Comment réellement lutter contre le racisme ?

Publié Par Nafy-Nathalie, le dans Sujets de société

Par Nafy-Nathalie.

Crédits : Carmen Lucas, licence CC-BY-SA 2.0, via Flickr.

Crédits : Carmen Lucas, licence CC-BY-SA 2.0, via Flickr.

Actuellement, la lutte contre le racisme est le nouvel objectif du Premier Ministre Manuel Valls. Il a tourné son plan autour de grands axes qui sont pour résumer :

  • La répression du racisme intégrée au droit pénal
  • La répression du racisme sur le net
  • La répression du racisme dans les établissements scolaires
  • La répression du racisme dans les milieux sportifs

Le tout accompagné évidement d’une campagne de communication d’un coût de 100 millions d’euros. Hormis la question du financement de cette campagne qui pose question vue la situation actuelle des français et de leurs finances, se pose la question de l’efficacité de ces mesures.

Comprendre la nature d’un problème est essentiel pour permettre sa résolution et le choix des mots pour le définir a une importance primordiale pour l’appréhender correctement.

Qu’est-ce exactement le racisme ?

Si le Larousse définit le racisme comme une « attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes », de manière plus générale, la notion de racisme est perçue comme le refus de l’autre en raison de sa différence (couleur de peau, nationalité, religion, culture, orientation sexuelle, etc…).

Donc, cette hostilité serait perçue comme résultant de la différence des autres. Mais cette perception est-elle juste ? Pierre Tévarian dans « La mécanique raciste » explique que si l’inconnu était à l’origine du racisme, les islandais par exemple subiraient plus de racisme que les algériens, les bouddhistes plus que les musulmans.

Or, ce n’est pas le cas et cela ne l’est pas parce qu’au contraire, ce n’est pas l’inconnu qui fait peur au raciste mais le « bien-connu » ou plutôt la double ignorance socratique à savoir l’ignorance ignorante d’elle-même.

Le raciste d’ailleurs ne dit jamais « je ne sais pas ! » mais il dit « je sais ! » avec la certitude d’être menacé par ce qu’il sait. On peut dès lors tout à fait supposer que le racisme n’est pas causé par la différence mais c’est, au contraire, le racisme qui construit une différence.

Et cette différence ridicule à la base prend une importance démesurée dans le regard raciste qui se pose dessus, jusqu’à absorber tous les autres points de ressemblance ou convergence.

Ce qui est très intéressant.

Appliqué à un morceau de tissu simple, cela donne :

  1. un foulard,
  2. qui s’appelle voile si on le met sur les cheveux,
  3. qui devient « voile islamique » quand porté par une femme musulmane
  4. qui se transforme en attribut principal de celles qui le portent
  5. qui assimile l’ensemble de ces femmes à une vision effrayante de l’islam
  6. qui installe la peur d’une propagation
  7. qui amène le racisme

Le regard sur ces femmes change et sa qualité se dégrade au fur et à mesure qu’un langage choisi assigne une vérité unique à une réalité diverse. Cette situation est d’autant plus paradoxale que ces mêmes langues qui font ce langage unique sont également celles qui parlent de diversité et nous enjoignent de l’accepter.

Et cette transformation n’est possible que suite à un conditionnement du peuple, par force de discours répétés des autorités (politiques, morales, économiques, religieuses, …), à l’idée que le voile est important et que c’est sur lui qu’il faut concentrer son attention, ceci au lieu d’en montrer la réalité, en y affectant une sémantique systématiquement dramatique.

Pourtant, le fondement avancé par notre Premier Ministre semble être l’idée que la peur de la différence de l’autre est une réaction instinctive qu’il faut encadrer légalement et réprimer énergiquement. Bien sûr que le racisme est inadmissible moralement et qu’il faut lutter contre mais au niveau du droit, son expression orale ou écrite ne devrait pas être un délit. En faire un délit, mettre en place une police de la pensée, va limiter la liberté d’expression et imposer une morale d’État aux citoyens. Seuls les actes violents qui en découlent devraient être punis, non parce qu’ils sont racistes mais en raison de leur nature violente justement.

