Jean-Michel Fourgous revient sur la politique fiscale actuelle et ses conséquences

Publié Par Contrepoints, le dans Économie générale, Fiscalité

Jean-Michel Fourgous, maire d’Élancourt et Porte-Parole de Génération entreprise, un groupe de 80 députés qui défend les entreprises et les entrepreneurs français, revient dans ses vœux 2013 sur la politique fiscale qui fait fuir les créateurs de richesses et met la France en péril.

Par la rédaction de Contrepoints

L’ancien député Jean-Michel Fourgous rappelle dans ses vœux vidéo que la France s’est refusé à faire les réformes qui permettent aux autres pays de moins souffrir de la crise actuelle, en particulier en réduisant la dépense publique et en mettant l’accent sur la compétitivité et la croissance.

Premier responsable selon lui, François Hollande, pour avoir « menti » sur la réalité de la situation française et sur son programme, un comportement tout sauf « moral ». Seule promesse vraiment tenue, « faire de la France un enfer fiscal », au point que Jacques Attali parle de « suicide fiscal ». Et de souligner que tous ces pays, qui dépensent moins et taxent moins « s’en sortent beaucoup mieux que nous ».

Selon lui, « l’entreprise est dévalorisée, présentée comme un lieu d’injustice et de violence sociale, nos entrepreneurs, ceux qui produisent richesse et emplois, sont traités en voyous et mis au ban de la société. »

Conséquence directe de cette politique, un exil de plus en plus important de « nos talents expulsés par tant de haine et de matraquage fiscal ». Au point de parler dans son communiqué de « ce climat de haine et de chasse à l’homme dont les chefs d’entreprise sont victimes ». Avec un graphique parlant :

Surtout, ce ne sont plus seulement des grandes fortunes qui quittent la France aujourd’hui, mais des chefs d’entreprises, des cadres dirigeants, des investisseurs, des business angels, des ingénieurs, des chercheurs les plus innovants…

Dans ses vœux, Jean-Michel Fourgous se positionne en particulier en « relais de [ces] centaines d’entrepreneurs qui lui ont fait part de leurs préoccupations face à la politique économique du Gouvernement essentiellement axée sur la taxation : taxe à 75%, imposition à 60% sur les plus-values (contre 18% au Royaume-Uni et 0% en Belgique ou en Suisse), augmentation de l’ISF… »

Comment sortir de l’ornière selon lui ? En cessant de cultiver un discours de lutte des classes et en se focalisant sur l’innovation, la compétitivité et la croissance déjà. En ouvrant également les cabinets ministériels au privé (10% versus 90% de fonctionnaires actuellement), ainsi que la carrière politique. 73% des Français selon l’Ifop souhaitent ainsi plus de chefs d’entreprise en politique. Surtout, en « faisant confiance à nos entrepreneurs », puisque « ce sont nos entreprises qui créent de l’emploi, pas l’État ».

Pour peser, il lance également dans ses vœux une « pétition pour défendre les entrepreneurs français injustement attaqués », réclamer « une étude d’impact des récentes mesures fiscales sur la fuite des talents » ou « rétablir la compétitivité de nos entreprises, en diminuant leurs charges, ce qui suppose une baisse massive des dépenses publiques ». À signer en ligne ici.

Lire aussi :

Laisser un commentaire

  1. Le flou entre socialisme et communisme se dissipe… On n’aura bientôt plus besoin de deux mots pour désigner une même idéologie.
    Sans riches, sans productifs, sans créateurs, le président français pourra devenir le bon petit père du peuple. Il n’aura plus grand chose à donner aux Français, mais ils lui devront le peu qu’ils auront.
    Et comme les esprits libres seront partis…

    1. La situation actuelle en France a tout de même un avantage certain; elle montre à quel point le socialisme est le meilleur moyen pour aboutir à ses deux inévitables destinations: la misère et la médiocrité.

    1. combien faudre -t-il de temps pour expliquer l’écart entre la france et l’allemagne ne pose aucun problème

      2 pts d’écart sont dus à notre armée et la puissance nucléaire (interdit en allemagne)

      voulez-vous les supprimer en france.

      que c’est bete et stupide. en prépa hec cet élève aurait zéro

  2. Je suis entrepreneur, et je ne suis pas d’accord avec le débat actuel. Les sois disant entrepreneurs ciblés par les 75% sont ceux qui gagnent plus d’un million par an. Quand on sait que plusieurs millions de français vivent en dessous du seuil de pauvreté et que nombres d’artisans ne gagnent même pas le SMIC, vous m’excuserez mais je n’arrive pas à plaindre ces « pauvres entrepreneurs » … que l’on spolie avec nos lois fiscales ! Pour moi, c’est de l’indécence ! Je préfère qu’ils soient indécents dans un autre pays et leur souhaite bon vent ….et bonnes fêtes de fin d’année.

    1. emmanuel: « Je préfère qu’ils soient indécents dans un autre pays et leur souhaite bon vent »

      Nos amis d’autres entreprises qui reçoivent des commandes de ces « indécents » vont être tout content de votre position morale, leur boites vont faire faillite, ça rajoutera quelques chômeurs et des impôts aux autres mais si emmanuel trouve que c’est bien parce que lui n’en a pas besoin ils seront tout content. Pauvre peut-être, mais content !

      L’Autriche (4,3 %), le Luxembourg (5,1 %) et les Pays-Bas (5,5 %) vont être tout content de ces nouveaux investisseurs.