Essonne : terre de rugby et de catastrophes financières

Publié Par h16, le dans Édito

Le billet du jour nous emmène au pays de l’Ovalie, c’est-à-dire non pas le Midi ou le grand Sud-Ouest français comme le ment effrontément Wikipédia, mais ce charmant département de l’Essonne, reconnu de tous comme une terre de rugby.

Mais si, c’est évident.

C’est même Yann Follut qui le dit, le célèbre président du club des supporters du cultissime Racing Club Massy Essonne, connu de toute la planète ovale depuis les All Blacks jusqu’aux Springboks, pour son franc parler et ses deux pieds toujours fermement posés sur le gazon de la victoire sinon rugbistique, au moins intellectuelle : dans un récent article du Parisien, notre thuriféraire du rugby bétonné explique en effet que, je cite,

« L’Essonne est une terre de rugby. Le Grand Stade y a toute sa place ! »

L’homme réagissait en effet à la publication du rapport de la Cour des comptes sur l’éventuelle construction d’un magnifique stade dédié à ce noble sport, un projet de Grand Stade voulu par la Fédération française de rugby afin d’avoir une enceinte décente d’ici 2021 à Ris-Orangis.

Et il y avait de quoi réagir. Pensez donc ! Loin d’avaliser chaudement le projet pourtant nécessaire d’un grand et beau stade de rugby dans le département de l’Essonne, la Cour des Comptes fait preuve d’un scepticisme vraiment typique de son petit esprit de comptables trop près de leurs sous : elle se montre carrément pessimiste de l’impact pour l’État d’une telle infrastructure de 82.000 places, et son président, Didier Migaud, invite insolemment à — je cite l’impétrant —

« rechercher (…) des alternatives au projet, et déterminer une position de l’État qui permette d’éviter les charges budgétaires supplémentaires.»

Oh, non mais alors franchement bon enfin non mais oh des fois sapristi ! Tout ceci est fort agaçant ! Puisqu’on vous dit que ce n’est pas cher, c’est l’État qui ne paye pas (tout), c’est aussi le département et la Fédération Française de Rugby (FFR), enfin voyons !

Certes, l’État et la collectivité locale correspondante se mouillent un peu puisque ce sont eux qui apporteront leur garantie à la construction de ce Grand Stade dont les coûts s’allongent langoureusement au bord d’une piscine de 600 millions d’euros, dont 400 millions sur un emprunt. Une paille.

rugby

En outre, la Cour des comptes, vraiment pas sport, n’hésite pas à tacler le projet en notant que ce nouveau Grand Stade viendrait concurrencer le Stade de France à Saint-Denis, dont l’État est à la fois le propriétaire et le concédant : les matchs de rugby qui y ont lieu actuellement seraient alors déportés dans la nouvelle infrastructure, provoquant une charge supplémentaire annuelle minimale de l’ordre de 23 millions d’euros pour l’État, c’est-à-dire le contribuable. En effet, l’État, toujours aussi malin quand il fait des affaires, s’est engagé formellement auprès du consortium du Stade de France à garantir l’organisation de 4 ou 5 matchs de rugby, avec indemnité à la clé si ce n’est pas le cas.

Dans ce contexte, demander à l’État de se porter caution pour un prêt pharaonique sur un équipement qui vient en surplus d’une infrastructure déjà existante, dans laquelle l’État a déjà des billes et qui va donc la concurrencer, en faisant faire des pertes à l’État, c’est vraiment bien joué. On s’étonnerait presque, devant un si beau billard multi-bande où l’État est systématiquement perdant, que la Cour des comptes ait eu la présence d’esprit d’y mettre le holà.

Rassurez-vous : ce n’est que la Cour des comptes, ce chien qui aboie timidement quand les caravanes de dépenses consternantes passent et repassent. Personne n’en tiendra donc compte.

gifa cat-train-like-I-give-a-fuck

Peut-être en sera-t-il autrement pour Bernard Laporte, actuel candidat à la présidence de la FFR, et farouchement opposé au projet ? Que nenni et même pas mal : pour Francis Chouat, le maire PS d’Évry, remplaçant de Manuel Valls actuellement occupé par son spectacle au théâtre de Matignon, il ne s’agit dans les vocalises de Laporte que d’

« une campagne électorale avec ses polémiques internes. Il y a souvent une différence entre la puissance des cordes vocales et la réalité d’une élection. Il se sert juste du Grand Stade pour attaquer la gestion financière de la FFR qu’il n’estime pas bonne. Je suis même sûr qu’il n’a rien contre dans le fond »

Mais surtout, Chouat apporte une intéressante précision : à chaque match au Stade de France, la FFR doit payer 1,1 M€. Ces frais déduits, les rencontres rapportent 10 millions d’euros à l’année. Avec un Grand Stade dédié et une fois l’emprunt remboursé (loin, loin en 2040), la FFR espère toucher 70 millions d’euros.