Tenter de réprimer à coup de loi un pseudo instinct créé et exacerbé par un discours imprimé dans l’inconscient n’a pas de sens. Ce n’est pas par maladresse ou hasard que les gens sont devenus racistes. Une culture (lois, « sachants », histoire ….) pro raciste les y a conduits.

Il se pourrait donc que notre Premier Ministre ait tort et que le racisme, construction culturelle, ne pourrait être modifié que par la mise en place d’une contre-culture. Limiter la liberté d’expression, encadrer la liberté de pensée, devrait être au mieux sans effet positif sur le racisme quand cela ne l’aggravera pas au contraire.

Au lieu de réprimer, il aurait fallu libérer la parole, aller au dialogue, expliquer, faire confiance aux citoyens et investir la culture de cette mission de déconstruire un regard qu’elle a façonné.

  1. Tout ça, n’importe qui doté d’un minimum de jugeotte le sait. Le problème, c’est qu’une telle politique, si elle peut avoir des effets visibles à long terme, est une politique qui ne se voit pas, et qui ne permet pas à nos chers politiques de faire des soirées petits-fours / champagne en s’auto-congratulant bruyamment. Non, franchement, rien de tel qu’une bonne petite loi pour ça.

    1. Exactement. Si la lutte contre le racisme n’était un tel argument de propagande pour faire semblant de probité politique, le problème du racisme serait devenu marginal avec l’explosion des échanges mondiaux.

  2. L’exemple du voile est intéressant. Le voile, simple morceau de tissu, amène le racisme. Peut-être. Mais qui justement amène le voile ? On pourrait interprêter le port du voile comme un signe de distinction. Je porte le voile parce je suis différente, parce que toi qui ne le porte pas tu es différente de moi et de ceux qui portent le voile. Alors le voile, un simple morceau de tissu ou un symbole d’exclusion de l’autre ?
    Mais bon, j’aurai pu choisir la Rolex comme symbole, puisque certains en font un symbole d’exclusion pour ceux qui n’en ont pas à 50 ans.
    Les mécanismes du racisme sont aussi complexes que la complexité humaine. Vouloir légiférer contre le racisme, c’est vouloir changer l’humain. C’est bien le but des socialistes. Toutefois un peu étonnant pour l’ancien maire d’Evry qui trouvait qu’il n’y avait pas assez de « whites » dans sa ville…

    1. Rajoutons meme « Les roms n’ont pas vocation a rester en France »… »Ils ne peuvent pas s’intégrer », ou bien encore « les juifs sont l’avant garde de la France ». Bref le retour de la notion de hiérarchie des races, avec des races inférieurs (qui ne peuvent pas) et des races supérieurs (qui sont au dessus des autres)… je me rappel plus bien l’expression des socialos dans ces cas la… euh ah oui « les heures les plus sombres de l’histoire ». Un homme tremblotant comme un fou, en s’énervant dans une assemblée, qui considérait des races comme supérieures et des races inférieures… ca me rappel quelqu’un j’arrive plus a mettre le nom dessus ! D’ailleurs Valls devrait écrire un livre, je lui propose comme nom « Mon Combat ! »

      Adolf H. avait un inconvénient, c’est que personne de son parti ne contrôlait les associations dites anti-raciste… contrairement à Valls quoi !

    2. Nafy-NathalieNafy-Nathalie Auteur de l’article

      L’exemple du tissu sur la tête est d’autant plus intéressant qu’il a été porté (fichu/foulard) par nos grand-mères chrétiennes – du moins en Vendée elles ne sortaient pas découvertes, certains sportifs aussi le portent parce que cela fait tendance, les juives, les boudhistes (il n’y a qu’à voir la tenue des indiennes), … et ado je me recouvrais la tête de bandanas parce que c’était la mode, des actrices l’ont porté aussi, …
      Bref !

      1. et sous la dinastie qing , les chinois portaient la natte mandchou , ce qui les faisaient ressembler à des animaux … le refus de la porter pouvait entraîner la mort . par contre , les mariages interraciaux n’étaient pas tolérés …
        personne ne regrette le moyen-age là bas , il y est vieux seulement de 103 ans.

      2. « … les boudhistes (il n’y a qu’à voir la tenue des indiennes), … »: quelque chose manque, je suppose ? Si le Bouddhisme est originaire de l’Inde, sa présence n’y est plus que très marginale. La religion dominante y est l’Hindouisme. Les Indiennes en sari, le vêtement traditionnel, sont plus probablement de cette religion.

        A propos des femmes qui ont ou avaient la tête couverte dehors:
        L’apôtre Paul a fustigé les femmes qui vont à la prière tête nue, mais n’a rien dit au sujet de leur tenue le reste du temps. Si nos grand-mères sortaient tête couverte, il me semble que c’était plus une question de mœurs que de religion.
        A rapprocher du cas des hommes. Jusqu’au concile Vatican II, il y a cinquante ans, les femmes catholiques devaient avoir la tête couverte dans les églises. Rien de tel pour les hommes. Au contraire, pour eux, la tête nue était de rigueur (et l’est toujours). Pourtant, jusqu’au milieu du XXème siècle, environ, ils avaient quasiment tous, toutes religions ou absences de religion confondues, la tête couverte dehors.

    3. je vous propose de remplacer le voile(bien sur de la grand mere)par le couteau d’egorgeur ou la kalachnikov à crosse repliable(pour se camoufler sous le sur vetement Nike)
      Est ce que l’argumentaire sur le racisme tient toujours?

      1. voyez vous c’est typiquement raciste, TOUS des criminels égorgeurs…

        porter une voile c’est rien , égorger des gens innocents , les mitrailler c’est simplement criminel.

        non, il y a des individus, alors certes quand des salauds se regroupent ça fait des groupe de salauds, mais alors ne cherchez pas une façon de savoir qui et un salaud autrement que en regardant qui a commis des saloperies.

        1. et quand je dis que c’est un commentaire raciste…il est d’abord est avant tout injuste…soyez raciste si ça vous chante, mais sachez qu’en l’étant vous serez toujours injuste, c’est le fameux » les arabes c’est tous des cons , ben sauf toi mohamed. ».. ben donc les arabes c’est pas tous des cons point barre. Les cons sont des cons…

  3. « Il se pourrait donc que notre Premier Ministre ait tort » ?? « pourrait » ? Ca fait 30 ans qu’ils mennent la meme politique contre le racisme… ca fait 30 ans qu’ils ont créé les SOS racisme, Licra & co, qui n’ont comme but unique, que de recevoir des subventions… les 100 millions vont aller directement dans leurs poches.
    Le concret, c’est qu’aux Etats-Unis, le KuKluxKlan a le droit de défiler dans les rues en disant « je haie les noirs »…. et le président élu 2 fois de suite, démocratiquement par une majorité de citoyens américain est …. noir ! La présentatrice préférée des américains est noir, il y a une centaine d’acteurs et présentateurs noirs connus,… En France, on dépense des millions d’Euros pour donner a ses petits amis, et on a un seul présentateur/journaliste noir, qui n’est plus a la télé, et voila !

    Tout cela est logique, aux etats-unis, vous avez droit de dire que vous n’aimez pas les noirs, mais vous avez le droit d’etre contredit ! En France ni l’un, ni l’autre ! On peut stigmatiser des populations, sans aucun contradicteurs (actuellement roms et musulmans),… Bref la liberté d’expression libère et permet a chaque citoyen de comprendre les tenants et les aboutissants et de se faire son propre avis.

