Les Bretons sont de gros cons

Publié Par Baptiste Créteur, le dans Syndicalisme

Par Baptiste Créteur.

 

Les manifestants manifestent et, comme on pouvait s’y attendre, ils affrontent les forces de l’ordre et quelques débordements surviennent. On pouvait s’y attendre, surtout du côté des forces de l’ordre d’ailleurs : les casseurs ne sont autres que des policiers en civil.

Ce n’est pas nouveau, mais on peut tout de même se poser la question de la légitimité de telles pratiques : qu’ils cassent ou se contentent de se fondre dans la masse et jouer les agitateurs, pousser au crime et le commettre ne font pas réellement partie de la fiche de poste du gardien de la paix.

Cette vraie manipulation n’est évidemment pas acceptable pour les médias subventionnés, qui préfèrent lui substituer la manipulation des pauvres par les riches et faire des opposants quelconques au mieux des idiots utiles manipulés, au pire des réactionnaires. Mélenchon pour le Front de Gauche, et un anonyme vivant aux crochets du contribuable pour le PS, se livrent à l’exercice.

Je ressens comme un malaise, un gros malaise à entendre cet inlassable petite musique d’un ras-le-bol généralisé. […] Je suis allé à Quimper parce que je voulais écrire sur le sujet. Une fois sur place, quelques heures avant le grand rassemblement, l’article lu ce samedi matin a pris tout son sens. J’ai cru un instant que j’étais à la « Manif pour tous ». Je suis passé par le parking le long de l’Odet. Je n’ai jamais vu autant de 4×4 d’alignés. Les gens descendaient de voitures, arborant fièrement leurs bonnets Armor Lux, se prenant en photos avec leur iPhone et leurs écharpes. Ils étaient nombreux, souriants avec leur Audi, Nissan ou pick-up. Chaussés de bottes plutôt Bessec que caoutchouc. Ce n’était pas des T-shirts roses qui prônaient un papa et une maman, mais bien des bonnets rouges qui étaient vendus 5 euros. Et ça débitait les billets de cinq. Alors ensuite, oui, la foule d’anonymes est arrivée, moins souriante, plus crispée. Mélange des genres.

Je ne veux pas succomber à la tentation facile de moquer un témoignage selon lequel on peut prendre des photos avec une écharpe. En revanche, je me laisse joyeusement tenter par la dénonciation d’un amalgame évident, d’une stigmatisation éhontée : posséder iPhone et 4×4 rendrait toute manifestation illégitime, rendrait infinie la contenance du bol qui ne pourrait jamais déborder.

On tente de scinder les manifestants en deux, de distinguer manipulateurs et exploités, de faire revivre une lutte des classes qu’on rêve de voir encore déchirer la société en deux. Mais la vraie lutte aujourd’hui, c’est la lutte des castes, entre le public (les maîtres de l’État, i.e. politiciens et administration mais aussi syndicats, associations subventionnées et patrons adeptes du capitalisme de connivence) et le privé (les vrais serviteurs de l’État, qui ploient sous son poids sans provoquer le moindre battement de cils). On tente de faire planer le doute, de semer la confusion quant à ces manifestations qu’on ne parvient pas à contrôler.

D’ailleurs, ces manifestations, en plus d’être manipulées, sont réactionnaires : on se croirait à la manif pour tous. Le sweat-shirt rose devient bonnet rouge, une manifestation contre un changement sociétal à venir se fait protestation contre un changement économique déjà voté. La ficelle est grosse, mais plus c’est gros plus ça passe :

Qui est derrière ? Qui surfe sur la détresse bien réelle de ces gens ?

La question est posée : à qui profite le crime ? Qui ose utiliser une détresse réelle pour des motifs fictifs, détourner la colère légitime des opprimés pour les opprimer mieux encore ? Les odieux capitalistes.

Ce qui me choque, c’est que ce sont les mêmes qui étranglent les producteurs qui ont manifesté ce samedi. J’ai l’impression que la douleur bien réelle et parfaitement ressentie des uns est utilisée par d’autres sans scrupule afin de tirer les manettes pour gagner plus et conserver leurs marges bien juteuses.

Bretons, vous êtes donc, pour les socialistes et bas du front de gauche, des idiots, qui léchez la main qui vous bat et mordez la main qui vous nourrit. Vous êtes de gros cons.

De gros cons représentatifs du peuple de France, incapables de comprendre que vous êtes exploités par le patronat et que votre salut passe par les syndicats. Incapables de comprendre que travailler les soirs et week-ends, c’est de l’exploitation, et de remercier les syndicats qui le forcent à la place à rester à la maison. Incapables de comprendre que quand l’État vous prend le fruit de votre travail et le claque, c’est pour votre bien.

imgscan contrepoints 2013-2335 bretons cochonsDe gros cons qui n’ont toujours pas compris que les politiciens et syndicalistes mafieux n’étaient pas des parasites vivant grassement à vos frais mais une élite intellectuelle, une avant-garde éclairée qui, sans avoir jamais créé le moindre emploi, sait mieux que quiconque comment créer de l’emploi ; qui, sans avoir jamais travaillé, sait mieux que quiconque comment réguler le travail ; qui, sans être soumise aux mêmes impôts et aux mêmes règles que les autres, loue les mérites de l’impôt comme étant notre lien national. Une avant-garde éclairée qui comprend les dangers de la vitesse, des feux de cheminée, de l’encens et des boissons énergétiques. Qui comprend le danger de la menace fantôme extrémiste de droite, au point de prendre pour argent comptant des on-dit contraires aux preuves et des déclarations montées de toutes pièces, de dissoudre des groupuscules dont on découvre l’existence dans ses discours.

Une petite élite qui mérite sa rémunération, ses dessous de table et ses privilèges, et qui vous crache au visage, vous, suppôts du capitalisme qui voulez les leur enlever. Vous qui brulez les instruments de mesure de votre laisse fiscale, qui défoncez les portes de leurs forteresses de paperasse, qui osez manifester contre vos bienveillants anges gardiens, contre la puissance publique.

Vraiment, Bretons, vous êtes de gros cons. Cessez de vous laisser embobiner ; rejoignez les manifestations authentiques organisées par les professionnels de la mobilisation authentique, prenez part au cortège saisonnier de lycéens ou victimes de plans de licenciement. Ne soyez pas petits-bourgeois ou prolétaires, ne cherchez pas à déstabiliser le gouvernement socialiste qui ne peut être que juste parce qu’il est socialiste ; si vous étiez éclairés, vous manifesteriez pour payer plus d’impôts, et d’ailleurs vous donneriez tout, le fruit de votre travail et votre patrimoine, à la cause socialiste. Vos tracteurs serviront à ériger des monuments à la gloire de l’égalité, vos terres à faire pousser les roses de leur inauguration. Et si vous le faites de vous-mêmes, si vous acceptez votre servitude, n’êtes-vous pas libres après tout ?

  1. superbe. Une très belle analyse de ce que pense également la pseudo-intelligentsia parisienne

    1. un citoyen comme les autres

      Les amalgames rapides sont bien souvent de faux amis. Comme si un groupe ou une population géographique ou sociale avait forcément une pensée figée/unique au mépris des individualités… un peu comme dire « ce que pensent les belges en France », « ce que pensent les bretons » ou ce que pensent « les boulangers »… il est souvent hasardeux de prêter une seule pensée à un groupe d’individus les courants de perception et d’opinion sont par nature mouvants, fluctuants et instables (cf : mémétique) .

      Certes des « courants d’opinion » dominants apparaissent régulièrement mais ils ne sont absolument pas certaines de rester figés ou uniformes dans le temps (démonstration simple : 61% de bonnes opinions sur Hollande au début du mandat, 23% aujourd’hui et il s’agit bien du même groupe). Il existe des tensions internes entre les nouvelles idées et aspirations et, sous la surface du lac, des logiciels idéologues profonds hérités de l’histoire et de la culture.

      Ce que vous nommez donc la « pseudo-intelligentsia » parisienne (dont on se demande bien qui elle est en réalité tant les aspirations sont différentes entre un fonctionnaire d’état, un cadre moyen, un artiste, un chef d’entreprise ou un journaliste par exemple) ne peut pas avoir une « pensée unique » mais comme au sein de tout les groupes une « pensée mouvante et protéïforme »… et un craquement (par effet d’avalanche, de mimétisme, de panique ou de dispersion) peut surgir à tout moment surtout en période instable comme à l’heure actuelle.

      Evidemment si vous entendez par ce terme « les têtes de ponts de classe politique dans les sphères du pouvoir » (PS/UMP/centre/EELV..) il y a bien une sorte de consensus qui émerge (Europe, Euro, Otan etc..) mais là aussi il serait illusoire que penser que la pensée est « unique »… il y a chaque jours des signes qui montre qu’au sein même de ces réseaux il existe des dissensions, des tentations et des interrogations.

      De même qu’il est vain de croire que « tout les gens de gauche » ou de « droite » possèdent le même logiciel de pensée (entre la droite libérale et la droite républicaine il existe le même gouffre qu’entre la gauche républicaine et la gauche libérale pour ne citer qu’un exemple) les révolutions sont toujours le fait d’une conjonctions d’intérêts différents et contradictoires qui ne convergent que sur l’idée du seul changement.. mais un changement qui n’est pas le même pour les uns et les autres puisqu’il est basé sur des désirs ou aspirations différentes (d’ou les périodes instables suivants les implosions ou les groupes s’affrontent les uns et les autres jusqu’au prochain consensus plus ou moins mou).

      Pour finir sur les « bonnets rouges » en Bretagne il est tout autant hasardeux de croire qu’ils sont tous détenteur d’une même vision.. la récupération étant de mise par l’ensemble des groupes de ruptures (gauche radicale, droite radicale, libéraux, républicains jacobins, royalistes ou néo-royalistes, identitaires etc..) l’attelage est en réalité moins homogène qu’il n’y parait. Le « consensus » étant évidemment autours du « ras le bol » mais pas pour les mêmes raisons ni la même vision.

      La France, et particulièrement la Bretagne est une terre dont le logiciel profond demeure d’obédience catholique (cf : esprit social, référent d’un état puissant au centre de la cité vieux souvenir du logiciel Romain devenue le Vatican) aux antipodes donc de la version protestante de la société et de l’économie (cf : libéralisme, prédominance de l’économie sur l’état etc..).

      Par cela même il serait hâtif de prédire qu’un soulèvement retomberait nécessairement du coté purement libérale… la contorsion du FN, passé de Pro-Reagan neo-libérale à pro-De Gaulle étatique, en quelques années semble démontrer que la France ne semble pas « prenable » sur un logiciel 100% libérale. certes le FN peut brouiller les cartes pour ratisser large (tactique classique) et se faire passer pour un parti « chevénementiste » (Philippo = Un gaulliste de gauche) ou un nouveau RPR (gaulliste de droite) tout en demeurant au fond Reaganien et anti-sociale.. mais alors il devra affronter une fois au pouvoir le pays profond qui paradoxalement l’aurait élu et se retrouvera comme l’UMP après la fusion du RPR (gaulliste = catholiques sociaux) et de l’UDF (catholique bourgeois) à devoir concilier deux ailes par définition difficilement conciliables… bref on retomberait dans un « mi-mi » difficile à manier. (seul De Gaulle qui tenait les rennes au dessus de Pompidou à sembler imprimer un cap, cap qui fut renier à la seconde ou il quitté le pouvoir) par la suite la droite française fut l’objet de luttes intestines incessantes venant des deux bords. (Giscard/Chirac, puis Balladur/Chirac puis Villepin/Sarkozy puis Fillon/copé…)

      Mais tout peut arriver évidemment… je signal juste que les pronostiques et les prédictions restent hasardeuses… aussi bien pour ce qui concerne les « pensées uniques » que les courants idéologiques qui peuvent l’emporter au sortir d’une « tempête » mémétique.

      Bien à vous.

  2. « Le socialiste est celui qui claque votre pognon en vous reprochant de l’avoir salement gagné » Ite Missa Est.

    1. :)

      oui, en plus cet argent qu’il n’aime pas, c’est une guigne qui lui salit les mains…

      Offre de la merde a François, car il a besoin pour son jardin; il ne te dira pas merci; il te dira : c’est de la merde…

  3. Je suis tombé sur un truc très con aussi…
    Marée de bonnets rouges sur Quimper contre l’écotaxe
    samedi 2 novembre 2013 19h47 – Reuters
    « A Quimper, on reste sur l’écotaxe, mais l’écotaxe ce n’est pas le problème des salariés, c’est le problème des patrons », a déclaré à Reuters Anne-Véronique Roudaut, secrétaire départementale de la CGT, syndicat par ailleurs favorable au principe de l’écotaxe pour des raisons économiques et écologiques.

    1. Ce qui est marrant, c’est que ces groupes socialistes ont justifié de taxer le capital et l’ISF en prétextant que ce sont les travailleurs qui sont taxés et que par justice fiscale, il faut faire subir aux kapitalistes la même chose…
      Et tout d’un coup, l’impôt qui est payé le travailleur est contesté par ce dernier et devient la charge du salop de patron kapitaliste qui ne mériterait rien d’autre que d’être pendu pour avoir osé donner du travail à des gens ?
      Ils sont schizos ou quoi ?

    2. Ben oui elle a raison l’ecotaxe n’est pas un problème pour le salarié.

      1. Ceux là qui vont se retrouver au chômage ?

  4. je n’aurai qu’un mot : magnifique.

    tout est dit, bien écrit ; à partager sans modération.

  5. Tellement vrai (commentaire inutile pour m’abonner aux autres commentaires :))

  6. Entre deux maux : toujours choisir les gros cons face aux socialos.

    1. Et de préférence ceux qui permettent de gagner quelque chose

  7. Génial!

    1. un lieutenant, ça obéit au ordre du capitaine, ça se saoule pendant les permes, et a part ça, ça fait comme un ministre, ça ferme ça gueule…

  8. la seule manif agricole à laquelle j’ ai participé, c’etait en 99: mot d’ordre de la fnsea: les prix!!!
    quels prix ?
    les prix à la production bien sur ! les prix d’achat des intrants, fournis la plupart du temps par une coopérative, 3 fois plus cher qu’en NZ pour que le directeur de la  » coopé  » puisse se payer des vacances aux maldives ( en fait payé par la firme ) , de cela il n’en était point question ! les coopératives sont dirrigées par la fnsea !
    des prix de la msa ( cotisations ) également 3 fois plus cher que chez les concurents, pas question d’en parler non plus: la msa est controler par la fnsea !!
    avec un voisin, nous etions les deux seuls du cortège à avoir un vieux tracteur, on regardait nos pieds.
    quand je voit les mnifestants bretons abattrent les portiques écotaxes, ça me fait plaisir: les escrolos ont assez trompés la société avec leurs mensonges: réchauffemnt climatique, loups qui n’attaque pas l’homme, nitrates qui vont provoquer un génocide de nourrissons, viande de boeuf qui va tuer 300.000 britaniques…. et puis ça fera une taxe de moins.
    mais quelques parts, ça me fait peur quand je songe aux barrière d’octrois autour de paris le 11 juillet 1789, mise en place par lavoisier, on sait comme il a finit. et surtout, je n’y voit pas un projet de société, mais que du corporatisme, et pire , du régionalisme.

    1. Les coop ont des avantages substantiels à cause d’une exonération fiscale particulière, ais-je entendu dire. Qqn pourrait-il rappeler de quoi il s’agit (TVA?)

      1. je ne suis pas comptable, mais la plus grande différence doit etre l’impots sur les sociétés.
        qui plus est, elles recoivent un grand enombre de subventions, vu leur acointrance évidente avec le syndicalisme majoritaire ( fnsea )

  9. Erreur de communication, beaucoup de gens qui ne connaissent pas Contrepoints prendront ce texte au 1er degré

    1. Ceux qui prendront le texte au premier degré n’auraient pas voulu lire un texte à leur portée. 0-0, la balle au centre.

    2. oui pas faux; nous sommes tous un peu congénitaux içi; pour séduire les filles du village d’a coté, il faut autre chose que des « private jokes ».

  10. Hélas, il y a également des bretons pour s’en aller saccager une sous préfecture afin de réclamer la remise en place d’une subvention européenne qui leur a été retirée. Le sevrage est difficile.

  11. Je connais aussi des bénéficiaires de la CMU qui ont des gros 4×4, ou mêmes des voitures allemandes et des i phones. Alors !

    1. Et des hotels en algérie

  12. Moi je veux être gros con aussi
    Où edt ce qu’on signe?
    et je cherche un bonnet rouge et un écharpe qui prend des photos.

  13. excellent le drenier paragraphe!!!

    si les violences sont du fait de policiers infiltrés, je comprends que ce soit l’état qui paye..

    1. Oui enfin, vous pensez qu’il vient d’où l’argent de l’Etat ?…

  14. Horace Plimsoll, CBE

    Ils ont voté à combien de % pour Moi-président, les Bretons, au fait ?…

    1. Oui les Bretons ont fait passer Hollande, d’où deux cas de figures :
      – Cocus contents : Carhaix
      – Cocus furieux : Quimper

      Quand on fait une connerie, soit on cherche à la réparer, soit on la nie !

      1. L’homme intelligent s’instruit par ses erreurs. Le sage s’instruit en demandant à l’homme intelligent quelles erreurs éviter. Et celui qui raille les erreurs n’est évidemment ni sage ni intelligent.

    2. Reproche débile.
      Ils ont voter Hollande comme tous le monde, peu ou prou : à 30 % (des inscrits). Et comme tout le monde c’était surtout pour kicker le précédent, qu’on avait vu à l’œuvre : la fameuse taxe, et la désignation du consortium de fermiers généraux, c’est lui et ses potes, alors …

  15. Le rêve communiste de voir enfin tous le monde pauvre, ça me met la larme à l’œil….il en reste des cons, et ils sont souvent communistes. Coïncidence ou pas….c’est un fait vérifiable à 100%.

    1. Golum tu as peur de ne pas pouvoir t’enrichir ?
      ça semble être obsessionnel chez toi.

      1. Et toi, tu as peur que ceux auxquels tu revendiques de l’argent ne se laissent plus faire ?

      2. Ma seule obsession est la richesse. J’assume ce fait, je rêve de devenir riche !
        Vous me proposez de partager votre misère, je réponds que je voudrais en sortir. Le communisme est répugnant.

  16. En fait, Baptiste, moi qui voit les choses de plus loin, je vous propose un autre éclairage, celui de « l’activité de diversion ».

    Un gorille est en cage. Il râle, manque d’espace, a des fourmis dans les jambes, et déteste son gardien. Quand celui-ci s’approche, le gorille n’ose l’attaquer : il se tourne alors vers une vieille chaise, et la brise !

    La France est exactement dans cette situation. Elle n’ose attaquer frontalement son gardien, qui la torture et la mène à sa perte, alors elle s’invente des activités de diversion.

    Elle se passionne soudain pour la sodomie avec ou sans bague au doigt, pour l’expulsion d’une grosse pouffiasse, pour une taxe de camions qui, de toute manière, sera déduite des frais généraux.

    Bref, cette France coincée entre ses barreaux ne ait que casser des chaises. Cela défoule, et donne de l’importance sans devoir se fouler les méninges …

    1. Faudrait pas imaginer que la France ne se passionnerait pas pour autre chose si les médias le lui montraient sous le jour qu’il faut sans rien lui expliquer. A ce propos, qui paie les augmentations de frais généraux, en fin de compte, le produit, l’état, ou le consommateur ? Et avec quel argent ?

    2. Ruer dans les brancards ou se passer de brancards… That is the question.

  17. J’apprécie cet article comme d’autres du même auteur!
    J’ai connu des Creteur à Lille (Marcq pour être précis). Es-tu originaire de par là bas?

  18. La droite n’y comprend rien et n’en dit mot, sauf une tentative marginale et lamentable de récupération.

    La gauche, dans son entière représentation (partis, ONG, syndicats, presse), est en totale perdition, une manifestation qui ne lui appartient pas, qu’elle ne pilote pas, lui est insupportable.

    Le pire étant de voir se concrétiser la haine qui découle de la peur, celle de perdre leurs avantages.

    Ici se matérialise ce que nous savons tous et que nous répétons inlassablement au sujet des systèmes dirigistes, à savoir qu’ils n’hésiteront pas une seconde à devenir coercitifs et à user des pires répressions, si la situation continuait à leur échapper, afin de s’accrocher à leurs avantages.

    Un commentaire qui illustre cette haine :
    auteur : Calou le 6 novembre 2013 à 1 h 31 min
    https://www.contrepoints.org/2013/11/03/144897-ras-le-bol-des-francais-ne-melenchon-pas-tout#comment-588570

  19. Le titre et le brillant rédacteur, ne collaient pas ensemble.

    Me voila rassuré…

    Bravo !

  20. L’eco-taxe est une taxe douanière dans une Europe qui a aboli les taxes douanières.

    C’est un gros retour en arrière !

  21. Prendre une photo avec une écharpe, j’ai essayé, en fait c’est possible : vous mettez l’écharpe autour du coup, vous tendez les bras, vous appuyez à l’aide de votre index sur le bon bouton. Ou vous demandez à votre voisin.
    Voilà, ainsi votre article est désormais décredibilisé.
    Oui les bretons sont des cons quand ils mettent un bonnet rouge pour défendre leur petits intérêts de petits bourgeois, quand ils se battent pour continuer à foutre l’air leur seule source d’indépendance et de revenu à coup de nitrates et de CO2. Vous avez beau jeu de vous faire chevalier pourfendeur des intello-bobo-parisien-de-gauche-bien-entendu, mais vous aussi vous parlez des pauvres vous ne savez pas ce que c’est.
    Bein moi je vis avec 600 euros par mois en travaillant autant que les autres, et un type qui s’endette pour un écran plat ou un iphone, pour ses engrais ou ses semences tout en envoyant ses cochons se faire abattre 2000 km plus loin, tout en refusant de manger bio parce que ça lui semble luxueux, c’est pas un pauvre, c’est un juste un con. Les seuls pauvres qu’on connait, c’est ceux qui fabriquent les ordis sur lesquels on tape et nos gamins qui n’auront plus de sols fertiles pour se nourrir indépendamment.
    Bein moi je me plains pas de mes ressources mais justes des cons qui foutent en l’air la planète que je suis bien obligé de partager avec eux.

    1. Ce que je comprend c’est que vous êtes pour, pour une hausse massive des prix, mais que cela ne fera pas changer le produit, car on n’incite rien avec une hausse d’impôt.

      La vrai question n’est plus d’améliorer les flux de production c’est de donner la priorité aux méga usines d’élevage-abattage qui font tout sur le même site. Et ces dérives n’apportent rien dans le développement durable en dehors d’un fort risque de finir délocalisé pour cause de coût de liés à la concentration de la pollution. L’industrie l’a déjà fait, l’alimentaire va-t-il suivre ?

      1. Qui vous parle d’impôts ? Faisons du local, faisons du durable et alors : pas d’écotaxe !
        Je suis pas pour les lois, je suis pas pour les impôts, et tout ça m’est bien égal. Je conçois bien que cette loi ne peut être que mal faite dans une politique globalement stupide. Que cela encourage l’ineptie à long terme des mégas usines d’élevage-abattage dont vous parlez, je le note bien. Mais là n’est pas la question ! Depuis quand les gens ont besoins de lois pour penser ? Depuis quand un agriculteur ou un consommateur a besoin d’une économie qu’il ne comprend pas pour produire ou manger ce dont il a besoin pour vivre sans scier la branche sur laquelle il est assis ?

  22. Je suis un gros con. Et fier de l’être. J’étais à la Manif. organisé par le collectif « vivre, décider et travailler en Bretagne », j’ai mis mon bonnet rouge, j’ai pris mon Gwenn-ha-Du (le drapeau breton) et je suis allé avec les milliers de salariés qui sont sur le point de perdre leur boulot. J’ai crié haut et fort que pour moi une des solutions pour apaiser le malaise est que la Bretagne ait un statut d’autonomie financière, politique et normative… Bref… J’ai fait comme un grand nombre de Bretons, et j’ai démontré avec eux que les Bonnets rouges, contrairement à la propagande médiatique qui a déferlé avant et après la manif, ne sont pas des extrémistes, des casseurs, d’affreux anti-mariage gay rétrograde.

    1. Je suis une grosse conne, exactement comme vous !
      Et je le serai de nouveau, si nouvelle manifestation il y a !

    2. Bien joué Mikael ! Grand bien vous fasse de vos origines dont vous partagez le mérite avec les escargots et les pigeons nés en Bretagne. Ainsi que moi avec les escargots et les pigeons nés en Picardie. Quelle noblesse de sang gagnons nous là !
      Vous avez raison : mieux vaut garder un boulot de merde qui fout en l’air l’environnement que de devoir se remettre en question. Car après tout vous êtes plus proche, malgré votre chômage et votre soi-disante misère, d’un PDG du Finistère que d’un véritable pauvre. Vous avez un toit, à manger et habitez un pays riche. Alors l’écologie et l’avenir ça n’est qu’un écueil du tiers-monde. Bien le bonjour à vos descendants.

  23. Très bien dit mais où est la solution … On pleur pour moins pisser ? Personnellement étudiante dans l’industrie agro ( me suis tromper de voie professionnelle je sais ( demandez à ma conseillère d’orientation ce qu’elle en pense ) ) je suis dans la merde … Et je suis pas la seul … J’aurais aimé voir plus d’étudiants dans les rue de Quimper samedi … Déçu de voir que mes collègue ne voit pas le problème de leur avenir … Quelqu’un m’entend ?
    :’-(

    1. Lorsque tout nous a été volé, on n’a plus rien à perdre, et tout à gagner. Seule la puissance du Marché peut nous permettre de faire face au Léviathan. Le Commerce Libre est à la fois le moyen et la fin pour la mise en place d’une société respectueuse des droits de l’Individu. Ne plus respecter l’autorité de cet État qui nous opprime, cesser de financer cette association de criminels. Commercer librement. Telle est la voie, le chemin vers la Liberté.

  24. « ne cherchez pas à déstabiliser le gouvernement socialiste qui ne peut être que juste parce qu’il est socialiste »
    Non mais c’est qui ce merdeux!

  25. La seule question qui compte, c’est de savoir si l’hélico qui doit emmener Hollande à Baden-Baden (au cas où ça tournerait mal) est prêt à décoller.

  26. Quand on lit ces article, uneseule envie l’independance. Les vrais gros cons ce sont les francais. ils appauvrissent la Bretagne ( amputation de nantes, non officialisation de la languue bretonne et après ils s’offusquent que les Bretons ne soient pas dans le système verouillé français.

  27. Allez vous faire foutre pseudo journaliste de merde.
    Vos articles à la con foutez les dans votre cul.

    1. chien de talus , suce bien ton doigt bouffon du roi ! enfant accouché par le cul va

    2. Chouette, un breton enervé !
      Un de ces abrutis qui a fait sauté l’écotaxe, cette taxe qui aurait permis de taxer ces putains de camions qui pullulent dans les vallées frontalières de pays qui eux, appliquent cette taxe, et dont les camions viennent rouler en France, vu que hey, c’est gratuit !

      Bande de gros cons…

  28. J’ai appris hier soir que l’actuel drapeau breton a ete dessine par un francais collabo nazi (Morvan Marchal) qui etait de meche aussi avec les ricains, d’ou un motif proche de celui du drapeau des usa.
    Le gars sur la photo avec un drapeau breton plus ancien et diiferent de l’actuel devait le savoir.
    Les usa qui veulent etre les maitres du monde controlent l’union europeenne et ses plans caches.

  29. Bien bel article subjectif M CRETEUR, A.K.A « bob Parisien. Mais que connais tu réellement du peuple Breton?Certes, tu as pu voir des gens qui viennent manifester pour manifester. Mais tu as peut être vu des personnes qui ne souhaitent que vivre et décider en Bretagne, c’est à dire garder leur emploi, et vivre près de leur famille…Ce raz le bol des bonnets rouges, c’est justement tout sauf une analyse politiquo socialo comme tu la souligne mais bien une solidarité d’une région. Au passage, j’y étais ce jour la, et tu a peut être omis de regarder les boutiques des commerçants dans Quimper, qui n’avais pas peur des « casseurs  » mais affichaient sur leurs vitrines leurs soutiens à cette démarches.. Il serait peut être plus préférable d’arrêter le pouvoir centralisalteur des Jacobins ..
    Signé un Breton vivant à Paris

  30. C’est vrai les Bretons sont cons bruler des bâtiments publiques ! Vous pleurés mais vous avez encore les moyens pour vous souler et faire les conneries que vous faites car il faut être con et bourré pour faire de choses pareil

Les commentaires sont fermés.