Primaire du New Hampshire : victoire des outsiders

Publié Par Daniel Girard, le dans Amérique du Nord

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

 

Donald Trump (Crédits : Gage Skidmore, licence CC BY-SA 2.0), via Flickr.

Donald Trump (Crédits : Gage Skidmore, licence CC BY-SA 2.0), via Flickr.

C’était bel et bien la soirée des outsiders, lors des primaires républicaines et démocrates du New Hampshire. Après la défaite du magnat de l’immobilier Donald Trump contre Ted Cruz en Iowa le 1er février dernier on se demandait si l’homme d’affaires allait réussir à faire bonne figure au New Hampshire, et ce même s’il jouissait d’une confortable avance dans les sondages.

Tous les doutes ont été dissipés. Conscient que l’absence de ground game (présence de bénévoles sur le terrain pour inciter les électeurs à se rendre aux urnes) lui avait fait mal en Iowa, l’organisation de Donald Trump a été très active au New Hampshire. Trump a écrasé ses adversaires comme un véritable rouleau compresseur.

Il a dominé le scrutin avec 35% des votes, laissant loin derrière son plus proche rival, le républicain John Kasich à 16% d’appuis. Du côté des Démocrates, les observateurs s’attendaient à ce que le candidat social-démocrate Bernie Sanders remporte la victoire contre Hillary Clinton, mais personne n’avait prévu une telle hécatombe. Il a triomphé avec 60% des votes.

Donald Trump et Bernie Sanders ont pris les devants chacun de leur côté si rapidement, que la chaîne d’information continue CNN les a déclaré victorieux alors qu’elle venait à peine d’annoncer la fermeture des bureaux de scrutin.

La victoire de Donald Trump était prévue, mais les analystes s’attendaient à une bataille entre Ted Cruz, Marco Rubio et Jeb Bush pour la deuxième place. C’est plutôt le modéré John Kasich qui s’est faufilé en deuxième place, à la surprise de tous.


Pour Jeb Bush, le frère de George W. Bush, le résultat de 12% est très décevant. Mais c’est pire pour Chris Christie : un maigre 7% l’amène à réfléchir sur son avenir dans cette course à l’investiture.

L’autre candidat aimé par l’establishment, Marco Rubio, a souffert de sa piètre performance lors du seul débat télévisé des primaires du New Hampshire, ce qui a expliqué son score anémique de 11%. Il s’en est excusé auprès de ses partisans.


Les donateurs républicains, qui ne se sont intéressés ni à Donald Trump, ni à Ted Cruz, ne savent plus à quel saint se vouer…

Dans son discours de victoire, Donald Trump s’est engagé à faire de l’Amérique un État qui n’acceptera plus de se faire exploiter par la Chine et ses autres partenaires commerciaux, qui éliminera l’État islamique et qui veillera à protéger le second amendement. Il a précisé que c’est en raison des lois sévères de la France contre les armes à feu que les citoyens français n’ont pu se défendre efficacement contre les terroristes, lors de l’attentat meurtrier de Paris.

Défaite cuisante de Hillary Clinton

Hillary Clinton savait qu’elle n’allait pas l’emporter contre son rival Bernie Sanders mais ses partisans ne s’attendaient pas à une telle déroute. La défaite se constate particulièrement dans le vote des jeunes :

David Axelrod, qui a aidé Barack Obama à vaincre Hillary Clinton voit chez la candidate les mêmes travers qu’il y a huit ans. Son entourage ne fait pas confiance à son personnel politique et il se distribue beaucoup de blâme au lieu de corriger les problèmes.


Hillary Clinton est terne, incarne le statu quo, n’a pas la cote de plusieurs féministes, qui lui reprochent d’être restée avec son mari malgré ses infidélités et elle ne parvient pas à rassurer les Américains sur l’utilisation qu’elle a faite d’une adresse de courriel personnelle lorsqu’elle était secrétaire d’État.

