EDF au bord de la recapitalisation : c’est vous qui allez payer !

Publié Par Charles Sannat, le dans Énergie et matières premières

Par Charles Sannat.

Centrale nucléaire du Tricastin (Crédits : Sancio83, Image libre de droits)

Centrale nucléaire du Tricastin (Crédits : Sancio83, Image libre de droits)

La situation financière d’EDF se révèle de plus en plus inquiétante : 70 milliards d’euros voire jusqu’à 100 milliards pour investir dans les travaux nécessaires dans les centrales pour que la France ne tombe pas en panne de courant. Un budget totalement hallucinant concernant le démantèlement des centrales nucléaires et des projets à l’étranger qui sont pharaoniques. Au point de rendre de plus en plus urgent une recapitalisation financière.

Pendant des années, l’État a pris des dividendes d’EDF, ce qui a conduit à un sous-investissement chronique, plus le fait que nous n’avons jamais payé le véritable coût de l’énergie nucléaire qui est, comme on vous l’a dit et répété, l’énergie la moins chère… Jusqu’au jour où il faut réparer, démanteler ou construire de nouvelles centrales.

Là encore, incurie généralisée du manque de préparation et de prévoyance de l’action publique dont certains vantent pourtant la capacité à prévoir à long terme…

Alors rassurez-vous, vous paierez, et même si Emmanuel Macron annonce que l’État volera au secours d’EDF, ce qui est une évidence, il apparaît clairement à quel point il est impératif de vouloir privatiser ce genre d’entreprise.

Sur le web

  1. la durée de vie d’une centrale….est inconnu aujourd’hui alors évitons de nous faire peur avec les milliards de démantèlement pouvant durer une éternité comme ne pas exister , un beau chapeau de béton en forme de pyramide serait du plus bel effet sur un réacteur de volume fort modeste , sûr que les touristes du XXX éme siécle y prendront de très jolis selfies 😉

    1. Faux, les plus vieilles centrales dans le monde commencent à poser problème….autant dire qu’il existe une limite, pas lointaine.

      Les touristes quant à eux viendront y admirer les ruines d’un ancien temps, avec leurs vaisseaux spatiaux marchant à l’énergie solaire, pour se rappeler que leurs ancêtres pas malin ont préféré dépenser des dizaines de milliards pour une énergie potentiellement dangereuse alors qu’ils avaient l’énergie illimitée du soleil au-dessus de leurs têtes;)

      En tout cas les lecteurs devraient cesser cet amour incompréhensible du nucléaire, ça fait d’eux des bêtes de foire.

      La seule énergie libérale et libre c’est le solaire, la seule énergie qui pourra permettre à chacun d’voir sa propre électricité, adieu EDF & Co, bonjour la génération électrique individuelle! Vive le solaire, investissons dans cette énergie d’avenir qui changera nos vies pour le meilleure 😀

      1. sympa le solaire pour qui est propriétaire de quelques milliers de m2 bien exposé…et comme 99% de la richesse est entre quelques mains……le libéralisme électrique n’est surement pas pour demain

        1. Encore faux, quelques panneaux sur les toits suffisent très très largement.
          Et une fois que l’on aura appris à stocker l’électricité issue du solaire (apparemment les recherches sont très prometteuses et ça ne saurait tarder) cela sera libérateur et fonctionnera même la nuit.

          Donc si justement c’est pour demain, pour très bientôt:D

          1. qulques m²? combien précisément? mes parents ont 30 m² et ils sont très très loin de l’autonomie…

            1. sans compté que pour le prix de l’installation il pouvait payer leur électricité pendant 20 ans et plus c’est a dire jusqu’à ce qu’il soit obliger de changer de nouveau leur panneaux… bref un ineptie économique mais bon on est pas à ça près…

              1. Ah! Ces amoureux exclusifs et fanatiques déçus qui veulent encore défendre le bien-fondé de leurs amours, malgré leur chagrin quand ils apprennent que leur histoire s’écroule comme un château de cartes!

                Mais il ne s’agit pas d’une femme mais d’une énergie dont, dès le départ on connaissait le caractère dangereux et donc cela a multiplié les coûts à cause des précautions à prendre (et encore, au pays où je suis né, les « cloches » en béton ont été doublées quand les Français ne le faisaient pas!).

                Maintenant, elles ont 30 ans et demandent des frais énormes pour être prolongées, sans compter qu’on a décelé un défaut (probablement présent ailleurs aussi mais restant là, soigneusement caché), les « micro-fissures. Cela vaut-il l’investissement?

                Oui, le démantèlement des centrales coûtera bonbon et les « fonds prévisionnels seront clairement insuffisants, comme la surveillance et le stockage des déchets radio-actifs pendant des siècles, mais nos contemporains, qui ne les payeront pas, s’en fichent, alourdissant l’ardoise laissée aux enfants! La seule variable qui les motivait, c’était cette électricité bon marché, bref LEUR pognon!

                1. Ah les micro-fissures… Y en a aussi dans les avions. Si vous saviez, vous éviteriez…

                  Les russes ont des surgénérateurs qui fonctionnent bien. Les chinois se lancent dans la surgénération refroidie au gaz.

          2. « Et une fois que l’on aura appris à stocker l’électricité issue du solaire (apparemment les recherches sont très prometteuses et ça ne saurait tarder) cela sera libérateur et fonctionnera même la nuit. »

            Lol… Ca fait des dizaines d’années qu’on cherche un moyen de conserver l’energie électrique. On n’y arrive pas. Elles sont ou vos recherches prometteuses? J’attends de voir… Si on peut stocker de l’électricité la face du monde va changer du tout au tout. Les recherches prometteuses en question je pense qu’on en entendrait parler tellement le stockage d’électricité changerait la donne. Si de surcroit on arrive à des appareils de stockage transportables alors c’est la fin des choses suivantes:

            -Lignes électriques
            -Carburant fossile (tout: Puits réduits au pétrole pour le plastic, plus de pompes à essenceplus silos, plus de tankers)
            -Nucléaire
            -Moteur à explosion
            -Charbon
            -Chauffage au fuel
            -Caténaires des TGV limitant leur vitesse (batterie à bord)

            Etc…

            Quand on parle de recherches prometteuses qui changeraient la face du monde en à peine 15 ans, on donne des sources. Sinn moi je peux aussi dire des trucs du genre:

            « Quand on aura mis au point des nano machines à l’échelle moléculaire qui soignent les cancers les maladies orphelines, les maladies auto immunes, font de la chirurgie non invasive, cicatrisent les plaies 2 fois plus vites et réparent les problèmes liés au vieillissement, l’espérance de vie sera rallongée de 450 ans. il y a des recherches très prometteuses et ça ne saurait tarder »

            Oui ok ca ne saurait tarder… Mais c’est pour quand? 5 ans? J’y crois pas. 10ans? Ca ma parrait pas très crédible non plus. 20 ans? Ok peut être… Jamais? Pourquoi pas jamais? il y a aussi des trucs qu’on n’arrive pas à faire… Ou en tout ca pas imaginable à l’échelle de la vie humaine.

            Alors on va faire quoi? Lire toute la science fiction (un genre que j’adore) et établir une stratégie énergétique en fonction de ça? Soyons sérieux deux minutes…

            Je ne demande qu’à vous croire mais quand annonce des recherches de cet order « prometteuses  » et qui ne sauraient tarder, on poste ses sources…

          3. « Et une fois que l’on aura appris à stocker l’électricité »

            Mais on SAIT déjà. ça s’appelle une STEP (Station de Transfert d’Énergie par Pompage ), ça existe déjà et il n’y a pas et il n’y aura jamais rien de mieux : le rendement sur un cycle est d’environ 80%, en terme de construction c’est quasiment que du terrassement pas cher (« dirt cheap » comme disent les anglais et pour cause, ce n’est effectivement que de la poussière compactée), le cout est le même que pour l’hydroélectricité qui est la moins chère de toute.
            Il n’y a absolument aucun progrès à attendre en terme de cout et de facilité de stockage/destockage, connexion réseau incluse, l’idéal existe déjà. Il peut y avoir des progrès sur d’autres facteurs (facilité et vitesse de déploiement, proximité de l’utilisateur, sécurité, affranchissement des contraintes topographiques …) mais ça se payera…

            Alors c’est quoi le problème ?
            Et bien le problème, c’est qu’une installation de stockage, ça coute le MÊME prix qu’une installation de production hydroélectrique de même puissance (et il n’y a pas moins cher), et pour cause, c’est le même équipement … sauf que ça ne produit rien du tout !
            Si vous calculez à la louche (on peut faire le calcul plus précis, le résultat reste quasi le même le même, voyez la Centrale_de_Bath_County sur wikipedia et faites vos calculs), vous avez donc, pour le prix de la meilleure installation de stockage possible (en terme de cout), une demi centrale fossile (peu ou prou deux fois plus chère) sans son carburant, et un quart si on ajoute le carburant sur la durée de vie.
            4 installations de stockage = 1 installation de production fossile de même puissance. En étant généreux.
            Sauf que seule la première produit !
            Sachant qu’au surplus que la meilleur installation solaire ne travaille que 1/4 du temps (2000 à 2200 heures) et qu’il faut 4x plus de puissance pour produire la même énergie qu’une centrale fossile, l’équation devient
            1 fossile = 4 (solaire + stockage) = 4 solaires + 1 fossile
            C’est mort : même gratuit, le solaire est déjà plus cher ; et il n’est pas gratuit ! Le carburant solaire est gratuit, certes, mais le pétrole aussi est gratuit à ce compte (un panneau n’est rien d’autre qu’un « derrick » qui pompe l’énergie gratuite)

            Ajoutons que la station de stockage n’est pas sectaire et travaille pareil pour de l’électricité « fossile » (produite à la demande toute l’année) que pour de l’électricité « solaire » (produisant au mieux l’équivalent d’un quart de l’année) : le stockage rentable existe déjà pour les besoin du système classique.

      2. Mais bien sur … On va se déplacer entre les étoiles à des vitesses gigantesques en captant le rayonnement cosmique sur quelques mètres carrés comme seule source d’énergie.

        Et pourquoi pas à la rame ?

        1. Vous n’avez aucune imagination ni perspective. Et pourtant pour se déplacer dans l’espace c’est très cohérent.
          La théorie de la voile solaire fait partie des plus sérieuses pour aller explorer d’autres systèmes solaires.

          1. Oui mais le concept même de « se déplacer dans l’espace » fait appel à des distances qui rendent la vitesse quasi-nécessairement importante et la durée rapidement considérable.
            Par conséquent, le concept de voile solaire est gentil, mais anecdotique. Un peu comme traverser le Pacifique à la rame ou sur un prao : on peut le faire, mais à petite échelle.
            Pour l’espace, les sources d’énergie utilisables sont bien celles sur lesquelles planchent les scientifiques de la physique fondamentale.
            Rien à voir avec l’énergie solaire.
            Rien à voir non plus avec le nucléaire.

          2. Comme sur mer : en zigzagant et à condition de ne pas être pressé. Et ne vous éloignez pas trop du soleil car c’est le calme plat …

            Rendez-vous dans 1000 ans, même jour, même heure, même pomme …

          3. Le monde n’appartient pas à ceux qui sont forts ou intelligent mais à ceux qui vont vite. Et la vitesse implique une débauche de ressources et d’énergie. Je ne dis pas que c’est bien, mais c’est la réalité de la nature et ceux qui ne le comprennent pas seront toujours les perdants.

          4. La voile solaire ne permet pas d’envisager des voyage trsè lointain, plus on s’éloigne du soleil moins les voiles solaire sont efficace d’où leur nom…

          5. une technologie sérieuse pour aller explorer d’autres systèmes solaires? ou une technologie sérieuse pour permettre à la nasa d’obtenir des fonds…
            non attendez un peu pour le moment ce sont des jouets qui permettent à des ingénieurs de penser et peut être de trouver des trucs utiles..

            1. Le laser…

          6. Pierre Kirool (futur émigré)

            Ha ha ha, déjà qu’on fasse un Paris-Pékin sans escale et en moins de deux semaines et on en reparle.

        2. Et l’ ISS fonctionne avec quelle énergie, pensez-vous?

          1. Du gaz pour corriger l’orbite…

            1. Effectivement parce que propulser un appareil dans l’espace implique encore de nos jours de propulser de la matière. Donc à moins de se servir d’énergie pour créer de la matière (science fiction pure) le seul moyen serait de récupérer les particules dans le vide intersidéral (pas si vide que ça) et de les accélérer pour s’en servir ensuite comme d’un réacteur. En gros quand les panneaux solaires de l’ISS pourront produire autant que Cattenom on en reparlera… Pour l’instant l’ISS reste dépendante des apports d’énergie de la planète pour son orbite, pour sa bouffe (énergie des habitants), pour son air(comburant de l’énergie chimique des habitants), etc… Mauvais exemple que l’ISS…

      3. C’est beau de rêver, bravo es bizounours!
        J’ai tout de même lu une étude qui démontrait que si on couvrait TOUS les toits de Paris de panneaux solaires, cela ne fournirait que 2% des besoins électriques de la ville.
        Pour le stockage, même plus la peine de s’en inquiéter.
        Mais bien sûr, on peut envisager de couvrir toute la France de panneaux solaires pour alimenter Paris…

        Pour rappel aux rêveurs soi-disant écolo, les allemands sont en train de s’affoler sur le prix de leur fameuse transition écologique complètement plantée. sans parler de leurs centrales au charbon qui polluent toute l’Europe.

        1. Non, à Paris où les logements sont dans des immeubles élevés mais sur une surface au sol relativement réduite, il faut capter l’énergie solaire là où c’est rentable.

          Mais aussi profiter de l’éolien qui dans des endroits comme la Défense, concentrent des courants d’air permanents avec des turbines sur les toits: à multiplier dans tous les endroits qui concentrent des déplacements d’air importants.

          De plus, on sait qu’à Paris, la température est plus élevée que dans la périphérie: ce gradient thermique pourrait évidemment être utilisée, de même que les eaux usées, plus chaudes que les eaux de la Seine: les pompes à chaleur, ça existe.

          Les énergies alternatives renouvelables, c’est une association de moyens différents à adapter intelligemment aux sources potentielles locales, évidemment.

      4. La seule énergie libérale c’est celle que les gens achète librement et sans contraire et n’est subventionné par aucun état ou collectivité. En fait on ne sais même pas en France ce que c’est qu’une énergie libérale dans tout les cas l’intervention de l’état est omniprésente.

      5. « pour une énergie potentiellement dangereuse alors… »

        tout est potentiellement dangereux

        3000 morts par an sur les routes françaises. ça fait combien en 10 ans, en 20 ans, etc. ? Combien depuis l’invention de l’automobile ?

        utilisez vous encore une voiture ?

        1. Je me souviens bien du temps où « le lobby pro-nucléaire sur Contrepoints », bien connu, toujours les mêmes pseudos, répétait avec les patrons de la centrale de Fukushima que l’accident n’avait fait que 3 morts accidentelles: on sait maintenant que le nombre de morts en quelques jours fut de 18 500.

          Maintenant, la radio-activité dispersée en mer va faire des dégâts pendant encore des années; il en va de même sur terre où la zone détoxiquée reste faible.

          Or les centrales françaises obéissent toujours à des normes vétustes, sur certains critères, donc plus dangereuses que les normes semblent le dire.

          Maintenant, il y a aussi la politique internationale, avec la volonté de l’Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg de fermer Fessenheim et Catenom, pour commencer.

          1. « on sait maintenant que le nombre de morts en quelques jours fut de 18 500 »

            C’est pas beau de mentir.

          2. Sans parler des attaques de reptiles mutants géants et des pluies de grenouilles, j’ai vu ça dans un documentaire avec mon fils au cinéma, l’autre soir.

          3. Mikilux comme je suis envieuse de votre naivete et de vos reves planants, de vos illusions et de votre meconnaissance generale sur le sujet des energies que vous croyez propres et gratuites !
            Et pour les 18.500 morts de Fukushima, a part vous il est connu que le tsunami a tue ce monde , pas la
            centrale nucleaire qu’il a detruite…Renseignez vous donc.

  2. Il faut préciser que si EDF à l’image de RWE, E.ON et autres énergéticiens conventionnels européens en est là c’est parce que la transition énergétique s’est faite dans la plus grande pagaille en Europe, les allemands brûlant lignite et charbon à outrance, s’autorisant à cela en installant des GW photovoltaïques et éoliens, contribuant ainsi à la surproduction électrique …
    La surproduction induite de ces installations EnR a inondé le marché de gros de l’électricité, faisant baisser les cours, ce phénomène ayant été accentué du fait de la baisse de consommation ( crise économique ).
    Hier cette surproduction a conduit à la fermeture des centrales gaz devenues non rentables, idem pour les centrales hydro-électriques et aujourd’hui elle menace la rentabilité des centrales nucléaires pourtant amorties…

    Cette baisse des cours de gros ne profite pas aux ménages et PME puisque ces derniers contribuent à la CSPE d’autant plus que les cours de gros sont bas et que les énergies renouvelables se développent ajoutant de la surcapacité à des surproductions.

    Non seulement il va falloir mettre la main au porte-monnaie pour compenser le manque à gagner d’EDF mais en plus il va nous falloir constater, impuissants, la hausse à venir de la fameuse CSPE et des prix à la pompe également car il nous faut trouver les moyens de maintenir les installations d’EDF ( barrages et centrales ) et de déveloper les EnR en fonction de la volonté européenne de politique énergétique.

    Ainsi nos factures énergétiques sont-elles composées à 50% et plus par des taxes, que ce soient sur les carburants, gaz ou électricité, des factures de plus en plus lourdes pour les huit millions de français qui connaissent des fins de mois difficiles ( il semblerait que nos voisins aient aussi les mêmes soucis ).

    1. Qui vous empêche d’acheter, maintenant, une voiture électrique, histoire de gagner sur les 2 tableaux? Mais je vous signale que, déjà, je paie moins pour mes m3 d’eau que pour le circuit de distribution et la station d’épuration!

      C’est la France qui a accueilli la COP21! Non?

      Difficile de gagner sur les 2 tableaux!

  3. Rien ne prouve que le privé ferait mieux et les privatisations dans des domaines où la sûreté et la sécurité sont essentiels ont montré clairement leurs limites. Profit et sécurité ne font pas bon ménage. La solution réside, comme pour le reste de l’économie française, dans la mise en place de structures compétentes dans l’appareil d’État avec des hommes politiques qui servent les intérêts de l’état, l’intérêt général, et non leurs intérêts personnels ou ceux de corporatismes.

    1. La palme du n’importe quoi du jour. Profits et sécurité font très bon ménage.

      1. Non, il est clair que l’approvisionnement national en énergie doit être ORGANISÉ par le pouvoir régalien, avec un pouvoir spécial pour rendre sûr et certain cette fourniture énergétique qui peut devenir, du jour au lendemain, vitale pour l’indépendance du pays.

        1. Il y a des pays développés où l’électricité ne manque pas, et où le secteur est privé. Votre socialisme énergétique manque de preuve quant à sa nécessité et il existe des contre exemples. Donc franchement je vois pas d’où vous tenez ça…

          1. Mmmmh, existe-t-il des pays où le secteur énergétique, même privé, n’est pas fortement lié à l’Etat ?
            A part le secteur militaire, ce qui se conçoit mieux, il n’y a pas pire en matière d’influences croisées avec le monde politico-administratif que celui de l’énergie. Régulation, taxation, subvention, pots-de-vin, lobbying… c’est tout ce qu’on veut sauf « libre et non faussé ».

            Quelle producteur d’énergie majeur dans son pays peut se dire indépendant de son gouvernement (ou d’un pays extérieur bien sûr) ?

        2. Non, il est clair que l’approvisionnement national en énergie doit être ORGANISÉ par le pouvoir régalien, avec un pouvoir spécial pour rendre sûr et certain cette fourniture énergétique qui peut devenir, du jour au lendemain, vitale pour l’indépendance du pays.

          Pour quelle raison l’état devrait-il s’en mêler ❓ Comme pour le nucléaire ❓

    2. Oui oui l’ukraine à bien prouvée que l’état était meilleur que le privé, LOL!!

  4. l’état , c’est nous ; évidement que nous allons payer ; c’est pas cher , c’est « l ‘état qui paie  » , comme dirait l’autre andouille…..

  5. « nous n’avons jamais payé le véritable coût de l’énergie nucléaire qui est, comme on vous l’a dit et répété, l’énergie la moins chère… Jusqu’au jour où il faut réparer, démanteler ou construire de nouvelles centrales
     »

    Ah enfin quelqu’un qui ici nous ramène à la réalité: Non cette énergie n’est pas la moins chère, en prenant en compte les subventions massives, la réparation, la construction et le démantèlement elle est très certainement la plus coûteuse, bien au-delà de ce que coûte les énergies renouvelables, surtout le solaire.

    Je sais pas pourquoi les libéraux ou supposés libéraux dont obsédés avec cette énergie et crachent à ce point sur les renouvelables, ça m’a l’air pathologique…

    1. Le débat sur l’énergie est très passionnel et fonctionne souvent à fronts renversés.

      Les collectivistes de gauche voudraient une production d’énergie autonome et individuelle (le photovoltaïque est leur graal).
      Tandis que les libéraux de ce forum veulent une énergie hyper-centralisée, nécessitant un état fort pour la gérer (sécurité, gestion sur plusieurs siècles…).

      C’est bizarre.

      1. Votre remarque est très juste, ça n’a aucun sens et je pense que les libéraux doivent rapidement reprendre leurs esprits et enfin soutenir le solaire.

        Ça commence à se voir: Dans certains lieux comme l’Arizona des groupes Tea Party se sont mis à soutenir l’énergie solaire comme outil d’indépendance envers l’État et grosses entreprises.

        Le solaire est tellement libéral, a tellement de potentiel..elle est l’énergie libérale ultime et sa très forte croissance mondiale est une excellente nouvelle.

        Le nucléaire est une vieille lubie d’étatiste qui aura coûté une véritable fortune aux contribuables.

        Autant c’était du génie dans les années 50 mais avec les énergies qui se développent maintenant ce n’est plus du toi le cas. Entrez dans le 21ème siècle les gens !

        1. Solaire en Europe du Nord ! 1600 hs de soleil par an contre 3300 à Las Vegas par exemple. Moins de 8 heures de jour en hiver, soit 60 hs de soleil en janvier.
          Les libéraux sont contre le solaire et l’éolien car en Europe ils sont subventionnés de 3 à 10 fois le prix du marché, plus les innombrables déductions fiscales et dérogations au droit.
          Pour le nucléaire, ne lisez pas les chiffres ridicules des officines idéologiques d’extrême gauche.

          1. DS,

            Yes Solaire et éolien sont subventionnés avec l’accord enthousiaste des clients d’EDF selon un facteur allant respectivement de 3 à 10 par rapport au KW classique …et en plus , cerise sur la gâteau , cette production de KWH éolo photovoltaîque ne sert à rien et est produite inutilement car se situant tjrs au dessus du minimum de production du nucléaire et hydraulien nécéssaire au fonctionnement du pays …

          2. Et qui subventionnera le démantèlement et la surveillance des centrales nucléaires en fin de vie ? Êtes-vous d’accord qu’une fois la centrale ne produisant plus, il y aura un coût indispensable non négligeable pour réduire sa nuisance ?
            Ce sont des futurs contribuables qui devront payer pour s’en protéger sans en avoir les avantages (les kWh). Et ce pendant plusieurs décennies.
            C’est une sorte de dette non répudiable léguée aux enfants. Ce n’est pas honnête.

            Au moins une éolienne laissée à l’abandon, n’est dangereuse que pendant 30 secondes, lors de sa chute. Après elle rouille dans son champ et sert de poulailler.

            Le nucléaire a aussi un subventionnement indirect : son coût de sécurité externe est énorme. Il nécessite des moyens militaires de protection qui ne lui sont pas facturéés. On n’a jamais vu Daesh menacer des panneaux solaires.

            Le nucléaire exige un Etat fort et durable. Même privatisé, il induit une connivence maximum entre mastodontes économiques : les grosses entreprises et l’Etat. Le particulier n’a aucune latitude de choix.

            Le seul intérêt d’une énergie super concentrée, c’est pour les applications industrielles. Le diffus devrait s’en passer autant que possible.

            Une énergie hyper-centralisée c’est aussi un moyen de pression sur les consommateurs captifs. Aujourd’hui, EDF vous tient par les c… S’il vous convoque pour demain matin avec une plume dans le cul, vous n’avez pas d’autre choix que demander quelle couleur il veut la plume et vous pointer de 9h à 16h le popotin à l’air pour obtenir un rebranchement.
            Avec une production autonome d’énergie (au moins 20% de votre conso), vous l’envoyez se faire voir.

            Un vrai libéral s’extrait au maximum des services obligatoirement fournis par l’Etat. Dépêchez-vous donc d’installer un panneau sur votre toit pour vous auto-garantir le minimum vital quoiqu’il arrive.

            1. PhiliuppeMurrayRothbard

              « Le nucléaire exige un Etat fort et durable.  »

              Assertion totalement gratuite. Le nucléaire peut parfaitement faire objet de décentralisation :

              http://large.stanford.edu/courses/2014/ph241/tikkavarapu1/

            2. @youkaidi, vous êtes-vous déjà demandé combien coûtait le démantèlement d’une éolienne? Pour votre information, j’ai sous les yeux un devis pour le démantèlement d’une éolienne de 3 MW, il se monte à 900 000 euros ! Et l’extraction du socle en béton n’est semble-t-il même pas prévue.
              Pour produire le même quantité d’électricité ( mais dans ce cas de l’électricité intermittente) qu’un réacteur nucléaire de 1 GW, il faut 4 GW d’éoliennes, soit environ 1300 éoliennes de 3 MW. La facture pour le démantèlement de ces 1300 éoliennes se monterait donc sur ces bases à environ 1,2 milliard. Or les estimations pour un réacteur nucléaire de 1 GW se situent entre 500 millions et 1 milliard d’euros. Et les éoliennes ont une durée de vie de 20 ans, contre sans doute 60 pour les réacteurs nucléaires.
              Quant à penser que le produits du démantèlement d’une éolienne ont moins dangereux que ceux du démantèlement d’un réacteur nucléaire, je demande à voir sur la base d’un inventaire précis.

          3. Le solaire n’est plus subsidié dans mon pays.

            Par contre, contrairement à votre calcul, les panneeaux solaires sont plus efficaces là où de la pluie évite l’accumulation de poussières comme dans le Midi.

            Et les panneaux actuels n’ont plus besoin de lumière solaire directe, les ondes lumineuses sont utilisables: de même que tous les articles utilisés à l’intérieur (lampes de bureau, téléphone portable etc …).

            Le prochain pas sera, non pas une couche de solaire sur la toiture, mais la toiture elle-même dont la face cachée pourra chauffer les combles. Les progrès dans ces domaines n’ont rien d’achevés, contrairement à ces centrales nucléaires dont on a eu le temps de faire le tour! Pour les éoliennes, on est encore en train de chercher la meilleure taille (production / coûts et freins techniques). Mais, évidemment, les pro-nucléaires traditionnels n’ont pas peur de comparer une technologie relativement neuve à des choses qui existent depuis plus de 30 ans … et paraissent maintenant dépassées, l’E.P.R. ayant prouvé qu’elle n’est pas la solution de demain ni d’après-demain, au prix prévu explosé: bref l’aventure en terre inconnue!)

        2. Le problème d’Edf est l’intervention de l’Etat: obligation de prix d’achat des énergies renouvelables , dividendes comme l’explique cet article, investissements risqués, et pour finir limitation du prix de l’électricité pour des raisons politiciennes. Il n’en reste pas moins que, même si Edf avait pu fixer librement le prix de l’énergie, le nucléaire reste une option intéressante à bien des égards.
          Pour l’avenir, le problème reste l’intervention de l’Etat qui préfère des projets pharaoniques comme Iter, alors que d’autres options seraient plus prometteuses.

          1. La réussite des grandes entreprises masque le fait qu’un nombre énorme d’autres entreprises ont disparu parce qu’elle ont fait les mauvais choix techniques, marketing, de gestion, d’investissement, etc …

            Quand bien même EDF ferait les bons choix techniques, il faut être un collectiviste indécrottable pour croire qu’EDF a un avenir sur le long terme.

            1. EDF n’a jamais réussi quoi que ce soit tout (comme la SNCF ou la poste et la sécu et consoeur), ces « structures » ne sont que des mécaniques étatiques disposant de ressources illimités (nos poches) pour atteindre des but fixés de manière autoritaire. C’est un peut comme si vous décidiez que vous lever le matin ou avaler un verre d’eau était une réussite. « A vaincre sans périls on triomphe sans gloire »

            2. Et Tant que l’état Français disposera de moyens tant financiers que moraux (la soumission des Français de sont dictat) EDF et toutes les institutions équivalentes continueront à broyer la richesse des individus en pur perte.

              1. Oui E.D.F., compagnie française, est tricheuse comme les autres.

                Qu’elle soit associée au fournisseur historique du pays où je suis né, m’inquiète pour ceux que je connais encore dans ce pays.

                Il n’y a pas de BONNE association avec une entreprise française: dans le même pays, la banque B.N.P. a « rapatrié » un dividende « exceptionnel » de 2,5 milliards sur le siège, à Paris, laissant ainsi exsangue sa filiale locale en y spoliant son bénéfice, quitte, en cas d’emmerdes de cette banque, de se tourner vers le gouvernement local:

                Des crapules! Comme d’hab’!

        3. « certains lieux comme l’Arizona des groupes Tea Party se sont mis à soutenir l’énergie solaire »

          vous avez quand même remarqué que l’ouest et le sud américain sont bien plus ensoleillés que l’Europe du nord !

      2. les libéraux voudraient surtout que l’état ne mette pas sont vilain nez dans une affaire qui ne concerne que les producteurs et les consommateurs d’énergies. Les libéraux se moque pas mal de savoir que l’électricité soit produite pas 3 mégas centrales alimentant toute l’Europe ou par des hamsters faisant tournés des roues dans chaque maison du moment que tout ce fait sans contraintes abusives.

    2. Forcer une entreprise, fut-elle étatisée, à acheter une marchandise, ou est le libéralisme ❓

  6. EDF est de fait en faillite … il n’y a plus que Michel Gay pour prétendre le contraire. Une fois ce constat posé, il est crucial de comprendre pourquoi pour essayer de mitiger le plus possible
    Petite précision je suis pronucléaire à condition qu’on ne l’exploite pas en dehors de son domaine de rentabilité à savoir la fourniture de 40-60% des besoins
    Pourquoi : Comme tout monopole, la production électrique nucléaire a généré une rente qui a été confisquée par l’Etat (plus de 25 bn€ de dividendes +IS depuis l’ouverture du capital) et par le personnel (sureffectif, surcapacité nucléaire, investissements stupides).
    Que faire : reconnaitre la surcapacité et donc n’engager que les invesitssements de maintenance pour les besoins du pays soit grosso modo une réduction de la facture de 50%, sortir le démantèlement des opérateurs (EDF AREVA CEA) qui n’ont de fait aucun intérêt à reconnaitre le surcout et/ou à procéder de façon efficiente ; réduire la dépendance au chauffage électrique ; développer l’autoproduction
    Comme tout empire, l’agonie est lente mais la mort est toujours instantanée. EDF de par son poids (et des moyens de pression que les syndicats d’EDF utilisent périodiquement) a réussi à bloquer toute évolution intelligente du système électrique français et donc à survivre mais cette entreprise (dont les responsables rappelent que c’est l’entreprise favorite des français …. les merveilles syntaxiques des sondages) disparaitra inéluctablement …. et ne pourra s’en prendre qu’à elle même
    en attendant c’est le consommateur d’électricité et le contribuable qui vont payer pour des erreurs commises par EDF et par l’Etat …… comme d’habitude

    1. @ CSPE, il y a sans doute eu des abus chez EDF, mais le principal problème me semble-t-il est la concurrence des ENR sur des bases économiquement malsaines. Il arrive à EDF ce qui est arrivé à E.on et RWE en Allemagne, et maintenant aussi à Engie en France, ce qui montre que les compagnies privées, supposées bonnes gestionnaires, sont également touchées. On met en concurrence sur le marché de gros des ENR qui ont priorité sur le réseau et qui sont prépayées par le consommateur avec des »conventionnels » qui ne le sont pas. Si sur un marché on mettait en concurrence un producteur de légumes pouvant se permettre de vendre à prix insignifiant parce qu’il est subventionné par la commune et un autre qui n’est pas subventionné, ce serait pourtant immédiatement la révolution !
      Le résultat est que les compagnies privées se débarrassent du secteur non subventionné pour investir dans le secteur subventionné où elles bénéficient de prix garantis avec des contrats de longue durée, et que l’Etat va devoir prendre en charge le conventionnel qui reste malgré tout nécessaire pour compenser l’intermittence. Une charge supplémentaire va donc être mise sur le dos du consommateur, via le financement d’un marché de capacités ou de primes à la production. Comme le disent les méchantes langues, on va ainsi réaliser le rêve du capitaliste, privatiser les profits et socialiser les pertes.
      Ce qui est étrange, c’est que les économistes interwievés à la télé sont semble-t-il frappés de cécité, car ils chargent EDF mais semblent ignorer le système que je décris. Cela montre selon moi que le mal, d’origine essentiellement politique, est très profond. Et comme le disait Madame Merkel , il y a déjà 10 ans, il y a déjà tellement de gens ayant des intérêts dans ce système qu’il va devenir impossible de revenir en arrière. On voit mal en effet RWE, E.on et Engie, une fois qu’ils auront fait leur conversion, ne pas être de chauds partisans du système, n’en déplaisent aux » libéraux ». EDF a déjà deux fers au feu: un secteur subventionné par l’Etat, le nucléaire et un secteur subventionné par le consommateur, EDF Energies Nouvelles. Voilà où mène le déni des lois de la physique par les politiques.

  7. 100% des domaines que l’état gère sont défaillants ou/et en faillite et quand, comme prévu, EDF se plante le problème est curieusement du à la technologie mise en œuvre pour certains.