    Mais en effet nos politiques et Valls le premier, n’ont qu’un seul objectif, conquérir le poste suprème, et donc seul l’image compte. Mettre 1 milliard contre le terrorisme qui tue 3 personnes par an, alors que zero euro est mis sur le cancer qui tue 30.000 personnes par an donc 10.000 fois plus… c’est juste pour rassurer le peuple flipper, et dire « vous voyez moi je suis fort, je ne rigole avec personne » Sarko nous avait fait la meme chose avec « les racailles »… ou grace a lui, il y a eu les émeutes en banlieue qui ont coûtes des millions aux citoyens… mais le francais est content, il a été rassuré par les pompiers pyromanes !

    1. J’aime beaucoup l’exemple des USA avec d’un côté le KuKluxKlan et de l’autre Barrack Obama. C’est du concret (je sens qu’il va ressortir rapidement lors de discussion !);

      En France, d’où peut venir cette méthode reposant non pas sur la discussion (entendre l’idée de l’autre et contre-argumenter) mais sur la promulgation de loi (ou de plan de communication) ?

  4. la répréssion n’a jamais résolu les problêmes ;valls fait le choix de fermer le couvercle de la cocotte minute sans la soupape ; c’est tellement plus simple n’est ce pas ….quand à moi , mon racisme n’a rien à voir avec la couleur de peau , la culture , la religion ; mon désamour va vers ceux qui nous dirigent , nous enferment , nous emmerdent réellement tout en nous menant dans le mur ; elle va là mon « attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégories déterminé de personnes « ;

  5. Vous avez lu le livre de Pierre Tevanian ? Êtes vous d’accord pour dire que le racisme est systémique et culturel, et pas une pathologie individuelle ?

    1. Nafy-NathalieNafy-Nathalie Auteur de l’article

      Les études faites avec des enfants le démontrent assez bien.
      Rien n’est inné sauf dans de très rares cas pathologiques. Tout le reste est issu d’une construction environnementale.

      1. Je vais citer le résumé présenté sur Amazon (cf votre lien) : « [Pierre Tevanian] souligne le caractère social et systémique du racisme français, et son enracinement dans notre culture : loin d’être naturel, le racisme est une production culturelle, et loin d’être une pathologie indi­viduelle, qui ne concernerait que quelques extrémistes, il traverse toute la société, sous des formes plus ou moins distinguées, adaptées à tous les univers sociaux et à toutes les sensibilités politiques. »
        Êtes vous consciente que ce point de vue « holiste » ne s’accorde pas vraiment avec l’approche individualiste des libéraux ?

        1. Nafy-NathalieNafy-Nathalie Auteur de l’article

          Merci de votre remarque. Je ne sais pas quoi vous répondre.
          Je ne connais pas le mot holiste.
          De prime abord, cela ne me semblait pas s’opposer au libéralisme puisque pour moi ce phénomène relève d’une contrainte/violence morale collectivement organisée dont il faudrait se dégager.
          Le fait que cela puisse exister ne justifie pas que cela soit juste qu’il le soit.
          Je voyais le libéralisme lutter contre l’injustice de cette existence, pas la nier.
          Mais bon …
          J’ai peut-être tord dans mon approche et cela signifierait que j’ai beaucoup à apprendre et que je serais plus de tendance libérale que libérale, ce qui en soit n’est pas si grave.
          Je vais regarder tranquillement ce que signifie ce mot et réfléchir à ce que vous dites.
          Je reviens vous répondre ensuite.

          1. Pour vous aider, voici un lien de Wikibéral sur le sujet : http://www.wikiberal.org/wiki/Holisme
            Parler de racisme systémique ne permet pas seulement de qualifier des actes ou des idées racistes, mais sous entend qu’il y a un rapport dominant / dominé. Le caractère « systémique » renvoie évidemment à l’idée d’un « système d’oppression ».

      2. C’est sur, quand on commence a bourrer le crane des enfants avec:

        – les filles sont inférieures aux hommes, elles doivent leur obéir et se cacher le corps.
        – les garçons seront plus heureux aux paradis, surtout s’ils ont tues des mécréants, ils auront droit a 72 vierges.
        ….

        Quand on commenceras a arrêter de dire ça, ça iras un peu mieux

    2. ben comment en serait il autrement puisque les races sont un produit culturel?
      Avec l’abandon d’idée scientifique définie de race ce débat est clos.

      Mais l’homme étant un animal culturel le racisme a de beaux jours devant lui. Il ressuscite. il se métamorphose..en aura on fini avec le racisme de papa, les noirs les blancs, les jaunes, avec celui de tonton adolf les juif, les musulmans etc.. on en trouvera un autre..les bouffeurs de viandes contre les vegan… ou je ne sais quoi.

      m’enfin les religions..

  6. dans  » week end à zuydcoote  » de robert merle, le héro , maillat , feint d’attendre l’arrivée des allemands en disant :  » je suis curieux de voir à quoi ça ressemble une race supérieure … « 

  7. Il faut arrêter de mentir. La lutte contre le « racisme » n’est que le moyen d’imposer par la force une immigration massive rejetée par la population.

  8. « attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes ».

    la socialo-phobie en fait donc partie ?

    1. Nafy-NathalieNafy-Nathalie Auteur de l’article

      +1 pour le sourire

  9. ce n’est pas à l’état de lutter contre le racisme donc cela ne sert à rien de se demander comment lutter contre le racisme vu que ce n’est pas du rôle de l’état de lutter contre le racisme.

    1.  » ce n’est pas à l’état de lutter contre le racisme …  »

      et c’est le rôle de qui ? du bistro ?

      1. C’est le rôle de l’éducation, donc pas celui de l’état…

        1. et quand l’éducation a failli , on fait quoi ? on va au bistro ?

          1. L’état doit assurer l’égalité en DROIT de tous les citoyens. S’il se met à dire « je protège ceux qui ressemblent à truc des exactions de ceux qui ressemblent à machin », il devient raciste : il a validé la création des catégories « truc » et « machin » et défends certains plus que d’autres. Il devrait donc lutter contre lui-même.

            Si M. Chang veut n’employer que des asiatiques dans son restaurant car ça corresponds aux attentes de sa clientèle, c’est clairement raciste. Cependant personne n’est lésé (il n’y a pas un « droit à se voir offrir un emploi par M. Chang »). Pourquoi lutter contre ?

            1. et si 20% de la population se met à faire la quenelle et à crier mort aux juifs, ou même mort aux chinois et casse la vitrine de mr. chang , on fait quoi ? on s’en va relire le dernier traité minarchiste ?

              le devoir régalien de protèger son peuple fait même de l’état , la seule entité qui puisse légitimement etre raciste …

              1. ben si ils essayent de tuer des juifs, l’état les arrêtera pour meurtre. si ils cassent la vitrine de chang, ils seront poursuivi en justice pour meurtre. Il y a bcp moins d’antisémitisme aux usa où l’état ne lutte pas contre l’antisémitisme qu’en France où l’état lutte contre l’antisémitisme. ce n’est pas à l’état de lutter contre des opinions

              2. la liberté d’expression n’est pas à géométrie variable que cela vous plaise ou non

              3. Si l’Etat peut s’abstraire de l’égalité en droit en etant raciste (surprotection d’une catégoie ou persécution d’une autre) alors l’Etat est un despotisme.

                « et si 20% de la population se met à faire la quenelle et à crier mort aux juifs, » Et si 98% des francais veulent tuer des juifs? On a une belle unanimité la… Alors il fait quoi l’Etat là? Il devient légitimement antisémite? En quoi une haine systématique ou une volonté de persécuter autrui peut elle etre légitime?