Elle fait face à un adversaire, Bernie Sanders, qui est passionné, la combat avec peu d’argent, promet de redistribuer les richesses, de dépenser massivement dans les infrastructures et de hausser le salaire minimum à 15 dollars.

Bernie Sanders et Donald Trump ont donc ceci en commun : leur élan provient du ras-le-bol des élites qui ont perdu la confiance de la population avec leur perpétuelle langue de bois qui ne parvient plus à détourner l’attention du manque de résultats.

Les deux hommes donneront beaucoup de fil à retordre à leurs adversaires.

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial États-Unis

  1. Une horreur, vivement que Michael Bloomberg annonce sa candidature en tant qu’indépendant, lui ce sera un bon 😀

  2. « le démocrate John Kasich »…

  3. « La France a la loi la plus sévère concernant les armes à feu »

    C’est factuellement faux par rapport par exemple à l’UK. Pourquoi l’article ne le fait pas remarquer ?

    1. Vous le faites, c’est très bien ! Je le dis à Donald 😉

    2. J’avoue ne pas bien connaître la loi anglaise.

      Des précisions ?

    3. concernant l’UK et sa législation sur les armes à feu, merci de nous apporter des précisions / à la France

      1. En France, vous avez deux voies légales pour obtenir le droit de détenir des armes à feu. D’un coté, vous avez la voie du Permis de Chasse avec laquelle vous pouvez obtenir tout ce qui est fusil et carabine à répétition manuelle. De l’autre, vous avez la voie de la Licence de Fédération Française de Tir avec laquelle vous pouvez tout obtenir sauf des armes automatiques.
        En conclusion, en France, même si on multiplie les batons dans les roues, l’honnête citoyen peut s’armer. Après, mieux vaut pour lui ne pas les utiliser pour défendre sa vie ou ses biens …

        Aux UK, de mémoire, toutes les armes à feu sont purement et simplement interdites. En obtenir est VRAIMENT extrêmement difficile. En conclusion, c’est sans commune mesure avec la France.

  4. L’événement le plus important qui c’est produit au New Hampshire dernièrement, c’est pas les primaires, c’est que les 20000 signataires du free state project ont enfin été atteints.

  5. C’était obligatoire, comme illustration, une photo de Trump prise dans une pose ressemblant un peu trop au salut nazi ? Il n’y a pas mieux comme photo ?

    1. Le salut fasciste repris par les nazi est à l’origine le salut romain qui s’effectue bras tendu en face de soi, avec la paume de la main dirigée vers le sol et les doigts serrés entre eux.
      Pour voir dans la photo de Trump de près ou de loin quelque chose qui ressemble au salut romain il faut vraiment vivre dans un pays ou l’idéologie anti-raciste (qui en voit partout) fait des ravages.

  6. Entre l’ultra-étatiste de gauche, voire extrême-gauche, et l’ultra-étatiste de droite, voire extrême-droite, les Américains sont mal barrés…

    1. RIP America.

  7. Trump est arrivé premier . Houra!!! L Amérique est de retour.

    Et vive la défaite de Rubio, le mollasson qui ne sait que réciter lors des débats .

    1. Bien sûr! Insulter les noirs, les latinos, les musulmans, les femmes, tout en proférant des conneries économiques monumentales…
      Quel glorieux retour de l’Amérique *facepalm*

  8. De 2001 a 2015 les clintons ont gagne plus de 153 millions de dollars en faisant des discours. Source CNN.
    Donc, difficile d’être crédible quand elle prétends être proche du peuple.

    1. http://edition.cnn.com/2016/02/05/politics/hillary-clinton-bill-clinton-paid-speeches/
      Le couple se place dans les 0,1% des plus riches contribuables américains

    2. Le couple a amassé plus de 30 millions de dollars entre le 1er janvier 2014 au 14 mai 2015. http://edition.cnn.com/2015/05/15/politics/hillary-clinton-speeches/index.html

  9. Il faut arrêter de s’emballer: les statiticiens ont montré que Sanders avait peu de chances de remporter la primaire.
    La victoire du New Hampshire était prévisible pour Sanders. Le contraire aurait été étonnant.
    Clinton a le soutien des minorités ethniques ce qui lui donne un énorme avantage sur Sanders.
    Obama avait réussi à priver Clinton de ce soutien ce qui lui avait permis de gagner contre Clinton.

    Les pronostics se sont trompés en donnant une victoire facile à Clinton, la victoire sera plus difficile que prévu pour les primaires. Mais pour l’instant, il y a peu de chances de voir Sanders remporter la primaire, cela est possible (tout es possible en politique) mais très peu probable.

    Le problème c’est que Clinton est terne, elle manque de crédibilité (dans le sens où elle représente l’élite éloigné du peuple) et surtout elle est pris dans une multitudes de scandales. L’auteur parle du scandale des emails mais il n’en existe bien d’autres. http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2015/04/17/les-casseroles-d-hillary.html

    Clinton est considéréà juste titre) comme quelqu’un de froid, cynique, manipulateur et avide de pouvoir. Difficile d’être un grand fan d’une telle personnalité.
    La montée en puissance de Sanders est surtout dû au rejet de Clinton au sein du Parti démocrate. Même chose avec Trump où sa montée en puissance est dû au rejet des élites traditionnelles du parti républicain

  10. Il y a aussi le scandale de la fondation Clinton récemment. Un livre est sorti: « Clinton Cash,’ Questions Foreign Donations to Foundation », livre qui montre que des entités étrangères (pays, multinationales,..)ont fait des paiements à la Fondation Clinton et à M. Clinton et ont reçu en échange des faveurs du Département d’Etat de Mme Clinton . Ce livre est très bien argumenté.
    http://lemondealenversblog.com/2015/04/17/scandale-usa-ebranlee-par-les-revelations-sur-un-don-marocain-la-fondation-clinton-selectionne-ses-donateurs/

  11. Sanders a un programme totalement absurde. Idéologiquement parlant, on peut comparer Trump à Sanders, il y a des ressemblances idéologiques à savir le populisme. Sanders a aussi tenu des propos anti immigration.
    Le coût des propositions de Sanders est estimé à 18 000 milliards de dollars. Tout cela est financé par des impôts plus élevés, une hausse de l’inflation, des taux d’intérêt plus élevés et des salaires plus bas. Cela représente une augmentation de 53% de la taille du gouvernement fédéral. http://www.unbiasedamerica.com/the-ridiculous-cost-of-bernie-sanders-proposals/
    ernie Sanders propose une augmentation massive des dépenses fédérales. Malheureusement pour Sanders, il n’y a pratiquement aucune chance que le gouvernement sera en mesure d’assez augmenter ses recettes perçues pour payer pour ses nouvelles dépenses, même avec des taux d’imposition plus élevés.
    En effet, les recettes fiscales restent fondamentalement les mêmes, peu importe la façon dont les taux d’imposition changent? Nommé par l’analyste qui a écrit en premier à ce sujet, la loi de Hauser montre que les recettes fiscales des États-Unis demeureront relativement stables, peu importe comment les taux changent. Et en effet, c’ est précisément ce qui est arrivé depuis la Seconde Guerre mondiale, même si les taux ont fluctué énormément. Comment est-ce possible?
    La raison s’ est que les gens changent leur comportement en réponse à des changements dans la structure fiscale. La base d’imposition est pas quelque chose que le gouvernement peut contrôler. C’est un système économique vivant déterminé par nos choix collectifs en tant que contribuables. Et comme les lois de l’offre et de la demande nous montrent: une augmentation du prix de quelque chose conduit à réduire la demande pour elle. Lorsque les impôts augmentent le prix des gains en capital, cela conduit les gens à plus éviter les plus-values, et les recettes fiscales n’arrive pas.
    Si il est élu, Sanders pourra difficilement augmenter les dépenses au-delà de la gamme historique de moins de 20% du PIB, ou nous il y aura des déficits énormes totalement insoutenable entre les dépenses et les recettes.
    Sources: http://politicalcalculations.blogspot.com/2013/03/hausers-law-at-work-today.html#.Uu-pP3-9KSN
    ne étude réalisée en 2001 des pays développés ont constaté que la croissance du gouvernement conduit à un ralentissement de la croissance de l’économie. Cette conclusions s’applique aussi en utilisant les données américaines. Bien entendu, une régression de la croissance annuelle du PIB réel et le total des dépenses publiques de 1950 à 2012 montre la même tendance. Et après , Bernie Sanders veut augmenter les dépenses du gouvernement fédéral de 53 %
    https://www.ifw-members.ifw-kiel.de/publications/the-scope-of-government-and-its-impact-on-economic-growth-in-oecd-countries/kap1034.pdf Pour les USA: https://scontent-frt3-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpt1/v/t1.0-9/12107845_417422788443722_607912635622111395_n.png?oh=266828650b6205ebee407e684f59a432&oe=568840E1

  12. Contrairement à ce que dit Sanders, la pauvreté n’est pas le résultat des travailleurs pauvres mais la pauvreté en Amérique est principalement le résultat de gens ne travaillant pas. Selon les données pour 2014 :
    La population des États-Unis : 316,168,000
    Les travailleurs à temps plein : 103,379,000
    Les travailleurs à temps plein dans la pauvreté : 3,091,000
    Nombre total de personnes dans la pauvreté : 47,021,000
    Les gens dans la pauvreté, qui travaillent plus (temps plein temps partiel): 10,155,000
    Working âgés de gens dans la pauvreté : 26,527,000
    Seulement 1.0 % des américains sont full-Time Working Poor = 3,091,000/316,168,000
    Seulement 3.0 % des américains qui travaillent à temps plein vivent dans la pauvreté = 3,091,000/103,379,000
    Seulement 6.6 % des américains dans la pauvreté travaillent à temps plein = 3,091,000/47,021,000
    93.4 % des américains dans la pauvreté ne travaillent pas à temps plein = (47,021,000-3,091,000)/ 47,021,000)
    78.4 % des américains dans la pauvreté ne fonctionnent pas du tout = (47,021,000-10,155,000)/ 47,021,000
    88.3 % des américains âgés de travail dans la pauvreté n’ont pas un emploi à temps plein = (26,527,000-3,091,000)/ 26,527,000.
    Source : http://www.census.gov/content/dam/Census/library/publications/2015/demo/p60-254.pdf https://scontent-frt3-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpl1/v/t1.0-9/12079090_417222085130459_9222169366129786753_n.png?oh=4e1901fc72f17cd57ce372563947c8f6&oe=568F4F19
    We are capitalist (page facebook très intéressante) démonte l’argumentation de Sanders sur le salaire minimum: https://www.facebook.com/WeAreCapitalists/photos/a.195735437264673.1073741832.157541337750750/461152600722954/?type=3&theater
    et son argument de la classe moyenne détruite: https://www.facebook.com/WeAreCapitalists/videos/461627257342155/
    Sur Sanders, lisez ceci: http://fee.org/anythingpeaceful/bernie-is-wrong-trade-is-awesome-for-the-poor-and-for-america/
    https://danieljmitchell.wordpress.com/2015/05/02/bernie-sanders-the-faux-socialist-government-loving-statist/ https://danieljmitchell.wordpress.com/2015/08/20/bernie-sanders-is-sort-of-right-about-europe-being-a-role-model-for-the-united-states/
    https://danieljmitchell.wordpress.com/2015/09/17/warning-bernie-sanders-will-be-very-expensive-to-your-wallet/
    vidéo très intéressante: https://www.youtube.com/watch?v=Tv3rz7U5emY&feature=youtu.be
    Sur Sanders, un post très intéressant d’Unbiased America démontant l’un de ses mensonges concernant la taxation des sociétés: https://www.facebook.com/UnbiasedAmerica/photos/a.130184327167571.1073741828.123061011213236/394788870707114/?type=1
    Ce mec est le champion toute catégorie des sophismes, des mensonges et la désinformation

  13. Sanders présente les droits de douane sur les biens étrangers comme un moyen de protéger les entreprises nationales contre la concurrence étrangère. Mais les politiques protectionnistes sont en fait un moyen cachés de renflouer les entreprises au détriment du consommateur.
    Les taxes douanières augmentent le prix des marchandises importées cela dans le but que les américains achètent plus de biens domestiques. Cela profite aux entreprises américaines qui autrement ne seraient pas en mesure de rivaliser avec les entreprises étrangères et leurs produits qui ont des prix plus bas.
    Mais ça fait mal aux américains qui doivent désormais payer des prix plus élevés. Ces prix plus élevés ont pour effet de transférer la richesse des consommateurs vers les entreprises. Et tandis que les personnes riches peuvent se permettre cela, les pauvres sont les plus durement touchés par le coût élevé de la vie. Voilà pourquoi il est souvent comparé à un impôt régressif. Le pire s’est que l’on proètge les entreprises non compétitives. Les bonnes entreprises ne doivent pas être protégés car elles sont compétitives. Ce sont les entreprises non compétitives qui appellent généralement au protectionnisme (comme le taxes dounaières).
    Voilà pourquoi les économistes, qui sont rarement d’accord sur quoi que ce soit, sont presque unanimes dans leur opposition au protectionnisme et aux taxes douanières. Comme le montre une enquête , « Les économistes privilégient massivement le commerce libre apparemment, plus il est le plus libre mieux c’est est. L’écrasante majorité (87,5%) sont d’accord pour dire que le Etats-Unis devraient éliminer les tarifs douaniers restants et les autres obstacles au commerce international. » Et une autre enquête a constaté que « 93% des économistes conviennent que les droits de douane et les quotas réduisent le bien-être économique».
    http://ew-econ.typepad.fr/articleAEAsurvey.pdf
    http://www.realclearmarkets.com/charts/10_things_economists_believe-44.html
    Le problème quand on utilise des lois pour rendre artificiellement des salaires plus élevés (ce que propose Sanders) c’est que les entreprises peuvent se déplacer dans des endroits où la main d’oeuvre est moins couteuse . Cela fait partie de la raison pour laquelle les économistes estiment que si le salaire minimum est augmenté à $ 15 / hr (ce que promet Sanders) il y aura une perte de plusieurs millions d’emplois (les estimations varient de 3,3 millions (pour le CBO) à 16, 8 millions pour Clemens) . Et C’ est aussi une partie de la raison pour laquelle Bernie Sanders (et d’autres socialistes tout au long de l’histoire) ont été les défenseurs de la fermeture des frontières. Ils ne veulent pas de main d’ œuvre bon marché puissent entrer dans le pays, et ils ne veulent pas que les sociétés puissent quitter le pays en prenant les emplois avec eux. La mobilité est la mort du socialisme.
    http://econweb.tamu.edu/jmeer/Meer_West_Minimum_Wage.pdf
    https://www.cbo.gov/sites/default/files/44995-MinimumWage.pdf
    http://www.nber.org/papers/w20724
    http://americanactionforum.org/uploads/files/research/Counterproductive.pdf

  14. Donald Trump, ancien démocrate, fan des Clinton qui dit aux américains ce qu’ils veulent entendre pour avoir le pouvoir. Quant à son programme personne ne le connait, même pas lui. http://www.usapoliticstoday.com/trump-endorses-hillary-clinton/

    1. Autre lien où Krugman critique Sanders: http://www.rtbf.be/info/article/detail_differents-types-de-vaudou-paul-krugman?id=9218638&utm_source=rtbfinfo&utm_campaign=social_share&utm_medium=twitter_share
      Si même un idéologue gauchiste comme Krugman critique Sanders, cela illustre tout le désastre qu’est Sanders

  15. Trump est inculte économiquement. Il est presque au niveau de Sanders en terme d’ignorance économique. http://www.nationalreview.com/corner/431287/trump-defends-plan-not-touch-entitlements-im-going-save-social-security

Les commentaires sont fermés.