    Comme si la grande famine engendré par le communisme russe était de la faute des grains de blés et comme si la cours des comptes n’avait pas émis des rapports assassin sur EDF:
    https://www.google.fr/search?q=EDF+cours+des+comptes

    Quand au solaire, « sans danger, gratuit et illimité » que certains mettent en avant, il y a encore mieux dans le domaine: l’énergie libre sur youtube, tout aussi miraculeux et qui marche aussi bien:

    1. Pitié… Pas de trucs aussi faux que l’énergie libre… Déjà que le terme est débile (l’énergie libre est un concept physique : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_libre)
      Mais en plus c’est juste faux. Ce genre de vidéo sont soit des trucages, soit des montages présentés incomplets, soit des montages où l’auteur ne laisse pas la vidéo tourner assez longtemps pour montrer que ça ne marche pas si éternellement que ça ^^.
      (pour la vidéo postée : https://www.youtube.com/watch?v=th5EL-KJ2Lw )

      Bref, c’est stupide. ça rentre en contradiction avec des principes malheureusement très éprouvés. (les 3 principes de la thermodynamique par exemples…)

      1. Froidemort: « Bref, c’est stupide. »

        Évidemment, comme le solaire sans stockage valable mais il y a toujours des gens peu informés prêt à croire les vendeurs de miracles.

        1. Désolé, quand je vois ce genre de truc ça me rend dingue ^^. Je me sens obligé de rappeler clairement que c’est du moquage de visage.

          Le solaire, ce sera intéressant quand on resserrera les mailles des smart grid, et qu’on couplera comme vous dîtes à de bonnes batteries. Sinon, pour le moment, c’est une énergie à améliorer, certainement pas une énergie de roulement.
          De plus, le solaire doit densifier son rendement énergétique, donc en travaillant sur le rendement pur (et les facteur d’utilisation, de disponibilité et tout et tout) ET sur la surface/volume occupé.

          1. Sachant que le rendement moyen du meilleur convertisseur d’énergie solaire connu à ce jour, à savoir une feuille d’arbre, tourne autour des 20%, et ce après des millions d’années d’adaptation et de sélection naturelle, j’ai peu d’espoir que nous parvenions à un résultat ne serait-ce qu’approchant par ingénierie classique avant plusieurs centaines d’années.

          2. Froidemort: « Désolé, quand je vois ce genre de truc ça me rend dingue ^^ »

            Pareil, c’était pour me moquer des croyants… 😉
            Le type a désactivé les commentaires parce qu’ils s’y faisait assassiner, a part quelques gosses et quelques allumés facilement discréditables personne n’y croit.

            Froidemort: « et qu’on couplera comme vous dîtes à de bonnes batteries. »

            Là aussi on se heurte à la thermodynamique avec entre autre des problèmes de densité énergétique, on ne pourra jamais stocker les quantités d’énergie nécessaire avec les rendements voulus dans un système classique électrochimique.

            Les pistes sont nombreuses pour l’avenir et plutôt que de ramasser très difficilement des trucs impossible à stocker comme le vent et le solaire le nucléaire est encore une des source les plus propre et les plus facilement maitrisable, voir les réacteurs à sel fondu:
            https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_%C3%A0_sels_fondus#Le_concept_de_r.C3.A9acteur_le_plus_s.C3.BBr

  8. on a surtout une masse salariale incontrôlée chez EDF : avec une vrai comptabilité d’entreprise, rien que les provisions pour retraite aurait fait apparaître la faillite prévisible, il y a quelques décennies.

  9. La centrale solaire d’Ivanpah n’est toujours pas exploitable.
    Plus de 2 milliards $ d’installation qu’il vaudra mieux démonter pour limiter les pertes…

    http://www.marketwatch.com/story/could-californias-massive-ivanpah-solar-power-plant-be-forced-to-go-dark-2016-03-16

  10. Bien-sûr qu’on va payer et on payera encore longtemps. Quel serait le poids de l’état si demain nous avions tous notre indépendance énergétique ? En entretenant la dépendance l’état nous tient par les coucougnettes il n’est pas prêts de nous les lâcher.

  11. La privatiser, non. C’est un réseau en monopole, ce n’est pas fait pour être privé.

    Par contre, empêcher le renouvellement des mandats de ceux qui gèrent et y élire des gestionnaires qui écopent directement des responsabilités en cas de problème, ça oui.

    Privatiser n’est pas la solution, on ne résout pas un problème par un autre problème.
    C’est le système de gestion qu’il faut modifier.

  12. Le problème principal d’eDF c’est les choix désastreux de l’état. Hier la nomination de madame Lauvergeon, le chant des sirènes de l’alliance défunte AREVA/SIEMENS, aujourd’hui la fuite en avant financière avec l’EPR, des investissements très très hasardeux en GB…
    Sans compter des obligations faites à cette entreprise qui sapent ses résultats financiers (reprise forcée des chantiers EPR, fermeture de fessenheim,…)
    Bref, là où les politiques passent, les résultats trépassent…

  13. Le problème principal d’eDF c’est les choix désastreux de l’état. Hier la nomination de madame Lauvergeon, le chant des sirènes de l’alliance défunte AREVA/SIEMENS, aujourd’hui la fuite en avant financière avec l’EPR ainsi que des investissements très très hasardeux en GB…
    Sans compter des obligations faites à cette entreprise qui sapent ses résultats financiers (reprise forcée des chantiers EPR, fermeture de fessenheim,…)
    Bref, là où les politiques passent, les résultats trépassent…

    1. bah on veut de l’électricité et l’etat peur nous forcer à l’acheter à edf…alors….le problème pour quoi? pour edf? ses actionnaires?

Les commentaires sont fermés.