              4. Si certains individus, du fait de leurs idées discutables, se mettent à commettre des exactions (agression verbale ou physique comme vous le suggérez) alors ils devront répondre de ces exactions devant la justice.

                Répondre de leurs actions, pas de leurs opinions.

                Si la stupidité est classifiée comme un délit, commencez tout de suite à construire de nouvelles prisons…

          2. Vous avez tous raison:

            Les opinions racistes sont du domaine privé, en général elles sont l’oeuvre de gros c.. mais pas forcément méchants.
            Les actes racistes eux sont répréhensibles et relèvent des fonctions régaliennes de l’état, qui pour éviter leurs apparitions , peut effectuer de la prévention.
            Le problème étant alors: jusqu’où peut aller cette prévention pour ne pas altérer la liberté de penser

            1. non…pas les actes racistes…piège…il n’y a pas d’acte raciste , il y a des actes supposément causés pas le racisme…
              un meurtre raciste est un meurtre…
              le problème est que la prévention contre le racisme s’articulant souvent autour des concepts raciaux nourrit le racisme.
              EN somme pour caractériser la causalité raciste d’un crime, on évite rarement de tomber dans une forme de racisme sympa. discrimination positive  » et pire « minorité discriminée »….mais bien sur par par ceux qui définissent qui appartient à une minorité discriminée..non nous on est les gentils..

              Je me fous de la causalité d’un crime …

              La lutte contre le racisme par la loi est contraire avec la liberté de penser et d’expression…. et quand on en arrive à devoir prendre ce genre de mesures..ce n’est pas bon signe.

              1. Nafy-NathalieNafy-Nathalie Auteur de l’article

                oui !

          3. Si vous confiez l’éducation de vos enfants au mammouth, ne vous étonnez pas du résultat …

          4. le racisme que vous voulez ou non reste une opinion ce n’est pas à l’état de s’en occuper. libre à des gens de former des associations pour lutter contre le racisme. je pense que l’on voit l’inefficacité de l’état dans la lutte contre le racisme, à quoi cela sert de persister ?? si on commence à autoriser l’état à lutter contre le racisme, il n’en restera pas là.

  10. Si Manolo veut lutter contre le racisme, qu il supprime le racisme et le sexisme d’Etat qu est la discrimination positive.
    Mais on me souffle que ça mettait fin à un business très rentable pour une série de proxénètes.

  11. Lutter contre le racisme est par nature anti-libéral. Lutter contre une opinion même (et surtout) si elle nous semble mauvaise, c’est le début du délit d’opinion, la fin de la liberté d’expression, la fin de la liberté tout court.

    Je n’ai pas à lutter contre les erreurs de mes congénères. Ils découvrent vite qu’ils ont tort par eux même. Ou alors ils subissent les conséquence de leur erreur et de sa continuation. Pas mon problème, pas le votre, et surtout pas celui du gouvernement.

    Si des gens entendent (à titre individuel, avec leur argent et en respectant la liberté et la propriété des autres) contre le racisme, grand bien leur fasse. Si des racistes attaquent quelqu’un pour la couleur de sa peau, qu’ils soient punis (pas moins mais pas plus que s’ils avaient attaqué quelqu’un pour l’épaisseur de son portefeuille ou ses opinions politiques ou… ). Très rapidement on n’aura plus de racisme (s’il n’est pas justifié) ou au contraire beaucoup de racisme (s’il est justifié). Pour l’instant je n’en sais rien, juste qu’en tant que libéral tendance anar-cap j’aime pas trop qu’on me dise ce que je dois faire et encore moins qu’on me dise ce que je dois penser, et mon aversion devient vraiment extrême si tout ça est fait avec mon argent (ce qui est le cas ici).

    Valls et ses potes voudrait me rendre raciste (par esprit de contradiction pur) qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.

