Le retour des diasporas

Les prochaines années vont donc voir une concurrence accrue des pays du monde pour une main-d’œuvre qui va se faire de plus en plus rare.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
new-york-city-immigration (domaine public)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le retour des diasporas

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 février 2023
- A +

Par Nicolas Hague.

 

La démographie mondiale est en train de se retourner. Partout sur la Terre le taux de fécondité  diminue jusqu’à passer sous la barre des 2,1 enfants par femme nécessaires au renouvellement des générations. En Europe la moyenne est de 1,53. La France résiste plutôt mieux que les autres pays européens avec 1,86 (en dessous du taux de renouvellement) alors que l’Allemagne est à 1,54. On estime ainsi que l’Allemagne devrait être moins peuplée que le France en 2045. D’ici 2060, l’Allemagne devrait perdre 15 millions d’habitants et avoir une population de 66 millions d’habitants contre 80,5 millions actuellement.

Mais ce phénomène n’est pas qu’européen.

Le taux de fécondité est de 1,6 en Chine (1,87 aux États-Unis et 1,75 au Brésil. Même des pays ayant traditionnellement beaucoup d’enfants voient leur taux de fécondité baisser rapidement. Il est passé en 50 ans de 7,57 à 2,66 en Algérie, de 5,41 à 2,40 en Inde. Seule l’Afrique noire résiste mais même le Niger qui est le pays ayant le taux de fécondité le plus important au monde constate une baisse pour l’instant modeste (de 7,60 à 6,35 en 50 ans).

Dans ces conditions, la population va devenir une ressource de plus en plus rare et précieuse pour de nombreux pays. Cette « ressource humaine » est d’ailleurs d’autant plus recherchée quand elle est jeune, diplômée, riche (ce qui peut compenser la jeunesse) et facilement intégrable dans le pays d’accueil. Cela va créer une concurrence exacerbée entre les États voire à des guerres.

La guerre en Ukraine peut d’ailleurs être considérée comme l’une des premières « guerre démographique ». Malgré une politique nataliste, la Russie a un très faible taux de fécondité (1,61) et une population de seulement 143,4 millions d’habitants pour peupler le plus vaste pays du monde. En dehors de l’aspect géostratégique, une augmentation de sa population est la chose la plus précieuse que la Russie peut gagner dans cette guerre. En effet le pays ne manque pas de matières premières ni de terres cultivables mais plutôt de bras pour s’en occuper. En 2014, l’annexion de la Crimée lui a déjà fait gagner deux millions d’habitants et il y aurait actuellement presque trois millions de réfugiés ukrainiens en Russie, sans compter les populations des territoires nouvellement annexés. Cette population est par ailleurs particulièrement précieuse puisqu’elle se considère souvent elle-même déjà russe, avec la même langue, la même religion et la même culture.

De son côté, la Hongrie a adopté une politique beaucoup plus pacifique. Suite au traité du Trianon de 1920 qui a redéfini les frontières, de nombreux Hongrois se sont retrouvés en dehors de leurs pays, ce qui représente environ deux millions de personnes dont plus de la moitié en Roumanie. La politique hongroise consiste à apporter des aides financières à ces pays avec pour objectif le maintien de la culture et de la langue hongroise. Elle permet à ces populations et à leurs descendants d’accéder à la citoyenneté hongroise. Cela permet à la Hongrie de disposer d’une réserve de population facilement assimilable sans recourir à une immigration allogène.

Pour ce qui est de la France, il est pour l’instant exclu de procéder à un tri de l’immigration. Mais il est par contre possible que le phénomène inverse se produise. En France des communautés sont restées proches de leur pays d’origine et leurs descendants s’identifient encore à lui, comme par exemple 1,7 million de Marocains dans notre pays (6) et environ 2 millions d’Algériens. Si la situation économique de la France continuait à se dégrader alors que celle des pays d’origine s’améliorait on pourrait assister à une remigration massive, sachant par exemple que trois-quarts des Marocains résidant à l’étranger pensent revenir au Maroc un jour. Cette perspective serait vue d’un bon œil par certains politiques français mais matérialiserait et accentuerait un déclin économique puisque ce sont toujours les plus diplômés et les entrepreneurs qui partent en premier. Le phénomène a déjà été constaté avec la population juive de France qui est passée de 530 000 en 1970 à 449 000 aujourd’hui. La plupart ont été s’installer en Israël qui favorise cette immigration.