On comprend mieux la motivation des uns et des autres à pousser au projet : si tout se passe bien, si tous les emprunts sont bien remboursés comme il faut d’ici à plus de 20 ans, alors le futur sera plein d’avenir et de millions joufflus. Dans l’immédiat, des sociétés de BTP, des apporteurs d’affaires, des contractants et des intermédiaires auront su tirer leur épingle du jeu d’une belle infrastructure dont le montant, avant réalisation, est, je le redis, supérieur à 600 millions d’euros.

On peut donc d’ores et déjà dire que ce maâagnifique projet se fera, l’argent poussant sur les arbres et les Essonniens n’étant mis à contribution que de façon furtive (mais sensible, hein) sur plusieurs années.

Certes, le département est tout de même en légère délicatesse et les coups de tonnerre budgétaires se font plus nombreux ces derniers temps. Surprise, le département se trimbalerait une dette d’un milliard d’euros. Surprise, il se coltine aussi sa petite brouettée d’emprunts toxiques, cerise sur un gâteau déjà bien chargé, maintenant typique de ce qu’on trouve en France en terme de gestion de collectivités territoriales. Surprise, un récent audit a révélé en septembre 2015 une dette non recensée dans les comptes de 108 millions d’euros d’impayés, que le département a été obligé de rééchelonner en début d’année. Devant ces petits déboires financiers, le président du conseil départemental se voit quelque peu contraint d’augmenter les impôts fonciers… de 29%. Zut.

Tout ceci est vraiment irritant ! Alors qu’on avait, finalement, une excellente raison de claquer plus d’un demi-milliard d’euros dans une structure redondante, qui va coûter une blinde au contribuable, voilà qu’on va devoir y renoncer parce que cela se passe dans un département bêtement mis sur la paille par une équipe de politiciens approximatifs qui, au lieu de faire construire des trucs et des bidules visibles pour s’enrichir discrètement, n’a rien trouvé de mieux à faire que signer des emprunts toxiques pour faire comme les petits copains.

Et pire que tout : avec ces articles dans la presse, avec ces couinements de la Cour des comptes, il va être nettement plus compliqué de faire construire ce stade discrètement ! À force, les gens vont finir par s’apercevoir qu’on pique leur argent pour des choses dont ils n’ont ni envie, ni besoin.

Zut et zut.

gifa cat weird
—-
Sur le web

  1. C’est terrible, cette manie de la magouille discrète chez nos élus, ils nous traitent vraiment comme des veaux.

    Et tout ça avec des coups de menton mussoliniens, des appels à la République, à la solidarité, à la justice sociale, à la répartition, etc… reprenez la catéchisme de Cambadélis.

    Mais à la sortie, il n’y a qu’eux qui s’enrichissent alors que les français s’apauvrissent. Vous ne trouvez pas ça bizarre?

  2. J’espère que si ce stade est construit, il ne lui sera pas donné le nom d’un fossoyeur de l’Essonne comme Manuel Valls par exemple

  3. D’un autre coté si le devis est de 600 millions il y a 100% de chance que l’ardoise finale soit beaucoup plus élevé et dépasse allègrement le milliard mais bon ça n’est qu’un petit détail…

  4. ce lolcat final est … impayable

  5. « Rassurez-vous : ce n’est que la Cour des comptes, ce chien qui aboie timidement quand les caravanes de dépenses consternantes passent et repassent. Personne n’en tiendra donc compte. »

    Tout ce que la Cour des comptes peut faire pour réduire les déficits publics est de préconiser sa dissolution.

    1. Je disconviens respectueusement.
      Vu que peu de journalistes font leur boulot c’est le seul organe qui fait des analyses correctes et s’intéresse vraiment à l’efficience des dépenses. Vous devriez lire leurs rapports, ils sont en ligne sur leur site.
      C’est eux qui ont parlé en premier et depuis quelques années du problème du coût des intermittents du spectacle par exemple.

      1. Je suis d’accord avec vous, et leur analyses sont souvent très pertinentes, bien loin de toutes les foutaises des gouvernements. Et pour être encore plus simple, le seul programme économique crédible qui tiendrait la route pour n’importe quel candidat à la présidence devrait être le suivant: suivre les recommandations de la cour des comptes. Du moins pour commencer à réellement faire des économies.

      2. Bonne réponse à ce quidam

      3. Je plaisantais bien sûr 🙂

  6. Face de Rat Tisseur

    Bah, c’est gratuit c’est l’état qui paye… Ou la FFR augmentera le prix des licences… Les riches paieront…

    Et ils pourront organiser les jeux du cirque dans le nouveau stade…

  7. L’exemple du Stade des Alpes à Grenoble devrait servir d’exemple : la ville, incapable de le rentabiliser, la donner en gérance à une entreprise privée. Qui c’est vite rendue compte que le chiffrage du coût d’entretien fait par la ville était bien en deçà de la réalité et que le chiffre d’affaire avait été largement gonflé…
    Donc le Stade des Alpes est perpétuellement en faillite… et la ville obligée par le tribunal administratif de mettre la main à la poche !!!
    Vive le socialisme triomphant… avec l’argent des autres !!!

Les commentaires sont fermés.