Eau et gaz à tous les étages. Gratuits.

Publié Par h16, le dans Édito

Et c’est une bonne nouvelle de plus qui se répand depuis quelques jours sur les ondes et les intertubes de France ! La lutte, acharnée et franchement pas facile, que mène l’ensemble de la société française contre la pauvreté et la méchanceté vient de marquer encore un point décisif il y a quelques jours : le Conseil constitutionnel vient de rendre un jugement fort attendu et qui marquera d’une pierre blanche un point crucial sur le chemin en pente de douce de la collectivisation l’adoucissement létal de notre pays.

Saisi il y a quelques temps pour une Question Prioritaire de Constitutionnalité par le distributeur d’eau Saur qui avait été attaqué en justice pour une coupure d’eau réalisée sur l’un de ses clients en Picardie, le Conseil a donc rendu son jugement le vendredi 29 mai en écartant les griefs de la société de distribution. Ce faisant, le Conseil valide donc l’interdiction totale de toute coupure d’eau dans les résidences principales, même lorsque les impayés s’accumulent.

infinite whisky

En substance, le Conseil constitutionnel vient d’expliciter de façon claire le contexte d’application de la loi Brottes du 15 avril 2013, loi qui, en plus du principe déjà fort généreux de trêve hivernale pour l’électricité et le gaz pour tous les consommateurs sans distinction de revenus, interdit donc toute coupure d’eau dans les résidences principales. Pour le Conseil, c’est évident :

« l’atteinte à la liberté contractuelle et à la liberté d’entreprendre qui résulte de l’interdiction d’interrompre la distribution d’eau n’est pas manifestement disproportionnée au regard de l’objectif poursuivi par le législateur »

free stuff is comingC’est toujours bon à savoir : du point de vue du Conseil, le fait de ne plus payer ses factures n’est donc pas suffisant pour justifier l’arrêt d’un service, arrêt qui serait très manifestement disproportionné au regard de l’objectif poursuivi par le législateur, qui est, apparemment et de façon de moins en moins surprenante dans ce pays, de distribuer l’eau gratuitement à tout le monde. D’ailleurs, lorsqu’on lit la réaction de l’association France Libertés, tout doute s’estompe bien vite :

« Le verdict est sans appel. Cette décision est l’aboutissement d’un long combat pour le respect de la loi et de la dignité des plus démunis. »

Notez que symétriquement, on se tamponne complètement de la dignité des gens qui bossent chez les salauds de distributeurs d’eau, de gaz ou d’électricité et qui le feront dorénavant gratuitement pour les personnes concernées par l’application de cette loi moelleuse. Ce qui promet quelques instants particulièrement cocasses lorsqu’il s’agira d’aligner la réalité de ce jugement constitutionnel avec celui du récent jugement prud’homal concernant Marc Fazio, un salarié de Veolia qui avait refusé d’effectuer des coupures d’eau pour des factures impayées, et qui se retrouve à présent licencié pour un fait qui, au moins depuis 27 février 2014 (date du décret d’application de la loi Brottes), ne peut plus être considéré comme illégal.

Après tout, si la République Française et sa Justice ont clamé ubi & orbi vouloir faire preuve de précaution « par principe », elles n’ont en revanche jamais réclamé la moindre cohérence par principe ou même putativement. On s’accommodera donc fort bien de tout ce foutoir illogique et on s’arrangera donc pour qu’enfin l’eau continue d’être distribuée à ceux qui en veulent, coûte que coûte.

Oh, bien sûr, il existe une possibilité que, dorénavant et se rendant compte du risque juridique important que fait peser cette loi sur leurs comptes, les distributeurs d’eau s’enquièrent de la solvabilité à moyen ou long terme du contractant (par un dépôt de garantie, en utilisant un tiers garant…) avant d’ouvrir un contrat qui, in fine, les lie de façon irréversible avec le consommateur. Mais baste, on s’en fiche puisque si ce risque advient, on pondra une loi pour interdire ce scandaleux comportement.

free stuff everywhereEt à terme, on fera donc supporter aux clients, solvables et qui payent, eux, ceux des clients qui ne sont plus que consommateurs, mais pas payeurs. Bon, certes, mécaniquement, chaque nouveau défaut d’un consommateur alourdira la facture pour tous les autres, et le prix de l’eau augmentant, le nombre de consommateurs susceptibles de faire défaut augmentera lui aussi. Mais franchement, le bonheur en France est à ce (modeste) prix, vous verrez.

Par la suite, ce qui va pulser grave du chaton psychédélique, c’est que les petits pas qui furent faits pour le gaz et l’électricité seront complétés de la même façon que pour l’eau. Bientôt, on accordera peut-être aux fournisseurs d’énergies de réduire éventuellement le volume des mauvais ou des pas-payeurs, mais la coupure complète, ça, non ! (Au demeurant, et toujours dans le chapitre La République Cohérente, on ne s’étonnera pas qu’on fasse tout pour que les uns et les autres continuent à tout prix de consommer eau, gaz et électricité alors qu’on nous chante en parallèle les vertus de la décroissance et de la lutte contre les gaz à effet de serre). Bien sûr, ces mesures seront rapidement étendues à Internet, largement reconnu d’indispensabilité publique, et qu’il deviendra impossible de couper complètement. Quand je vous dis que ça va pulser, ça va pulser.

psychedelic cat

Au passage, cette assurance de services minimaux rejoindra celle couvrant les soins et l’assurance santé en général, ainsi que le gîte (sauf si vous êtes propriétaire, surtout si vous êtes propriétaire, ce qui ne vous vaudra que mépris). L’étape suivante apparaît assez clairement : quel droit peut-il y avoir de plus symbolique, de plus prégnant et de plus indispensable que le droit au repas hebdomadaire ? Les grandes surfaces ont d’ores et déjà l’interdiction de jeter de la nourriture, l’obligation de fournir un repas gratuit à tous ceux qui le réclameront n’est en réalité plus hors de portée.

Tout ceci sent délicieusement bon, et ces vigoureux embruns de turbolibéralisme qui fouettent ainsi le paysage juridique français donnent au tableau un petit air réjouissant. On sait où on va, on sait qu’on y va, et tout le monde semble s’en féliciter bruyamment.

Je ne suis pourtant pas sûr que ce soit une bonne nouvelle.

Communism : it's a party
—-
Sur le web

  1. Liberté = RIP
    Egalité = RIP
    Fraternité = RIP, car à sens unique, rien que des droits, jamais de devoirs cela s’appelle de la spoliation.
    Amen la France.

  2. je ne suis pas d’accord avec vous , le fait de maintenir l’eau ou le gaz aux mauvais payer n’interdit pas de les faire payer plus tard , ce n’est pas de l’assistanat. De plus , les fuites d’eau ou de gaz sont bien plus importantes que ces quelques cas particuliers de mauvais payeurs !

    1. reactitude: « le fait de maintenir l’eau ou le gaz aux mauvais payer n’interdit pas de les faire payer plus tard »

      Le type qui aura l’assurance d’être plus pauvre avec un travail que sans va certainement ce décarcasser pour changer sa situation *rire*.

  3. Sur l’eau, le CC ne fait en cela que suivre un trend général : l’accès à l’eau est de plus en plus considéré comme un droit humain (c’est d’ailleurs une recommandation des nations unies d’interdire les déconnections). La jurisprudence européenne aussi va dans ce sens. Aux Pays Bas, c’est quasi un droit constitutionnel.

    A noter : le CC a jugé qu’interdire les coupures n’est pas illégal. Il n’a pas créé un droit fondamental à l’eau, il a dit que la loi (loi Brottes de 2013) a le droit d’interdire ces coupures.

    Vu les implications de santé publique, pas étonnant d’ailleurs que l’accès à l’eau ne soit pas traité comme n’importe quel service.

    Faudrait voir d’ailleurs quels autres pays interdisent toute coupure (il me semble qu’il est littéralement impossible à une compagnie écossaise ou galloise de couper l’eau à des occupants, mais c’est à vérifier).

    Tirons donc la chasse sur cet article inutilement alarmiste : la terreur rouge ne coule pas par les robinets de la baignoire.

    1. Mon mépris pour votre commentaire n’a d’égal que la simplicité de ce simple mot: LOL

    2. Histoire de contre balancer moi je l’aime bien /o/

    3. Vous ne comprenez rien, RIEN DE RIEN, aux articles de h16. Vous êtes tellement formaté par le sotcialisme qui vous éclaire aveugle par son phare digne d’un trou noir, trou noir ou mène toujours le sotcialisme qui finit par vous broyer impitoyablement.

      1. lol mais biensur, les naïfs d’ un côté et les éclairés de l’autre un peu comme l’élite et la masse non? article un brin provocateur comme d’habitude extrapolation à internet ridicule, rien de nouveau sur les tropiques. Sinon ca serait cool d’ avoir quelques chiffres sur les impayés en France parce que lâcher un article comme ca c ‘est un peu le réquisitoire contre l’AME alors que le déficit de la sécu et compagnie nous coûte largement plus. Article peut très bien se comprendre tout en étant inutilement alarmiste et polémique, bref dans le même genre sinon ya valeur actuelles aussi qui traite le problème complexe de l’immigration en titrant la « grande invasion » ou encore sur la France des assistés c’ est pas mal non plus …

        1. Et un de plus au club… :mrgreen:

    4. Vous risquez de vous attirer les foudres des crypto libère eaux
      et ça c’est grave.

      D’ailleurs tels le taureau devant le chiffon rouge certains ont déjà réagis avec toute la rigueur que vous méritez

      De même que la pensée socialiste est sanctuarisé (Le camp du bien Etc. Un peu comme la subtil doctrine fleuri dans le cerveau habile et fécond de Bush junior), la pensée libérale doit être choyé comme un chaton mignon et révéré (On évitera les prosternations qui peuvent être sujettes à confusion).

      Cela étant ça délasse les arpions d’enlever un peu les godillots.

      1. Il n’y a pas de crypto-libéraux ici. Crypto se rapportant d’une personne qui nie appartenir à une idéologie mais adhère consciemment ou non à ses principes…

        « D’ailleurs tels le taureau devant le chiffon rouge certains ont déjà réagis avec toute la rigueur que vous méritez »

        Vu que la personne en question est un habituel défenseur forcené de la justice sociale et du socialisme ici, vous êtes à côté de la plaque…

        1. Je retiens votre premier commentaire
          Ne le dévaluez pas par le second
          A moins que…le chiffon rouge? (Rose si vous voulez)

  4. Pas convaincu pour le coup :/

    A la limite savoir combien il y ‘ a t’il de non payeurs par choix permettrait de se faire une notion de l’interet public de pas couper l’eau au (petit) profit de certains citoyens douteux. Pour les fameux cas sociaux « qu’on peut pas laisser sur le carreau car on est trop gentil », il est ptet effectivement modeste de supporter la charge sociale, et je crois surtout qu’on a d’autres chats a fouetter. (après tout , 1 millions de foyer payant pas, ca ferait du 100 Millions par an, soit le prix de l’INA, hum hum non rien)
    Après evidemment philosophiquement sur CP, c’est de toute facon hors de question ^_^. Le problème etant tout le temps qu’avant l’auto régulation, faut commencer par taper là ou ca fait mal, genre l’action sociale à tout hasard.

    Après tout même si c’est essentiel, et il est vrai que l’eau ca se trouve aussi ailleurs qu’au robinet. Malheureusement ca sert aussi a se laver et tirer la chasse (du moins chez beaucoup) ce qui fait beaucoup de besoins essentiels pourvus, donc on touche a un confort important et répandu.

    Enfin monter en bataille cette décision en disant qu’on voit venir l’application du minimum social a TOUS les domaines « fondamentaux », je suis pas tout à fait convaincu. (Meme si le nombre de domaines grossit un peu tous les ans)

    Apparté: et pour internet c’est evidemment fondamental, ou payer ses impôts dans 5 ans sinon ? 🙂

    1.  » Malheureusement ca sert aussi a se laver et tirer la chasse (du moins chez beaucoup) »

      C’était l’objet de ma remarque sur la santé publique… En pays tempéré, on peut à la rigueur se couvrir et bouffer froid si on vous coupe le gaz, s’éclairer à la bougie si on vous coupe le courant. Mais se laver à la fontaine publique et chier dans le caniveau en bas de chez soi n’est pas sans répercussions sanitaires déplaisantes pour le voisinage.

      1. bonjour supergolem,pour en rajouter,voici un proverbe marin : l’eau sert à faire flotter les bateaux ,certains l’utilisent pour se laver ,il parait même qu’il y en a qui la boivent !

      2. « Mais se laver à la fontaine publique et chier dans le caniveau en bas de chez soi n’est pas sans répercussions sanitaires déplaisantes pour le voisinage. »

        Oui, et ? Les nuisances sont encore de sa responsabilité. S’il crée des nuisances au voisinage, que les voisins portent plainte.
        Ce n’est pas au contribuable, aux bons payeurs ou au fournisseur d’eau à financer l’irresponsabilité de ces gens.

        1. « Les nuisances sont encore de sa responsabilité. S’il crée des nuisances au voisinage, que les voisins portent plainte. »

          Donc solution : porter plainte, mettre en prison.

          ph11 vous avez réagi de la même manière que celle que j’attendais de Cavaignac. Voir plus bas.

          1. Oui, porter plainte.

            Pourquoi mettre en prison ? Si vous taguez le mur de votre voisin, on va vous mettre en prison ?

            Vous pratiquez la caricature, supergollum. Cela afin de pratiquer l’homme de paille. Présenter celui qui ne paie pas comme une pauvre victime, genre Cosette, est déjà fallacieux.

            1. Porter plainte, ça signifie gérer le conflit de personne à personne, car c’est bien de cela dont il est question.
              Il n’est pas question d’autre chose.

            2. « Présenter celui qui ne paie pas comme une pauvre victime, genre Cosette, est déjà fallacieux. »

              Victime je sais pas, mais cosette c’est presque certain.

              Un foyer qui rentre dans le cadre (l’interdiction de coupure) est forcément un foyer pauvre et sans revenus autre que les minima sociaux, sans cela le prestataire pourrait demander une saisie sur salaire, comme n’importe quel créancier.

              Quelqu’un peut confirmer ce fait ?

              1. Vous vous faites des films…

              2. Je connais quelques histrions qui ne disposent d’aucun salaire mais qui peuvent se permettre d’acheter cash un coupé Z3 dans la journée… Finalement, cet arrêt marque la gratuité de l’eau pour toutes les cités vivant de la dope… un beau signal comme le travailleur moyen les apprécie…

                1. La gratuité n’est inscrite nulle part, si je ne m’abuse. Il y a une différence entre la coupure d’un service et la poursuite d’une livraison gratuite. (Je ne connais pas les règles d’application de cette loi).

                  Par exemple, ne pas payer « à temps » une prime d’assurance ne vous prive pas de la couverture: il y a une procédure à respecter. Et c’est bien normal: personne n’est à l’abri d’un oubli ou d’un empêchement passager.

                  Le tout est de savoir dans quel monde vous voulez vivre. Si les personnes mortes de froid de l’abbé Pierre (1954) ne vous gênent pas, ces lois vous paraitront forcément inutiles. Est-ce à l’état de s’en occuper? C’est une autre question: d’autres solutions existent: des organismes non gouvernementaux, sans but lucratif, plus ou moins épargnés par le fisc et protégés de devoirs administratifs lourds et coûteux, par exemple. Un tarif adapté est une autre possibilité, le payement étalé, une autre, encore…

                  Une fois de plus, la solution n’est pas toute blanche ou toute noire et une fois de plus, le conflit entre égalité et équité ressurgit.

                  1. Rien ne vous interdit de prendre en charge les factures de ces pauvres miséroides si vous ne voulez pas qu’ils crèvent…

                    « Par exemple, ne pas payer « à temps » une prime d’assurance ne vous prive pas de la couverture: il y a une procédure à respecter. »

                    A terme, si. Et c’est pareil pour l’eau.

                    1. Euh on peut être libéral sans être méprisant envers les pauvres pour autant.

                  2. Bonjour Mikylix
                    ‘Si les personnes mortes de froid de l’abbé Pierre (1954)’
                    C’était alors différent, c’était après la guerre et vous n’êtes pas sans savoir que de nbreuses villes en france ont été détruites.
                    Je vous rappelle que les actions de charité étaient prise en charge par les congrégations religieuses que l’état a méthodiquement démantelées en 1905 en france pour asseoir le monopôle de l’assistance à l’état ou des associations amis

              3. « un foyer pauvre et sans revenus autre que les minima sociaux »

                Est-il normal que l’Etat entretienne ad vitam aeternam des foyers entiers ? Est-il normal que des gens qui n’en ont pas les moyens aient des enfants ? Est-il normal de prendre à la collectivité mais de ne jamais lui donner ?

