[Replay]Notre-Dame-des-Landes : l’envers du décor des Zadistes

Publié Par Contrepoints, le dans Sujets de société

Par la rédaction de Contrepoints

philippe leroyer-Demonstration against NDDL(CC BY-NC-ND 2.0)

philippe leroyer-Demonstration against NDDL(CC BY-NC-ND 2.0)

 

L’abandon par l’Etat de ses fonctions régaliennes, particulièrement visible à Notre Dame des Landes ? C’est l’avis de nombreux riverains, qui, selon différents témoignages que nous avons ici réunis, se sentent abandonnés par l’Etat.

La presse locale comme Presse Océan relaie ainsi les difficultés des riverains, comme ces agriculteurs, dépités par la situation, avec des phrases choc comme « 4 ans qu’on ne vit plus. On est sans cesse sur le qui vive ». Ces riverains « racontent leur réalité à eux : des vols, des agressions, des effractions, du squat et des menaces subies dans un climat de relative impunité ».

Des événements vécus apparemment au quotidien par nombre d’habitants exaspérés et qui ont l’impression que l’État régalien les a abandonnés.

Les journalistes de M6 qui se sont aventuré dans la zone « zadiste » ont pu quant à eux souligner la bien curieuse conception de la liberté de la presse des zadistes, avec intimidations, « méthodes musclées », interruption forcée de leur tournage, militantisme radical, etc. Et les journalistes d’ajouter que « les habitants favorables au projet de nouvel aéroport n’osent même plus s’exprimer par peur des représailles » des zadistes.

L’économiste Vincent Benard, basé à Nantes, souligne ainsi que, selon lui, ceux qui ne vivent pas en Loire Atlantique n’ont sans doute pas idée de ce qui se passe depuis plus de 3 ans sur ce rectangle de quelques kilomètres carrés au sud du bourg de Notre Dame des Landes. Et l’auteur d’ajouter: « Disons-le, le quotidien des habitants de la zone est devenu un enfer, et l’État régalien ne fait absolument rien. Ceux qui lisent la presse régionale ont sans doute vu passer des faits divers (squatts, cambriolages), mais tout n’est pas relaté, loin s’en faut. »

Il a pu recueillir des témoignages de gens vivant ou travaillant sur la zone. Voici quelques anecdotes qu’il relate sur l’ambiance régnant sur place : un artisan lui a déclaré qu’il « étudie ses itinéraires pour aller travailler chez des particuliers ou des entreprises à proximité de la ZAD, en utilisant des véhicules anonymisés, pour ne pas subir de violences » soit sur son véhicule, soit dans ses locaux. En effet, les artisans du BTP, qui seraient susceptibles d’obtenir des contrats de sous-traitance sur le futur aéroport, seraient victimes d’intimidations, et menacés de représailles.

Ou ces randonneurs à vélo, qui ont expliqué qu’ils se sont trompés de chemin et ont pénétré dans le périmètre de la ZAD. Repérés par les vigiles des zadistes, ils ont été bloqués et se sont vu réclamer de l’argent. Les randonneurs se sont défendus et en ont été quittes pour des pneus crevés et quelques échanges de coups. Ils se sont enfuis, à pied, et ont fini par tomber sur des gendarmes qui font le pied de grue à la « frontière » de la ZAD. Ils ont demandé aux gendarmes ce qu’ils pouvaient faire. Réponse des forces de l’ordre : « nous ne rentrons pas dans la zone, nos ordres ne nous le permettent pas ».

Plus de détails sur ces témoignages ici ainsi que notre dossier spécial sur Notre-Dame des Landes dont « tout ce qu’il faut savoir sur Notre-Dame des Landes« .

  1. Ce qui est relaté ressemble beaucoup aux témoignages que l’on entend depuis longtemps sur certaines cités de banlieue… Avec l’État comme colosse aux pieds d’argile.

  2. Oui mais ils sont de gôooche, donc gentil, forcement.

  3. Nantais, je considère qu’il y a deux camps qui s’affrontent sur la base d’arguments discutables.

    D’un côté la puissance publique, qui sur la foi d’une étude d’une mauvais fois à la portée de tous, contractualise un financement avec un partenaire privé qui se réserve les bénéfices, et fera supporter à la collectivités les déficits, et nombreux surcoûts plus que prévisibles. ( l’absence de parking par exemple)

    De l’autre, la mauvaise foi la plus totale, alors que depuis 1972 ces terrains sont destinés à cet aéroport, terrain d’une qualité agricole limitée, et dont l’intérêt supposé s’établit au mépris des dizaines de milliers de nantais survolés actuellement par les avions.

    J’oppose les violences, et les mets sur un même pied de légitimité.

    Car la question est la suivante, et mériterait bien un référendum :

    – La seule justification des travaux tient dans l’alignement nord-sud de la piste actuelle, imposant aux avions le survol de l’agglomération nantaise.
    – le seul bénéficiaire de cet opération est Vinci, dans un ppp qui privatise les bénéfices et socialise les pertes, et qui pourra librement urbaniser les zones actuellement dans l’axe de la piste, à fort potentiel de plus values.
    – la piste actuelle sera de toute les manières conservée, à nos frais bien évidement, pour un usage limité mais indispensable.

    Faut il ouvrir une seconde piste aligné Est-Ouest sur le site actuel ou bien créer un deuxieme aéroport au profit de Vinci ?

    J’avoue personnellement qu’aucune information sérieuse n’est disponible aujourdhui pour que je me fasse un avis.

    1. Au cas présent, l’article ne porte pas sur la pertinence du projet ou du combat contre projet mais sur le comportement des zadistes (menaces, intimidations, violences) et des forces de l’ordre qui ont pour consigne de ne pas entrer dans la zone qui devient de fait, une zone de non-droit.

      1. C’est vrai mais quand il faudra payer les dépassements de budget, le racket fiscal sera sans commune mesure avec les exactions des « zadistes », que je réprouve totalement. Bel exemple d’affrontement hors sol, découplé de toute réalité, entre technocrates mi-abusés mi-corrompus et idéologues fanatiques. La seule solution raisonnable c’est de donner raison aux verts et de conserver l’aéroport actuel. Les « zadistes » iront faire leurs conneries ailleurs (que chez moi) et nous économiserons des milliards. Bien entendu le nouveau ponte de la région, M. Retailleau, en a déjà décidé autrement. Pour paraphraser un auteur célèbre : cette région est foutue.

      2. Mon propos porte sur le non droit d’un côté ( l’article est mal fait, avec des annecdotes un peu ridicules)
        Et sur le détournement du droit de l’autre.

      3. non, il porte sur un documentaire de M6

    2. On ne peut pas expliquer les choses plus clairement…

    3. C’est très partiel et partial comme réponse aussi. Dire que l’aéroport ne profiterai qu’à Vinci est faux. C’est mépriser les 1er bénéficiaires que seront les clients. Un aéroport permet de fusionner les moyens de 2 grandes villes: Nantes et Rennes, un acces a devenir un HUB international ( ce que Nantes a déjà bien entammé). Pour les clients comme je l’étais ( je suis parti a l’étranger), éviter de monter a Paris, prendre le Tgv ou la voiture, payer un parking, plus l’hotel, etc et pouvoir partir partout dans le monde est un avantage bien apréciable. En plus il faut rajouter tous ceux qui y travailleront, même s’il y a une réafectation des entreprise et du personnel en place, il y aura un solde de création de richesse positif et important. Je le dit fois d’ancien élu de la CCI Nantes – ST Nazaire.
      J’espère avoir le plaisir de pouvoir d’atterrir directement à Nantes du bout du monde (NZ) avant de mourir
      Enfin je confirme par les multiples témoignages que j’avais déjà il y a plus de 3 ans: c’est devenu une zone de non- droit avec une proportion d’étranger importante, cette population qui n’a rien avoir avec des écolos, des défenseurs de qui que ce soit.

      1. du grand n’importe quoi cette réponse… personne n’a même osé prétendre qu’il y aurait fusion avec l’aéroport de Rennes, qui est au contraire en ce moment en plein développement… Aucun des aéroports de la région n’est prévu fermer. Ni aucun promoteur de l’aéroport ne prétend pouvoir offrir des vols Nantes vers le bout du monde (le fonctionnement prévu serait un hub). L’aéroport de Lyon n’a même pas réussi à maintenir une ligne vers New York, alors Nantes… Quant au prix de parking évité, c’est le meilleur de ta blague : en peline campagne, tu verras le prix de la place de parking vinci! Et après tout ça, la masse des gens viendra qualifier ces dangereux écolos d’utopistes.

      2. Si Vinci veut construire un aéroport, je propose que Vinci se le paie avec son argent. Bien sûr, il pourra en toucher les bénéfices mais devra également en assumer les pertes.
        En outre, il devra, bien sûr, acheter légalement (c’est-à-dire sans faire intervenir la violence légale) les terrains sur lesquels il entend construire son aéroport.

        Quant à la ZAD ? Qu’on fasse intervenir le 2éme REP.

  4. Cap2006, vous détournez effectivement le sujet, sans compter que vous racontez INTEGRALEMENT n’importe quoi!! Soit vous proférez des mensonges, soit vous ne maîtrisez pas le sujet: 2 cas très frequents d’ailleurs.
    Quoiqu il en soit, je connais personnellement ces faits depuis 1 moment et suis ravi que les médias se focalisent ENFIN dessus.
    Pour ou contre, la ZAD doit être rasee et ses membres chasses et lourdement condamnés si il le faut. Ils entravent la loi, les libertés, volent, pillent, menacent, violentent, imposent leurs idées : C’EST CA LA ZAD. Arrêtons de nous faire croire que ce sont de pauvres jeunes agriculteurs ou gentils ecolo: il y en a, oui, mais ils n’ont pas chasse les autres pour autant!!
    Bref tout ça c’edt bientôt du passe et tant mieux!!!

    1. Cap2006 ne défend pas les Zadistes et la douzaine de familles qui refusent de partir, il remet juste en cause de manière parfaitement rationnelle la pertinence de cet aéroport, d’un point vue purement technique. Choses qui sont à chaque fois mises de côté lors des débats, qui se limitent toujours à « meeuuuh mes jolies terres agricoles mère nature et Gaïa » contre « ueeeeeaaaar saleté de Zadistes »…
      Sans parler de sa viabilité économique, qui reste à prouver. On a déjà un ou deux exemples d’aéroport construits aux frais du contribuable et qui n’ont jamais servit à rien, pour être finalement revendu à des Chinois…Qui n’en font pas grand chose non plus…

  5. Cap2006,

    Tout à fait d’accord avec vous au détail technique près, que les pistes de aéroport font toujours face aux vents dominants et sont donc Est-Ouest actuellement.

    Je suis Nantais moi aussi.

    1. Mouai… elles sont exactement Nord-Est / Sud-Ouest !
      Toujours est-il que la piste est directement orientée vers le centre ville de Nantes. Ainsi, en fonction du vent, que ce soit à l’atterrissage ou au décollage, le survol de la ville est inévitable…

  6. Les zadistes sont des fascistes d’extrême gauche. Ce sont des racailles agissant en toute impunité avec la complaisance de la gauche au pouvoir. Il faudrait envoyer quelques compagnies de CRS pour nettoyer la zone

    1. Il y a une poignee de racailles … Mais aussi bien d’autres choses particulierement plus intéressantes et positives…

      1. Comme l’appropriation de terres d’autrui et le non-paiement des taxes afférentes et autres joyeusetés…
        Finalement on devrait tous devenir ZADistes! Ca permet de construire un Etat dans l’état. Et puis après, les gens auront besoin de protection, n’est-ce pas?
        Besoin de police? Pas grave on fera la notre! La justice? Pas grave yanapas!

  7. Tiens tiens, Contrepoints découvrirait-il les avantages de l’Etat fort, tout d’un coup^^?

    Ces écofascistes doivent être évacués, ça va sans dire. En plus, ils desservent davantage qu’ils ne favorisent le camp anti-aéroport…

    1. Il parait que c’est en cours. Gare à la bavure …

    2. Bonjour mon general

      Les libéraux ont tjs été pour un état régalien efficace (à part les anarcaps).

    3. Ne pas confondre fort et obèse. Les libéraux veulent l’efficacité d’un état régalien et pas un état omnipotent qui use de son pouvoir pour « privatiser les bénéfices et socialiser les pertes » (j’ai bien aimé cette expression récupéré sur un commentaire plus haut).

    4. Si un site préconise le renforcement des prérogatives régaliennes de l’état, c’est bien Contrepoint, et c’est bien Contrepoint qui donne la meilleure definition de la république française en 2015, « fort avec les faibles, faible devant les forts ».
      Pour rappel, notre république, en pourcentage, dépense beaucoup moins en police et justice, que ses voisins. Et vous l’aurez lu, ici, et pas ailleurs.

  8. Visiblement, les dispositions de l’état d’urgence ne s’appliquent pas au fascistes rouges. Deux poids, deux mesures, comme d’habitude.

    1. Hayek (Tendance Salma)

      mais non mais non, en Socialie il faut dire « des camarades qui se sont égarés » 🙂

      1. Ou « les ultimes résistants défendant nos valeurs républicaines jusque dans nos campagnes »

      2. C’est pire que ca. Ils ont la flamme originelle, et donnent mauvaise conscience aux vieux socialistes qui ont trop retourné leur veste pour faire de même. Aucune honte bue, avec une belle part d’envie, l’âme tourmentée de ces vieux croutons trouve bien plus facile de ne rien voir.

  9. Retailleau a insisté que l’évacuation de la ZAD était pour lui « une question prioritaire ».
    Le « nettoyage » est donc en vue, bonne nouvelle!

    http://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-les-hotels-deja-reserves-pour-les-gendarmes-15-12-2015-178688

  10. Vous trouvez aussi pareil écart entre la réalité vécue par les riverains et ce qui en est rapporté pour le camp de migrants de Calais…

  11. Aux élections régionales cette année, le parti écologiste EELV est arrivé en tête du premier tour à Notre Dame des Landes. Si la présence des opposants au projet d’aéroport était si horrible à vivre, les habitants auraient voté pour un autre parti.

    1. 213 voix sur 1526 inscrits, en effet un laaaarge soutien de la population.

    2. Les paysans, numériquement moins nombreux sont bien emmerdés mais les bobos socialos ecolos s’en moquent

  12. Vision très partisane des choses abusant d’expressions choc pour susciter la peur… certes, il y a des imbéciles de tous bords, c’est la chose la mieux partagée. Mais la violence physique et morale est aussi très partagée. Tout cela en évitant toujours soigneusement de parler du fond du sujet et d’étudier la possibilité de conserver l’actuel aéroport Nantes atlantique.

    1. Un aéroport coincé entre la ville et le lac de Grand-lieu au sud, où tout accès est limité. Toute implantation de stockage ou industrielle est impossible.
      Un aéroport n’a rien à faire dans une ville comme Nantes ou ailleurs.
      Les surfaces potentiellement libérées par l’abandon (partiel) de l’aéroport actuel permettraient de réduire la pression foncière.
      Refaire un autre aéroport dans une zone peu densément peuplée permet une meilleure allocation des ressources.

      1. Au sujet de l’intérêt de transférer l’aéroport à NDDL, il n’y en a aucun, à part pour les entreprises du BTP (mais pour des sous-traitants, pas pour Vinci qui est déjà gagnant à exploiter Nantes-Atlantique) et pour les banques dépendant du secteur du BTP, qui avanceraient de l’argent.
        Je vous conseille de lire cet article qui vous aidera surement à y voir plus clair, d’un ancien patron de compagnie aérienne: http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/aeroport-nantes-se-tire-balle-dans-pied-selon-jacques-bankir-14-11-2013-117726

  13. A l’attention de « Lu »: vos commentaires sont mensongers: si vous êtes censé maîtriser le sujet, alors vous savez que ce projet n’est pas comparable avec l’aéroport de Lyon, et encore moins pour les longs courriers comme New York qui, a ce jour, seraient possibles à Nantes, vu l’augmentation de la fréquentation et la concurrence!!!! L’aéroport actuel est enclavé, pas Ecole du tout, trop petit. Le futur aéroport sera un modèle en matière d’écologie et une opportunité extraordinaire pour la région en têtes d’emploi d’économie, de Tourisme.
    Il y a tellement de raisons que ce serait trop long: quoiqu’il en soit la loi est la meme pour tous, point barre.
    Pour ceux qui veulent faire pousser des patates ou fabriquer des conserves, faites comme tout le monde qui respecte la loi: moi quand j’ai créé ma boîte je n’ai pas squatte les bureaux des autres ni vole les outils d’autrui..

    1. Et ce n’est pas du mensonge de laisser croire aux gens qu’il pourrait y avoir des Nantes-New York ou des destinations de ce genre ?? Comment expliquez-vous que des villes/régions bien plus importantes en termes d’activité y aient renoncé (Lyon, Marseille..) ? Comment expliquez-vous que dans des conditions assez similaires à celles de Nantes, Toulouse (pourtant fleuron de l’aéronautique) ait renoncé à un nouvel aéroport (la population concernée à Toulouse par la zone d’exposition au bruit est pourtant bien supérieure) ? L’activité ne vient pas par miracle des avions, ce sont les infrastructures qui doivent être adaptées aux besoins. Et en l’occurrence il y a des entretiens/développements de lignes ferroviaires dans l’ouest qui seraient bien plus profitables à la population.

      Prétendre qu’un aéroport peut être écologique est vraiment une blague, qui ne dépasse pas le stade des maquettes et des beaux montages vidéo verts de Vinci (l’ancien directeur de la réserve de Grand Lieu a d’ailleurs bien précisé que la perte du terrain actuel à Nantes Atlantique sera néfaste pour le lac et la faune, car livré aux promoteurs). Les seules choses qui augmenteraient à Notre Dame des Landes sont la difficulté pour s’y rendre (pas de transports en commun avant au mieux 2030 et avec une belle facture, et des parkings à des tarifs vinci) et l’espace commercial (un nombre d’emplois bien limité) pour que les visiteurs dépensent plus avant de prendre l’avion.

      Puisque vous semblez bien renseigné et convaincu de la pertinence du projet, sans doute savez-vous pourquoi la DGAC et la préfecture refusent de communiquer les études qui ont permis de définir des gains énormes pour le déplacement à NDDL ?

      1. Effectivement c’est là que le bas blesse: quid des compagnies aériennes, que pensent-elles réellement de ce projet, et des éventuelles lignes long courrier? Des questions qui sont pourtant vitales pour la crédibilité des annonces…
        En revanche, c’est se fourvoyer en croyant que cet aéroport ne concernera que Nantes ou une petite partie de l’Ouest. Brest, Lorient, Vannes, Rennes, Angers, La Rochelle, Poitiers… toutes ces villes sont directement concernées par cet aéroport, notamment pour les lignes long courrier (et même moyen courrier). Donc tout le problème se concentre sur les lignes; oui ou non des compagnies souhaitent-elles développer ce marché sur un aéroport « rural ».

  14. Mais quelle importance que ces autochtones ne vivent plus ou que dans la peur. L’important pour HOLLANDE : 2017 ! Le reste il s’en tape. Bonjour le niveau de la gouvernance (d’ailleurs gouverne t’il quoi que ce soit à part ses intérêts ?). Pour gouverner il faut être compétent, et là black out…

    1. Tout à fait d’accord.

  15. La loi est la loi et doit être appliquée, si besoin est, avec des canons à eau et des bulldozers, mais notre bon président qui terrorise Daech, va laisser pourrir la situation et l’aéroport ne sera jamais construit.

  16. On est partagé…entre deux partis qui veulent tout deux spolier la propriété privée, mais bon état de droit d’abord.. donc on change la loi et/ou on vire les zadistes…

  17. Cet aéroport va à l’encontre des engagements pris par la France lors de la clownerie 21, euhh COP 21 excusez moi. Laisser les choses en l’état va à l’encontre de ce qu’a dit le Manolo qui a promis, pour rappel, son évacuation.

    Donc Les voila bien ennuyé nos amis du grandignolesque cirque de guignol. Un bon dossier bien chaud, bien brulant pour le début d’année 2016, mieux que le barrage de Sirven.

  18. C’est vrai, Notre Dame des Landes est devenue invivable pour les riverains, la zone de non droit est tenue par des jeunes décérébrés nourris au RSA ou aux allocs chômage et manipulés par les ONG vertes.
    Que les riverains prennent sur eux car c’est pour l’intérêt supérieur de l’État, Hollande a besoin des voix écolos en 2017 et du soutien des médias bobeaufs de référence.

  19. Personnellement, habitant Nantes et partant visiter un ami qui avait déménagé sur Notre Dame des Landes, je me suis déjà retrouvé par inadvertance sur la fameuse route qui a été barrée par la ZAD. Ne voulant pas faire demi-tour et étant un peu perdu, j’ai traversé la ZAD, un peu inquiet je dois bien le concéder. Je n’ai personnellement eu aucun soucis, aucune dégradation sur mon véhicule. On m’a laisse traversé la ZAD à faible allure en slalomant entre les éléments disposés sur la route. Des Zadistes m’ont même dit bonjour de la main.

    1. Eh Oui !
      Un monde de bisounours, tout le monde il est beau, tout le monde
      il est gentil, enfin un peu d’air frais !

    2. Enfin une réponse qui va à l’encontre des témoignages mis en avant par France 3 et par M6, qui n’est pas réputé pour son objectivité ! Je connais assez bien la ZAD, pour y être allé plusieurs fois dans le cadre de la lutte contre l’aéroport, ainsi que pour connaître cet endroit.

      Si ces « zones de non droit », autrement appelées Zones À Défendre, existent; c’est parce qu’il y a eu un réel problème au niveau des prises de décision qui ont abouti au projet de construction. Pour défendre un territoire, l’occuper est une manière efficace, la preuve: lors de l’expulsion de celle de NDL en octobre et novembre 2012, le principe s’est fait connaître, il a donc renforcé l’opposition au projet parce que vu les violences, ça pose question non? Des gens sont venus des 4 coins de la France pour aider à la reconstruction des habitats, en partie détruits. Depuis le principe a aussi essaimé un peu partout en France, d’autres ZAD se sont ouvertes.

      Vous n’êtes sans doute pas sans savoir que les médias « de masse » dépendent de gros groupes (comme des marchands d’armes!), et indirectement du pouvoir politique. Ce qui explique qu’ils ne montrent qu’une partie de la vérité, voir la déforment. Enfin le but étant de décrédibiliser un mouvement s’opposant au pouvoir. En l’occurrence, pour savoir ce qu’il se passe sur les ZAD, je crois qu’il ne suffit pas de lire les journaux et de regarder les infos, car bien sur ils ne montrent pas les bons côtés des ZADs: les zadistes y vivent souvent en presque autonomie alimentaire, (mais pas en autarcie!) se déplacent à vélo (et pas en camion même si parfois ils habitent dedans), permettent aux visiteurs de découvrir leur habitat, parfois proposent même aux gens de manger avec eux. Pour l’autonomie alimentaire, des paysans voisins les aident en leur apprenant à s’occuper des bêtes ou à cultiver des légumes ou du blé, leurs prêtent des vaches… tout ça dans l’esprit d’une agriculture paysanne (comme du bio mais sans l’agrément que payent les entreprises). Il n’y a pas de chefs, les décisions se prennent de manière consensuelle. Bref, en quelque sorte ils inventent un autre modèle de société, plus juste, solidaire et durable; tout en s’opposant au projet de construction d’aéroport.

      Voici des témoignages (en vidéo) qui vont à l’encontre de ceux le plus souvent véhiculés par les médias: https://www.facebook.com/Telenantes/videos/1078823202180634/

Les commentaires sont fermés.