    (Sinon, l’exemple du foulard est tout sauf pertinent et détruit à lui seul l’article : l’islamophobie n’est pas du racisme et après avoir lu le coran et quelques hadith, je dirais plutôt que c’est une saine défense contre le totalitarisme… je crains les totalitarismes même et surtout s’ils le sont au nom de la religion)

  12. « Le Premier ministre Manuel Valls estime que « le racisme, l’antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l’homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays ». Il a sans doute raison, mais je ne l’ai pas entendu dire, comme certains observateurs, que l’antisémitisme était devenu un « code culturel » dans certains quartiers sensibles en France. Je ne l’ai pas entendu dénoncer non plus la haine dont la France et les Français font l’objet de la part de certains de leurs compatriotes qui rejettent ce pays et ses valeurs, la liberté d’expression et la liberté de la femme en tête. Quant à la haine des musulmans et des étrangers, très franchement, même si elle doit être très fermement condamnée là où elle a lieu, et s’il faut rappeler que l’on ne fera pas la France sans ses citoyens musulmans, qui sont notre pays comme les autres Français, il ne me semble pas que ce soit le problème prioritaire auquel les pouvoirs publics doivent s’atteler. Évoquer sans cesse une haine dont feraient l’objet certaines communautés, loin de les aider, les maintient, par la crispation que cela crée chez elles, dans une marginalité qui leur nuit. Pour parler plus simplement : tout le monde est dans la même merde en France, le jeune de banlieue comme celui des campagnes, et que l’on naisse à Grigny ou dans le Morvan, que l’on soit musulman ou catholique, les désagréments à subir dans le monde qui s’est ouvert depuis trente ans seront les mêmes, chômage en tête. Pourtant agira aussi, pour tous, cette République exsangue qui malgré tout soigne, éduque et instruit. Peut-on vraiment la laisser aux mains de cette gauche qui lui fait faire n’importe quoi ? » (Charles Consigny)
    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/charles-consigny/consigny-le-plan-a-100-millions-contre-le-racisme-est-une-folie-20-04-2015-1922783_1449.php

  13. Manu dit « El Blanco » dit « La tremblotte » en guise de « lutte contre le racisme » ressort les vieilles ficelles politicardes mitterrandiennes, joue le communautarisme et subventionne à tour de bras les associations qui n’ont aucun adhérent…

  14. Ils n’ont toujours pas compris que leur fameux « vivrensemble » ne peut que pâtir des protections particulières accordées à des groupes de population.

    1. Ils s en foutent des incohérences du moment qu ils restent au pouvoir et s en mettent plein les fouilles.

  15. « Si le Larousse définit le racisme comme une « attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes », de manière plus générale, la notion de racisme est perçue comme le refus de l’autre en raison de sa différence (couleur de peau, nationalité, religion, culture, orientation sexuelle, etc…).

    Non, le racisme c’est croire en la supériorité d’une race. Le blanc peut se considérer comme supérieur à la race noire ou asiatique parce qu’il va se considérer plus intelligent ou plus civilisé qu’une autre race.
    L’hostilité vis à vis d’une population avec une culture, religion…. etc c’est de Xénophobie. C’est ce qui m’agace le plus c’est la confusion entre les deux.
    Je peux me considérer comme xénophobe parce que l’étranger m’impose une culture, une religion qui n’est pas la mienne. Mais en aucun cas, je considérerais un noir, un chinois moins intelligent, ni inférieur à moi. Ce fut le problème de la colonisation ou effectivement le racisme fut légion. Le noir vivant dans une cahute ne pouvait pas être intelligent ni aussi civilisé que nous. De ce point de vu, la france a été très raciste par le biais de ses colonisations sans en être consciente. Les anglais recherchaient uniquement un développement économique et considérait la population autochtone comme simple client potentiel.
    Ne jamais confondre le racisme et la xénophobie.

    1. +1
      Relire J FERRY
      Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures […]parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures.
      Il n’y avait pas d’hostilité.
      Relire Tintin au Congo et l’ambiance de paternalisme.

      1. La citation est de Léon blum. Mais le racisme socialiste de l époque à fait de beaux émules, tel le WWF qui va expliquer aux malgaches quelles ampoules ils doivent utiliser pour s éclairer.

        1. Humm..
          L Blum, vous êtes sûr?

          1. Celle de Blum en 1925 est très ressemblante. Autant pour moi.

    2.  » les anglais recherchaient uniquement un développement économique et considérait la population autochtone comme simple client potentiel …  »

      non mais sans rire ?

      cromwel en irlande :  » to hell or to connaught  »
      aux USA : guerre systématique entre les colons anglais et les tributs indiennes …
      en australie et en tasmanie : extinction presque totale des indigènes …
      au transvaal : guerre contre les républiques africaners pour s’approprier les mines d’or et d’argent …

      je continue ?

      1. Dans tous les cas que vous citez il s’agit du réultat de la concurrence sur un même territoire.

        Bien souvent aussi les populations indigènes ont dû faire face à une diminution de leur population à cause des maladies ou de la consanguinité (australie).

        Il faudrait aussi arrêter de regarder les westerns à la télé… les épidémies ont fait plus de morts chez les indiens que les guerres avec les colons… De mémoire il ne doit y avoir eu à peine 10,000 morts dus à la guerre chez les indiens…

  16. L’anti-racisme est devenu l’alpha et l’oméga de l’enseignement, de la politique, du journalisme, du droit…. Obsession névro-idéologique elle sert à faire oublier l’ inefficacité des politiques qui ont, depuis 30 ans, plongé la France et particulièrement les jeunes dans la pauvreté et le chômage.

    1. Nafy-NathalieNafy-Nathalie Auteur de l’article

      Ils nous recyclent le coup de « sos racisme » enveloppé avec nœud et un joli ruban made by Manolo !

    2. tout à fait, mais il y a aussi au moins 2 autres utilités pour le ps:

      -financer des associations amis en panne de subside après l’échec des élections locales.
      -Contourner la loi sur le financement des campagnes politiques afin de préparer les élections de 2017

  17. L’objectif du 1er Ministre ce n’est plus de réduire le chômage ? J’ai raté un épisode ?

  18. Dans ma langue, le terme racisme signifie ceci : Hiérarchisation verticale des différents groupes ethniques formant le monde sur base scientifique… cette théorie se base sur le fait que l’humanité est hiérachisable génétiquement et que donc, l’homme est de toute façon conditionné de façon irréversible à avoir une position de dominant/dominé ( contradictoire avec toutes les études sérieuses menées sur le sujet qui montrent que si les inégalité des peuples existent – de même que l’inégalité des être dans l’ensemble -, ces inégalité ne sont jamais figées au fil des générations.)

    C’est là que Valls et ses tirades deviennent dangereux. En créant une sorte de gestapo anti-raciste et en usant et abusant du mot pour confondre nationalisme, xénophobie, patriotisme, chauvinisme, il provoque justement l’effet Streisand et donne toutes les cartes aux négriers (le racisme dans une application socio-darwinienne et utilitariste en vient clairement à l’exploitation du dominé par le dominant, c’est inéluctable) pour se victimiser.

    Peut être que pour en finir avec le racisme, il faudrait commencer par accepter nos inégalités…

  19. Pour lutter contre le racisme il suffirait déjà d’être neutre, de laisser les gens de tous bords s’exprimer et de permettre des statistiques ethniques surtout qu’un jour ou l’autre celles-ci transpirent.

    Ainsi au détour d’un rapport on apprend, grâce au dépistage chez les nouveaux nés d’une maladie affectant principalement les africains et le moyen orient (dépranocytose) que ce dépistage concerne 38.8% des nouveaux nés en france… ouche !

Les commentaires sont fermés.