Hogwarts Legacy : les wokes contre Poudlard

Une certaine partie de la gauche attaque le nouveau jeu-video sur Harry Potter : Hogwart Legacy : l’Héritage de Poudlard.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
The Making of Harry Potter 29-05-2012 By: Karen Roe - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Hogwarts Legacy : les wokes contre Poudlard

Publié le 29 janvier 2023
- A +

Harry Potter a déjà survécu à plusieurs menaces comme les dragons et les sorciers malveillants. Mais son nouvel ennemi est plus dangereux et maléfique que Lord Voldemort : la gauche radicale.

Hogwarts Legacy: L’Héritage de Poudlard, un nouveau jeu vidéo qui se déroule dans le monde du jeune sorcier bien avant ses aventures littéraires, attire les critiques à cause de sa connexion avec J.K. Rowling.

 

L’auteur de la série Harry Potter est devenue l’ennemi public numéro un lorsqu’elle a exprimé des réserves au sujet du mouvement LGBT et de sa lutte anti-femme.

En juin 2020, Rowling a moqué l’expression « personnes qui ont des règles » et a entamé sa chute en disgrâce grâce aux gazouillis de la gauche.

Sur internet, énormément d’articles insultent ceux qui veulent jouer à Hogwarts Legacy: L’Héritage de Poudlard.

Un auteur trans de Polygon, c’est-à-dire un homme se considérant femme, a déploré : « Hogwarts Legacy est entaché par les vues transphobiques de J.K. Rowling ». Celles-ci n’ont aucun rapport avec le jeu mais il est tout de même « entaché » et ceux qui l’apprécient sont officiellement de très mauvaises personnes !

L’important n’est pas de prendre du plaisir à ce jeu mais qu’il coche les bonnes cases et que tout son environnement exprime des opinions acceptables.

C’est frustrant mais pas étonnant de constater que les jeux sont devenus un champ de bataille pour les guerres culturelles. La gauche radicale corrompt toute qu’elle touche : les jeux-vidéo  n’y échappent pas.

C’est drôle aussi parce que le jeu avait des mécaniques wokes même avant le début des mitraillages  de gauche.

Le créateur des personnages dans le jeu est presque un défenseur des trans : un protagoniste à la voix et au physique masculins peut être une sorcière et vivre avec les femmes. Et avec sa diversité artificielle, le Poudlard des années 1800 ressemble davantage au Londres de notre époque qu’à celui du passé.

Mais ce n’est pas suffisant. Ce n’est jamais suffisant.

La bonne option pour les créateurs de jeux-vidéo est simplement d’ignorer les wokes. Chaque fois que la politique de gauche envahit un produit, il en devient manifestement pire.

Les meilleurs jeux ne peuvent pas soutenir la politique rabat-joie qui arrive inévitablement avec le wokisme

 

Une autre série de fantasy et de fiction nous le montre bien.

Il y a 16 ans, est sorti le premier jeu de la série de science-fiction Mass Effect. Il a immédiatement reçu des louanges pour son histoire et ses protagonistes complexes.

Il a pu séduire les progressistes par certains de ses aspects, comme choisir le genre de son avatar et montrer plein de femmes indépendantes et fortes. Mass Effect 2 et 3 ont également été bien reçus et la trilogie est devenue un des grands géants de l’industrie.

Mais en 2017 est sorti un nouvel opus de la série.

Mass Effect: Andromeda a pris les meilleurs aspects de la trilogie originale pour les jeter à la poubelle.

Finis les personnages attachants et bien écrits des jeux précédents, bienvenue à leurs remplaçants satisfaisant le dogme des développeurs wokes. Les personnages principaux sont réduits à se plaindre de la politique de genre et de leur sexualité. Tout le monde doit être gay, car bien sûr il n’y a pas d’hétérosexuels dans l’espace.

Andromeda est détesté par les joueurs. C’est une belle illustration des choix du wokisme en gaming.

Mais le jeu-vidéo est un véhicule de transmission de la propagande de gauche radicale à destination des joueurs récalcitrants.

Il ne s’agit pas de dire que la politique n’a pas sa place dans les jeux-vidéo. Bien conçus, les questions politiques peuvent augmenter l’expérience d’un jeu.

Mais la première et plus importante mission d’un jeu-vidéo est d’être distrayante.

Revenons à Hogwarts Legacy. Est-ce que je me sentirais bien à Poudlard ? Quand je jette un sort, est-ce qu’il est drôle ? Sinon, je m’en fiche.

Les jeux-vidéo permettent d’échapper à la réalité et ses problèmes. Je ne veux pas que le moralisme de la gauche radicale me suive dans le monde des sorciers.

Ça tuera la magie.

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Tout ce qui n’est pas de gauche est combattu par la gauche y compris par des arguments fallacieux, au nom de sa largesses d’esprit.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Avec Internet et les réseaux sociaux, la bêtise se porte mieux que jamais. Or, elle est « une défaite de la pensée critique », écrit Pierre-André Taguieff. Raymond Aron ou Karl Popper, parmi d’autres, s’inquiétaient du rôle majeur qu’elle joue dans l’histoire. Pourtant, elle est trop souvent négligée.

 

Une question majeure

« On lutte, avec raison et parfois avec quelque succès, contre l’ignorance, l’erreur, l’illusion et le mensonge. Au nom de la vérité et de la connaissance scientifique, on lutte aussi contre les rumeurs,... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Moyennant un changement d’approche et un pas de côté en s’inspirant des moralistes de l’âge classique, essayons de réfléchir au wokisme autant qu’à ceux qui le dénoncent qui représenteraient deux formes distinctes d'hyper-focalisation. Redéfini comme étant avant tout une forme contemporaine, mais pas nouvelle, d’intolérance, il est possible d’envisager le phénomène woke/anti-woke en tant que passion, au sens classique du terme, celui d’un affect subi qui altère, pour le pire, celui ou celle qui en est la proie.

Avec le wokisme ou l’ant... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article
La dérive de Disney, commencée il y a plusieurs années, est illustrée par Samuel Fitoussi, dans Woke fiction, son ouvrage sur les fictions. Il compare l’évolution du caractère de Mulan entre la version de 1998 et celle de 2020.

Il écrit :

« Dans la version de 1998, le personnage éponyme, jeune femme courageuse, se déguise en homme et s’engage dans l’armée pour défendre son pays. Plus frêle et plus faible que toutes les autres recrues, elle est d’abord une piètre combattante […]. Déterminée, elle progresse, compense ses lacunes phys... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles