Twitter files : un système de « liste noire » de contenus défavorables

Les employés de Twitter ont indiqué que le shadow banning – du moins selon certaines définitions – est à la fois réel et courant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Censored by Ben Raynal(CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Twitter files : un système de « liste noire » de contenus défavorables

Publié le 14 décembre 2022
- A +

Le deuxième volet des Twitter Files – des révélations sur la suppression de contenus à caractère politique sur la plateforme – a été publié, cette fois par la journaliste indépendante Bari Weiss qui écrit :

« Une nouvelle enquête #TwitterFiles révèle que des équipes d’employés de Twitter établissent des listes noires, empêchent les tweets défavorisés d’être suivis et limitent activement la visibilité de comptes entiers ou même de sujets tendances – tout cela en secret, sans en informer les utilisateurs »,

 

Le volet précédent, publié par le journaliste indépendant Matt Taibbi, portait sur la décision confuse et chaotique des dirigeants de Twitter de justifier la suppression de l’article du New York Post sur l’ordinateur portable de Hunter Biden par des « documents piratés » ; en tant que tels, les dossiers ont surtout apporté des preuves supplémentaires de ce qui était déjà bien connu.

En revanche, l’épisode Weiss apporte des preuves significatives d’un phénomène que beaucoup soupçonnaient simplement : l’inscription sur une liste noire de comptes Twitter considérés comme nuisibles.

Weiss donne plusieurs exemples de la manière dont la plateforme a limité la portée de divers utilisateurs très en vue : Jay Bhattacharya, professeur de médecine à l’université de Stanford, qui s’est opposé à divers mandats et verrouillages dans le cadre du Covid-19, figurait sur une « liste noire des tendances », ce qui signifiait que ses tweets n’apparaissaient pas dans la section des sujets d’actualité ; l’animateur radio de droite Dan Bongino a été placé sur une « liste noire des recherches », ce qui signifiait qu’il n’apparaissait pas dans les recherches ; et l’activiste conservateur et personnalité des médias Charlie Kirk a reçu l’étiquette « ne pas amplifier ». À aucun moment, personne chez Twitter n’a fait savoir à ces personnes que leur contenu était limité de cette manière.

Bien sûr, ces actions, ressemblent beaucoup au shadow banning, qui est la théorie selon laquelle Twitter restreint subrepticement le contenu des utilisateurs même dans les cas où la plateforme n’a pas formellement émis d’interdiction ou de suspension. Pendant des années, diverses personnalités de droite et de gauche se sont plaintes que la portée de leurs tweets avait considérablement et artificiellement diminué pour des raisons non évidentes, contrairement aux affirmations de hauts responsables de Twitter qui ont affirmé avec fermeté : « Nous ne faisons pas de shadow banning ».

Cette affirmation dépend de la manière dont le terme est défini. Pour être clair, Twitter a publiquement admis supprimer les tweets qui « détournent la conversation », bien que le plan de la plateforme ait été d’évoluer vers une politique d’information des utilisateurs sur les efforts de suppression – un mouvement qui n’a jamais eu lieu.

Si le shadow banning est défini comme le fait de rendre secrètement le contenu d’un utilisateur totalement indécouvrable, même en visitant sa propre page, alors il est techniquement vrai qu’il n’y a pas de shadow banning. (Twitter semble avoir défini le terme de cette façon.) Mais lorsque la plupart des gens se plaignent du shadow banning, ils s’opposent à un processus secret de restriction, de dissimulation et de limitation du contenu en général, sans que les utilisateurs soient informés des raisons pour lesquelles ces décisions ont été prises. Selon cette définition, il est clair que Twitter pratique le shadow banning.

En tant qu’entreprise privée, Twitter avait évidemment le droit d’agir ainsi mais ses utilisateurs ont également celui d’être furieux. Le manque de transparence est surprenant et le raisonnement qui sous-tend cette politique est totalement contraire à une culture de la liberté d’expression. Selon Weiss, l’ancien responsable de la confiance et de la sécurité de Twitter, Yoel Roth, a admis dans des conversations internes sur Slack que « l’hypothèse sous-jacente à une grande partie de ce que nous avons mis en œuvre est que si l’exposition à, par exemple, la désinformation cause directement des dommages, nous devrions utiliser des remèdes qui réduisent l’exposition et limiter la diffusion/viralité du contenu est un bon moyen d’y parvenir ».

C’est une proposition très risquée qui semblerait justifier une censure extrême. Comme toujours, il est important de garder à l’esprit que les modérateurs de médias sociaux, les journalistes spécialisés dans la désinformation, les conseillers fédéraux en matière de santé et les responsables du renseignement national n’ont pas réussi à distinguer correctement la désinformation réelle de la véritable information – l’histoire du portable du New York Post n’étant qu’un exemple frappant.

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • le problème de nos société est …la gouvernance par l’opinion dans des domaines illégitimes..
    un pays majoritairement stupide..pendra des décisions démocratiques stupides..

    twitter n’ets pas uns institution… la presse ne peut pas faire l’objet de règlementation pour espérer la rendre « neutre »…

    Suis je supposé vraiment croire ..que la majorité des gens pesaient que twitter était une plateforme neutre..????????

    c’est comme lutter contre la mal bouffe… .. en attaquant un mac do..

    • Les gens ne pensaient pas que Twitter soit neutre, mais ils pensent qu’avec Musk, elle le sera. Belle opération !

      • Les gens (beaucoup d’entre eux, au moins) pensaient que Twitter était une plateforme d’expression (donc pas un média, et donc par construction neutre). Avec Musk ils découvrent que c’était/c’est un média et que le contenu est « éditorialisé ». Qu’ils pensent que c’est nouveau à cause de Musk ou que c’est ancien et Musk le révèle est finalement peu important: l’illusion de la neutralité de l’information s’évapore.

        Un (gros) effort encore et les gens feront preuve d’esprit critique au lieu d’accepter automatiquement ce que les canaux grand public présentent (et les politiciens, et les « scientifiques ») comme vrai.

  • C’est comme prendre l avion pour différentes raisons et fustiger sa consommation de kérosène,qu il pollue..
    Certains utilisateurs préconisent même cinq voyages dans une vie alors qu ils font des conférences au quatre coins de la planète

    • Pour ceux-là, 5 ou un autre nombre impair de vols, à effectuer le plus tôt possible, serait approprié.

    • les donneurs de leçon, quels qu’ils soient et quelles qu’elles soient devrait TOUJOURS être les premier à appliquer leurs prêches.
      Je ne commence à croire les gens que dans ces conditions. Le GIEC qui explique qu’il faut restreindre la vie de tout le monde (déplacements, nourriture, etc.) en organisant tous les ans des grands raouts dans des coins « agréables et touristiques » de la planète où des délégués viennent du monde entier en jet privé pour se goinfrer de petits fours est un parfait mauvais exemple. S’ils croyaient ce qu’ils prêchent ils feraient des conférence zoom et seulement une fois tous les 10 ans et pas tous les ans (comme si le climat et les décisions politiques étaient à horizon annuel… alors que pour la définition classique de la climatologie on parle de millénaires).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Que fait un riche quand il s’ennuie ?

Il se lance dans un projet d’innovation. Conquérir Mars, traverser l’Atlantique, prolonger la vie humaine, inventer une intelligence artificielle fondamentale, créer un robot, etc. Expression de l’ego de leurs promoteurs, ces projets sont souvent jugés inutiles et qualifiés de lubies, c’est-à-dire d’envie capricieuse et déraisonnable.

Mais est-ce si sûr ? Et si les lubies d’aujourd’hui étaient les innovations utiles de demain ? Et s’il fallait se garder de porter un jugement moral à la fois ... Poursuivre la lecture

D’abord, les faits. Le mari de l’ex-speaker Démocrate Nancy Pelosi de la Chambre des représentants des État-Unis, Paul Pelosi, 82 ans, a été agressé à son domicile, la nuit, par un individu qui lui a fracassé la tête à coups de marteau, regrettant de n’avoir pas l’opportunité de briser les genoux de Nancy Pelosi (absente au moment des faits).

Dans l’heure, la massive machinerie conspirationniste américaine se mettait en branle pour expliquer qu’il était « impossible » que l’agresseur se soit introduit au domicile de Paul Pelosi, qu’il ... Poursuivre la lecture

Le forum économique mondial de Davos fait beaucoup parler de lui depuis quelques années. Il est souvent critiqué du fait de la volonté de son créateur Klaus Schwab de promouvoir un nouveau modèle économique et politique dit de « skateholder capitalism » (ou capitalisme de parties prenantes). Le fait que le forum parvienne à rassembler un grand nombre de personnalités éminentes génère beaucoup de discussion.

Si le forum de Davos suscite le débat chez certains, d’autres préfèrent se moquer de l’évènement. Elon Musk fait partie de la deux... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles