Une introduction à la pensée économique

Le nouveau livre de Per Bylund, « How to Think about the Economy », est une introduction idéale pour les étudiants en économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-10-18 at 13-11-20 How to Think about the Economy A Primer Bylund Per Amazon.fr Livres

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une introduction à la pensée économique

Publié le 27 octobre 2022
- A +

Par David Weinberger.

 

L’économie est fondée sur le concept de l’action humaine en tant que comportement intentionnel.

Ce sont les mots de l’économiste Per Bylund, dont le nouveau livre How to Think about the Economy : A Primer offre une introduction conviviale à la pensée économique.

L’idée maîtresse de l’ouvrage est que les individus agissent de manière rationnelle, c’est-à-dire en fonction de buts ou d’objectifs.

Ce principe peut sembler évident, mais il est souvent source de confusion.

Par exemple, cela ne signifie pas que les individus parviennent toujours à atteindre les objectifs qu’ils se fixent, ni que leurs objectifs sont raisonnables aux yeux des autres. Au contraire, cela signifie simplement qu’ils agissent pour essayer d’atteindre ce qu’ils apprécient. En d’autres termes, la valeur au sens économique, est subjective.

En outre, cela signifie également qu’en tant que discipline, la méthodologie de l’économie est individualiste. Pourquoi ? Parce que les groupes n’agissent pas – seuls les individus agissent.

Per Bylund écrit :

Les gens peuvent choisir d’agir de concert, mais ce sont des choix individuels… Que quatre personnes collaborent pour soulever et déplacer un piano ne signifie pas que le groupe a soulevé le piano, mais que quatre personnes ont coordonné leurs efforts individuels vers ce but commun.

Cette idée clarifie une autre confusion. Nombreux sont ceux qui pensent que l’économie promeut les marchés libres. Mais l’analyse économique est en fait une discipline neutre – elle ne peut pas nous dire si nous devrions faire un choix par rapport à un autre, ou promouvoir une politique par rapport à une autre. Au contraire, elle nous fait prendre conscience des compromis qu’impliquent les choix que nous faisons. Bylund souligne ce point en notant que l’économie ne promeut pas plus les marchés libres que la physique ne promeut la chute libre. Au contraire, le raisonnement économique ne peut se passer du modèle du marché libre, tout comme le raisonnement de la physique ne peut se passer du modèle de la chute libre.

De plus, la méthodologie économique étant individualiste, les données relatives à l’économie globale (ou macro) – des données telles que le PIB, le taux de chômage, la demande globale, etc.

Bylund le démontre avec l’exemple suivant :

Disons qu’Adam offre une pomme à Beth et que celle-ci lui donne un litre de lait en échange. Il y a deux façons d’analyser cet échange. La première consiste à l’étudier empiriquement en observant l’échange dans la vie réelle et en recueillant des données objectives, c’est-à-dire mesurables, avant, pendant et après l’échange.

Mais le problème de cette méthode est que les données objectives ne nous disent pas pourquoi la pomme est passée de la possession d’Adam à celle de Beth. Tout ce qu’elles nous disent, c’est qu’une personne (Beth) a une pomme et qu’une autre personne (Adam) a du lait. Mais comme nous pouvons comprendre l’échange en termes de choix rationnel, nous pouvons en fait savoir pourquoi cet échange a eu lieu. Parce que les individus agissent avec une fin ou un objectif en tête, nous savons qu’Adam et Beth ont échangé parce qu’ils croyaient tous deux que cet échange leur serait bénéfique. En d’autres termes, nous pouvons dire pourquoi l’échange a eu lieu et non pas simplement qu’un échange a eu lieu.

Notez, en outre, le concept de prix que cet exemple introduit.

Les prix sont les rapports d’échange de divers biens et services, et ils sont déterminés par la valeur subjective des individus. Les préférences subjectives de Beth et d’Adam concernant le lait et les pommes déterminent le rapport d’échange – ou prix – entre les deux biens : dans ce cas, le prix d’une pomme correspond à un litre de lait.

Si cette illustration implique un échange direct de biens (troc), nous pouvons également effectuer des échanges indirects en utilisant la monnaie, qui sert de moyen d’échange dans l’économie moderne.

Pour faciliter ces échanges, la monnaie doit conserver sa valeur.

Les périodes d’inflation (augmentation de la masse monétaire) ou de déflation (réduction de la masse monétaire) peuvent entraîner un déversement de sable dans les rouages de l’échange, ce qui provoque un ralentissement des échanges. Néanmoins, même si l’augmentation de la masse monétaire entraîne généralement une hausse des prix, il ne s’ensuit pas nécessairement qu’il existe une correspondance biunivoque entre l’augmentation de la masse monétaire et la hausse des prix qui s’ensuit.

Comme le note Bylund, « un doublement de la masse monétaire ne doublera pas tous les prix ». Pourquoi ? « Parce que les gens ne réagissent pas de la même manière ni au même moment au doublement de leurs liquidités ».

Si quelqu’un achète, disons, trois bananes et que soudain son argent liquide double, cela ne signifie pas nécessairement qu’il achètera six bananes. Peut-être que l’argent supplémentaire sera dépensé pour un autre bien, ou simplement placé à la banque.

En outre, cela permet également de comprendre pourquoi la prédiction économique est une entreprise risquée. Les individus ne sont pas comme des pièces sur un damier pouvent être facilement contrôlées et anticipées. Au contraire, les individus ont un libre arbitre. Ils agissent pour atteindre leurs objectifs, qui changent en fonction des opportunités et des compromis qui apparaissent spontanément à la lumière des milliards d’autres personnes qui font de même. Les prévisions économiques s’appuient sur un instantané de l’économie à un moment donné (et généralement un moment ancien, car les données économiques ne sont généralement disponibles qu’après coup et non en temps réel) et les projettent dans l’avenir. Mais l’économie n’est pas un instantané, c’est un processus composé de milliards d’individus agissant de concert les uns avec les autres. D’où la difficulté de prévoir l’évolution de l’économie dans un an, voire dans un mois.

Mais il ne s’agit là que d’un échantillon des questions que le lecteur rencontrera dans Comment penser l’économie, et pour tous ceux qui se demandent par où commencer, c’est une introduction idéale au sujet.

 

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
logo anarchie
2
Sauvegarder cet article

On associe régulièrement le libertarianisme, l’aile la plus radicale de la philosophie libérale, aux idéologies de droite ou encore au mouvement conservateur américain. Historiquement et politiquement, l’association n’est pas dépourvue de fondements. Comme l’a très bien rappelé Sébastien Caré dans son essai de 2010 intitulé Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d'un mouvement asocial, si le mouvement libertarien aux États-Unis s’est construit en s’autonomisant du conservatisme moderne à partir de la fin des années 1960, il s’enracine d... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett

Notre vingt-et-unième Centre de progrès est Bologne, où est situé la première université (telle qu'elle est communément reconnue) qui se trouve être aussi la plus ancienne en activité dans le monde aujourd'hui. L'université de Bologne, dont on dit traditionnellement qu'elle a été fondée en 1088, a été la première institution à décerner des diplômes et à promouvoir l'enseignement supérieur à la manière d'un collège ou d'une université moderne.

Aujourd'hui, Bologne est la septième ville la plus peuplée d'Italie... Poursuivre la lecture

Les trois moteurs de la saga des cryptomonnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et bien sûr ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

 

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité purement informatique et technique est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles