Comment devient-on djihadiste ?

Publié Par Jean-Baptiste Noé, le dans Nation et immigration

Par Jean-Baptiste Noé.

Pourquoi ils font le Djihad par Jean-Paul Ney (Crédits : Editions du Rocher, tous droits réservés)

Pourquoi ils font le Djihad par Jean-Paul Ney (Crédits : Editions du Rocher, tous droits réservés)

Parmi les surprises des attentats de janvier ou de novembre 2015 en France, de mars 2016 à Bruxelles, il y a eu la confrontation avec une réalité que beaucoup ne voulaient pas voir : des jeunes nés en France ou en Belgique, éduqués à l’école occidentale, ayant passé toute leur vie en Europe, sont partis se former au djihad et sont revenus sur le territoire national pour commettre leurs crimes. Mohamed Merah a été le révélateur de cette terrible réalité.

Aujourd’hui, on estime à plus de 1 000 le nombre de Français partis en Irak et en Syrie pour se former au djihad.

Grand reporter, fin connaisseur du Proche-Orient et des banlieues françaises qu’il parcourt depuis 20 ans, Jean-Paul Ney a voulu répondre à cette question dans Pourquoi font-ils le djihad ? Son enquête a commencé avant les attentats de janvier 2015 ; attentats qui ont confirmé ses analyses.

Nous assistons à l’émergence d’une jeunesse désintégrée et déformée, qui n’est ni d’ici (de France), ni de là-bas (du Maghreb). Elle n’a pas de pays, pas de territoire auquel se rattacher, si ce n’est sa cité et son quartier. Cette jeunesse est accro à la violence extrême : nourrie de jeux vidéo réalistes et violents, formée aux films de mafieux et de gangsters, comme Scarface. Elle n’a pas d’horizon et d’ouverture ; le djihad lui en offre un. Pour l’auteur, l’islam n’est qu’un prétexte, car ces jeunes en connaissent peu de chose. Ce sont avant tout des mafieux, des criminels et des fanatiques d’une cause qui les dépasse. Ils sont très bien entraînés, ils connaissent très bien leur affaire, et ils savent agir avec professionnalisme.

L’auteur a pu visionner les vidéos que Merah a réalisées de ses meurtres. Il avait accroché une caméra à sa veste. L’attaque de l’école juive dure 41 secondes, entre le moment où il commence à tirer et le moment où il remonte sur son scooter. En 41 secondes, il tue quatre personnes, dont des enfants, à bout portant, et de sang-froid.

Le livre est écrit sans voyeurisme et avec beaucoup de pondération. Jean-Paul Ney décrit une réalité qu’il connaît bien. Il cherche à dresser un état des lieux et à expliquer une réalité sociale. Il explique aussi comment la police et les services anti-terroristes échafaudent des plans d’attaque afin de penser les actions à leur opposer. En filigrane il dépeint l’action des services secrets et de ceux qui luttent contre le terrorisme. Ce livre a l’avantage de la pondération et de la précision, et il se lit facilement. Il n’empêche qu’une question majeure demeure : comment lutter contre cette génération qui veut faire le djihad en France ? Pour l’instant, la réponse à cette question demeure floue.

Sur le web

  1. je m’en pose une autre de question ; ne faut il pas avoir au fond de soi , un certain gout pour le sang , la mort , la souffrance à autrui pour vouloir être un djihadiste ? tout ces gens qui veulent en être savent trés bien dans quel monde de violence ils entreraient , un monde réel qui n’a rien à voir avec leur jeux ou les films qu’ils ont pu voir ;

    1. Non Marie, pas besoin d’avoir ces goûts. Il suffit juste de tomber sur un beau parleur (manipulateur) et le tour est joué. Il vous plonge dans un univers fascinant ou vous serez le héros d’une bonne cause. La psychologie sociale explique très bien cet embrigadement.

      1. @ Stéphane B
        Vous avez raison mais avant cette manipulation, il y a le recrutement: souvent des jeunes « dans une mauvaise passe » (on sait qu’il n’y a pas d’exclusivité de classe socio-économique). « Mauvaise passe »: je veux dire période de doute, de faiblesse, de manque d’objectif, de « vide ». Et les « manipulateurs » leur offre « une cause à défendre », un « but », une « action », une aventure aussi, et, pour certains, une justification de la transgression, en opposition au pays « pèpère » où ils n’ont pas vraiment d’existence.

  2. Jean Paul Ney, n’est pas n’importe qui… donc pour la fiabilité des sources et des faites éttayés par cet homme, on repassera…
    – 2003 : mis en examen pour « vol et atteinte à la sûreté de l’État » par un juge antiterroriste
    – 2001-2003 : Mis en examen pour menaces de morts répétés contre un webmaster
    – Le 10 mars 2004, il est condamné à un an de prison avec sursis assorti d’une obligation « de se soumettre à des mesures d’examen, de contrôle, de traitement ou de soins médicaux, même sous le régime de l’hospitalisation notamment des soins psychologiques et psychiatriques »
    – après l’attentat de Charlie Hebdo et celui de bruxelles, il livre ne patture des noms de pétendus terroristes sur son compte twitter, ils seront innocentés par la suite.
    – accusé de mettre régulièrement en tete des experts, qui eux démentent…
    – suite a différentes affaires en Cote d’ivoires, reporter sans frontières a pris ces distances avec lui, il est soupsoné et arrété en cote d’ivoire pour plusieurs actes et mis en prison.

    Bref il y a plus fiable on va dire, donc son avis sur le djihad, il m’importe autant que celui d’un participant a une télé réalité, a quand un article pour présenter cela d’ailleurs, ca serait interessant….

    1. +1 Liberté Adorée, et puis expliquer le djihad par la manipulation et puis comparer l’islamisme avec le nazisme et le communisme très léger comme réflexion

    2. Vous oubliez l’affaire de côte d’ivoire où il a été arrêté et a passé plusieurs mois en prison sans parler du fait qu’il a été plusieurs fois condamnés pour diffamation Exemple, ici: http://web.archive.org/web/20160328205804/http://www.la-clau.net/info/1836/le-journaliste-cerdan-jean-paul-ney-condamne-pour-diffamation-1836

  3. Jean Paul Ney est considéré comme un charlatan par la plupart des experts sérieux. Bcp de soi disants (pour ne pas dire la plupart des) experts du terrorisme entendus par les médias. Je pense à Thibault de Montbrial (sur des questions comme la légitime défense, c’est un vrai expert mais pour ce qui est du terrorisme, il n’est en rien expert) , Mohamed Sifaoui, Pierre Martinet, Roland Jacquard, Samuel Laurent, Dounia Bouzar, Olivier Roy, Gilles Kepel,…Précisions sur Kepel, son livre « Le Prophète et Pharaon » datant de 1984 est très bon mais pour le reste, il raconte n’importe quoi. N’oublions pas qu’il avait dit dans les années 2000 que l’islamisme allait disparaitre).
    Il n’y a pas de liste exhaustive d’experts sérieux mais je peux vous donner quelques noms : David Thomson, Wassim Nasr, Gilles N, Bilad Al Fransa, Romain Caillet,…
    Sur les faux experts, deux articles intéressants à lire: http://www.lesinrocks.com/2016/03/25/actualite/non-expertise-mediatique-matiere-de-terrorisme-a-de-graves-consequences-11814958/
    http://www.slate.fr/story/110375/faux-experts-terrorisme

  4. Jean-Paul Ney est un drôle de personnage (assez sulfureux). Il a des relations et des contacts bien placés. Il lui arrive de dire certaines choses intéressantes (notamment sur le rôle joué par les élus locaux qui ont pratiqué du clientélisme) mais je doute sérieusement que l’on puisse se fier à lui en tant qu’expert du terrorisme

  5. Nous oublions souvent de dire que ces hommes et femmes se sont suicidés….Car il s’agit avant tout d’un suicide…Du meurtre de soi ou plutôt du meurtre de quelque chose en soi d’insupportable…Et là nous approchons ce que les psys appelle dynamique mélancolique…Se tuer soi voire les autres car ils souffrent aussi et ne le savent pas…Souvenez vous de ces suicides de pères ayant exterminé leur famille avant…Il y a une faille dans ces futurs djihadistes, faille dans leur idéal qu’il n’est pas trop difficile de comprendre, ce d’autant qu’ils appartiennent à une troisième génération d’expatriés, leur grand père étant venus en France lors de l’essor industriel pour y trouver du travail…Et le gourou trouve là matière à faire son nid en « patchant » un idéal tout prêt : Le paradis en rendant le monde meilleur….Enfermés dans cette logique mortifère donnant un sens à leur vie…Ils décideront un jour de détruire ce qu’ils avaient rêvé mais qui s’avère utopique au nom d’un monde meilleur…Ceux qui ne vont pas au bout de cette dynamique ont un recul psychologique supérieur …

    1. Chut !!! il est plus facile de dire « non c’est des méchants, on s’en fou des causes, je ne suis pas responsable, il faut la prison a vie ou la perpétuité réelle »… sous-entendu ce qui compte ce n’est pas le résultat, mais ce que l’on fait et ce qui me rassure, qu’il y est encore des attentats et des morts on s’en fou, ce qu’il faut c’est que j’ai la « sensation » de sécurité, vu qu’aujourd’hui on ne juge que cette « sensation », la réalité, peu importe….

Les commentaires sont fermés.