                Qu’on supprime les minima sociaux et qu’on les remplace par des travaux d’intérêts généraux (nettoyer le bord des nationales, etc.) payés avec des avoir pour des factures de nourritures, habits, eau, électricité, HLM, etc.

                1. Ça a déjà été fait et ça a été un fiasco, ces travaux d’intérêts « généraux » sont arbitraires, subventionnés, et déstabilisent des activités que le secteur privé pourrait faire pour moins cher.

                  Les libéraux qui proposent des solutions étatistes…
                  Franchement dans une société riche où la productivité est grande on peut se permettre une sorte de revenu universel à la Hayek (facho communiste)
                  Après certes les libertariens pourrait toujours arguer qu’il ne veulent pas payer pour cela, contrat social caca, etc… Mais dans une course assez extrême au moins disant étatique même certains services régaliens dont les libertariens profitent pourraient également être supprimés ou privatisés.
                  Ils sont cohérent, intransigeant dans leurs principes, mais cela me semble moins pratique qu’une sorte de « nouvel » ordolibéralisme, il me semble qu’une garantie relativement « minimale » offerte par ce qu’une société peut se permettre n’est pas excessive.

                  En France on pourrait libéraliser complétement la SCNF, EDF, GDF, céder toutes les participations étatiques saut peut-être dans l’armement, certains domaines de l’énergie…
                  Virer les subventionnons aux médias, associations diverses, écoles, paysans, aides aux entreprises, et baisser d’autant les impôts.
                  Ouvrir le plus possibles nos marchés.
                  Autonomiser (voire privatiser) les écoles, universités.
                  Interdire les renflouements et autres bail-out.
                  Privatiser les gestions HLM.
                  Contrat de travail unique bien plus flexible.
                  Suppression du status du fonctionnaire.
                  Semi-privatiser ou privatiser les prisons, hôpitaux.
                  Flat Tax ou véritable impôt négatif sur le revenu.
                  Suppression de la TVA.
                  Ouverture aux investissements étrangers, sans rhétorique anticapitaliste.
                  Supprimer CSA et autres trucs liberticides, paternalistes, lois racismes, terrorisme, aux effets contreproductifs, etc.
                  Supprimer la SECU.
                  Privatiser la majorité ou tous les médias publics « étatiques ».
                  Interdire à l’État de s’endetter et de monétiser sa dette, suppression de la banque centrale, libéralisation de la monnaie.
                  Baisser l’aide international étatique ou la supprimer, l’aide international privé (ONG, dons aux familles) est bien plus atomisable, vérifiable, discriminante, responsabilisante efficace.
                  Remplacer les diverses aides ALS, RSA, CMU, par une SEULE allocation universelle qui serait fonction constitutionnellement d’un certain % du PIB du pays avec au pire d’autres boucles de rétroaction pour inciter à sortir du système.
                  Bref avec ça on peut aisément redistribuer une prescription allocation universelle à tous ceux de nationalité française, à partir de 18 ans, genre 500€ par mois.
                  Une aide qui n’est pas en fonction du nombre de gosses, donc pas une politique illégitime qui incite ou désincite à la natalité, l’État ne doit pas se mêler du cul des gens.

                  Non seulement cela coûterait moins cher qu’actuellement, moins d’administrations, de contrôles mais ça ne serait pas un « droit » juste une prescription, au sens que cela serait toujours « moralement » condamnable, c’est aussi plus réaliste que de postuler être capable d’offrir une ressources ad vitam æternam.

                  Bref pas d’eau, d’électricité, de nourritures, de gaz, d’Internet « gratuits » juste une redistribution monétaire (dont la valeur peut fluctuer), libre d’épargner ou non, plus responsabilisante, du moins je l’espère.
                  Ainsi si jamais un bien deviens trop cher, même le gars à l’UA ne peut pas se le permettre ou il doit se rabattre sur des ersatz, bref un système de marché classique avec le moins d’entraves étatiques.

                  Après si certains n’ont pas de bol de choper un cancer, etc, et bien je pense que la charité privé serra plus efficace et discriminante (dans le bon sens) pour gérer cela, et je doute qu’on laisse mourir de faim ou de soif même le plus fainéant des fainéant dans un pays avec une si grande productivité.

                  Après il y a plein d’argument contres, plus ou moins recevables, mais je crois que cela ne serait pas une URSS, juste une économie plutôt très libérale, avec un élément collectiviste rationalisé, une nouvelle sorte d’économie.

                  Après on peut se poser la question si cela va hausser le prix des biens de premières nécessités, ou si certains n’offrirons plus de services du tout à la société, peut-être qu’un tel programme fera baisser la délinquance, les gens qui font des gosses pour des aides.
                  Mais bon ça risque de gueuler dans les rues pour les postes de fonctionnaires supprimés, les syndicalistes et les socialistes qui perdraient une emprise politique sur la dépendance. D’ailleurs c’est pas étonnant si certains d’entre eux ont critiqué l’AU d’être une béquille « ultralibéral » du capitalisme.

                  C’est pas libertarien, certes, mais c’est toujours mieux que ce qu’il y a dans la majorité des pays.
                  L’économie

    2. Quel intérêt de pouvoir se laver si l’on meurt de faim? A quand l’obligation faite au boulanger de fournir du pain au client incapable de payer? (suivi par le maraîcher, parce que vivre sans ses cinq fruits et légumes par jour, non merci!)

    3. La notion de « non payeur par choix » présente un flou artistique remarquable. Il est amusant de la rapprocher de « consommateur d’eau ou de gaz par choix »…

  5. le fournisseur peut-il installer un limiteur de débit, ou de quantité (par exemple 10l par jour) ?

    1. Pour une seule personne, chier et pisser c’est 36 litres d’eau par jour. Pour un couple avec trois enfants, je vous laisse faire le calcul.

      Mais la compagnie pourra leur recommander de ne se soulager qu’une fois par jour, l’un après l’autre, pour n’avoir à tirer la chasse qu’une seule fois. Ajoutez la douche (on les autoriserait à se laver une fois par semaine, s’ils sont à plus de 5 Km des bains publics) et l’eau de boisson (1,5 litres par jour pour ceux qui sont à plus de 5km d’une fontaine wallace, et pas d’eau de cuisson ni de vaisselle : on postule qu’il ne mangent que des repas froids, puisqu’on leur a coupé l’électricité aussi).

      Rationner l’eau à des mauvais payeurs pose beaucoup plus de questions (au premier chef sanitaires) que leur rationner le gaz ou l’électricité (pour l’électricité, pas mal de pauvres du monde ont déjà fait la connaissance des compteurs électriques qui marchent « à pièces »).

      1. Ma question : « Est-il raisonnable d’avoir 3 enfants si on est pas capable d’assumer une facture d’eau de quelques centaines d’euros par an ? »

        Votre réponse : « Inutile de se poser la question, la collectivité assumera. »

    2. C’est aller droit vers un quota basique gratuit pour tout le monde, par exemple 10L, et un paiement progressif au-delà. Déjà réclamé par certains, l’idée semble raisonnable, mais ouvrira forcément des exceptions (le crémier qui doit laver son magasin chaque jour à grande eau consommera plus que l’expert comptable…), donc une usine à gaz dans l’eau.
      Et de l’eau dans le gaz, c’est pas bon !

      1. Sans compter les frais de gestion et d’installation, meme si on les met à la charge du mauvais payeur : la boite devra les avancer de la même manière.

        1. si vraiment c’est incontournable , alors le fournisseur ne doit pas en faire les frais et devrait pouvoir se retourner vers le législateur pour se faire régler dans le temps normal, et à charge pour ce dernier de se faire rembourser ce qu’il peut.

  6. +1

    Pour internet le conseil constitutionnel a déjà dit en 2009 que c’est un droit fondamental et qu’on ne peut couper entièrement un accès (certes c’était dans le cadre de la risposte graduée d’HADOPI).

    http://www.01net.com/editorial/503277/hadopi-la-coupure-de-l-acces-a-internet-censuree-par-le-conseil-constitutionnel/

    Et on a rien vu encore dans le collectivisme. Une réforme du droit des obligations est à l’étude avec comme philosophie : accroître le rôle du juge au détriment de la liberté contractuelle et introduire la logique « consommateur » au sein même du droit civil…

    http://business.lesechos.fr/directions-juridiques/02125118623-une-reforme-bienvenue-mais-a-parfaire-110519.php

    ça sent l’exil contractuel vers le droit suisse à plein nez.

