Les Américains pauvres plus riches que les Indiens riches

Publié Par Alex Korbel, le dans Économie générale

Où l’on montre que les Américains les plus pauvres sont plus riches que 70% de la population mondiale.

Catherine Rampell d’Economix publie un tableau remarquable du livre de Branko Milanovic, « The Haves and Have Nots » (en français, « Les nantis et les démunis »). Sur l’axe horizontal sont indiqués la répartition des revenus des habitants d’un pays donné allant des 5% les plus pauvres (1er ventile) aux 5% les plus riches (20ème ventile).  Sur l’axe vertical est indiquée la part de la richesse mondiale détenue par ces mêmes personnes.
pauvreté richesse usa inde chine brésil

Le graphique montre que les 5% de Brésiliens les plus pauvres sont aussi parmi les plus pauvres dans le monde, mais que les 5% des Brésiliens les plus riches sont parmi les plus riches du monde. Ainsi, l’étalement vertical de chaque courbe renseigne sur le niveau des inégalités des pays considérés : plus la courbe est étirée en hauteur, plus les inégalités de revenu sont importantes dans le pays.

Si nous comparons les pays entre eux, nous voyons que les 5% d’Américains les plus pauvres sont parmi les personnes les plus riches au monde (plus riches que près de 70% des autres personnes dans le monde). Les 5% d’Américains les plus pauvres sont ainsi plus riches que les 5% des Indiens les plus riches.

Source : Marginal Revolution

Laisser un commentaire

  1. Merci de rappeler cette evidence, aussi traduisible en chiffres. En dessous de 13 000 dollars par an, on a une maison de mauvaise qualité, une Buick d’occase et de la junk food, un cell phone et un écran plat, ce qui est plus que ce dont peut rever une majorité de gens sur Terre.

  2. Les 5% d’Américains les plus pauvres sont ainsi plus riches que les 5% des Indiens les plus riches. c’est absurde et loin de la réalité des choses. Les riches de l’indes possedent des richesses que même les americains moyennement riches ne peuvent posseder! faut pas comparer l’incomparable !!!

  3. Mais, dans les faits, qu’est-ce donc être pauvre aux États-Unis ? En se fondant sur diverses statistiques publiques, Robert Rector nous rappellait en 2007, dans un article publié par The Heritage Foundation, que parmi ceux que l’on désigne officiellement « pauvres » dans ce pays, 43% possèdaient leur propre maison, 80% l’air conditionné, près des trois quarts au moins une voiture, et 31% deux ou plus, 97% un téléviseur couleur et plus de la moitié deux ou plus, 78% un lecteur vidéo ou DVD, 89% un four à micro-ondes, plus de 50% un équipement stéréo, plus d’un tiers un lave-vaisselle et 62% étaient connectés au câble de télédistribution ou avaient une antenne parabolique. Le « pauvre » des États-Unis moyen dispose également de plus d’espace – 134 m² – pour vivre qu’une famille normale de Paris, Londres, Vienne, Athènes ou d’autres villes européennes (120 m² en moyenne en Europe) : seuls 4% des foyers pauvres américains sont surpeuplés et plus des deux tiers offrent plus de deux pièces par personne.
    http://s3.amazonaws.com/thf_media/2007/pdf/bg2064.pdf
    les 10% les plus pauvres aux US gagnent 2 fois plus que les 10% les plus pauvres en « Europe du Nord »