Les prochaines années vont donc voir une concurrence accrue des pays du monde pour une main- d’œuvre de plus en plus rare. Les diasporas seront particulièrement ciblées car souvent bien éduquées et rapidement intégrables dans leur pays d’origine.

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • La fécondité est très négativement corrélée au PIB. Alors il faudrait un peu expliquer pourquoi à l’avenir cette corrélation s’inverserait !

  • Je réponds au commentaire
    La baisse de la fécondité est maintenant en gros décorrélée du niveau de vie .
    Voir notamment la dernière partie de mon article récent sur mon site

  • Si la population juive quitte la France c’est parce qu’elle ne s’y sent plus en sécurité. Devant une population musulmane grandissante, elle n’est plus défendue de façon égalitaire par nos politiques.

    • et POURTANT la loi donne un privilège de fait aux juifs… mais aussi un arguments aux antisémites!!!! la rout vers l’enfer pavée de bonnes intentions..

  • Les nouvelles technologies et principalement la robotique vont accroître le déclin de la population active qui s’équilibrera si les gouvernants y prêtent enfin attention

  • il y aura peut etre un deficit de main d oeuvre qualifiee mais c est pas evident vu que l automatisation, l IA et autres en reduisent la demande. Pour la main d oeuvre non qualifiee, l afrique tourne a plein regime et peut donc repondre a tous les besoins (soit en y implantant les usines soit en important la population ici)

    En tout cas, ca pourrait etre positif pour les francais. Pendant 40 ans il y avait plus de personnel que de besoins et donc salaires et conditions de travail se sont degradee. Si la situation s inverse, les entreprises ne pourront plus traiter leur personnel comme quantite negligeable (ce que par ex les restorateurs sont en train d apprendre a leurs depend).
    Et avant de penser a importer des gens d autres pays, si on songeait a eviter que les francais quittent le pays car ils n y ont pas d avenir ?

  • J’ai un peu de mal à suivre l’argument de l’auteur, selon lequel Poutine aurait raison d’annexer la Crimée, car cela fait gagner à la Russie 2 millions d’habitants. Certes, cela fait plus de bras mobilisables, mais cela augmente aussi la surface de terre à cultiver, et le nombre de bouches à nourrir. Le nombre de bras mobilisables par kilomètre carré demeure donc plus ou moins constant, conquête ou pas conquête. Il y aurait un truc que je n’ai pas pigé?

    • L’auteur semble avoir une étrange manière de compter. Se désoler ou presque de voir la fécondité descendre sous les 6 enfants par femme, n’est-ce pas aussi oublier que ça fait 7 personnes à nourrir éduquer habiller soigner pour un actif ?

  • ce qui est bine est que on nous explique , en en me temps que ls ia vont « nous » le boulot;.que « nous aurons » aura une pénurie de main d’aouvre.. mais aussi que pour sauver « nos » enfants ils faut ne pas en faire;.
    aussi…mais par contre une chose est sûre il faut prendre des mesures politiques.. laisser faire les mécanismes normaux économique d’ajustement ça marche pas..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Le droit des étrangers immigrés s’est construit depuis cinquante ans à l’abri du regard des peuples. Les gouvernants se sont totalement coupés de la population sur ce sujet.

 

La campagne pour les élections législatives de 2024 en France est un reflet saisissant du fossé qui sépare l’élite dirigeante de la population. La question migratoire révèle tout particulièrement cette rupture. Elle n’est pas la seule, mais le sujet est si émotionnel qu’il joue un rôle important dans le rejet de la classe politique par les citoyens.Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Si l’Iowa et le New Hampshire représentent vraiment l’opinion du Parti républicain, alors l’immigration sera le sujet des électeurs en novembre. Et avec la bataille constitutionnelle qui se pointe au Texas, les dialogues de sourds et les attaques fuseront de toute part pour les dix prochains mois.

En effet, las de voir autant « d’illégaux » traverser la frontière au Texas, le gouverneur Greg Abbott a décidé de la fermer à Eagle Pass (sud-ouest de San Antonio) depuis le 10 janvier. Il a utilisé la garde nationale pour installer des barb... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles