Pour qui votent les gays ?

Publié Par Alexis Vintray, le dans Politique

Par Alexis Vintray.

 

Gay Pride Flag - Crédit photo : Kellie Parker via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0

Gay Pride Flag – Crédit photo : Kellie Parker via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0

L’orientation sexuelle impacte-t-elle les convictions politiques des Français ? Les préjugés sont nombreux sur la question mais les études universitaires bien plus rares.

Les homosexuels votent comme tout le monde

Une étude du CEVIPOF sortie le 3 février (étude détaillée dans le lien) vient éclairer la question avec intérêt, en soulignant que, non, « la question des droits des homosexuels ne constitue manifestement pas […] le déterminant direct du comportement électoral. […] Les couples homosexuels témoignent bien, d’un point de vue électoral, d’une forme de normalisation politique. » Autrement dit, l’orientation sexuelle ne joue qu’à la marge sur le vote en France.

Pour parvenir à cette conclusion, Sylvain Brouard a comparé le vote des couples mariés hétérosexuels et homosexuels lors des dernières élections régionales de décembre 2015 :

Vote au premier tour des régionales pour les couples mariés, selon l'orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)

Vote au premier tour des régionales pour les couples mariés, selon l’orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)

Pour les principaux partis, la différence est, au maximum, de 10% entre le vote des couples mariés hétérosexuels et celui des couples mariés gay. Les couples mariés gays ne votent donc pas sensiblement différemment des couples mariés hétéros.

Le PS bénéficie légèrement du mariage pour tous

Une homogénéité qui cache quelques légères différences. Ainsi du PS, dont les résultats électoraux chez les gays sont légèrement supérieurs à ses résultats chez les hétéros (25,9% contre 23,5%). Le PS a tiré profit du mariage pour tous uniquement à la marge comme le souligne l’auteur de l’étude : « si le vote PS a bien été surreprésenté lors du premier tout des élections régionales parmi les couples mariés homosexuels, les résultats sont loin de soutenir l’hypothèse d’un soutien électoral massif pour le PS parmi les bénéficiaires du mariage pour tous : le PS est le troisième parti en termes de proportion de suffrages rassemblés quelle que soit l’orientation sexuelle des couples.»

Et les conclusions sont les mêmes en regardant l’ensemble de la gauche : « Le même constat s’impose plus largement pour la gauche qui n’a recueilli, dans ses diverses composantes, que 34,7% des suffrages parmi les couples mariés homosexuels, un demi-point de plus seulement que parmi les couples mariés ou pacsés hétérosexuels. À première vue, ni le Parti socialiste ni la gauche plus largement n’ont bénéficié, aux élections régionales 2015, d’un avantage électoral décisif parmi les bénéficiaires du mariage pour tous. »

De quoi faire sourire sur les arguments avancés à droite sur le mariage pour tous, présenté comme une mesure clientéliste, ou, à l’inverse, à gauche chez Terra Nova

Le FN, premier parti chez les couples mariés homosexuels

Le FN est quant à lui le premier parti chez les couples mariés homosexuels. Un résultat qui s’explique partiellement, selon Sylvain Brouard, par la surreprésentation des hommes dans les couples gays, alors que les hommes votent plus FN que les femmes. Mais ce n’est qu’une partie de l’explication, puisque les hommes gays mariés votent plus FN que les hommes hétéros mariés (et l’inverse pour les femmes), comme l’illustre le graphique ci-dessous.

Vote au premier tour des régionales selon l'orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)

Vote au premier tour des régionales selon l’orientation sexuelle (Crédits CEVIPOF, tous droits réservés)

Autre facteur qui peut jouer dans le cas du FN, « la présence avérée de certains d’entre eux au sein de la direction frontiste, le ralliement spectaculaire de certains activistes gays au FN ou la discrétion de Marine Le Pen sur le mariage pour tous ». Une surprise pour l’auteur de l’étude que ce succès du FN pour agréger vote gay et vote des « parties les plus homophobes de l’électorat français qui le soutiennent depuis le milieu des années 1980. »

Les Républicains, à la traîne chez les gays

Les Républicains sont ceux qui perdent le plus : de 30,3% des voix chez les couples mariés hétérosexuels, ils tombent à 26,7% chez les mêmes couples homosexuels. Une conséquence possible de l’opposition au mariage pour tous, parfois très virulente, d’une partie de la droite de gouvernement.

Un révélateur de la normalisation de l’homosexualité en France

Au final, « l’orientation sexuelle en elle-même n’a d’effet [statistiquement significatif] que dans un seul cas. À agglomération de résidence, âge, éducation et revenu par unité de consommation égale, les répondants d’un couple homosexuel ont des chances plus élevées de voter PS, lorsque l’effet du genre du répondant est contrôlé. En moyenne, les répondants des couples homosexuels ont une probabilité de voter PS supérieure de 5% »

Sylvain Brouard estime que l’étude est : « un signe de succès du mariage pour tous, dans le sens où la normalisation des homosexuels est désormais avérée, politiquement parlant. Si [le mariage pour tous] dernier visait à normaliser la place des homosexuels dans la société, les couples homosexuels témoignent bien, d’un point de vue électoral, d’une forme de normalisation politique ».

À lire aussi :

  1. « De quoi faire sourire sur les arguments avancés à droite sur le mariage pour tous, présenté comme une mesure clientéliste… »

    C’est un argument d’homme de paille : On ne peut pas reprocher à la Droite le propre échec clientéliste de la Gauche !
    Ainsi, dans la liste du « nouvel électorat » que donnait Terra Nova, à coté des diplômés, jeunes, femmes, ils ajoutaient : diversités (soit toutes les minorités).
    Ou ce journaliste de France Culture dont je me souviens questionner en 2012 pourquoi son interlocuteur de l’UMP, homosexuel, ne choisi pas la Gauche !

    Au final, il est étrange que les auteurs se contentent de quelques explications partielles sur la raison de la préférence du FN. Serait-ce dû aux autres choix clientélistes du PS ?

  2. Bonjour

    Le titre de l’article est trompeur, il ne s’agit pas du vote gay mais du vote des couples homosexuels mariés.
    D’ailleurs l’auteur(e) de l’étude de CEVIPOF, note:
    ‘Ce résultat souligne paradoxalement que, de manière finalement très traditionnelle, l’institution du mariage est l’apanage de la fraction la plus conservatrice des couples, même lorsqu’ils sont homosexuels. ‘

    1. Bien vu !

    2. Oui, c’est ce que dit l’article. Mais il faut parfois simplifier, parce qu’un titre « pour qui votent les couples mariés homosexuels et les couples mariés hétérosexuels », ça ne passe pas 😉

      Sur le second point (mariés = plus conservateurs), je n’en suis pas convaincu : se marier dans le cas des gays, ça peut être justement l’apanage des plus militants, donc plus sensibles aux droits des gays, donc plus susceptibles d’être marqués à gauche.

      1. C’est surtout l’apanage d’une minorité réduite (contrairement aux couples hétéro sexuels) et qui n’est pas forcément bien comprise (contrairement aux hétérosexuels, justement où l’on sait que la stabilité, l’âge et le « traditionalisme » augmentent les chances d’un couple d’être marié).

        Mais si l’étude a choisi cette sous minorité d’une petite minorité, ce n’est très probablement pas par hasard. Il faudrait donc voir le reste des données, parce que là, ça pue violemment le « cherry-picking » et donc ne devrait sans doute même pas être présenté ici.

      2. Je partage les doutes de Franz. Ne faudrait il pas une étude sur l’ensemble des citoyens se déclarant gay ou lesbienne plutôt que sur une minorité d’entre eux, les mariés, sauf à démontrer leur représentativité.
        Tant qu’on y est ajoutons l’analyse de vote des bisexuels !

  3. d’apres un sondage publie par l’obs hier, 90% des athees et les 3 quarts des catholiques considerent les homos comme de gens normaux, mais seulement 50% des musulmans pensent de meme.

    Peut etre l’homophobie plus repandue chez les mulsulmans explique-t-elle la xenophobie des homos?

    1. Est ce qu’on peut ne pas être d’accord avec l’islam et même penser que c’est un système de pensée archaïque voir absurde sans être taxé de xénophobie?
      C’est un peu comme les communistes qui accusent de fascistes, ceux qui sont anti communistes.

      1. tout a fait, je n’utilise pas ce mot dans un sens pejoratif, au contraire. Il est sain de se mefier de certaines cultures, surtout quand celles ci ne cherchent meme pas a cacher leur intolerance envers nos valeurs de liberte.

    2. un gens normaux c’est quoi??? curieuse question…
      je considère que les gens anormaux sont normaux…

      1. ajouté

      2. non mais c’est sérieux le qualificatif de normalité est très ambigu…la normalité a d’bord un sens statistique qui veut dire qu’une personne normale est juste comme la majeure partie de la population sur un point précis…

        mais vous le savez bien, donc, que d’après vous signifie la normalité??? dans l’esprit des sondeurs et dans l’esprit des sondés ici, j’aurais quant à moi ajouter une question, que signifie pour vous normalité? décent, moral, convenable usuel …

        article curieux mettant en regard différents groupes..
        je vais vous dire franchement les gays sont comme les musulmans, ou les chrétiens c’est tous des méchants , enfin non, pas tous mais certains… Nous sommes des individus….

        critiquons les doctrines, islam, christianisme etc….

        1. ke doublon c’etait juste pour voir si c’est le mot con… qui etait modérable

  4. Le FN est  » gay friendly » cela ce voit notament que plusieurs hauts responsables de ce parti sont ouvertement homosexuels.Ce qui fait de plus en plus grincer la vieille garde au seine de ce parti donc vers une possible explosion sur le modèle d’ex partis d’extreme droite en europe…

Les commentaires sont fermés.