[Replay]Chômage : le pari déjà gagné de Hollande

Publié Par h16, le dans Politique

Par H16.

Urgence. C’est le maître-mot de cette pitoyable fin de quinquennat hollandesque. Après un « état d’urgence » de plus en plus discutable, voilà maintenant le « plan d’urgence » contre le chômage. Il fallait au moins ça pour sauver ce qu’il restait à sauver de l’emploi en France… et de la candidature de Hollande en 2017.

C’est donc en grandes pompes et dans ses petits souliers que le président français a dévoilé ce lundi son nouveau plan d’urgence inédit tout neuf pour l’emploi, à l’occasion des vœux aux « forces vives » de la Nation. C’est un grand changement depuis les années passées. Rappelez-vous, en 2013, François nous avait infligé son « pacte de compétitivité » (dont personne ne se souvient et dont les effets sont restés invisibles) en plaçant l’emploi comme priorité. En 2014, il nous vendait le « pacte de responsabilité » avec l’emploi en ligne de mire. Et en 2015, il avait surpris tout le monde en réclamant une mobilisation nationale pour l’emploi via l’apprentissage. Le plan d’urgence pour l’emploi de 2016 apparaît donc comme un vrai changement, dans la droite ligne de ce qui fut fait jusqu’à présent avec le brio qu’on a pu constater.

Que trouve-t-on dans ce nouveau plan d’urgence tout neuf inédit qui change tout ? Va-t-on assouplir le marché du travail, le plus rigide d’Europe et qui vaut à la France d’être le seul pays de l’Union à voir son chômage augmenter actuellement ? Eh bien que nenni, ce n’est pas à l’ordre du jour. Bon. Soit.

Mais alors, va-t-on remettre en cause le paritarisme, trop souvent synonyme de parasitisme, qui régule et étouffe toute la vie sociale et économique en France, qui impose les gabegies des syndicats, les traitements iniques de l’assurance santé ou de la gestion calamiteuse des retraites ? Va-t-on remettre à leur place les syndicats actuels, plus du tout représentatifs voire carrément délétères, et ramener enfin le contrat de travail à sa dimension réelle d’un acte signé entre deux parties adultes et responsables de leurs actes, comme tant d’autres pays l’ont déjà fait avec bonheur et baisse du chômage à la clé ? Oh, là, vous n’y pensez pas, mon brave !

Non, tout ça est bien trop complexe. Le Président François de l’Organisation État Universel Français n’est pas décidé à modifier aussi drastiquement le fonctionnement de l’usine à gaz dont il peut encore toucher directement les bénéfices. Comme à l’accoutumée, il procédera par petites touches extrêmement délicates, et ce d’autant plus que ses buts affichés ne coïncident que très peu avec ses buts personnels réels.

président françois de l'oeuf

C’est ainsi que pour son « plan d’urgence » qui va créer de l’emploi comme jamais, François mise cette année tout… sur la formation. Et il n’y va pas avec le dos de la cuillère, puisqu’il estime son Plan d’Urgence à deux milliards d’euros (ça tombe bien, on a plein de sous actuellement, il semblerait), dont un milliard entier consacré à la formation de 500.000 personnes.

Aaaah, la formation ! Quelle idée lumineuse ! Et surtout, qui n’a jamais été tentée auparavant ! Et de surcroît, dont les volants financiers n’ont jamais été plus ou moins directement pompés par les syndicats et les formations politiques divers et variés !

Dans ce contexte, un bon gros milliard d’euros bien joufflu (soit 2000 € par « formé »), cela donne immédiatement le ♩ La ♩ aux différents protagonistes, qui ont bien humé le fumet délicat de la grosse piscine d’argent public prête à recevoir leurs ébats.

Ne nous leurrons pas.

Ce plan d’urgence pour sauver la candidature de Hollande ressemble à une belle tentative de s’assurer une fin de quinquennat tranquille. Ici, le père François achète les syndicats et, de cette façon, semble vouloir signifier qu’il ne veut surtout pas de grèves ou d’opposition frontale pour le reste de son mandat. Ceci peut vouloir dire deux choses : ou bien (et c’est très peu probable), qu’il a dans sa besace quelques réformes peu populaires qu’il doit faire passer. Ce serait une première pour un président qui a toujours montré, jusqu’à présent, ne faire que le strict minimum pour assurer son second mandat. Plus probablement, il sent, confusément peut-être, mais suffisamment que la situation va empirer et achète donc une paix sociale qui lui permettra de se placer dans un contexte syndicalo-politique pas complètement pourri.

Enfin, et c’est le plus important, c’est un calcul politicien lucide : 500.000 personnes en formation, c’est un demi-million de chômeurs qui disparaissent des statistiques, pouf, d’un trait de plume. Pour un petit milliard d’euros, ce n’est même pas cher. Si on y ajoute, d’ici à la fin de l’année, la création de milliers d’emplois aidés ou directement publics, le tableau général ne fait guère de doute : Hollande aura enfin son inversion de courbe. Artificielle, purement statistique et totalement bricolée à force d’argent public, d’endettement et de distribution de prébendes, mais inversion il y aura, et candidature il renouvellera, serein.

Bref : à moins bien sûr qu’un effondrement des marchés boursiers et une crise majeure dans le domaine bancaire ou sur les dettes souveraines ne changent radicalement la donne, le pari de Hollande est donc déjà gagné. Bien évidemment, vous aurez la gentillesse d’oublier tous les précédents paris de Hollande qui se sont tous soldés par un échec. Du reste, les signes économiques actuels ne semblent pas trop favorables

Et les chômeurs, le chômage, la vraie création d’emplois dans tout ça ? Allons, ne soyez pas naïfs : nos dirigeants s’en foutent. Au-delà de 2017, il n’existe rien.

(Et pour de vraies solutions, on pourra relire cet excellent billet de Vincent Bénard)

hollande chômage plan d'urgence

—-
Sur le web

  1. Certes, les catégories A vont partir de la liste mais ils se trouveront en D. Je ne comprends pas pourquoi les médias et autres freluquets de politichiens ou sondeurs de narines ne parlent pas avec des chiffres globaux.

    1. Mais si vous comprenez, hélas, on comprend tous…

      1. j’entends deja les titres du 20h dans un an :
        tatata, le chomage en baisse, le nombre de demandeurs d’emplois baisse au 4e trimestre 2016, est ce la fin de la crise? nos reportages en région

  2. S’il n’y a pas de crise majeure d’ici mai 2017, elle sera pour les suivants avec un pays à genoux. Mais c’est Hollande qui espère être le suivant…
    Conclusion: le pays, il s’en fout, ce qui compte, c’est uniquement sa réélection.
    Sommet du cynisme et de l’incompétence…

  3. C’est lamentable, pitoyable…c’est vraiment le pire de la politique…pas de réformes, des dépenses, des formations qui auront une durée limitée, aucun plan général..
    Sarko était pas mieux en 2012 mais tout de même…Et je doute que ça trompe qui que ce soit.

    Le mec aurait dû s’inspirer de David Cameron : Des réformes, des baisses d’impôts, des coupes massives, une forte baisse du chômage et le résultat ? Une réélection triomphale et l’UKIP laminée avec le Labour, quasiment pu aucune concurrence.
    Un peu comme Reagan dans les années 80. Des réformes libérales ambitieuses ça peut. All hail the Queen 😀

    1. AKASHI, vous divaguez grave ! Hollande s’inspirer de Cameron qui n’a pas fait L’ENA !

      Pouah…. Un boutiquier comme exemple ?

      Bien à vous ☺

  4. A propos des crises à venir, il apparait que nous sommes déjà en haut du cycle économique et que dès cette année, on va commencer à descendre vers des temps encore plus difficiles. C’est déjà le cas aux USA et aussi au Royaume Uni. D’ailleurs aujourd’hui même le FMI a revu à la baisse les perspectives de croissance de notre pays. Si la situation est déjà à ce point catastrophique chez nous en période de « répit économique », je n’ose même pas imaginer ce qui va se passer lorsque nous serons au fond du trou.

    1. Je ne sais point trop comment cela va se passer, mais j’attends le moment où notre état obése va péter en vol…

      1. On en a pour au moins 3 décennies avant que notre État soit officiellement en faillite.
        Le Léviathan est dur à crever.

        1. Si les taux remontent, je suis pas sur qu’il encaisse 6 mois.

    2. Simple spéculations, tout ira bien.
      En 2015 USA et UK ont très bien résisté car ce sont des économies solides, diversifiées et très compétitives.
      Le reste du monde par contre…

  5. 500 000 chômeurs en formation ? 1 milliard ? lutte contre le chômage ?
    Je me marre.
    coté pile :
    1 milliard prélevé c’est 10 000 emploi détruit, en comptant petit (100 000 € par emploi)
    Présiflan vient de créer 10 000 chômeurs
    coté face :
    La journée coute peu ou prou 200 €, prix du catalogue AFPA http://www.catalogues.afpa.fr/2015/catalogue/appli.html. Son milliard, ça lui paye 5 millions de jours, l’équivalent de 25 000 emploi à temps plein.
    Présiflan vient changer la catégorie de 25000 chômeur, peut-être 50 000 le jour J avec un minutage aux petit oignons.
    Dans le meilleur des cas !
    C’est à dire si ce plan s’ajoute à ce qui se fait déjà en matière de formation, sans remplacement, effet d’aubaine, sans cannibalisation. Mais il n’y aura que ça, effet d’aubaine, cannibalisation et affichage :
    * Les organismes de formation vont encaisser les chèques, et repeindre aux couleurs du plan les chômeurs qui passaient déjà chez eux.
    * Les fonctionnaires vont déplacer les chiffres d’une colonne à une autre, et hop, les « objectifs du plan quinquennal sont dépassés » comme à la grande époque.
    Je vous fiche mon billet que sur les 500 000 « en formation » du plan, il n’y aura pas plus de 20 %, soit 100 000, qui seront nouveaux ; les autres seront les ordinaires repeints.

    Bilan des courses :
    * 10 000 vrais chômeurs en plus
    * 5 000 « au chômage » en moins (20 % des 25 000 comptés plus haut) et
    * 5 000 « en formation » en plus
    * et pour tous le monde, Hollande aura triché sur 500 000 (pas sur 25 000, personne ne calculera comme il faudrait, comme je viens de le faire)

    Bien joué, Pédaloman O_o

    1. h16h16 Auteur de l’article

      Comme expliqué dans le billet, le but n’est pas de former quiconque, et seulement marginalement de baisser le chômage catégorie A pour le D. C’est d’abord de filer 1 miyard à la syndicratie en échange d’une année tranquille. C’est tout.

      1. c’est le pacte de réélection:
        de l’argent contre une relative tranquillité, syndicale, une amélioration artificielles de la courbe du chômage, et au final la réélection espérée de FH.
        Heureusement, il nous a montré que l’objectif de ses pactes n’étaient jamais atteint: ça laisse de l’espoir.

        1. Le milliard d’euros évoqué plus haut par l’auteur servira à financer les mesures contre le chômage. De telles mesures révèlent une finesse d’analyse et un savoir faire politique incontestable. Il s’agit en fait de la première marche à gravir avant l’instauration du revenu universel.

          Reste néanmoins à savoir si ledit milliard d’euros en question sera intégré dans le compte de campagne du candidat HOLLANDE ?

  6. et , on est riche : 50 000 emplois sponsorisés à 2000 euros…..100 M d’euros
    il aurait pu faire un effort 5 000 000…. 5 milliards d’euros empruntés , 0 chômeurs

  7. Les fonds de la formation professionnelle c’est 31.5 milliards d’euros par an, pour l’essentiel mal utilisés.
    Plutôt que d’en réaffecter une part à la formation des chômeurs, pas une mauvaise idée en soi, on tape dans les poches vides des contribuables pour faire un petit cadeau électoral aux syndicats et maquiller les comptes du chômage.

  8. « ramener enfin le contrat de travail à sa dimension réelle d’un acte signé entre deux parties adultes et responsables de leurs actes ».
    Hé Hé! dit le Renard: moi libre dans le poulailler libre, ça me va!
    Ah ben non! dit la poule: je suis trop faible!
    2 erreurs: le libéralisme et l’égalitarisme…

    1. Sortir les mêmes bêtises à 1 mois d’intervalle avec un copier-coller ça n’en fait pas une vérité.

      Merci de fournir un exemple concret de renard libéral dans un poulailler libéral qui ne soit pas en violation du droit naturel.

  9. La grosse piscine d’argent public est prête à alimenter des officines de formation d’efficacité très basse comme l’étaient les officines pour faire trouver un vrai emploi aux chômeurs et futurs chômeurs: 3 fois plus coûteux que Pôle Emploi par emploi retrouvé. Mais c’est très efficace pour alimenter les caisses noires des partis d’un bord ou de l’autre avant les élections.

Les commentaires sont fermés.