Crise de la dette publique : panique à bord

Publié Par Stephane Montabert, le dans Économie internationale, Monnaie et finance

Pour les rares qui croyaient que le énième plan de sauvetage de la Grèce allait changer quelque chose, c’est la douche froide.

Un article de Stéphane Montabert, de Renens, Suisse.

Moins de 24 heures après l’annonce-surprise d’un référendum grec sur le plan européen d’effacement d’une partie de la dette grecque et de la quasi mise sous tutelle du pays, les bourses européennes dévissent. Il n’y avait guère de raison de pavoiser tant les solutions proposées étaient illusoires, mais après l’euphorie passagère de la fin de la semaine dernière, ce n’est même plus une gueule de bois, c’est la dépression.

On en arrive à une écart quasiment comique entre les dépêches qui se bousculent:

Ne vous étonnez pas trop du léger décalage de ton entre les « paniqués » et les « rassurants »; l’un n’empêche pas l’autre. Après tout, l’orchestre joua longtemps sur le pont d’un Titanic prenant de la gîte lors d’une nuit fatidique de 1912.

Ah, aussi, la France et l’Allemagne montrent qu’il y a triple-A et triple-A.

Y a-t-il encore des Keynésiens dans la salle pour prôner une relance par la dépense?

Sur le web

Laisser un commentaire

    1. Un petit extrait du PPS recommandé par le camarade Robert (avec ses fautes d’orthographe…) :

      « Nos impôts on servi a constituer un capital pour les générations futures qui est bradé aux profits d’une poignée de privilégiés qui ne créent rien, ils se contente de s’accaparer de ce qui existe: EDF/GDF, les autoroutes, les télécommunications, la formation, l’éducation, toute les solidarités… »

      Robert a raison. On trouve aussi ce genre de parasites sur les docks où dans ce qui reste de l’imprimerie et ils ne font rien que s’accaparer « de » ce qui existe. On les appelle également « syndicalistes » ;-)