  7. C’est le bon moment pour lancer un business de revente de bouteilles d’eaux remplies avec l’eau du robinet dis donc, avec un fournisseur aussi généreux qui fournit en illimité gratuitement…

    Je comprends mieux pourquoi « les puissances publiques » se contrefoutent des bornes d’eau pour les pompiers qui sont saccagées par les roms, qui ne prennent même pas la peine de les refermer, avec l’eau qui dégueule tranquillement par mètres cubes entiers sur la route ou le trottoir.

    Pour avoir un travail dans le secteur privé et payer ses factures faut vraiment être un débile mental dans ce pays tant l’arbitrage est en défaveur des gens honnêtes et courageux.

    1. Cela dit être honnête et dans le secteur privé ca s’associe pas directement … j’ai sous les yeux deux devis d’artisans dont l’un fait 2.5 fois le prix de l’autre. Il doit être honnète mais pas vouloir travailler, je vois que ca 🙂

      1. Je pense surtout qu’il a trop de travail. Dans un pays libéral il aurait embauché pour répondre à la demande temporaire quitte à se séparer ensuite du salarié si l’accroissement d’activité était temporaire. Or en France vu qu’il n’y a aucune flexibilité embaucher c’est très risqué voir suicidaire.

        Comme beaucoup de prof lib/artisans cet artisan va donc se concentrer sur les affaires rentables afin d’éviter d’augmenter ses charges en personnels.

        Ne pas perdre de vue qu’au delà de 72k de revenus l’état prends minimum 40 % sur tout euro supplémentaire gagné et que les effets de seuils en cotisations RSI, URSAFF, retraite etc… peuvent être terribles.

        Il y a intérêt pour une petite société à réfléchir à deux fois avant d’augmenter son chiffre d’affaires dans une économie collectiviste car à un certains niveau de revenus vous travaillez pour les autres entre 40 % et 50 % de votre temps et il vaut donc mieux moins travailler pour améliorer sa qualité de vie plutôt qu’a chercher à l’améliorer par l’augmentation de ses revenus (tant pis pour le chômage mais c’est ça le socialisme).

        1. Oui, vous avez raison (bon! Je n’ai pas vérifié l’exactitude de vos affirmations ,mais supposons): cela montre tellement bien qu’en dehors des soucis liés à son métier (approvisionnement, agenda, maintenance et entretiens des outils, informations sur les nouvelles techniques les nouveaux matériaux), un artisan doit être formé pour les domaines sociaux et fiscaux bien plus angoissants, car hors métier, et surtout complexes et trop changeants: le recours a un conseiller extérieur – expert comptable, fiduciaire ou groupement plus collectif – est quasi obligatoire mais évidemment, payant.

          (Je prêche depuis des années pour un « vrai » ministère « pour l’abrogation des lois et règlements désuets, la simplification (drastique) des lois et des administrations »: « personne n’est censé ignorer la loi » mais plus personne n’est apte à la connaitre toute! De ce point de vue, aussi, il y a « bien trop d’état »!)

      2. @ Irion : et c’est quoi un prix honnête ?

        hein ?

        mmmh ?

        gratuit ?

        1. Y a vraiment aucune limite au raisonnement comme quoi le libertarisme est une vertu sans faille: C’est écrit DEUX contrats, un 2 fois moins cher que l’autre. J’ai deja embauché le 1er , qui a un bon rapport qualité /prix. (et dont l’heure de MO se situe a environ 40/50€). Donc c’est quoi le raisonement ? L’autre monte les prix car il vient uniquement s’il vend trop cher ? Ca peut pas être une reflexion sérieuse.
          je vais le dire autrement: 1800€ ht pour 25m² de montage placo BA13 dont seulement 10 phonique , je te propose de prendre 2 heures pour etayer ton argumentaire basé sur sa bonne foi professionelle.

          1. Bonjour Irion
            C’est peut-être celui qui propose le prix le plus bas qui est un escroc, style saloper le travail.

            1. Hélas, pas toujours 🙁

              1. J’ai fait construire ma petite maison, quasi « clé en main »: l’entrepreneur principal (un ami qui fut de bon conseil) m’a laissé entendre que sur le travail des sous-traitants menuisier, toîture, portes et fenêtres, plafonneur, sanitaire, carrelage, plomberie et chauffage, lui-même prenait 25 % sur le travail et entre 25 et 30% sur les fournitures (partagés entre sous-traitant et client, bien sûr).

                Ce n’est pas du vol: cela correspond bien à un travail de planification (le calendrier prévu fut respecté), une surveillance de la qualité des travaux par des visites régulières, la responsabilité de l’organisation des travaux et l’administration conséquente.

                Donc pour quelques m2 de placo, les contraintes sont évidemment bien moins importantes: le bon système est de demander un devis-évaluation à un artisan travaillant « au black » pour connaitre le prix réel, quitte à y ajouter ensuite l’imposition fiscale, sociale et administrative, pour arriver au prix d’un artisan travaillant avec facture.

          2. Loi de l’offre et de la demande, simplement. Celui qui a un carnet de commande bien rempli peut se permettre de faire le tri entre ses clients. Sur le prix qu’ils sont prêts à payer, par exemple. J’ai un ami artisan, il fait une sélection géographique, et reste (sauf exception du genre clients qui ont plusieurs biens distants) dans un rayon d’une dizaine de km de chez lui, et surtout toujours du même côté de l’agglomération. Les clients qui acceptent ses conditions sont suffisants pour qu’il continue d’appliquer les dites conditions. J’imagine qu’il en est de même avec votre artisan hors de prix. Sinon, ben il les baissera, ses prix. Pas sûr que ça demande deux heures de développement…

          3. @ Irion : un prix est moins cher qu’un autre, chaque producteur a ses contraintes et ses coûts de production, d’accord., c’est uen évidence depuis que le monde est monde.

            Mais alors ? c’est quoi un prix honnête ?

            Vosu ne répondez pas ou alors complétement à côté.

            Et si vous preniez 2 heures pour réfléchir à ce que veut dire « un prix honnête » ? car manifestement, vous ne le savez pas …

            Sinon, pour votre info, le libertarisme, ça ne veut rien dire. Vous faites référence à quoi ? au libéralisme ? aux libertariens ? aux libertaires ?

            1. Effectivement je pourrais passer un moment a réfléchir un moment au ratio offre/demande/qualité/service.
              Mais il est marrant que sous couvert d’honneteté professionelle il ne semble pas envisageable dans les retours que le type soit simplement un escroc. Alors de là à dire qu’il l’est il y a une marge. Ca ne demande sans doute pas deux heures non plus.
              Cependant a defaut de savoir ce que veut dire libertarisme (ca m’apprendra a faire deux choses a la fois, libéralisme était très bien 🙂 ) je sais compter. ET 65€ par m² de placo ba13,soit 1800€ dans une pièce de 8m², c’est plus le RSI que le monsieur veut se payer, c’est un chateau.

              Alors peut – etre , je peux le concevoir, qu’il ne veut pas se déplacer sur mon chantier sans faire une grosse plus value car il a plus offrant ailleurs. Cependant il a quand meme pris le temps de se déplacer une fois ma demande effectuée, ce qui démontre quand meme un certain intérêt dans la démarche. Mais sans dire que je sais ce qu’est un prix honnète donc, il pratique un prix non concurrencé, sous la simple reflexion qu’il suffit que je trouve un meilleur rapport qualité /prix ailleurs pour ne pas le contracter.

              Je pense juste qu’il est trop cher, et ce constat est renforcé par le second devis, dont la qualité est certe douteuse car moins chère (excepté si l’autre est plus cher pour le principe donc), impression amoindrie par le fait que le moins cher a deja été contracté pour un autre service dont il s’est acquité honnetement(mot que j’utilise cette fois ci sans doute), comme dit plus haut.

              Alors au vu de cette reflexion au final, je demande a comprende : « Est il t plus cher en toute bonne foi connaissant le marché sur le bout des ongles? » Est ce que l’honneteté joue dans le rapport qualité/prix pour le coup? J’en doute !

              Comme dit en premier, ce monsieur est sans doute trop cher pour une raison, mais le fait qu’il ne soit pas aligné sur un concurrent direct ne démontre pas vraiment une loi d’offre / demande ( pour quoi le moins cher ne l’applique t il pas au meme endroit ? ) et le fait qu’il affiche une prestation excessive ne peut afficher que troischoses: ou il pense qu’il vaut son argent, ou il est mauvais calculateur/entrepreneur , ou il essaie de me faire trop payer.

              D’ou au final mon constat initial: l’honneteté ne s’associe pas au secteur privé sans discussion.

              Dis autrement par une connaissance maçon:  » je fais mon prix en fonction des casseroles au mur dans la cuisine, s’il met de l’argent dans de belles casseroles il peut en mettre dans la piscine ! »

              Du coup stéphane, j’ai pas pris 2heures, mais quelques minutes quand mêmen ton retour etant plus long qu ele précédent. Par contre même si mon retour etait sans doute un peu trop cinglant et marseillais, c’etait une réponse a ce qui peut quand même s’apparenter a un troll: « c’est quoi un prix honnête? Gratuit? »

              1. Personne ne prétend que l’honnêteté s’associe au secteur privé sans discussion. Mais tant que vous avez le choix de contracter ou pas (ce qui est le cas dans le secteur privé, sauf contraintes imposées par l’Etat) et qu’il n’y a pas de tromperie de la part du vendeur (sur la qualité du travail, sur la qualité des fournitures, etc.), il n’y a aucune malhonnêteté à demander un prix élevé, au risque de perdre le marché.

                1. Merci M Drovosyk. Autant mon exemple etait bancal et portait a confusion, autant le message intial se situait là, en réponse à l’affirmation qu’il faut etre fou pour entreprendre dans le secteur privé car en défaveur d’un travail honnète. Cependant je remarque avoir lu ce message de travers, travailler dans le secteur privé, ce n’est pas entreprendre dans le secteur privé.

                  Je confesse l’exemple bancal par le prix elevé. (le prix n’etant effectivement pas le critère de decision d’honneteté)

                  Cependant, il me semble que sans aller sur la malhonneteté, une tromperie peut se cacher dans la tarficiation, car tous les acheteurs ne sont pas des comparateurs de haute expertise en tout domaine. 3 vendeurs existent, 2 vendent a prix elevé, l’acheteur ne connait pas le troisieme, il compare deux prix elevés, cela amoindrit sa deduction du marché. Bref, logique d’entente sur les prix, ce genre de choses.

              2. @ Irion : tout ce blabla pour ne pas encore définir ce qu’est un prix honnête.

                Voyons, voyons :

                selon vous, un prix honnête, c’est donc :

                – un prix qui vous convient ?
                – un bon rapport qualité prix ?
                – c’est un produit où celui qui vous el vends prends une faible marge selon votre calcul ?

                Tout cela est bel et bon, mais aucun rapport avec l’honnêteté.

                Un prix est un point d’équilibre entre l’offre et la demande où l’échange se réalise car tout le monde est gagnant gagnant.

                L’honnêteté désigne plutôt ce qui est juste et bon.

                Aucun rapport donc entre ces deux notions : prix et honnêteté.

                Camus disait : « mal nommer les choses rajoute de la misère au monde »

                il reprenait en cela ce que disait Platon :

                « la perversion de la cité commence par la perversion des mots ».

                un « prix honnête », c’est comme « la justice sociale » ça ne veut rien dire.

                Et comme tout bon socialiste, vous en tirez comme conclusion que le privé est malhonnête …

                mon dieu ….

                1. Votre dieu n’a rien a faire la dedans. 🙂

                  Mon message consiste initial dit qu’on ne peut pas faire l’association directe entre honneteté et entreprenariat, ce a quoi vous avez conclu que je la faisais, et qu’en plus j’etais socialiste ^_^. vous m’excuserez de pas vouloir continuer a perdre mon temps.

                  « @ Irion : tout ce blabla »
                  C’est assez concis ?

                  1. @ Irion :

                    Peut-on associer une qualité humaine à un groupe d’être humain ??????

                    Tenter de le faire c’est déjà ne plus comprendre ce qu’est un être humain…

                    perdre encore un peu de temps pour comprendre cela, ce ne sera pas vraiment du temps perdu 🙂

    2. Excellente idée. Les Mairies devront tenir des bouteilles d’eau du robinet gratuites à la disposition de ceux qui n’ont pas les moyens de la payer au tuyau.

  8. Mais pourquoi ces gens qui ne veulent pas payer s’entêtent-ils à réclamer des factures ? On se le demande. Il est tellement plus simple de court-circuiter les compteurs (une petite heure de travail pour plusieurs années de bonheur), opération leur permettant de garantir efficacement « le respect de la loi et de la dignité des plus démunis », et accessoirement, leur épargnant de fastidieuses démarches administratives superfétatoires.

    Reste à savoir si l’eau du robinet sera encore potable quand les distributeurs d’eau auront fait faillite. Eh oui, le législateur hystérique semble oublier que ses lois ne s’appliqueront jamais qu’aux entreprises encore en vie. Si, dans notre pays privilégié, l’accès à l’eau est relativement aisé, l’accès à l’eau rendue potable est autrement plus problématique. Pas sûr que la santé publique, l’habituel argument fallacieux des collectivistes, bénéficie réellement du foisonnement des « progrès sociaux » et des « droits à ». La collectivisation de l’économie, c’est un moyen sûr de détruire la santé publique (et le reste).

    1. « la santé publique, l’habituel argument fallacieux »

      Ahhh la santé publique ça existe pas en fait ? On n’a aucun risque sanitaire à laisser des gosses de pauvre chier et pisser dans la rue ?

      Vu votre pseudo, en effet, on ne court aucun risque : ca permettra de les verbaliser, puis de les condamner pour récidive, et de les mettre là où on aurait déjà du les mettre de manière préventive : en prison, non mais!

      Sacré Cavaignac…

      1. « Ahhh la santé publique ça existe pas en fait ? »

        Ça existe, mais ici, il n’est pas question de santé publique, mais de santé privée et d’irresponsabilité de personnes refusant de payer leur eau.

        « On n’a aucun risque sanitaire à laisser des gosses de pauvre chier et pisser dans la rue ? »

        Pas plus que pour des chiens.

        « Vu votre pseudo, en effet, on ne court aucun risque : ca permettra de les verbaliser, puis de les condamner pour récidive, et de les mettre là où on aurait déjà du les mettre de manière préventive : en prison, non mais! »

        Quoi ? Sanctionner les irresponsables et les nuisibles ? Mais c’est un scandalll !

        Supermongol, vous êtes toujours présent pour défendre le collectivisme immoral et insensé sur contrepoints…

      2. Vu votre pseudo, superGoulag, on ne risque rien… Pas si sûr ❗

      3. Vous connaissez le prix d’un prisonnier, par jour, sur le compte de la collectivité? Avec cette somme, par personne, tout le monde est capable de payer un loyer raisonnable, l’eau, le gaz, l’électricité!

        1. Je suis pour les prisons payantes comme aux USA.

      4. supergolem: « Ahhh la santé publique ça existe pas en fait ? »

        40 années de mesures sociales, solidaire et de santé publique devrait vous mettre la puce à l’oreille au vu des résultats obtenu en France.

        Mais cette fois ci, ça va marcher c’est sur…

  9. C’était couru d’avance : la compagnie d’eau peut se retourner contre les pouvoirs publics pour couvrir ses pertes, elle ne perd donc rien et n’est pas fondée à se plaindre.
    Le cocu c’est le contribuable, mais comme officiellement c’est lui le « législateur », il ne peut pas non plus se plaindre…

    Faut pas en vouloir au CC, il n’est pas là pour faire la loi à la place du « législateur » ni pour lui interdire de faire n’importe quoi, mais seulement de lui interdire de faire TROP n’importe quoi.

    1. « Faut pas en vouloir au CC, il n’est pas là pour faire la loi à la place du « législateur » ni pour lui interdire de faire n’importe quoi, mais seulement de lui interdire de faire TROP n’importe quoi. »

      Vous avez assez bien résumé l’esprit de l’arrêt : il valide la constitutionnalité de l’interdiction des coupures, pas l’inconstitutionnalité des coupures.

      1. J’aimerai bien qu’on m’indique où dans le pack de constitutionnalité il est indiqué qu’un opérateur privé doit fournir gratuitement un client qui ne paye pas.

        NUL PART c’est même contraire à la liberté du commerce et à la notion de propriété. C’est la jurisprudence du CC qui peu à peu à remplacé la constitution par l’interprétation qu’ils en font. Ces gens ne protègent pas la constitution ils l’ont détricoté depuis 60 ans avec des « concepts mou » plutôt que du « droit dur » et à partir de là tout est possible et la constitution ne joue plus son rôle.

        1. « J’aimerai bien qu’on m’indique où dans le pack de constitutionnalité il est indiqué qu’un opérateur privé doit fournir gratuitement un client qui ne paye pas. »
          Facile, c’est dans le préambule de constitution de 1946 (qui est repris par l’actuelle constitution), alinéa 11 notamment qui prévoit explicitement une fourniture gratuite : « Elle garantit à tous … le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence » .
          La seule obligation constitutionnelle c’est que l’opérateur ainsi soumis à une obligation spéciale a droit à un dédommagement de façon à ce qu’il ne supporte pas plus que les autres.
          Ce n’est pas différent des écoles privées qui doivent fournir gratuitement un client (le jeune élève) qui ne paie pas leur service (éducation). Tant qu’elles sont dédommagées pour ça, c’est constitutionnellement OK, quoi qu’on en pense.

          Autrement dit, le problème c’est plutôt que nulle part dans le pack de constitutionnalité il est indiqué qu’il est interdit au législateur d’obliger quelqu’un à fournir gratuitement un client qui ne paye pas.
          En fait, il est même indiqué que c’est possible ! La seule réserve, c’est que cette fourniture gratuite doit être équilibrée de façon à ce que le fournisseur ne contribue pas plus que les autres. Il faut le dédommager, ou lui permettre de se dédommager sur le dos de tous les autres. Ce qui est manifestement le cas ici …

          Tu te fait des illusions sur la constitution actuelle. c’est un document contradictoire puisqu’elle place sur un même plan la DDHC, libérale et très favorable à la propriété (sans pour autant en faire l’alpha et l’omega de la vie politique…), et le préambule de la constitution de 1946, antilibérale et reléguant la propriété privée au fin fond des accessoires superflus voire nuisible) .

          1. Je me pose la question: j’ai lu, un jour, qu’il avait été question que le terme « propriété » soit ajouté à « liberté, égalité, fraternité », lors de la révolution et dans la suite quand cette devise fut choisie. Vous qui semblez en connaitre un bout à propos des textes officiels, pouvez-vous me dire si c’est vrai? (je ne suis pas Français, j’ai cherché mais jamais trouvé confirmation.) D’avance, merci!

            1. aucune idée, désolé je ne peux pas répondre à votre question.

          2. Pas si vite @P il est écrit :

            11. Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.

            Je ne vois pas, sauf à prendre votre funeste raccourci (opérateur privé= collectivité) ce qui autorise à en déduire qu’un opérateur privé doit fournir gratuitement un client qui ne paye pas.

            1. grr … j’en ai marre de me répéter.
              Il n’est écrit nulle part qu’un opérateur privé doit fournir gratuitement un client qui ne paye pas (*).
              Il est écrit qu’on peut obliger un opérateur privé a fournir gratuitement un client qui ne paye pas, sous la seule condition d’un dédommagement de cet opérateur (au frais du contribuable, évidemment….), pour une gamme quasiment sans limite de biens (il suffit d’évoquer la santé, la sécurité matérielle, le repos ou les loisirs).
              Accessoirement le CC rappelle que la fourniture d’eau est un service public, où l’opérateur privé, quand il existe, n’est qu’un délégataire, c’est à dire que son client ce n’est pas le particulier qui utilise l’eau, mais la commune.

              (*) Et par parenthèse ce n’est pas non plus ce que la loi ou le CC ont décidé : il n’est absolument pas prévu de gratuité de l’eau en question, l’opérateur conserve le droit de facturer et de faire rentrer l’argent par tout moyen légaux !

        2. Faut bien qu’un article suscite un minimum de polémique sinon il perd tout sont attrait divertissant, vous imaginer un pavé âpre remplie de donnés détaillées et d’étude de cas serait quand même moins bandant non?

    2. J’ajoute qu’il est toujours préférable d’aller directement à la source plutôt que se référer à la traduction par un journaliste, qui en France fait rarement bien son boulot.

      http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2015/2015-470-qpc/decision-n-2015-470-qpc-du-29-mai-2015.143832.html

      7. Considérant, […] que le législateur, en garantissant dans ces conditions l’accès à l’eau qui répond à un besoin essentiel de la personne, a ainsi poursuivi l’objectif de valeur constitutionnelle que constitue la possibilité pour toute personne de disposer d’un logement décent ;

      8. Considérant, en second lieu, […] que la distribution d’eau potable est un service public industriel et commercial qui relève de la compétence de la commune ; que ce service public est exploité en régie directe, affermé ou concédé à des entreprises dans le cadre de délégations de service public ; que l’usager de ce service public n’a pas le choix de son distributeur ; que le distributeur d’eau ne peut refuser de contracter avec un usager raccordé au réseau qu’il exploite ; que lorsque le service public est assuré par un délégataire, le contrat conclu entre ce dernier et l’usager l’est en application de la convention de délégation ; que les règles de tarification de la distribution d’eau potable sont encadrées par la loi ; qu’ainsi, les distributeurs d’eau exercent leur activité sur un marché réglementé ;
      qu’en outre, la disposition contestée […] ne prive pas le fournisseur des moyens de recouvrer les créances correspondant aux factures impayées ;
      qu’il s’ensuit que l’atteinte à la liberté contractuelle et à la liberté d’entreprendre qui résulte de l’interdiction d’interrompre la distribution d’eau n’est pas manifestement disproportionnée au regard de l’objectif poursuivi par le législateur ;
      […]
      16. Considérant que les dispositions contestées qui se bornent à interdire au distributeur d’eau d’interrompre l’exécution du service sont sans effet sur les créances des distributeurs d’eau sur les usagers ; que, par suite, le grief tiré de ce que les dispositions contestées porteraient atteinte au principe d’égalité devant les charges publiques manque en fait ;
      —-
      bref ; cette loi est très conne, mais objectivement il ‘y a pas dans l’arsenal du parfait libéral de quoi la censurer.
      D’un point de vue libéral, il faudrait plutôt se scandaliser du point de droit rappeler en 8 :
      « la distribution d’eau potable est un service public industriel et commercial qui relève de la compétence de la commune ».

      Ajoutons un point technique : l’eau ne quasiment coute rien, ce qui est couteux c’est l’entretien du réseau, qu’il fonctionne ou pas. Ainsi, couper l’eau ne fait faire aucune économie à la compagnie, et ça lui coute un déplacement de main d’œuvre. C’est juste un moyen de pression dont on vient de décider qu’il était illégal, ce qui n’est pas anti-libéral.

      1. h16h16 Auteur de l’article

        Tous ces commentaires, intéressants, sont cependant dilatoires.

        Concrètement, on a un service dont certains bénéficieront de fait gratuitement, et pas d’autres. L’égalité part par la fenêtre. C’est un service qui coûte in fine au contribuable, et voilà sa liberté de faire ce qu’il veut de son argent qui part par la fenêtre. Toutes les autres considérations sont gentillette, mais le fond reste : c’est parfaitement inique.

        1. D’accord, mais tu te trompes de cible.
          Le problème ce n’est pas l’obligation de fournir de l’eau, c’est l’impossibilité de faire payer le mauvais payeur, et la possibilité a contrario de facturer à la place tous les autres clients (c’est même une obligation légale : le service public de l’eau DOIT être équilibré, de sorte que si untel ne paie pas, les autres paient forcément à la place) . En somme, dans le fameux graphique du parcours légal que j’adore et que tu affiches souvent, on est dans les cases « punition des innocents » et « facturation du contribuable ».

          Moi j’imagine assez facilement, sur les factures d’eau des autres clients, une ligne « facturation des impayés des mauvais payeurs dont la liste est en annexe : 3, 00 € HT » Rien de tel pour la réputation des emmerdeurs … Mais je suppose que ce serait une infâme stigmatisation, interdite ….

          Et je le répète, la principale iniquité est dans le le point 8 : « la distribution d’eau potable est un service public […] qui relève de la compétence de la commune ».

          1. Il est clair que les « gens honnêtes » paient pour ceux qui ne le sont pas! Pensez-vous un instant qu’en allant faire vos courses, vous ne compensez pas le vol de marchandises quotidien qui passe en « pertes et profits »?

            Mais, franchement, c’est bien moins important que les énormes fautes de gestion commises à tour de bras au nom de « l’état » dont les responsables, en sus, se prétendent toujours innocents et judiciairement parlant, irresponsables.

            Maintenant, qu’une pauvre famille paie moins cher ou pas du tout quelques m3 d’eau, au détriment du bénéfice de Véolia ou de façon insensible sur la facture des autres clients n’est sans doute pas compatible avec l’idéologie libérale pure mais cela n’a rien d’un drame non plus!

            1. France-info, commentant un livre ce matin, déclarait que l’état dans sa magnificence avait égaré 11 000 000 de mètres carrés et qu’il ne savait pas où ils étaient.

              1. bah …. ils avaient bien perdu 90 000 logement neufs …. quand ils les ont retrouvé ils les ont mis en 2012 chez duflot histoire que pendant la campagne présidentielle à venir on puisse dire que la gauche à mis le paquet sur la construction de logement.

                http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/statistiques-officielles-la-grande-manip-04-06-2015-1933476_2428.php

        2. http://www.la-definition.fr/imgc/citations-contribuable.png

          du pur socialisme a tiroirs ce contribuable d’ Hache seize,mais de la dénaturation qu’il engendre à travers son salaire de contributeur ,ce nain tapis dans l’immensité désertique de l’eau.LOL

        3. (j’ai honte: )
          Peut-être qu’en prenant le taureau par les cornes: plus personne paie ! Voilà un mouvement égalitaire, et très interessant politiquement ! Minimum social egalitaire, liberté de choix et payé par tout contribuable, sans discrimination.

        4. quelles statistiques pour les impayés?Bah la question sur le problème de l’eau c’ est si on considère que c’ est un bien privé ou public le reste on s’en cogne confortablement d’ ailleurs l’article pourrai décrire la même situation pour les loyers impayés, la CMU, le tiers payant etc…pour la SNCF c ‘est pareil certains profite du service en ne faisant pas contrôler, c ‘est pas pour ça que l’écrasante majorité qui paie va se réveiller un bon matin en ce disant bah maintenant je prends ma voiture et j’arrete le train marre de payer pour les autres. Tout simplement parce que dans cette majorité certains s’ en foutent, ont d’autres préoccupations etc. Vous voulez vous indignez des impayés d’eau et de gaz ?bah faîte une class action comme aux USA auprès de vos opérateurs.

          1.  » l’écrasante majorité qui paie va se réveiller un bon matin en ce disant bah maintenant je prends ma voiture et j’arrete le train marre de payer pour les autres »

            Que vous preniez le train ou non, vous crachez au bassinet. Qu’on libéralise la SNCF, et qu’elle se débrouille avec la fraude comme elle l’entend.

      2. « a ainsi poursuivi l’objectif de valeur constitutionnelle que constitue la possibilité pour toute personne de disposer d’un logement décent »

        C’est pas typiquement le genre de propos fumeux destiné à s’éloigner de la constitution en attribuant à certains comportement une « valeur constitutionnelle » (dont j’aimerais bien la définition, du coup)?

        1. Hélas pas fumeux.
          préambule de la constitution :
          11. Elle [la nation] garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.

          Quand on voit que même « le repos et les loisirs » (sic !) sont prévus dans la liste des obligations collectives qui pèsent sur le contribuable, il est hors de doute que « disposer d’un logement décent » en fait également partie. Et qui juge de la décence du logement ? le législateur. Qui a décidé que la fourniture d’eau, qu’on la paye ou pas, est un must… On est B…é .

          1. Note pour plus tard: continuer à ne pas émigrer vers la France :-p

            1. ça dépend : si tu es insolvable, patient et capable de te farcir d’insupportable procédures par d’horribles fâcheux, la France te fournira un logement, un revenu, des soins gratuits, etc. 😉

  10. Ôtez moi d’un doute. Thévenoud, il payait ses factures d’eau, de gaz et d’électricité ?

    Quel c.. !

  11. La magie de la bobocratie, c’est de transformer le cas particulier en cas général et vice versa.

  12. Annonce gratuite (merci Contrepoints … 🙂 ):

    Cherche famille très nombreuse, pour lui racheter son eau à bon prix, 0.5 EUR le M3. Prévoir le branchement d’un camion citerne.

    PS : à 5 Euros le M3, cela vaut la peine … ❗

  13. La gratuité entraîne toujours l’irresponsabilité. La Cour des comptes vient de découvrir (?) que les bénéficiaires de la CMU-C bénéficiaient d’un contrôle de ressources pour le moins laxistes et consommaient 35% de frais médicaux de plus que les autres en ville et 110% de plus à l’hôpital. Se rendre compte de cette réalité n’est pas du libéralisme, c’est juste du bon sens…

    1. Attention aux mauvaises interprétations statistiques. Les titulaires de la CMU sont souvent en plus mauvaise santé que les autres et ça contribue à leur surconsommation médicale par rapport à une population « normale. Ça ne veut pas dire que la CMU est une bonne idée, ça veut juste dire qu’il y n’y a probablement rien à tirer de ces pourcentages

      1. Et comme par hasard, cette mauvaise santé relève systématiquement du champ de compétence des hôpitaux publics…

        1. Peut-être, mais on peut l’interpréter de bien des façons, avec des implication contradictoires. Par exemple : les hôpitaux publics profitent de cette clientèle pour se faire du beurre ; ou, inversement, les CMUistes n’arrivent à se faire soigner qu’à l’hôpital le public car les autres les refoulent plus ou moins ouvertement.
          Bref on ne peut rien tirer de cette statistique.

    2. Ça fait au moins 40 ans que cela a été démontré: depuis la tarification des soins, il a été prévu une partie prise en charge par la Caisse et une autre appelée TICKET MODÉRATEUR: modérateur de la consommation, bien sûr,
      Déjà les ALD et ordonnances « bi-zone » ont donné lieu à des excès.
      Mais avec la CMU, il devenait clair que supprimer le ticket modérateur, c’était supprimer la modération!!! Y compris en secteur 2, puisque si le patient devait payer, c’est le médecin qui était sanctionné!
      Ce fut voté en 1999, sous L. Jospin. Lui aussi, comme les autres, de droite ou de gauche, a préféré faire des cadeaux que de profiter de la croissance pour « renflouer les caisses ».

  14. Excellent article. Rien à redire, sauf pour les spécialiste du « pipi-caca » dont la sottise est cachée par les bons sentiments, le nez pincée, on sait pour quelle raison …
    Pour les paumés, il existe le RSA, les APL et d’autres aides multiples et nombreuses.
    Si avec cela on arrive pas à payer 1 M3 d’eau à 5 Euros par mois et par personne, ou va-t-on ❓
    Ah bien oui, il faut payer l’abonnement à 100 Euros pour le portable …
    Personnellement, j’utilise 50 litres par jour, ce qui demande un peu de rigueur.

    1. Lol parce que le RSA et les APL sont tous touchés par des paumés? Eh bah ya du level sur contrepoint pour un peu on croirait lire un commentaire du figaro ou de VA. Sans doute que vous n’avez jamais eu à recevoir une quelconque prestation et c’ est tant mieux pour vous si votre niveau de vie vous exempte d’apl, d’allocation familiale et autre prestations de paumés comme vous le dite. Tant mieux pour vous si êtes propriétaire et que vous avez les moyens de vous passez du service publique pour tous les domaines de votre vie? Vous serez enterré dans un cimetière privé si vous vous en donnez les moyens :), votre commentaire transpire le mépris et l’aigreur, d’un côté les assistés parasites et de l’autre ce qui héroïquement payent toujours pour les autres(oh snif), les auto-entrepreneurs self-made-man d’un côté et les éboueurs ( oh mon dieu ils sont pas très français ceux là) de l’autre nan? Autant dire de suite que ce pays est quasiment peuplé de pommés uniquement puisque les allocations sont touchés autant par un couple d’avocat, qu’un parent isolé à temps partiel, que les APL sont autant touchés par un fils de médecin qu’une fille de caissière l’un pourra échouer dans ses études par suffisance et se sentant financièrement à l’abri grâce à ses parents , la fille devra se bouge le cul pour arriver à réussir ce qu’elle souhaite faire, lequel et le plus paumé? Pauvres et Riches sont paumés, vous l’êtes également à moins que vous veniez d’une planète libertarienne ( des nouvelles du Liberland alors ça donne quoi le nouveau paradis pour propriétaire (oui le statut de locataire n’est pas autorisé dans de pays seule la propriété pleine et entière est reconnue, c’ est vrai que le taux d’imposition est de 0% sur les entreprises et qu’il n’y a pas de TVA, apparemment la constitution aurait proscrit la notion de service public trop trop cooool ) encore non découverte.

      1. Surtout, ne faites aucun effort, même pas avec les 3 neurones qui vous « servent » de cerveau.
        Vous accrochez sur « paumés », mais n’est-ce pas être paumé que de recevoir des autres ❓
        Comme tout bon socialiste gluant de bon sentiments, vous bavez de générosité, surtout celle des autres.
        Vous êtes prompt à observer ce que fait votre voisin. Je vous bien, la massue à la main, tenter de retirer ce qu’il a dans la bouche pour être sur qu’il ne mange pas quelque chose à laquelle vous n’auriez pas accès.
        Ce que vous ne comprendrez jamais, à cause de votre formatage de sotliste, c’est qu’il puisse exister d’autres systèmes de répartition. Les seules méthodes que vous préconisez conduisent toujours à l’instabilité. Grâce à des gens comme vous, les paumés se multiplient. Vous êtes les Jésus-Christ des temps modernes.

        Et vous voulez que je me prosterne devant vous ❓

        Non mais ❗

  15. Comme d’habitude sur ce sujet, Ayn Rand avait tout dit et bien dit :

    “Les droits sociaux”

    Dans la mesure où les choses dont l’homme a besoin pour survivre doivent être produites, et où la nature ne garantit le succès d’aucune entreprise humaine, il n’y a pas et il ne peut pas y avoir de garantie d’une sécurité économique. L’employeur qui vous donne un emploi n’a aucune garantie que son entreprise va rester en activité, que ses clients vont continuer à acheter ses produits ou services. Les clients n’ont aucune garantie qu’ils auront toujours la capacité et l’envie d’échanger avec lui, aucune garantie de ce que leurs besoins, choix et revenus seront dans le futur. Si vous vous retirez dans une ferme autonome, vous n’avez aucune garantie vous protégeant des conséquences d’une inondation ou d’un ouragan sur vos terres et vos cultures. Si vous laissez tout aux mains du gouvernement et lui donnez tout pouvoir pour planifier l’économie dans son ensemble, cela ne garantira aucunement votre sécurité économique, mais garantira l’abaissement de la nation entière à un niveau de pauvreté misérable – le résultat pratique que toutes les économies totalitaires, communistes ou fascistes, ont démontré.
    Moralement, la promesse d’un impossible « droit » à la stabilité économique est une infâme tentative d’abrogation du concept de droits. Elle ne peut signifier et ne signifie qu’une seule chose : la promesse de réduire en esclavage tous les hommes qui produisent au bénéfice de ceux qui ne travaillent pas. « Si certains hommes ont le droit de bénéficier des fruits du travail des autres, cela signifie que ces autres sont privés de droits et condamnés à travailler en esclaves. »

    1. Excellent rappel qui permet de comprendre que l’infâme préambule de la Constitution de 46 repris dans la Constitution de 58 est un texte fondamentalement esclavagiste. Pas étonnant, ce préambule a été inspiré par les marxistes.

      On prétend qu’il complète le texte principal du bloc constitutionnel, la DDHC. C’est faux. Sa finalité est d’annuler la DDHC, de la vider de son sens, pas de la compléter. A peu près tout ce que raconte le préambule contredit d’une manière ou d’une autre la DDHC.

      On se souvient également que la Constitution de 46 a été rejetée par les deux tiers des électeurs mais a été imposée quand même au pays très affaibli, sans défense, proie facile pour les démagogues collectivistes au lendemain de la guerre mondiale. La France restera une démocratie de pacotille tant qu’elle ne se sera pas débarrassée des éléments de doxa marxiste qui dévoient sa Constitution et ses lois.

      1. +1, hélas …

  16. Ils n’ont pas d’argent pour l’électricité ou le gaz, mais pour leur voiture de haut de gamme, il y en a, car ils doivent payer au remplissage, leurs femmes sont d’un blond exclusif, car le coiffeur se paie à l’instant, les mauvais payeurs, fument en famille : femme, mari, fils, filles, mais les cartouches se paient à l’instant….
    Leur iPhone sont magnifiques, mais si tu ne paies pas on te coupe facebook..alors ça on le paie en Contrat (pas de cartes, que des contrats).
    Ils pourront bien profiter de la société et se chauffer à 24C en hiver, quand le gars « honnête »(=le c.n !) coupera le chauffage pour ne pas avoir de factures démesurées, car à la finale, c’est l’honnête gars qui paiera les impayés.
    J’étais en déplacement sur l’Espagne en train, je suis monté à Montpellier , contrôle 33 des 34 passagers du wagon n’avaient aucun billets et ne souhaitaient pas en payer en 1ère classe : le seul c.n à avoir payé : Moi ! Ils ont donné des noms et des adresses certainement bidons, et ont continué le voyage bien assis avec la plupart des chiens : ils sont descendus à Narbonne d’autres à Perpignan, aucun policier ne les attendait…
    C’est la république du tout gratuit. Il suffit de se lancer.

    1. C’est un des piliers du socialisme que de donner des billets à ceux que l’on nomme en économie des passagers clandestins http://fr.wikipedia.org/wiki/Passager_clandestin_%28%C3%A9conomie%29

  17. Toute fourniture gratuite est forcément régulée par la quantité ou la qualité, puisqu’elle ne peut être régulée par le prix.

    Si l’eau doit être fournie gratuitement par l’Etat, c’est de l’eau non potable qui sera distribuée, et encore, seulement quand il y aura de la pression. Pour ceux qui en doutent, il suffit d’aller voir ce qui sort des robinets dans les pays collectivistes. N’oubliez pas vos bouteilles d’eau minérale, y compris pour vous laver les dents !

    La France de plus en plus enfoncée dans le socialisme est un pays en voie de sous-développement. C’est un choix. Mais au moment de l’assumer, les pleurnichards ne pourront pas dire qu’ils ne savait pas.

  18. Milton Friedman a tout dit du mensoinge etatiste en 1 phrase « There’s no free meal ». Il y à toujours un payeur, et avec le socialisme on peut être sûr que ce n’est pas celui qui le mérite qui en profite, bien au contraire…

  19. Attendez… attendez… du moment ou l’UE, avec la totale bénédiction des états, va ouvrir (a ouvert) en grand les vannes de l’immigration, il est impensable que l’on envisage de faire payer des services tels que : l’eau, l’électricité, le gaz, et pour finir les loyers. Mieux encore, l’état va être obligé de réquisitionner des hôtels (+ que ce qui se fait déjà) pour loger des gens qui de toute façon, n’ont aucune chance de trouver un emploi, au moins le problème sera réglé, logé en hôtel, c’est un forfait total, aux frais des con-tribuables.

    En aparté, les cotas d’immigrants sont une sacrée plaisanterie dans une UE ou les accords de libre circulation ont été établis depuis des lustres. Ils vont rétablir des frontières au sein de l’UE pour obliger les immigrés à rester dans leur zone de cota ?

    Demain on rase gratis, nous y sommes !

  20. P.L.jesuisunhommelibre

    Tous ces beaux pleureurs sur les malheurs d’autruis, ne semble pas envisager une seconde de payer pour les mauvais payeurs. Ils veulent que cela soit dilué sur l’ensemble des consommateurs, surtout les autres. Belle fraternité que voilà. Et belle solidarité.

    C’est au contraire, au travers d’organismes caritatifs (non subventionnés, faut-il préciser !) qu’une aide réelle peut être apporté aux plus démunis. Mais avec une reconnaissance, qui responsabilise le bénéficiaire, qui ne reçoit pas cette aide comme un dû, mais comme un véritable acte de fraternité dont il se sentira redevable.

    L’eau est un bien comme un autre, et laisser croire qu’elle appartient à tous ou à personne, est le plus court chemin vers la pénurie.

  21. Chaque jour qui passe me confirme qu’il etait temps de partir… bon courage aux sedentaires! ( surtout aux proprietaires ^^)

Les commentaires sont fermés.