Schopenhauer a toujours raison

Publié Par Vladimir Bressler, le dans Lecture, Philosophie

Schopenhauer L'art d'avoir toujours raison rhétorique

Schopenhauer est un philosophe allemand du XIXe siècle. Pour lui, il faut connaître la rhétorique autant pour la démasquer chez ses adversaires que pour l’utiliser à son tour et rivaliser ainsi à « armes égales ».

L’art d’avoir toujours raison est un petit ouvrage décapant du philosophe allemand Arthur Schopenhauer (L’art d’avoir toujours raison est disponible aux Éditions des mille et une nuits pour 2 euros 50 – c’est à cette édition que nous renvoyons concernant les passages cités dans l’article. Une édition numérique est également disponible sur le site Catallaxia.net).

Il s’agit d’une compilation de techniques et stratagèmes utilisés pour se tirer d’un mauvais pas lors d’un débat, éviter l’embarras au cours d’une discussion, et d’une façon générale l’emporter sur ses contradicteurs dans tout type d’échange d’idées. C’est une sorte de « best of » de la mauvaise foi du philosophe. Comme l’explique Schopenhauer, prouver par A + B que l’un de ses contradicteurs a tort ne suffit pas : autant déformer les idées qu’il défendait pour provoquer véritablement leur rejet. A l’inverse, il faut parfois déformer les siennes propres pour mieux les faire accepter. Tenter à tout prix de développer une argumentation rationnelle a tôt fait d’agacer un interlocuteur ou d’ennuyer ses auditeurs. Un débat est une joute oratoire sans pitié, où l’esprit juste se révèle rarement le meilleur allié de l’idée vraie.

L’art de la guerre appliqué au débat

Schopenhauer est mort en 1860. Paru en 1864, L’art d’avoir toujours raison est donc un ouvrage posthume, constitué à partir de notes qui n’étaient pas toutes destinées à la publication. C’est en effet pour son usage personnel que le philosophe consignait les différentes techniques et astuces qui lui permettaient de surmonter la controverse et briller dans les débats. Vu leur redoutable efficacité, il pouvait certainement craindre qu’elles ne tombent entre n’importe quelles mains. Il se les réservait, comme on se réserve une botte secrète quand on part au combat. Car c’est exactement ça : pour Schopenhauer, le débat est un combat. Prenant le contre-pied de toute une tradition philosophique, qui ne pensait la discussion qu’entre honnêtes gens et envisageait tout échange d’idées comme quête commune de vérité, Schopenhauer réinterprète le dialogue comme confrontation verbale, à travers laquelle le but est d’exploiter les failles et faiblesses de ses interlocuteurs. La discussion confine au conflit et il faut s’y engager l’esprit guerrier.

Cette métaphore du combat est explicite et assumée tout au long de l’ouvrage. Usant de formules telles que : « …battre l’adversaire à armes égales », « dans les règles de ce combat… », Schopenhauer dépeint le débatteur comme un parfait bretteur. Il fait le parallèle avec un « maître d’arme préparant un duel » et précise que « toucher et parer, c’est cela qui importe ». Le terme même de « stratagème », par lequel il nomme toute figure rhétorique, désigne à l’origine un procédé tactique propre à l’armée. Chaque interlocuteur devient un adversaire duquel il faut triompher – qu’il faut au besoin écraser, neutraliser, détruire. L’art d’avoir toujours raison apparaît comme un véritable manuel de tactique militaire appliquée à la parole et à la confrontation verbale. Rompu à l’exercice des débats en tout genre, et toujours de haut niveau intellectuel, Schopenhauer nous offre nombre d’exemples et de cas pratiques à travers lesquels s’affirme toute la puissance de sa rhétorique.

Le double jeu de la rhétorique

La rhétorique est l’art de la persuasion. Son statut est ambigu : pratique héritée des philosophes de la Grèce antique, elle fascine autant qu’elle inspire la méfiance. Tout le monde convient en effet qu’il vaut mieux être convaincant plutôt que déplaisant, séduire plutôt que dégouter, susciter l’adhésion plutôt que le rejet. Mais peu de gens assumeraient de tromper ou manipuler les autres délibérément, et personne ne supporte de l’être. Nous avons généralement, dans le fond, un certain idéal de vérité. Toutefois, la rhétorique n’est pas seulement l’apanage des menteurs et autres manipulateurs. Même quand on a raison, même lorsqu’on est persuadé de détenir la vérité, on peut avoir besoin de la rhétorique pour défendre son point de vue.

La rhétorique a donc un double usage : de la part de nos contradicteurs, possibles menteurs ou manipulateurs, mais également de notre part à nous, pourfendeurs des illusions et faux-semblants ! Pour quiconque, en effet, la connaissance de ces techniques permet de les déceler chez ses adversaires. C’est pourquoi Schopenhauer déclare que la mission première des rhéteurs est « d’élaborer et d’analyser les stratagèmes de la malhonnêteté dans la controverse afin que, dans les débats réels, on puisse les reconnaître immédiatement et les réduire à néant » (page 17). En retour, il faut tout autant oser utiliser ces stratagèmes malhonnêtes, afin d’instaurer l’équité dans le combat avec l’adversaire : « il faut même souvent y avoir recours soi-même pour battre l’adversaire à armes égales » (page 15). C’est au nom de la vérité qu’il faut parfois exagérer voire mentir un petit peu…

Dans L’art d’avoir toujours raison, ce sont pas moins de trente-huit stratagèmes (trente-sept + un « ultime ») qui sont présentés dans le menu détail, permettant tour à tour d’attaquer l’adversaire et de s’en défendre. Conquérir le terrain du débat en imposant sa thèse, et contrer les tentatives de l’adversaire d’exposer la sienne. Bombarder son interlocuteur de mots destructeurs, ou esquiver ses foudres déclamatoires. Car, à défaut de remporter la victoire, si l’on n’est plus capable de triompher, il faut toutefois empêcher l’adversaire d’y parvenir, ou de le laisser nous détruire – le match nul existe aussi dans les débats. Certains stratagèmes reposent sur la faiblesse de nos interlocuteurs (Stratagème 8, page 33 : mettre l’adversaire en colère), d’autres font appel au public (Stratagème 28, page 45 : faire rire l’auditoire), d’autres encore dépendent de notre assurance ou nos connaissances (Stratagème 30, page 48 : l’argument d’autorité). Tous peuvent être adaptés à nos discussions au quotidien, du moindre bavardage entre amis aux grands débats en public.

Les obstacles au triomphe de la vérité

Dans un monde idéal, avoir raison serait peut-être suffisant pour l’emporter dans les controverses, « mais vu la mentalité des hommes, cela n’est pas suffisant en soi, et vu la faiblesse de leur entendement ce n’est pas absolument nécessaire » (note en bas de page 13). Qui a l’expérience des débats sait à quel point y est fait peu de cas de la vérité comme de la justesse des idées. Question d’orgueil, de vanité, quand ce n’est pas par pure et simple malhonnête, ou l’imbécile envie de provoquer pour provoquer : n’importe quelle position est défendue et maintenue, contre toute tentative de chercher sincèrement à se tourner vers la vérité. Schopenhauer fonde donc sa justification de la rhétorique sur une forme de pessimisme anthropologique. Il semble même verser dans un certain relativisme, déclarant qu’il est peut-être impossible de déterminer si nous avons vraiment tort ou raison.

Rappelant que les stratagèmes rhétoriques sont indépendants de la vérité objective, et par conséquent que ceux-ci « peuvent aussi être utilisés quand on a objectivement tort », Schopenhauer ajoute : « quant à savoir si c’est le cas, on n’a presque jamais de certitude à ce sujet » (note en bas de page 13). Ainsi, que l’on ait tort ou que l’on ait raison, le plus important est selon lui de s’en tenir au moins à une position, plutôt qu’aucune. Le premier principe à retenir de L’art d’avoir toujours raison, et de la rhétorique en général, est donc qu’il faut défendre sa thèse coûte que coûte et ne jamais lâcher prise. Il faut être prêt à se livrer à un combat à mort pour imposer son opinion ou sa vision des choses, et faire fi de tout espoir de discussion raisonnable ou de quête commune de vérité.

Toutefois, au terme de la présentation de trente-sept stratagèmes, Schopenhauer fait ressurgir l’espoir – de raison et de vérité – après avoir évoqué un « ultime stratagème » (page 60), puisqu’il préconise en dernier recours de « ne pas débattre avec le premier venu, mais uniquement avec les gens que l’on connaît et dont on sait qu’ils sont suffisamment raisonnables pour ne pas débiter des absurdités et se couvrir de ridicule. Des gens dont on sait qu’ils font grand cas de la vérité, qu’ils aiment entendre de bonnes raisons, même de la bouche de leurs adversaires, et qu’ils ont suffisamment le sens de l’équité pour pouvoir supporter d’avoir tort quand la vérité est dans l’autre camp » (page 63).

En d’autres termes : privilégier le débat entre individus raisonnables en se recentrant sur une communauté d’amis véritables, au risque de fuir purement et simplement toute une catégorie d’hommes – en particulier les hommes politiques, militants, partisans et représentants, autant que certains journalistes s’offrant à eux comme simple relais de leur propagande… Ainsi que bon nombre de ces communicants pour qui la forme prime sur le fond…

  1. Pour moi, ç’aura juste été lire Schopenhauer (et pas relire).

Les commentaires sont fermés.