données à authentifier, à l’instar d’un livre public de transactions ou d’un registre de propriétés. L’expérience proposée par le Ministère de l’Économie consiste à laisser implémenter par les acteurs privés intéressés une telle blockchain pour l’utilisation des bons de caisses.

L’idée mérite mention et pourrait aboutir à d’intéressants développements. Mais, tout comme l’a montré la consternante tentative de régulation du Bitcoin décrite plus haut, n’oublions pas d’où vient l’idée, et n’oublions pas que le potentiel de cette technologie est énorme, suffisant même pour mettre fin à l’État et sa centralisation tels que nous les connaissons. Imaginer que ses thuriféraires n’ont pas encore bien compris le danger pour eux serait faire preuve de naïveté.

Timeo danaos et dona ferentes.
—-
Sur le web

  1. Pour compléter l’article, et surtout l’information de nos sénateurs, qui n’ont encore pas vu tous les dangers qui menacent la quiétude du franconounours : Aux dernières nouvelles, des enveloppes en papier opaque « auraient été utilisées » par des délinquants pour échanger ou transporter de l’argent issu d’activités illicites. Un prochain amendement à une autre loi nuisible prévoira sans doute la régulation du commerce des enveloppes en papier Kraft, avec déclaration obligatoire de leur achat par les papeteries et relevé de l’identité de l’acheteur.
    Ne riez pas, ou alors jaune : on est déjà très très près de ce niveau d’absurdité. La vertueuse « transparence » , si célébrée (pas pratiquée, n’exagérons rien) par nos journalistes et nos élus sera peut-être un jour la transparence des enveloppes. Après tout, l’interception -déjà légalisée- des mails est exactement la même chose.

    1. +1

      Avec mention spéciale pour « niveau d’absurdité ».

    2. Exact. Et selon certaines sources, les auteurs des attentats de Bruxelles auraient même utilisé du papier toilette. Vite une loi 😀

  2. Suite et continuation.
    Il ne leur est jamais venu a l’esprit qu’une des raisons du succès d’internet est qu’il n’y étaient pour rien.

    1. Excellent !

    2. @ Guasilas
      Tout à fait d’accord avec @ pragmat!

  3. Juste une remarque: pourquoi mettre des illustrations animées dans les articles ?
    A part nuire à la lisibilité en attirant automatiquement le regard qui se détourne du texte, rendant la lecture pénible, il s’agit peut-être d’un effet de mode comme dans les messages des forums où des smileys grouillants s’activent dans la marée des fautes d’orthographe.

    1. Je partage votre avis sur le côté irritant des animations gif qui détournent l’attention de la lecture du corps de l’article.

      Pour les utilisateurs de Firefox, il est possible de les désactiver globalement en passant l’option « image.animation_mode » à « none » dans « about:config », ou d’utiliser l’extension toggle animated gifs pour un contrôle plus fin.

      1. merci de l’info

    2. -1. Ça fait sourrir et ça me facilite la lecture au contraire: un petit break rigolo entre deux paragraphes.

  4. Comparé aux autres pays, il n’existe finalement pas beaucoup de plateformes d’achat de BTC en France, pas fous les gens. Et Dieu que tout cela est vain, le Bitcoin est structurellement conçu pour justement échapper à toute régulation. Le sénat oublie aussi qu’une bonne partie des transactions se fait de gré à gré sur Localbitcoin par exemple ou carrément avec des marketplaces en p2p pur. De plus en plus, on ira vers cela, la technique aidant, la France du BonCoin deviendra certainement la France du Bitcoin.

    1. Paymium (ex Bitcoin Central) est quand même un des plus anciens échanges disponibles. Beaucoup sont arrivés et ont disparu entre temps.

  5. Il y a une bizarre obsession pour « la blockchain » parmi ceux qui ne comprennent rien à la technologie.

    C’est une technologie qui implique plein de compromis, et qui n’est intéressante que si l’on veut créer un système sans confiance et extrêmement résistant ; bref, Bitcoin.

    1. h16h16 Auteur de l’article

      Bref.

  6. « Timeo danaos et dona ferentes »

    H16 latiniste ou lecteur d’Astérix (époque Goscinny of course) ?

    Merci H16 pour tous vos billets quotidiens. Je ne sais pas si vous réalisez à quel point votre prose est une lecture salutaire pour beaucoup d’entre nous dans ce pays foutu…

  7. Pilleurs d’état, un livre à lire et relire de Philippe Pascot.

  8. Je suis peut-être naïf mais j’ai en effet l’impression qu’ils ne comprennent pas bien les dangers que peut représenter la blockchain. Je pense que les personnes dans le gouvernement actuel (mais je pense que le prochain sera pareil) sont complètement paumées, et qu’elles ne comprennent leurs intérêts personnels que suivant le CV des personnes qui les leur expliquent, celles-ci pouvant au final leur faire gober n’importe quoi. Je me trompe peut-être complètement mais ils me donnent vraiment une impression de détresse totale, de désorientation.

Les commentaires sont fermés.